Cet article vise à évaluer l'avenir du mouvement de protestation du Gilet jaune et de la situation en France. Il examine la manière dont les actions des autorités politiques peuvent stabiliser un mouvement de protestation. Il applique ensuite cette compréhension au mouvement français.

En effet, si les manifestations en France se poursuivent, le samedi 26 janvier 2019 aurait vu une baisse de la mobilisation. Selon les chiffres très discutés donnés par le ministère de l'Intérieur français, le nombre de manifestants impliqués est passé de 287 710 personnes (17 novembre 2018), à 84 000 (19 janvier 2019) et 69 000 personnes (26 janvier), soit moins 17,85% en une semaine. Sinon, le mouvement lui-même a tenté de développer sa propre façon de compter les participants, "Le Nombre Jaune". Les chiffres sont passés de 147 365 personnes le 19 janvier à 123 151 le 26 janvier, c'est-à-dire moins 16,43%.

Nous sommes donc dans un processus de stabilisation ?

Il va sans dire que l'impact d'une France révolutionnaire serait énorme. En effet, la France dispose d'un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies, et est la 6e puissance économique (Les entreprises aujourd'hui, 22 novembre 2018). Elle a également une place et un poids cruciaux dans l'UE. Il est donc impératif que tous les acteurs suivent de près les événements en France. En effet, la règle de base de la gestion des risques ou de la prospective stratégique est de prêter attention aux événements à fort impact, même si la probabilité de voir un tel événement se produire est faible (en dessous de 20%). Et, dans le cas de la France, comme nous le montrerons plus loin, cette probabilité n'est pas si faible, même si elle n'est pas non plus très probable (au-dessus de 80%).

Cet article s'appuie sur une première partie, où nous nous sommes concentrés sur la naissance et la propagation d'un mouvement de protestation (Comprendre le mouvement des gilets jaunes français et son crescendo - 1). Il s'agit d'une version entièrement mise à jour et révisée d'une publication de 2011. Elle utilise les connaissances acquises dans le passé pour décrypter le présent et l'avenir.

Le mouvement du gilet jaune fait partie d'un ensemble plus large de protestations, qui s'est répandu dans le monde entier depuis 2010. Comme nous nous y attendions lorsque nous avons commencé à suivre cette dynamique, les mouvements de protestation mondiaux actuels se répandent, se multiplient et se reproduisent. Ainsi, à l'échelle mondiale, la situation s'aggrave. Néanmoins, chaque mouvement affiche également ses propres particularités, tout en tirant les leçons des protestations précédentes. Pour chaque protestation, lorsque les autorités politiques ne stabilisent pas le mouvement dès le départ, la situation s'aggrave. C'est exactement ce qui s'est passé jusqu'à présent dans le cas français.

Dans cet article, nous nous intéressons donc aux protestations nationales ou à l'échelle d'un pays. Nous soulignons d'abord que la réponse initiale aveugle des autorités politiques est l'escalade. Puis nous identifions trois étapes que les "gouvernants" peuvent suivre pour stabiliser un mouvement. Pour chaque étape, nous évaluons la situation française, ce qu'il faut surveiller et nous esquissons brièvement les futurs possibles.

Première réaction aveugle : l'escalade d'un mouvement de protestation

Comme précédemment, pour identifier les phases de réponses des autorités politiques, nous utilisons le cas passé du mouvement paysan de 1915-1916 au Cambodge. Cette manifestation a impliqué jusqu'à 100.000 personnes, ce qui représentait environ 5% de la population. Dans le cas de la France, 5% signifierait qu'environ 3 millions de personnes seraient dans la rue.

Ensuite, les premières actions de rétroaction des autorités politiques ont eu lieu dès l'apparition du mouvement, en novembre 1915. Il ne s'agissait pas de stabilisation mais d'escalade, car elles n'ont pas mis fin à la contestation mais, au contraire, l'ont accrue. En effet, les réponses n'ont traité qu'une partie des multiples motivations de l'escalade. Elles n'ont considéré que les 1915 prestations (corvées) et a ignoré tous les problèmes à l'origine des inégalités croissantes, ainsi que le ressentiment et les sentiments d'injustice qui en découlent. La réponse s'est donc construite sur un manque total de compréhension de la situation. En outre, ils ont incorporé la croyance en une parcelle potentielleplutôt que d'examiner les causes réelles des griefs.

Nous avons connu une dynamique similaire en France. Le timing est cependant pire pour les autorités politiques françaises (références en fin d'article). Lorsque la première manifestation a eu lieu le 17 novembre, le gouvernement a à peine réagi jusqu'au 4 décembre 2018. Malgré ces trois semaines, les autorités politiques françaises n'ont pas pris la mesure du problème. Le Premier ministre n'a répondu que sur le déclencheur de la contestation, la taxe pétrolière. Il a ignoré toutes les autres revendications, ce que le processus de manifestation sans réponse a révélé. Notons que les revendications des manifestants français sont, en substance, très proches de celles exprimées en 1915 au Cambodge.

Le cas du Cambodge montre que les actions de stabilisation doivent être liées aux raisons de l'escalade. En outre, il souligne que les solutions partielles ne sont pas stabilisatrices. Le cas français confirme cette constatation. Par conséquent, ce qui est crucial, c'est de comprendre le mouvement de protestation. La croyance en un complot de 1915 souligne également la difficulté d'obtenir une analyse réaliste, quand on est en proie à des préjugés et quand on n'a pas le temps de réfléchir mais qu'il faut agir immédiatement. Dans le cas français, la situation semble en effet pire car, malgré une absence de réaction immédiate, la compréhension ne s'est pas améliorée. Les autorités politiques françaises ne bénéficient peut-être pas d'un système de suivi adéquat ni d'un cadre analytique approprié pour comprendre ce qui se passe. La situation pourrait s'aggraver de manière inhérente.

Stabilisation phase 1 : Écoute et réparation immédiate possible

En 1915, la première phase des actions de stabilisation a consisté à mieux faire comprendre aux autorités le mouvement de protestation et la situation. Entre-temps, les autorités ont pris des mesures immédiates pour montrer qu'elles avaient entendu et pris au sérieux les manifestants. Tout au long du mois de janvier 1916, les manifestations pacifiques et majoritairement non violentes à Phnom Penh et la double volonté d'écoute et de compréhension des autorités (cambodgiennes et françaises puisqu'il s'agit d'un Protectorat) ont permis une véritable communication (c'est-à-dire l'échange et l'écoute réelle des autres, et non des campagnes de communication créées par les publicitaires et les spin doctors). En conséquence, la compréhension est née. La seule exception a eu lieu à Prey Veng. Là, les peurs anti-allemandes et la croyance en un complot étranger du Résident ont interdit la communication. 

Les autorités ont pris note des différents motifs de mécontentement. Elles ont immédiatement donné satisfaction aux manifestants sur les points les plus réalisables et les plus urgents, tels que le rachat de prestations effectué par une ordonnance royale du 22 janvier 1916. Au 1er février, le nombre de manifestants atteignant Phnom Penh était tombé à quelques centaines.

En France, le 10 décembre 2018, le Président a annoncé des mesures qui pourraient répondre partiellement aux demandes de la population. Il a également déclaré le début d'un Grand Débat National. Pourtant, ces mesures ne résolvent guère le problème fondamental du pouvoir d'achat des manifestants français. Pendant ce temps, rien n'a été fait pour répondre à leur sentiment d'injustice. La communication semble s'être améliorée, mais seulement de façon marginale. De plus, les nombreux commentaires désobligeants d'éléments de l'élite et du pouvoir politique laissent croire au Gilet Jaune que la véritable communication n'est pas complète. L'annonce du Grand Débat National peut cependant être considérée comme la promesse d'une véritable communication.

Source : Le Nombre Jaune

En conséquence, la mobilisation n'a pas, en fait, diminué de manière substantielle. Si nous prenons comme référence notre exemple passé, nous ne devrions pas avoir plus d'une douzaine de personnes qui manifestent encore en France. Elle n'a pas non plus continué à augmenter. Elle semble rester stable.

Par ailleurs, les enquêtes d'opinion restent obstinément favorables au mouvement par plus de 50% (voir Synthèse Wikipédia de résultats). Il y a une diminution par rapport au début du mouvement, mais au moins la moitié du pays soutient la protestation. En comparaison, seuls 31% des Français ont une opinion favorable du Président Emmanuel Macron (Sondage BVA pour Orange, RTL et La Tribune). Pendant ce temps, le Premier ministre Edouard Philippe atteint 36% (Ibid.). Le même sondage donne un soutien de 64% au mouvement des Gilets Jaunes (Ibid.). 53% des Français souhaitent que le mouvement se poursuive.

Nous ne sommes donc ni dans une véritable stabilisation ni dans une escalade, mais dans une phase intermédiaire. Le mouvement peut aller dans un sens ou dans un autre. Cependant, le Gilet Jaune étant plus soutenu que les autorités politiques, les chances semblent être en faveur d'une escalade.

Ainsi, par rapport au cas cambodgien, la situation française entame maintenant la deuxième phase à un niveau élevé de tension, avec une mobilisation continue.

Stabilisation phase 2 : Reconstruire la confiance et affirmer l'autorité légitime

Communication et confiance

En 1915, la deuxième phase consiste à accroître le sentiment de compréhension et de communication et à établir la confiance pour permettre un travail en profondeur en vue de réformes. La commission permanente du conseil des ministres sous la direction du Résident Supérieur commence à réfléchir aux doléances des paysans. Le Roi, après avoir condamné la violence, les abus et les manifestations massives à Phnom Penh parce qu'elles favorisaient l'agitation, publia une proclamation qui détaillait toutes les doléances et annonçait qu'elles seraient sérieusement examinées. Ainsi, le 10 février, la situation à Phnom Penh était jugée normale.

Usage sélectif et juste de la force

Une réaffirmation du monopole de l'autorité sur la violence par sélectif et juste L'usage de la force a accompagné ces deux phases. En province, comme les autorités l'avaient compris les trois phases de la protestationEn effet, il avait la possibilité de faire la distinction entre les différents types de dirigeants et de savoir où et comment naissait la violence. Ainsi, l'État pouvait réaffirmer son monopole de la violence de manière sélective et appropriée. L'autorité centrale luttait contre l'usage injustifié de la violence par les autorités provinciales. Elle luttait contre les punitions excessives et injustes (toutes intrinsèquement croissantes) et les sanctionnait lorsqu'elles se produisaient.

Ainsi, les moyens de violence sont restés entre les mains des autorités. Cela a permis d'éviter la perception d'un affaiblissement de l'autorité qui aurait conduit à une plus grande escalade. Par exemple, vers la fin du mouvement, les villageois ont aidé les autorités à réprimer l'agitation et à arrêter les chefs agitateurs.

Croyances fondamentales

Les autorités ont compris et pris en compte les croyances fondamentales de la population et la structure spécifique des institutions et des pratiques religieuses. Cependant, elles ont également évité les escalades. En effet, elles ont empêché les gens de profiter de ces dernières. En accord avec les chefs des deux branches bouddhistes (Mohanikay et Thommayut), elles ont suspendu tous les voyages des moines au Siam. Ils ont informé toutes les pagodes de cette mesure afin d'empêcher les chefs rebelles d'utiliser les robes bouddhistes et les réseaux de pagodes pour s'échapper.

Entre-temps, à partir de la deuxième quinzaine de février 1916, le Roi et les ministres, représentant respectivement la partie symbolique et la partie agissante de l'autorité cambodgienne, parcourent les provinces les plus agitées, expliquant la proclamation et les réformes d'une part, réprimandant les villageois pour leur comportement d'autre part. Ces tournées ont d'abord renforcé le sentiment de communication et de compréhension. Deuxièmement, elles ont conféré une légitimité aux actions des autorités et à la déclaration des actions futures. Troisièmement, elles ont contribué à garantir que les manifestants restants ne se rendraient pas à Phnom Penh. Ainsi, ils n'entraîneraient pas d'autres villageois. Cela a permis de réduire les risques de violence. Les résidents ont également visité les provinces les moins agitées.

Fin février 1916, le mouvement est terminé.

Mesures françaises

Le grand débat national

Session de grand débat planifiée - Officiel - 28 janvier 2019

Par rapport à la manifestation française du gilet jaune, nous constatons l'importance cruciale de la Grand débat national. En effet, il est absolument nécessaire de créer une véritable communication, de rétablir la confiance et la légitimité et de trouver des solutions.

Entre-temps, les autorités politiques doivent aussi aller à la rencontre des gens. C'est ce qui semble commencer à se produire, par exemple avec le Président qui organise de grandes réunions avec les maires. Cependant, certains signaux indiquent que nous sommes également confrontés à une campagne de communication orchestrée - à ne pas confondre avec comprendre et communiquer (par exemple, Gérard Poujade (maire français) "Souillac Inside“, Le Blog de Mediapart20 janvier 2019).

Ainsi, pour savoir si les autorités politiques parviendront à stabiliser le Mouvement du gilet jaune français, il est crucial de suivre la manière dont se déroule le Grand Débat. Il ne doit pas s'agir de convaincre les gens que telle ou telle politique est juste et portera quelques fruits dans un temps inconnu. Il doit s'agir d'écouter tous les griefs fondamentaux et le sentiment d'injustice et de trouver des moyens d'y répondre.

Croyances fondamentales

Les croyances et les normes construites historiquement, y compris le respect fondamental des autres, telles qu'elles ont été construites en France, devront également être respectées. La résurgence de l'utilisation d'anciens drapeaux régionaux ainsi que l'utilisation de la Marseillaise, l'hymne national français, par les manifestants, sont une indication que ces croyances collectives profondes sont à l'œuvre.

Juste l'usage de la force ?

Enfin, les moyens de violence restent définitivement entre les mains des autorités politiques, mais leur utilisation est-elle perçue comme juste et légitime, compte tenu du fait que les autres éléments stabilisateurs tendent, jusqu'à présent, à ne pas être pleinement présents ?

La perte d'un œil par un manifestant le 26 janvierLe nombre de victimes parmi les manifestants, que les médias ont d'abord ignoré et que les autorités politiques ont rarement reconnu, peut indiquer que les conditions nécessaires à la perception d'un usage juste de la force ne sont pas réunies. Une indication de ce phénomène est l'absence de chiffres précis et actualisés concernant les victimes. Le 20 décembre 2018, le nombre officiel de victimes était de 1843 pour les Gilets jaunes et les collégiens (qui ont brièvement manifesté) et de 1048 pour les forces de police ("Gilets jaunes et lycéens : 2891 blessés depuis le début du mouvement“, BFMTV, 20 décembre 2018). Fin janvier, nous n'avons que des chiffres officiels flous de mi-janvier de 2000 Gilets jaunes et 1000 policiers (AFP, "Gilets jaunes" gravement blessés : la colère monte et met la police sous pression“, Le Point17 janvier 2019)

En outre, les forces de police (y compris les gendarmes) expriment également de plus en plus de griefs, semblables à ceux des Gilets jaunes (par exemple, le Syndicat Alternative "Gilets jaunes, ras-le-bol policier, revendications"15 décembre 2018 ; "Nous aussi on va les enfiler, les gilets", prévient un syndicat de police", Valeurs Actuelles, 10 déc. 2018 ; "IJAT des gendarmes mobiles : toujours pas payée ...“, APNM GendXXI,25 janvier 2019)

En 1915, le pouvoir symbolique et le pouvoir coercitif interagissent, se renforcent mutuellement et confèrent une légitimité au système d'autorité. Aujourd'hui, en France, la dynamique ne semble pas aussi positive.

Phase de stabilisation 3 : réformes en profondeur

Au Cambodge, en 1915, la troisième phase, celle des réformes en profondeur, peut maintenant commencer, car des promesses ont été faites avec la proclamation du Roi et doivent être tenues. Le Résident Supérieur prend des mesures immédiates visant à réduire les pratiques abusives ou erronées dans la perception des impôts, les prestations et les réquisitions. Ainsi, il a recommandé aux Résidents de se rapprocher de la population en multipliant les tournées pour assurer un contrôle efficace des échelons inférieurs de l'appareil administratif cambodgien. Des affiches ont été apposées dans tous les villages pour expliquer aux habitants quels impôts étaient dus par qui. Entre-temps, la double autorité devait examiner le bien-fondé des autres plaintes et proposer des réformes, qui furent étudiées, discutées, promulguées et appliquées à la fin de 1917.

Ainsi, nous pouvons d'abord voir que la communication était nécessaire pour permettre des actions stabilisatrices. La mise en commun des ressources à tous les niveaux de l'appareil politico-administratif, de manière ascendante et horizontale, était également cruciale. L'autorité a travaillé de manière double. Si le pouvoir de décision finale reste aux mains des Français, il reflète toujours un travail en commun. En effet, le Résident n'a pas écarté les suggestions de l'Assemblée cambodgienne. Il a intégré la plupart d'entre elles dans les décisions finales.

Deuxièmement, la rapidité avec laquelle les autorités politiques ont agi se stabilise. La visibilité de la première phase des actions, compensant celles qui ont dû être retardées, a fortement contribué à la stabilisation.

Enfin, le cas cambodgien confirme la nécessité d'actions multidimensionnelles répondant réellement aux griefs des manifestants, d'un usage sélectif et équitable de la force et de l'importance d'efforts soutenus et persistants. La double autorité a pris la mesure du mécontentement et des risques qui en découlent, a persisté dans ses efforts de stabilisation, et a ainsi stabilisé la situation pour les vingt prochaines années.

Les états généraux de 1789, la révolution, l'ordre ancien et dépassé

La France et l'avenir

Pour évaluer ce qui se passera en France, nous devrons donc suivre ce qui se passera avec les résultats du Grand Débat. En outre, et notamment, les demandes fondamentales des citoyens devront être traitées et résolues.

Deux séries de mesures et de politiques seront nécessaires. Certaines devront être à court terme et résoudre réellement les problèmes de pouvoir d'achat et les sentiments d'injustice. Elles devront permettre aux mesures à plus long terme de devenir opérationnelles. Les seules opérations de "fausse communication" ou de "pédagogie" ne fonctionneront pas, si l'on veut stabiliser correctement la situation. La mise en œuvre réelle des mesures à plus court terme sera d'autant plus importante que la contestation n'a pas été stabilisée en phase 1 et reste à un niveau de tension élevé en phase 2.

Les autorités politiques françaises peuvent aussi choisir d'utiliser la coercition et la force. En effet, il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir de violence de l'État. Pourtant, c'est une façon plus coûteuse et moins efficace de gouverner. Sur le plan international, en termes de richesse et de compétitivité nationales, et donc, en fin de compte, de pouvoir de l'élite dirigeante et des autorités politiques, ce serait probablement une stratégie sous-optimale. On peut également se demander, au vu des griefs des forces de police, si une telle politique est vraiment réalisable.

Enfin et surtout, on peut se demander si les autorités politiques françaises et la France peuvent effectivement stabiliser le mouvement. En d'autres termes, le pays peut-il répondre à tous les griefs de la population et à son sentiment d'injustice compte tenu de la situation internationale, les changements profonds résultant des nouvelles technologies et le changement climatique. En effet, nous sommes probablement dans une phase d'escalade globale, car les différentes institutions construites dans le passé ne sont plus tout à fait adéquates pour faire face à la réalité d'un présent transformé, d'un changement de paradigmeet des multiples pressions auxquelles nous devons faire face. Pour pouvoir retrouver la stabilité, nous devons nous adapter, transformer, parfois créer, tout, des capacités à la compréhension et aux croyances, si nous voulons gérer correctement les changements et être prêts pour l'avenir.

Dans ce cadre, les mouvements de protestation sont une composante constructive et cruciale de l'évolution de nos sociétés. Ce n'est que par les interactions qu'ils suscitent, par le changement qu'ils imposent qu'un nouveau système mieux adapté peut espérer émerger.

C'est ce que le mouvement du Gilet Jaune peut apporter à la France, si les acteurs transmuent le mouvement dans une nouvelle dynamique nationale, adaptée au XXIe siècle. Les autres scénarios possibles vont de la révolution et de la guerre civile à l'apathie, en passant par la perte de la richesse nationale et des capacités à gérer le changement et la menace.

À propos de l'auteur: Dr Hélène LavoixM. Lond, PhD (relations internationales), est le directeur de la Red (Team) Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prévision et l'alerte stratégiques pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur l'intelligence artificielle et la sécurité.


Références et bibliographie

Pour trouver, vérifier et suivre les événements, les dates et les faits concernant les Gilets jaunes : par exemple, The Guardian "comme cela s'est passé“ ; Le Figaro; France Info, Mediapartetc..

Pour le cas du Cambodge, les références se trouvent dans le première partie de l'article.

Kant, Emmanuel, Écrits politiques édité par Hans Reiss, (Cambridge, Cambridge University Press, 1991).

Doyle, Michael W. 1983. "Kant, Héritage libéral et affaires étrangères," Partie 1 et 2, Philosophie et affaires publiques, vol. 12, nos 3-4 (été et automne).

Scott, James, Les armes des faibles : Les formes quotidiennes de la résistance paysanne. Yale University Press, 1985.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est la présidente de The Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prospective stratégique et l'alerte précoce pour les relations internationales et les questions de sécurité nationale et internationale. Elle s'intéresse actuellement notamment à la guerre en Ukraine, à l'ordre international et à la place de la Chine en son sein, au dépassement des frontières planétaires et aux relations internationales, à la méthodologie de la prospective stratégique et de l'alerte précoce, à la radicalisation ainsi qu'aux nouvelles technologies et à leurs impacts sécuritaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR