Cet article se concentre sur des scénarios de guerre. Il explique d'abord pourquoi les scénarios doivent s'exclure mutuellement. Ensuite, il fournit des modèles logiques pour construire des scénarios traitant de la guerre. Enfin, il offre une bibliographie mise à jour des scénarios pour la Syrie au fil du temps.

Ce texte fait partie d'une série qui vise à accélérer et à faciliter de manière pratique la méthodologie d'analyse des futures menaces pour la sécurité, y compris l'élaboration de scénarios, sans pour autant sacrifier la qualité. Tout au long de cette série, nous partageons donc les moyens de remplir les des critères exigeants exigée par notre époque pour l'avenir et l'analyse des risques.

Nous avons clarifié avec l'article précédent l'approche et l'état d'esprit pour la construction des scénarios. Maintenant, nous abordons la partie pratique, comment aider concrètement à accélérer le processus de construction de scénarios en utilisant des catégories logiques de type idéal. Ici, nous nous concentrons sur les scénarios de guerre. Avec l'article suivant, nous passons aux scénarios pour des situations qualifiées de crises non violentes.

Des scénarios mutuellement exclusifs

En préambule, il est nécessaire de souligner une règle cruciale. Pour citer Glenn et The Futures Group International :

"Lorsqu'un ensemble de scénarios est préparé, chaque scénario traite généralement des paramètres identiques ou similaires, mais l'évolution et la valeur réelle des paramètres décrits dans chaque scénario sont différentes."

Glenn, Jerome C. et The Futures Group International, "Scénarios", p.4

Il s'agit d'un article de qualité. Pour accéder à cet article, vous devez devenir l'un de nos membres ou se sont inscrits à un cours en ligne. Dans ce cas, veuillez s'il vous plaît, se connecter.

Image en vedette : 3 Scénarios possibles de l'invasion soviétique de l'Iran à partir de la même estimation de la CIA 1985 par Central Intelligence Agency Office of Public Affairs Washington, D.C. [Public domain], via Wikimedia Commons.


Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène LavoixPh. D. Lond (relations internationales), est la présidente-directrice générale de The Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prospective stratégique et l'alerte pour les relations internationales et les questions de sécurité nationale et internationale. Elle s'intéresse actuellement à la guerre en Ukraine, à l'ordre international et à la montée de la Chine, au dépassement des frontières planétaires et aux relations internationales, à la méthodologie de la SF&W, à la radicalisation ainsi qu'aux nouvelles technologies et à la sécurité.

Rejoindre la conversation

7 commentaires

  1. Merci pour cette évaluation intéressante, très utile pour une meilleure compréhension de l'évolution de la guerre. Vous pourriez également faire une analyse similaire pour les raisons potentielles d'une entrée en guerre.

  2. Helene hi, dans vos précédents posts, avez-vous couvert les raisons pour lesquelles vous faites cela, par exemple, afin de structurer les forces ou de poursuivre une campagne. Cela semble très utile mais mon intérêt réside dans la situation de l'Australie où le développement de scénarios pourrait être utilisé pour tester les structures de forces qui sont développées pour couvrir l'imprévisible. J'espère que cela a du sens. Rgds Jim

    1. Salut Jim,
      Dans le premier post de la série https://redanalysis.org/2013/11/18/operational-methodology-security-threats/ J'explique en effet pourquoi je revisite la méthodologie. Ces scénarios sont destinés à découvrir les futurs possibles pour des questions spécifiques. Vous devriez donc être en mesure - si je vous comprends bien - d'utiliser la méthodologie pour élaborer des scénarios qui seront ensuite "utilisés contre" différentes structures de forces. Cela devrait vous donner des points faibles et des points forts. Par structure de forces, entendez-vous les militaires ? Si oui, alors il me semble que le point clé, avant d'élaborer les scénarios, est d'identifier tous les problèmes possibles où les forces pourraient/devraient être employées, donc d'utiliser la perspective australienne de défense et de sécurité, etc.
      J'espère avoir répondu à votre question,
      Tous nos vœux de réussite
      Hélène

  3. Hélène : J'apprécie vraiment de passer en revue les travaux publiés sur ce site. Aujourd'hui, j'ai été particulièrement heureux d'avoir été exposé au travail de Charles W. Taylor - très utile pour mes recherches et mon approche du développement de scénarios !

    Bonne année !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR