Le problème

La zone litigieuse Îles Diaoyu / Îles SenkakuSur 10 septembre 2012le Japon a annoncé qu'il achetait une partie des îles Diaoyu à une société de famille qui en avaient revendiqué la propriété dans les années 1970. La zone maritime, y compris les îlots autour de l'île situés à 25° 44′ 41.49″ N, 123° 28′ 29.79″ E, constitue un territoire contesté car la Chine, avec Taiwan, et le Japon en revendiquent la souveraineté. Les Japonais appellent ces îles Senkaku, tandis qu'en chinois, leur nom est Diao (ou Tiao) Yu Tai (signifiant "plate-forme de pêche".), et le nom même que l'on choisit pour ces îles est déjà une quasi reconnaissance de l'une ou l'autre revendication. La nationalisation japonaise a suscité de vives protestations à différents niveaux de la part de la Chine, qui considère les îles comme faisant partie de son territoire, voire de Taïwan. Depuis lors, la situation est tendue et s'aggrave, car chaque fois qu'un mouvement est effectué dans l'une des zones maritimes contestées de la région.

Nous sommes confrontés à une escalade, qui dépend des perceptions, des actions, des interprétations des actions et des réactions de chaque acteur.

Les acteurs

Les acteurs, en termes de pays, sont la Chine, y compris Taïwan, le Japon, les États-Unis, les deux Corée, la Russie. Pour chacun d'eux, il faut non seulement considérer les actions et interactions stratégiques et bilatérales au niveau officiel classique (Premier ministre, ministère des affaires étrangères, défense, armée, partis, etc.), mais aussi les dynamiques de la politique intérieure (et locale), y compris les citoyens et la mobilisation sociopolitique. ), mais aussi les dynamiques de la politique intérieure (et locale), y compris les citoyens et la mobilisation sociopolitique. En attendant, il ne faut pas oublier le contexte stratégique global et régional.

Nous nous concentrerons ici uniquement sur la Chine et sur un aspect unique mais absolument déterminant de ses perceptions.

Une clé pour la perception de la Chine

Les normes et les croyances constituent les lentilles à travers lesquelles une société ou un groupe appréhende le monde (Scott, 1985 ; Elias, 1989 ; Anderson, 1991 ; Pye, 1996 ; Camroux, 1997). Leur compréhension est cruciale pour évaluer les interprétations, les positions et donc les actions futures (ainsi que pour expliquer le passé et le présent), comme le montrent Jervis (1970, 1976) avec ses études de images, la perception et la mauvaise perception dans la politique internationale. Ces normes et croyances sont construites historiquement (Elias, 1989) ; chacune peut interagir avec toutes les autres, créant ainsi des systèmes complexes - on peut même les appeler complexes (Lavoix, 2005).

En ce qui concerne le problème des îles Diaoyu, deux ensembles de normes ou de complexes sont essentiels dans la perception chinoise et sont très susceptibles de contribuer fortement à déterminer ce qui va se passer ensuite.

Une norme de souveraineté construite au cours du "siècle de la honte et de l'humiliation"

Tout d'abord, il y a la perception chinoise de la souveraineté, qui vient avec la volonté, voire la perception de la nécessité impérative de survie, de surmonter le "siècle de la honte et de l'humiliation".

Cette période sombre de l'histoire chinoise, où l'ordre mondial chinois de l'époque s'est effondré et, pire encore, où le fondement même de ce que signifie être chinois a été remis en question et a dû être réinventé (Lin Yü-Sheng, 1979 ; Elvin, 1990 ; Yu Keping, 1994), a commencé avec la guerre de l'opium de 1839 et le traité de Nankin (Nankin) de 1842. En novembre 1839, les Britanniques ont vaincu les Chinois à la bataille de Chuenpi. Ils menacent de bombarder Nankin et amènent ainsi les Chinois à signer les premiers traités de colonisation. Dès lors, l'imposition par "l'Occident "* à la Chine de la (inégale) Traité Système portuaire. Dans le cadre de ce système, le nombre de villes qui s'ouvrent au commerce extérieur sous un statut juridique ou un autre est passé de cinq en 1842 à quatre-vingt-douze en 1917 ; parmi elles, des colonies étrangères dont la souveraineté est attribuée à la puissance étrangère sont établies dans 16 ports conventionnés (Feuerwerker 1983 : 128-129).

En conséquence, compte tenu des valeurs, de la vision du monde et du système chinois préexistants, la Chine a dû faire face à une longue agonie impliquant une profonde réévaluation de sa société. Elle a connu des bouleversements intérieurs du fait de la La rébellion de Taiping (1851-1864) au nationalisme et à la création de la République de Chine de 1912 sur fond de bouleversements politiques croissants. Parallèlement, des changements externes se sont produits qui, selon les Chinois, étaient l'expression de l'effondrement d'un ordre. Notamment, la "perte du Japon" a eu lieu avec la La guerre sino-japonaise de 1894 et a marqué la nécessité de re-conceptualiser la vision du monde chinoise (Howland, 1996:240-241). La défaite chinoise a entraîné la Traité de Maguan de 1895 avec le Japon et impliquait également la "perte de la Corée", tandis que le Japon commençait à bénéficier du système portuaire du traité. Le Japon est devenu une nouvelle puissance, modifiant la configuration stratégique régionale - et bientôt mondiale - (Iryie, 1965, 1974).

Alors que la Chine se battait encore pour que les traités soient révisés et l'extraterritorialité abrogée, elle devait faire face à un Japon de plus en plus hostile et envahissant, concrétisé par l'invasion japonaise de la Mandchourie en 1931. Malgré tous ses efforts, même le massacre de Nankin de 1937 aux mains de l'armée impériale japonaise, la Chine ne peut obtenir le soutien de la société internationale, alors représentée par la Société des Nations, car son statut n'est pas reconnu ; l'acceptation de la Chine dans la "famille des nations civilisées" ne sera finalement accordée qu'en 1942 (Gong, 1984a).

Comme la construction, pour la Chine, des normes de souveraineté, de territorialité et d'indépendance (les attributs normatifs du statut d'État dans le courant de la société internationale des États) s'est faite à travers l'expérience historique du "siècle de la honte et de l'humiliation", qui comprenait des expériences de menace à la survie, toute question connexe mettra en évidence les perceptions de danger extrême. Dans le cas des îles Diaoyu, le fait que l'agression perçue soit le fait du Japon ne peut qu'accroître ce sentiment, notamment si l'on considère les relations tendues actuelles entre le Japon et la Chine et les dénégations répétées de l'histoire par certains acteurs japonais.

La géographie comme récit : iconographie historique et cartographie

Le deuxième élément crucial de perception qui intervient dans le problème des îles Diaoyu est le fait que la géographie chinoise était, traditionnellement, non seulement et non pas tant constituée d'iconographie, comme pour la géographie moderne, mais de récits (Howland, 1996). Ces récits, qu'ils soient "poétiques" ou "exposés" (Howland, 1996), racontent l'histoire et, comme la géographie a été transformée en cartographie et en cartes, elle ne peut que continuer à être imprégnée de son contenu original (Thongchai, 1994), donc, dans le cas de la Chine, de l'histoire. Ainsi, l'aspect géographique du problème des îles Diaoyu ne fera que renforcer sa dimension historique, et sera immédiatement lié aux croyances liées à la souveraineté et à la territorialité.

En effet, si nous suivons les actions chinoises actuelles pour établir leurs droits aux yeux du monde sur les îles Diaoyu, nous pouvons voir que cela se fait en partie par un mélange de cartographie moderne, d'histoire et d'iconographie historique, en utilisant le support du monde virtuel du web. La couverture spéciale réalisée en ligne par la télévision centrale chinoise (CCTV.com) est un exemple en quelque sorte de cette approche, comme le montre l'image ci-dessous :

Preuves chinoises que les îles Diaoyu appartiennent à la Chine - CCTVEntre-temps, des "cartes thématiques" officielles plus classiques sont publiées (Xinhua, 18 septembre 2012) et toute déclaration officielle, y compris la 25 septembre 2012 Livre blanc - Diaoyu Dao, un territoire inhérent à la ChineLe Conseil de l'Europe, en tant qu'organisation internationale, utilise abondamment l'histoire comme preuve.

En conclusion : Avertissement

Avec confiance, on peut donc estimer que la Chine (et le peuple chinois) restera forte sur ses positions et n'abandonnera jamais sa souveraineté sur ce qu'elle perçoit comme faisant partie de son territoire. Toute action, y compris en termes de déclarations, qui tenterait de les forcer à faire autrement, ou qui semblerait aller dans ce sens, ou qui semblerait favoriser le Japon et les affirmations des acteurs japonais ne pourrait être perçue que comme des mouvements agressifs et donc générer des actions d'escalade. Au contraire, la Chine pouvait et peut s'accommoder du statu quo antérieur car elle ne remettait pas en cause sa souveraineté, et ne menaçait donc pas sa survie. Par conséquent, les actions qui inciteraient à un retour à ce statu quo seraient stabilisatrices.

———-

* "L'Occident" est une abréviation, car les nations qui ont bénéficié du système des ports conventionnels étaient non seulement les puissances initiales (France, Royaume-Uni et États-Unis) et la plupart des pays européens (Autriche-Hongrie, Belgique, Prusse puis Allemagne, Italie, Portugal, Suède, Norvège, Russie, etc.) mais aussi, et surtout, le Japon à partir de 1895.

———–

Image en vedette : Le cotre de surveillance maritime chinois "Haijian 66" et le cotre des garde-côtes japonais "Kiso" se sont affrontés près des îles Diaoyu. 24 septembre 2012, Par 中国海监总队/China Marine Surveillance (中国海监总队/China Marine Surveillance) [domaine public], via Wikimedia Commons

Références

Anderson, Benedict, Imagined Communities, (Londres : Verso, 1991).

Calendrier de l'examen de Pékin, Couverture spéciale sur les îles Diaoyu.

Camroux, David, "Des nations imaginées à la région rêvée", dans L'Asie Retrouvée, (Paris : Editions du Seuil, 1997).

Cheng-China Huang, Litige sur les îles DiaoyuICE Case Studies, juin 1997.

Cohen, Paul A, L'histoire en trois clés : Les boxeurs en tant qu'événement, expérience et mythe(New York : Columbia University Press, 1997).

Elias, Norbert Les Allemands : Power Struggles and the Development of Habitus in the Nineteenth and Twentieth Centuries, éd. par Michael Schröter, (publié pour la première fois en Allemagne en 1989 sous le titre Studien über die Deutschen, traduit de l'allemand par Eric Dunning et Stephen Mennell), (Cambridge UK : Polity Press, 1989, [1996]).

Fairbank, John K. et Goldman, Merle, La Chine : une nouvelle histoire(Cambridge : Belknap Press, 1998).

Fairbank, John K., "A Preliminary Framework" in The Chinese World Order : Traditional China's Foreign Relations, éd. par Fairbank John K. and Co. (Cambridge : Harvard University Press, 1968), pp. 1-19.

Fairbank, John K., "The Early Treaty System in the Chinese World Order" dans The Chinese World Order : Traditional China's Foreign Relations, éd. par Fairbank John K. and Co. (Cambridge : Harvard University Press, 1968), pp. 257 - 275.

Fairbank, John K., éd. 1983. The Cambridge History of China Vol.12 : Republican China 1912-1949, Part 1. Cambridge : Cambridge University Press.

Feuerwerker, Albert, "La présence étrangère en ChineIn Fairbank, ed. 1983, 128-207.

Gong, Gerrit W., "China's Entry into International Society," in The Expansion of International Society, ed. by Bull Hedley and Watson Adam, (Oxford : Clarendon Press, 1984a).

Gong, Gerrit W., The Standard of 'Civilization' in International Society, (Oxford : Clarendon Press, 1984b).

Howland, D. R., Frontières de la civilisation chinoise : Geography and History at Empire's End, (Durham & London : Duke University Press, 1996).

Iriye, Akira, Après l'impérialisme : The Search for a New Order in the Far East, 1921-1931 (Cambridge : Harvard University Press, 1965). Réimprimé : (Chicago : Imprint Publications, 1990).

Iriye, Akira, La guerre froide en Asie : A Historical Introduction, (Englewood Cliffs, N.J., 1974).

Ito, Masami, "Le propriétaire est d'accord avec l'offre du métro pour acheter les îles SenkakuThe Japan Times Online, vendredi 18 mai 2012

Jia, RuixueL'héritage de la liberté forcée : Chinai's Treaty Ports, IIES, Université de Stockholm, Review of Economics and Statistics, 20 janvier 2011.

Lavoix, Hélène, Nationalisme et génocide : la construction de la nation, de l'autorité et de l'opposition - le cas du Cambodge (1861-1979) - Thèse de doctorat - School of Oriental and African Studies (Université de Londres), 2005.

Lin Yü-Sheng, La crise de la conscience chinoise : Radical Antitraditionalism in the May Fourth Era, (Wisconsin : The University of Wisconsin press, 1979).

Mark Elvin, "Le double désaveu : Les attitudes des penseurs radicaux à l'égard de la tradition chinoise", en Chine et en Occident : Ideas and Activists, sous la direction de David S. G. Goodman, (Manchester : Manchester University Press, 1990).

Pye, Lucien W., "Memory, Imagination and National Myths", dans Se souvenir et oublier : L'héritage de la guerre et de la paix en Asie de l'Est(Washington D.C. : CSIS, 1996).

Scott, James C., Weapons of the Weak : Everyday Forms of Peasant Resistance, (New Haven : Yale University Press, 1985).

Shambaugh, David,  L'identité de la Chine en tant que grande puissanceL'Université George Washington.

Ainsi, Yip et al, "L'économie chinoise moderne de type "port de traité" dans une perspective institutionnelleDocument présenté lors du panel sur l'héritage des ports conventionnels, Conférence sur l'histoire économique et commerciale de l'Asie-Pacifique, organisée conjointement par le All-University of California Group in Economic History et la Economic History Society of Australia and New Zealand, qui s'est tenue à Berkeley, CA, du 18 au 20 février 2011.

Tongchai Wichinakul, Siam Mappé : A History of the Geo-Body of a Nation, (Chiang Mai : Silkworm Books, 1994).

Xinhua, La Chine publie une carte thématique sur les îles DiaoyuLe 18 septembre 2012.

Yu Keping, "Culture et modernité dans la pensée chinoise des années 30 : Comments on two Approaches to Modernization in China," Working Papers in Asian/Pacific Studies, (Beijing : Institute of Contemporary Marxism, 1994).

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR