Au cours de la deuxième décennie du 21st siècle, le Moyen-Orient a été caractérisé par des crises multiples et interconnectées. Les guerres apparemment interminables en Syrie et au Yémen, la question israélo-palestinienne sans fin, le clivage entre le Qatar et les autres pays du Golfe (principalement l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis), l'incertitude politique au Liban et les tensions sociopolitiques menaçant sans cesse de déchirer l'Irak semblent également avoir un dénominateur commun : Le rôle de l'Iran dans la politique locale et la géopolitique régionale.

Au cours des dernières années, Téhéran a renforcé son rôle dans la région en apportant un soutien crucial aux efforts de guerre du président Bachar al-Assad, en aidant les Houthis au Yémen et en apportant son soutien au Hezbollah au Liban et au Hamas dans la bande de Gaza (Anna Edgerton, Les sanctions contre l'Iran concernant le soutien au Hezbollah passent devant la Maison Blanche, Bloomberg,le 25 octobre 2017 ; Kay Armin Serjoie, Un résultat du conflit de Gaza : l'Iran et le Hamas se sont réconciliés, Heure19 août 2014). L'objectif d'établir un "croissant chiite" s'étendant de l'Asie centrale à la mer Méditerranée est à portée de main (Carlo Muñoz, L'Iran est sur le point d'achever le "croissant chiite" au Moyen-Orient ; un pont terrestre va poser des problèmes aux États-Unis, The Washington Times5 décembre 2017).

Ces développements suscitent une grande inquiétude à Riyad, Tel Aviv et Washington et sont l'une des raisons pour lesquelles le président américain Donald Trump s'est retiré du Plan d'action global conjoint (mieux connu sous le nom de "Iran Nuclear Deal") signé par l'administration Obama avec le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne, la Russie, la Chine et l'Iran lui-même afin de s'assurer que l'Iran ne développera pas d'armes nucléaires en échange d'un allégement des sanctions (Plan d'action global conjoint, Département d'État américain ; Roula Khalaf, Benjamin Netanyahu prête l'oreille à Donald Trump sur l'Iran, Le Financial Times2 mai 2018). Toutefois, il est probable que la décision de Trump n'empêchera pas Téhéran de faire pression sur le Liban et l'Irak où des élections ont eu lieu respectivement les 6 et 12 mai, bien que des résultats partiels en Irak tels que comptés le 14 mai, avec la montée surprise de l'ecclésiastique nationaliste Moqtada al-Sadr, probablement en désaccord avec l'Iran et les Etats-Unis, pourraient conduire à une situation plus complexe (David Gardner, Trump et Netanyahu passent à côté des vraies menaces que représente l'Iran, Financial Times, 1 May 2018; Jane Arraf, “Ahead Of Iraq’s Elections, Muqtada Al-Sadr Reinvents Himself — Again“, 3 April 2018, Parallèles NPR; Ahmed Aboulenein, “Firebrand cleric Sadr on course to win Iraq election”Le 13 mai 2018, Reuters).

Les tensions géopolitiques entre l'Iran d'une part et Israël (D. Wainer, D. Abu-Nasr, H. Meyer, Israël voit la guerre en Iran se profiler à l'horizon alors que la poudrière du Moyen-Orient attend une étincelle, Bloomberg,Les défis économiques auxquels la République islamique doit faire face nous amènent à nous interroger sur le rôle régional que Téhéran devra jouer à moyen terme (3 à 5 ans). La réponse à cette question est essentielle si nous voulons avoir une idée de l'avenir d'une région aussi importante que le Moyen-Orient. Pour cette série de prévisions et d'alertes stratégiques centrée sur l'avenir de l'Iran, notamment en tant qu'acteur régional, nous commencerons par analyser l'histoire et les institutions politiques de l'Iran, puis nous nous pencherons sur les relations de l'Iran avec les principales puissances régionales et mondiales.

Avec ce premier article, nous allons donc commencer à explorer l'histoire de l'Iran jusqu'à la révolution islamique (1979). Dans l'article suivant, nous analyserons les quarante dernières années de l'histoire de l'Iran ainsi que les institutions politiques qui ont dirigé le pays. Notre objectif est de mettre en évidence les éléments historiques cruciaux qui continuent d'alimenter les dynamiques d'aujourd'hui et de demain

La maison des empires, l'islamisation et la conscience de la grandeur

"L'Iran a une histoire plus longue que la plupart des pays" (Axworthy 2008). En effet, l'Iran, ou la Perse, comme on appelait le régime politique à l'étranger jusqu'au 20th siècle, a été le berceau de grandes civilisations et d'empires.

L'empire persan, établi par Cyrus le Grand dans le 6th siècle avant J.-C., s'étendait dans sa plus grande partie de l'Inde à la Méditerranée (R. Schmitt, Dynastie achéménide, Encyclopédie Iranica). Plus tard, les Parthes (dont l'Empire est considéré comme l'héritier de celui des Perses) ont effectivement bloqué l'expansion vers l'est de l'Empire romain, tandis que l'Empire sassanide a dominé l'Asie centrale et le Moyen-Orient pendant 400 ans, juste avant la Conquête arabe en 651 après J.-C. (A. Shapur Shahbazi, Dynastie Sasanian, Encyclopædia Iranica).

Empire sassanide 621 après J.-C. par By Keeby101 [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) ou CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons

Ce fut un tournant dans l'histoire de l'Iran. Les Perses/Iraniens ont finalement réussi à conserver leur langue et leur culture, mais leur credo religieux traditionnel, le zoroastrisme, a été supplanté par l'islam (Histoire de l'Iran : La conquête islamique; Société de chambre d'Iran). Les conséquences de cette évolution se font évidemment sentir jusqu'à aujourd'hui puisque l'Iran est aujourd'hui une République islamique.

Après des siècles d'instabilité, la montée de la dynastie des Safavides dans les 15th siècle a recréé un État iranien unifié (Shaabazi in V. S. Curtis et S. Stewart 2005 : 108). Ces dirigeants ont effectivement fait de l'Iran un pays chiite (Foltz 2015 : 74-76).

A partir du milieu de l'année 18th siècle, après la chute des Safavides, l'Iran a dû faire face à l'ingérence des Ottomans, des Russes et des Européens dans ses affaires intérieures (id.: 80-95). Nous y reviendrons dans les prochains articles, lorsque nous aborderons les relations de l'Iran avec la Turquie, la Russie et le monde occidental

The Pahlavis, the rise of the oil issue and of the importance of being – or not – perceived as subservient to foreigners

 

En 1925, après la chute de la dynastie Qajar, l'assemblée constituante de l'Iran a donné le pouvoir à Reza Pahlavi qui est devenu le Shah, un titre hérité de la tradition de l'Empire perse et signifiant "roi des rois" (Oktor Skaervø 2016 : 149). Le but du nouveau dirigeant était de restaurer le passé de l'Iran grandeur. En effet, il voulait "rendre le pays fort, le développer pour qu'il puisse être réellement indépendant, le moderniser pour qu'il puisse traiter avec les grandes puissances sur un pied d'égalité, avoir une armée forte pour résister aux interventions étrangères et imposer l'ordre à l'intérieur pour que, comme dans d'autres pays modernes, l'État jouisse d'un contrôle exclusif" (Axworthy 2008). Pour atteindre ces objectifs, il a suivi l'exemple d'Atatürk (Foltz 2015 : 97), qui a réussi à moderniser et à laïciser la Turquie post-ottomane. Reza Shah s'est effectivement engagé dans la construction de l'État à grande échelle, impliquant la création d'appareils militaires et bureaucratiques étendus (Abrahamian 2008 : 65-71). Les infrastructures de transport ont également été considérablement améliorées (Axworthy 2008).

Military commanders of the Iranian armed forces, government officials and their wives commemorating the abolition of the veil. (1936) – Public Domain

Reza Shah n'a cependant pas réussi à libérer complètement l'Iran de l'influence étrangère. Le pétrole, qui allait devenir la denrée la plus nécessaire au monde, était désormais au cœur du problème. Reza Shah, en effet, "a dû accepter la poursuite de l'exploitation britannique du pétrole dans le sud, sur la base du fait que, bien qu'il rapporte des revenus importants au gouvernement iranien, il ne donne en réalité qu'un faible rendement proportionnel à la valeur réelle d'une ressource nationale aussi importante". (ibid.). En 1928, le gouvernement iranien a notifié à l'Anglo-Persian Oil Company (aujourd'hui BP) que la concession pétrolière devait être renégociée car l'Iran ne recevait que 16 % des bénéfices (ibid.). The negotiations were painfully slow. As a consequence, the Shah, annoyed, unilaterally cancelled the concession in 1932. The British reacted by sending additional ships to the Persian Gulf and brought the case to the International Court of Justice in the Hague. Eventually, a deal was reached, granting Iran only a modest increase as Teheran’s share became 20 per cent of the profits (Ansar 2003: 56-9 in Axworthy 2008). As far as the opposition – composed of “the new intelligentsia — especially from young professionals who had been influenced by the left while studying in France and Germany during the turbulent early 1930s” – was concerned, this humble result, and the fact that the concession was extended up until 1993 “confirmed the suspicion that the shah, despite all his patriotic talk, was in fact beholden to London” (Abrahamian 2008: 96).

Les tensions entre l'Iran et les puissances occidentales intéressées par ses ressources pétrolières, ainsi que la perception de ces tensions par divers acteurs nationaux, restent à la base de la politique étrangère actuelle de l'Iran, y compris l'examen des impacts possibles sur la politique intérieure (Ishaan Tharoor, Les moments clés de la longue histoire des tensions entre les États-Unis et l'Iran, Le Washington Post2 avril 2015).

17 September 1941, Mohammad Reza Pahlavi is inaugurated as Shah of Iran – Catherine Legrand, Jacques Legrand: Shah-i Iran. Creative Publishing International (farsi edition), Minnetonka, MN 1999, S. 41. IR/RR – Public Domain

Néanmoins, c'est la Grande-Bretagne qui, avec l'Union soviétique, a forcé le Shah à abdiquer en 1941. Il devait être remplacé par son fils, Mohammed Reza Pahlavi, qui a déclaré qu'il gouvernerait en tant que monarque constitutionnel (Axworthy 2008). Deux facteurs sont généralement donnés pour expliquer l'action britannique et soviétique : Foltz (2015 : 98) suggère que les deux puissances étrangères étaient préoccupées par les attitudes pro-allemandes du Shah, tandis qu'Axworthy (ibid) pense que l'action britannique et soviétique a été principalement motivée par des considérations géostratégiques concernant les routes du pétrole.

Le coup d'État de 1953 et les bases de la révolution islamique.

Dans les années 1940, les difficultés économiques et la présence des Alliés dans le pays ont encore alimenté les sentiments nationalistes. L'énigme des concessions pétrolières est réapparue (ibid.). En effet, entre 1932 et 1950, les revenus du gouvernement britannique provenant de l'industrie pétrolière iranienne étaient près de deux fois plus importants que ceux perçus par Téhéran (Ansari 2003 : 110 dans Axworthy 2008). Entre-temps, le parti communiste Tudeh a gagné en popularité, en particulier auprès des classes défavorisées qui se politisaient (Foltz 2015 : 100). Cet environnement politique a ouvert la voie à l'escalade.

"En mars 1951, après avoir échoué à conclure un accord avec l'Anglo-Iranian Oil Company (AIOC), le Parlement iranien a voté la nationalisation de l'industrie pétrolière" (ibid.). The newly appointed Prime Minister Mohammed Mossadeq created the National Iranian Oil Company (NIOC) and ordered it to take control of the AIOC’’s assets. Afterwards, as London “blocked the export of oil from Iran, and lodged a complaint with the United Nations”, Mossadeq appeared before the National Security Council, and, accusing Britain of subversion, broke diplomatic relations and closed down the latter’s consulates as well as embassy” (Abrahamian id. : 117). Le gouvernement britannique a gelé les avoirs de l'Iran et a envoyé des navires militaires dans le Golfe. Les tensions sont également exacerbées par l'élargissement du fossé entre le premier ministre et le Shah sur le système électoral et le contrôle de l'armée (Abrahamian id.: 117-118).

Mossadeq a finalement été écarté du pouvoir en 1953, après un coup d'État orchestré par le SIS britannique et la CIA (Axworthy 2008). Il s'agissait d'une "entreprise conjointe britanno-américaine visant à préserver le cartel pétrolier international" (Abrahamian id.: 118). En effet, d'un point de vue britannique, les intérêts de l'AIOC en Iran étaient trop importants : à Abadan, l'AIOC disposait de la plus grande raffinerie du monde ; l'AIOC était le deuxième exportateur de pétrole brut et se voyait attribuer la troisième plus grande réserve de pétrole (ibid.). Les concessions sur les réserves pétrolières de l'Iran "ont fourni au Trésor britannique 24 millions de livres sterling en taxes et 92 millions de livres sterling en devises ; elles ont fourni à la marine britannique 85 % de ses besoins en carburant et à l'AIOC 75 % de ses bénéfices annuels" (ibid.). À Washington, la préoccupation la plus pressante était que Téhéran puisse devenir un exemple pour d'autres pays producteurs de pétrole tels que l'Irak, le Venezuela et l'Indonésie, en les incitant à transférer le contrôle du secteur pétrolier des sociétés occidentales aux gouvernements nationaux (Abrahamian id.:119).

Après le coup d'État contre Mossadeq, le régime du Shah est devenu de plus en plus autoritaire, surtout par rapport aux promesses que le dirigeant avait faites au moment de son ascension au trône. La CIA a contribué à la création d'une force de police secrète appelée SAVAK (Foltz id.: 102), qui bénéficiait également du soutien du FBI et du Mossad israélien et avait le pouvoir de "censurer les médias, de filtrer les candidats aux postes gouvernementaux, voire aux postes universitaires, et d'utiliser tous les moyens disponibles, y compris la torture et les exécutions sommaires, pour traiter avec les dissidents politiques" (Abrahamian id.: 126). Dans les années 1970, Amnesty International décrivait le Shah comme "l'un des pires violateurs des droits de l'homme dans le monde" (Abrahamian id.: 157).

Meanwhile, the country was progressively “westernized”, as women, for example, were granted the right to vote in elections (Foltz id. : 102) . Ces développements n'ont pas été bien accueillis par de nombreux Iraniens, car ces changements représentaient "une capitulation inconditionnelle devant la supériorité occidentale" (ibid.).

Cover book of The Regained Glory, a biography of Mohammad Reza Pahlavi – 1976 – Public Domain

De plus, en 1963, le Shah a lancé la "Révolution blanche", qui consistait principalement en une réforme agraire et en la promotion de l'industrie (Abrahamian id.: 131-133). Pourtant, les terres que de nombreux paysans recevaient n'étaient pas assez grandes pour les faire vivre, tandis que certains travailleurs agricoles ne recevaient aucune terre et, par conséquent, "le résultat net était le chômage rural et un mouvement accéléré de personnes des villages vers les villes, en particulier Téhéran, à la recherche d'un emploi" (Axworthy 2008). Ces mêmes personnes seraient les "béliers" de la révolution islamique (Abrahamian id.: 156).

Au cours des années 1960 et 1970, le Shah "a utilisé le pouvoir de l'État et les programmes de modernisation pour attaquer le clergé chiite" (Skocpol 1982 : 274). Ces développements et la modernisation du pays ont provoqué la réaction de l'ayatollah Khomeini, qui a commencé à prêcher contre le gouvernement du Shah en raison de "sa corruption, sa négligence envers les pauvres et son incapacité à faire respecter la souveraineté de l'Iran dans ses relations avec les États-Unis" (Axworthy 2008) et a donc été arrêté. Cela a déclenché des manifestations qui ont été écrasées par la violence, faisant des centaines de morts (Foltz id.: 103). Khomeini a ensuite été envoyé en exil, ce qui lui a permis de s'exprimer librement contre le Shah (Foltz id.: 102). Une autre mesure qui a suscité l'indignation est "l'extension de l'immunité diplomatique du Shah à tous les Américains vivant en Iran". Khomeini a réagi en disant que "si un Iranien écrase le chien d'un Américain, il sera poursuivi... mais si un cuisinier américain écrase le Shah [lui-même], personne ne peut rien faire" (ibid.). Les célébrations "astronomiquement coûteuses" de 1971 pour les 2500 ans de la monarchie iranienne ont également été considérées par de nombreux Iraniens comme un signe supplémentaire du mépris du Shah pour son propre peuple (ibid.). Ces sentiments ont été exacerbés par le fait que dans les années 1970, l'Iran avait l'une des répartitions de revenus les plus inégales du monde (Organisation internationale du travail 1972 : 6 dans Abrahamian 141). Les politiques de centralisation du Shah ont également bouleversé le bazar, qui était "le centre de la vie urbaine", et ont commencé à jouer "un rôle indispensable pour mobiliser et soutenir le noyau de la résistance populaire" (Skocpol 1982 : 271-272).

En 1973, pour protester contre le soutien occidental à Israël pendant la guerre du Yom Kippour, l'OPEP a déclaré un embargo sur les ventes de pétrole à l'Occident et le prix du pétrole a donc augmenté de façon spectaculaire (Foltz 105). En conséquence, beaucoup d'argent a été injecté dans l'économie iranienne : "l'économie était en surchauffe, il y avait trop d'argent pour trop peu de biens, il y avait des goulets d'étranglement et des pénuries, et l'inflation a fortement augmenté - en particulier sur des postes comme le loyer des logements et les denrées alimentaires, et surtout à Téhéran" (Axworthy 2008). Les consommateurs ordinaires ont été "durement touchés par l'inflation incontrôlée" et les agriculteurs "ont été dévastés par les importations à bas prix de denrées alimentaires de base comme le blé" (Foltz id. : 106).

En 1977-78, l'inflation due aux revenus du pétrole et les mesures déflationnistes désastreuses qui ont suivi et qui ont provoqué une augmentation du chômage ont conduit à de nombreuses manifestations de masse (Axworthy 2008). Un article anti-Khomeini publié par un journal contrôlé par le gouvernement a contribué à aggraver la situation (Abrahamian 158). Les manifestations ont été réprimées dans le sang, ce qui a exacerbé les tensions et renforcé la résolution de l'opposition au Shah, qui, finalement, a été forcé de fuir le pays le 16 janvier 1979 (Foltz  id.: 108-109) tandis que Khomeini est rentrée en Iran le 1er février. La République islamique d'Iran était prête à naître.

From this brief journey through Iran’s history until 1979 we can emphasize two main elements. The first concerns Iran’s long history and its legacy that fuels national pride and therefore Teheran’s foreign policy (Zia-Ebrahimi 2016). The second element that we have to keep in mind while analysing Iran’s foreign relations is a sense of grievance caused by foreign interferences that have characterized the country’s modern history. The conflicts with the Ottomans and the Russians will be analysed in greater detail in the next articles. Current relations with the West are shaped by the tensions caused by British-American attempts to control Iran’s oil reserves. The 1953 coup against Mossadeq “is remembered and referenced widely by Iranians, who point to it as a sign of the West’s meddling in Iranian affairs, motivated first and foremost by greed” (Tharoor ibid.). Ce sentiment trouve son expression primordiale dans "Occidentosis : a plague from the West", écrit par l'intellectuel Jala Al-I Ahmad et publié clandestinement en 1962. Enfin, nous nous souviendrons du lien étroit entre la politique étrangère et la perception connexe de non-nationalisme ou d'asservissement aux puissances étrangères, l'opposition et la capacité des autorités politiques à rester au pouvoir.

Dans l'article suivant, nous allons approfondir l'histoire de l'après 1979, en essayant de mettre en évidence d'autres éléments qui peuvent nous aider à comprendre le rôle régional que Téhéran jouera à moyen terme.

A propos de l'auteur :  Leonardo Frisani (MA Paris) se concentre actuellement sur les défis à la suprématie du dollar américain. Au-delà, il est spécialisé dans l'histoire européenne et russe, et ses principaux intérêts portent sur la géopolitique, la macroéconomie, le changement climatique et l'énergie internationale.

Featured Image: Persian Chess Game by Stux via Pixabay – Public Domain

Références

Abrahamian, Ervand (2008) Une histoire de l'Iran moderneCambridge : Cambridge University Press.

Armin Serjole, K., “One Result of the Gaza Conflict: Iran and Hamas Are Back Together”, Heurele 19 août 2014.

Axworthy, Michael (2008) L'Iran : L'empire de l'espritUne histoire de Zoroastre à nos joursLondres : Penguin Books.

Edgerton, A., “Iran Sanctions Over Support for Hezbollah Pass U.S. House”, Bloomberg,le 25 octobre 2017.

Foltz, Richard (2015) L'Iran dans l'histoire mondialeOxford : Oxford University Press.

Gardner, D,, Trump et Netanyahu passent à côté des véritables menaces que représente l'Iran, Financial TimesLe 1er mai 2018.

Khalaf, R., “Benjamin Netanyahu is bending Donald Trump’s ear on Iran”, Financial TimesLe 2 mai 2018.

Muñoz, C., “Iran nears completion of “Shiite Crescent” across Middle East; land bridge to pose U.S. challenges”, The Washington TimesLe 5 décembre 2017.

Skocpol, T. "Rentier State and Shi'a Islam in the Iranian Revoution", Théorie et société, Vol.11, No. 3 (mai 1982), 265-283.

Shahbazi, A. S. (2005), “The History of the Idea of Iran”, in V.S. Curtis and S. Stewart (eds), Naissance de l'empire persan(Londres et New York, I.B. Tauris 2005)

Tharoor, I., “The key moments in the long history of U.S.-Iran tensions”, Le Washington PostLe 2 avril 2015.

Wainer, D., Abu-Nasr, D., Meyer, H., Israël voit la guerre en Iran se profiler à l'horizon alors que la poudrière du Moyen-Orient attend une étincelle, Bloomberg,le 3 mai 2018

Zia-Ebrahimi, R. (2016) L'émergence du nationalisme iranienColumbia University Press.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR