(Édition réécrite et révisée) L'analyse d'horizon et la surveillance pour l'alerte font partie de la famille des activités utilisées pour prévoir l'avenir, anticiper l'incertitude et gérer les risques. Leur pratique est cruciale pour le succès de la prévision et de l'alerte stratégiques, de la gestion des risques, du futurisme ou de toute activité d'anticipation.

Alors que la surveillance est un terme générique et commun utilisé pour de nombreuses activités, l'analyse prospective est très spécifique et utilisée principalement pour l'anticipation. L'analyse prospective est un terme qui est apparu au début du 21e siècle. Il désigne à la fois un outil spécifique au sein du processus de prospective stratégique et l'ensemble du processus d'anticipation (Habbeger, 2009).*

Nous nous concentrerons ici sur le balayage de l'horizon en tant qu'outil spécifique au sein de l'ensemble du processus de prospective stratégique. Nous l'opposerons à la veille pour l'alerte (ci-après la veille). Dans un premier temps, nous présenterons les définitions des deux concepts. Ensuite, en comparant la pratique des deux activités, nous soulignerons les similitudes et les différences entre les deux. Enfin, nous identifierons les meilleures pratiques. Enfin, nous conclurons que l'analyse de l'horizon, en tant qu'outil, est en fait la première étape de toute - bonne - surveillance de l'anticipation.

Définitions pour l'analyse d'horizon et la surveillance

Analyse d'horizon

En tant qu'outil, l'analyse prospective permet d'identifier de nouveaux thèmes ou méta-questions et problèmes potentiels, répondant à nos préoccupations telles que définies dans notre programme ou notre contexte. Nous devrons ensuite analyser en profondeur les questions ainsi identifiées.

Le balayage horizontal recherche donc les signaux faibles indiquant l'émergence de nouveaux méta-questions et problèmes. Par conséquent, un balayage doit adopter la portée la plus large possible pour la question centrale sous surveillance.

analyse d'horizon, alerte, surveillance, renseignement, gestion des risques, futurisme
Service météorologique du Canada (Environnement Canada) : Les données non météorologiques des échos météorologiques peuvent être filtrées en utilisant les vitesses Doppler des cibles. Après le nettoyage, il ne reste que les précipitations réelles.

L'idée de scanning d'horizon s'appuie sur des idées et des méthodes plus anciennes telles que le "scanning environnemental", la "prospective stratégique" et les "indications et l'alerte" (également appelées "alerte stratégique" et "renseignement d'alerte"). Grabo, 2004). En fait, comme le soulignent Glenn et Gordon, dans les années 1960-1970, la plupart des futurologues utilisaient le terme "scanning environnemental". Cependant, à mesure que le mouvement écologiste prenait de l'ampleur, certains pensaient que le terme pouvait uniquement désigner les systèmes permettant de surveiller les changements dans l'environnement naturel en raison des actions humaines. Pour éviter cette confusion, les futurologues ont créé diverses étiquettes, telles que "Futures Scanning Systems", "Early Warning Systems" et "Futures Intelligence Systems". Les militaires, quant à eux, utilisent l'"alerte stratégique" et des termes connexes. L'objectif est d'éviter les surprises stratégiques (par exemple Pearl Harbour).

L'anglais "horizon scanning" n'est pas le même que le français "horizon scanning".veille"contrairement à ce qu'affirment certains auteurs - par exemple Nicolas Charest ("Analyse d'horizon" 2012 et pdf). On pourrait mieux traduire "veille" par " surveillance " - pris de manière générale, et non plus spécifiquement pour l'alerte comme ici. On pourrait aussi le traduire par " collecte de renseignements ".

Charest, en fait, fait référence à un processus : "un processus formel organisé de collecte, d'analyse et de diffusion d'informations à valeur ajoutée pour soutenir la prise de décision". Or, il s'agit d'un processus d'où le futur et l'anticipation sont absents. Curieusement, l'auteur lui-même souligne que le sens anglais d'horizon scanning implique la prévoyance, l'anticipation.

Plutôt que de confondre deux pratiques et deux mots, "veille" et horizon scanning, il est nécessaire de les distinguer. En effet, même si les deux activités sont étroitement liées, l'une, l'horizon scanning, doit faire face à l'avenir, quand l'autre n'a pas à relever ce défi.

C'est la qualité d'anticipation, la nécessité de "porter un jugement sur l'avenir" pour reprendre le mot de Grabo (Ibid.), qui génère la différence essentielle entre les deux activités connexes.

L'utilisation de "horizon scanning" dans la dénomination des bureaux de divers gouvernements a contribué à populariser le nom. Par exemple, nous avions le Royaume-Uni Centre d'analyse d'horizon, créé en 2004 à la suite d'un appel à la création de tels centres d'excellence dans l'ensemble du gouvernement (Habbeger, 2009, p. 14), ou le centre d'excellence de Singapour Programme d'évaluation des risques et d'analyse d'horizon (RAHS)lancé en 2005 (Lavoix, 2010). La façon dont l'idée est devenue à la mode a également contribué à la confusion qui entoure sa signification.

Surveillance pour alerte

La surveillance fait partie du processus d'alerte stratégique. La littérature sur le renseignement, l'alerte et la surprise stratégique documente bien l'idée et le processus. En effet, les acteurs utilisent l'alerte stratégique depuis au moins la Seconde Guerre mondiale, tandis que les études sur le renseignement constituent désormais un ensemble de connaissances et une discipline. Pour des lectures complémentaires, il existe une excellente bibliographie de référence sur les questions liées au renseignement : J. Bibliographie de Ransom Clark sur la littérature du renseignementnotamment le section sur l'alerte stratégique.

Les questions de surveillance permettront d'identifier les problèmes d'alerte. Nous utiliserons ensuite des modèles adéquats et des indicateurs connexes pour la surveillance de ces problèmes.

Le contrôle et la surveillance conduisent tous deux à la collecte des informations nécessaires, telles que définies par le modèle et les indicateurs connexes.

Pour rappel, tout au long du processus de SF&W, nous procédons à un rétrécissement de notre champ d'action, ce que reflète le vocabulaire utilisé. Nous passons du plus général et du plus englobant au plus détaillé. Prenons par exemple l'énergie comme "méta-problème". Les "questions" pourraient alors être "la sécurité pétrolière", "le pic pétrolier", "le pic d'uranium", "la volatilité des prix du pétrole", "la politique énergétique entre l'Europe et la Russie", "l'énergie pour la Chine", etc. "Les problèmes" pourraient être les plus spécifiques "les politiques de Gasprom", "le pipeline Keystone", "l'énergie dans l'initiative "Belt and Road"", ou "l'énergie et l'initiative "Belt and Road" au Pakistan", ou même "la tension autour de telle ou telle usine", etc.

Balayage d'horizon et surveillance pour l'alerte en pratique

Si les définitions diffèrent, y a-t-il vraiment une différence dans la façon dont nous procédons à l'analyse de l'horizon d'une part, et à la surveillance des alertes d'autre part ? Le balayage est-il inclus dans la surveillance des alertes ? Devrions-nous utiliser les mêmes processus et les mêmes outils pour le balayage et la surveillance ? Ou devons-nous utiliser des approches différentes ?

De la même manière, les modèles sont fondés sur des modèles, mais leur degré de sophistication est différent

Une première différence entre l'analyse de l'horizon et la surveillance est l'emplacement de chacun dans le processus global des SF&W. Un balayage est le première étape de toute analyse. Qu'est-ce que cela implique ?

analyse d'horizon, alerte, surveillance, renseignement, gestion des risques, futurisme

Comme c'est la toute première chose que vous faites lorsque vous abordez une question, le fait de scruter l'horizon suppose implicitement qu'il n'y a pas ou peu de compréhension de la question. Pourtant, en réalité, ce n'est qu'une apparence.

Essayez de faire l'exercice mentalement : si vous commencez à chercher quelque chose, même de façon approximative, pour cela vous devez avoir une idée, même minimale, de ce que vous cherchez. Ce qui se passe, c'est que, inconsciemment, vous vous appuyez sur un modèle cognitif. Ce modèle cognitif est implicite. Ainsi, pour balayer l'horizon, vous utilisez déjà un modèle, même s'il est très imparfait.

Exemples de scanners

Voici notre analyse principale Le Red (Team) Analysis Weekly (en abrégé The Weekly). Il est axé sur la sécurité nationale dans son sens le plus large* et constitue l'un des moyens par lesquels nous identifions les nouveaux problèmes émergents à mettre sous surveillance.

Les Sigils et le Le temps des quanta (notre dernier effort d'analyse prospective axé sur les sciences et technologies de l'information quantique et leur utilisation) sont à la fois des analyses spécifiques et un suivi des problèmes.

Plus loin dans le processus de prospective ou d'analyse des risques, vous suivez une question. Cela doit se produire vers la fin du processus d'analyse, donc une fois que vous connaissez très bien votre sujet. Sur la figure ci-dessus, le suivi a lieu après que nous ayons créé les scénarios et identifié les indicateurs d'alerte.

La surveillance est donc également fondée sur un modèle. Cependant, nous avons rendu ce modèle explicite. Nous l'avons amélioré et affiné par le biais du processus d'analyse.

Ainsi, fondamentalement, l'analyse de l'horizon et la surveillance sont toutes deux similaires. Leur différence, ici, réside en fait dans la sophistication du modèle utilisé, et non dans le processus réel utilisé pour effectuer le balayage ou les premières étapes de la surveillance. Par conséquent, l'analyse et la surveillance peuvent le plus souvent utiliser les mêmes outils ou supports.

Des perspectives larges, des résultats enchevêtrés

Deuxièmement, la définition d'un scan suggère qu'il ne devrait identifier que les signaux faibles. Or, sélectionner au préalable les signaux en fonction de leur force - à supposer que cela soit possible - serait contre-productif et dans certains cas impossible. En effet, un signal fort pour une question peut aussi, parfois, être un signal faible d'émergence pour autre chose.

Ainsi, lors de la collecte de signaux par un balayage qui vise à identifier les méta-questions et problèmes émergents, il est souhaitable d'être aussi large et englobant que possible.

En pratique, vous pouvez noter de nouveaux signaux et commencer à les relier librement à d'autres méta-questions ou problèmes.

De même, le suivi d'une question et la surveillance d'un problème peuvent également s'appuyer sur les signaux de l'émergence de nouvelles questions. Là encore, vous devez vous assurer de consigner ces résultats.

Ainsi, tant pour l'horizon scanning que pour le suivi, vous devez avoir une composition cognitive aussi ouverte et large que possible, tout en étant capable de relier précisément tel ou tel fait, tendance ou "chose" à telle ou telle question, tel ou tel problème et tel ou tel indicateur.

Signaux et leur force pour le balayage de l'horizon, indications et calendrier pour la surveillance

analyse d'horizon, alerte, surveillance, renseignement, gestion des risques, futurisme, partialité
Image de Jens Langner (http://www.jens-langner.de/) (œuvre personnelle), domaine public, via Wikimedia Commons

Enfin et surtout, en raison de divers biais, tant chez les analystes que chez les clients, les décideurs et les responsables politiques sont souvent incapables de voir, d'identifier et de prendre en compte certains signaux "sous l'horizon". Ils ne seront en mesure d'accepter ces signaux que lorsqu'ils seront "au-dessus de l'horizon", c'est-à-dire lorsqu'ils seront beaucoup plus forts, comme le montre l'exemple suivant article sur l'actualité.

La position du signal en dessous ou au-dessus de l'horizon, ou la force qu'un signal doit avoir pour que les acteurs le perçoivent et l'acceptent, varie selon les personnes.

Il n'est donc pas souhaitable, d'un point de vue pratique, d'essayer de trier les signaux en fonction de leur force trop tôt dans le processus.

Dans le cas du suivi et de la surveillance pour l'alerte, il est également crucial de trier les indications selon un calendrier. Cette séquence temporelle nous avertit de l'évolution de la question sous surveillance. Enfin, elle permettra de donner l'alerte et de la délivrer. Au moins mentalement, chaque indication ou signal, ou groupe d'indications et de signaux, doit être positionné sur leur chronologie correspondante. Nous utilisons ici un pluriel, car les indications et les signaux peuvent alimenter différentes dynamiques pour diverses questions, comme nous l'avons vu dans la partie précédente.

Nous nous intéressons donc à la force - pour les signaux. En revanche, nous nous concentrons sur la chronologie pour les indicateurs et leurs indications. Cela signifie-t-il donc que le scanning et le monitoring sont différents ?

En fait, la force d'un signal pour le balayage de l'horizon peut être considérée comme rien d'autre qu'une indication du mouvement du changement sur une ligne de temps. Permettez-moi d'expliquer cela plus en détail. Si le signal est faible, alors la situation est loin d'être l'occurrence réelle d'un événement ou d'un phénomène. Au contraire, si le signal est fort, alors on en est proche. Un balayage serait donc un cas de surveillance, où l'on ne sélectionnerait que des indications conduisant à des jugements selon lesquels un événement ne se produira pas de sitôt, mais mérite néanmoins d'être mis sous surveillance.

Cependant, comme nous avons vu qu'il n'est ni souhaitable ni parfois possible de passer au crible les signaux en fonction de leur force, cette vision d'un scan est idéaliste et peu pratique.

En conséquence, et pratiquement, à la fin du processus, un balayage nous donnera des signaux de force variable. À ce stade, nous n'aurons qu'une confiance relativement faible dans la force même des signaux identifiés. Dans ce cas, l'utilisation de la force du signal serait un précurseur d'un jugement beaucoup plus affiné en termes de calendrier.

Le balayage horizontal correspond donc à la première étape du contrôle (et de la surveillance) avant que des jugements relatifs à la signification du signal, ou à l'indication en termes de délais, ne soient rendus. Il existe donc non seulement au tout début de l'ensemble du processus SF&W, mais à chaque fois que nous effectuons une surveillance.


* Le débat sur la sécurité nationale est riche et fait intervenir de nombreux auteurs. Pour un bref résumé et des références aux nombreux universitaires de renom qui l'alimentent, par exemple Hélène Lavoix "Permettre la sécurité pour le 21e siècle : Renseignement, prospective et alerte stratégiqueRSIS Working Paper No. 207, août 2010.


Ceci est la 2ème édition de cet article, substantiellement réécrite et révisée depuis la 1ère édition, juin 2012.

Image en vedette : U.S. Navy par tpsdave. CC0 Domaine public

À propos de l'auteur: Dr Hélène LavoixM. Lond, PhD (relations internationales), est le directeur de la Red (Team) Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prévision et l'alerte stratégiques pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur l'intelligence artificielle et la sécurité.

Bibliographie et références

Charest, N. (2012), "Balayage de l'horizon," dans L. Côté et J.-F. Savard (eds.), Dictionnaire encyclopédique de l'administration publique.

Gordon, Theodore J. et Jerome C. Glenn, "ENVIRONMENTAL SCANNING", The Millennium Project : Méthodologie de recherche sur l'avenir, Version 3.0, Ed. Jerome C. Glenn et Theodore J. 2009, chapitre 2.

Grabo, Cynthia M., Anticipating Surprise: Analysis for Strategic Warningsous la direction de Jan Goldman (Lanham MD : University Press of America, mai 2004).

Habbegger, Beat,  Analyse d'horizon au sein du gouvernement : Concept, expériences des pays et modèles pour la SuisseCenter for Security Studies (CSS), ETH Zurich, 2009.

J. Bibliographie de Ransom Clark sur la littérature du renseignement.

Lavoix, Hélène, Ce qui rend la prévoyance réalisable : les cas de Singapour et de la Finlande. (Rapport commandé par le Département d'État américain, décembre 2010).

Lavoix, Hélène, "Permettre la sécurité pour le 21e siècle : Renseignement, prospective et alerte stratégiqueRSIS Working Paper No. 207, août 2010 (également accessible ici).

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène LavoixPh. D. Lond (relations internationales), est la présidente-directrice générale de The Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prospective stratégique et l'alerte pour les relations internationales et les questions de sécurité nationale et internationale. Elle s'intéresse actuellement à la guerre en Ukraine, à l'ordre international et à la montée de la Chine, au dépassement des frontières planétaires et aux relations internationales, à la méthodologie de la SF&W, à la radicalisation ainsi qu'aux nouvelles technologies et à la sécurité.

Rejoindre la conversation

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR