(Image de crédit : ESO/P. Horálek)

Éditorial - "Je n'ai rien à offrir que du sang, du travail, des larmes et de la sueur." Winston Churchill, mai 1940.

La plupart des signaux du scan sont sans surprise liés à la pandémie de COVID-19. Comme cela a commencé à être évident la semaine dernière, la pandémie s'est maintenant étendue à tous les secteurs.

Les tensions intérieures et extérieures s'accroissent autour et avec le COVID-19. Nous assistons de plus en plus souvent à des accusations de mauvaise gestion contre les gouvernements, ainsi qu'à une montée de la colère contre les pays étrangers. La menace, le choc - non, la fantastique société de consommation du XXIe siècle n'est pas invulnérable - et le changement complet et soudain des habitudes imposées aux populations déclenchent également la recherche de coupables.

Lorsqu'il faut susciter l'espoir et le courage pour surmonter l'adversité, lorsqu'il faut rechercher la coopération, nous avons aussi le contraire. L'article de Matthew Karnitsching dans Politico, "Coronavirus : La pandémie d'incompétenceque nous avons choisi comme article vedette, le résume par sa phrase d'ouverture : "Bienvenue à l'heure la plus sombre de la politique."

La réponse à la raison pour laquelle nous devons faire face à cette tragédie réside probablement aussi dans une compréhension à long terme de l'évolution des systèmes politiques. Les systèmes politiques ont eux aussi une durée de vie. Ils sont créés pour répondre aux besoins d'une société spécifique. Ils y parviennent généralement pendant un temps assez long, c'est-à-dire des siècles. Pendant ce temps, les sociétés évoluent.

Aidez-nous à continuer à offrir nos articles sur le COVID-19 en accès libre
Donation - Aidez-nous à financer l'analyse sur le COVID-19

Et il arrive un moment où l'ancien système, qui était si efficace, n'est plus du tout adapté à la réalité. L'ancien système ne veut généralement pas disparaître car les intérêts sont trop ancrés (voir Les chroniques d'Everstate). Ainsi, il n'y a pas de changement constructif.

Au contraire, l'histoire nous a appris que les systèmes humains ont besoin d'événements tragiques pour se débarrasser de l'ancien et laisser le nouveau naître. Parmi ces événements, nous trouvons les épidémies et la guerre. Nous commençons probablement à vivre un tel tournant dans l'histoire.

Le savoir ne soulage pas les souffrances et la peur, les larmes et la mort. Mais elle peut contribuer à donner un sens à la tragédie Cela peut nous aider à nous donner la force de survivre puis reconstruire.

Voici le numéro du 19 mars 2020 de notre analyse hebdomadaire des risques géopolitiques (en libre accès). Vous pouvez y accéder ci-dessous.

Grâce au scan (balayage d'horizon), chaque semaine, nous recueillons des signaux faibles - et moins faibles. Ceux-ci indiquent des problèmes nouveaux, émergents, en voie d'intensification ou, au contraire, de stabilisation. En conséquence, ils indiquent comment les tendances ou les dynamiques évoluent.

Le 19 mars 2019 scan→

Balayage d'horizon (Horizon scanning), signaux faibles et biais

Nous caractérisons des signaux comme faibles, lorsqu'il est encore difficile de les discerner parmi un vaste éventail d'événements. Cependant, nos biais cognitifs altèrent souvent notre capacité à mesurer la force d'un signal. Par conséquent, la perception de la force d'un signal variera, en fait, en fonction de la conscience de l'acteur. Au pire, les biais cognitifs peuvent être si forts qu'ils bloquent complètement l'identification même du signal.

Dans le domaine de la prospective et de l'alerte précoce stratégiques, de la prévention et de la gestion des risques, il appartient aux bons analystes de faire des scans ou balayages d'horizon. Ainsi, ils peuvent percevoir et identifier les signaux. Les analystes évaluent ensuite la force de ces signaux en fonction de risques et de dynamiques spécifiques. Enfin, ils livrent leurs conclusions aux utilisateurs. Ces utilisateurs peuvent être d'autres analystes, leur hiérarchie ou d'autres décideurs.

Vous pouvez trouver une explication plus détaillée dans l'un de nos articles de fond : Balayage d'horizon (horizon scanning) et veille pour l'alerte précoce : Définition et pratique.

Les sections du scan

Chaque section se concentre sur les signaux liés à un thème spécifique :

  • monde (politique internationale et géopolitique) ;
  • économie ;
  • la science, y compris l'IA, le QIS, la technologie et les armes, ;
  • l'analyse, la stratégie et l'avenir ;
  • La pandémie de Covid-19 ;
  • l'énergie et l'environnement.

Cependant, dans un monde complexe, les catégories ne sont qu'un moyen pratique de présenter des informations, alors que faits et événements interagissent au-delà des frontières.

Les informations recueillies (crowdsourcing) ne signifient pas que nous les cautionnons.

Image : Voie lactée au-dessus de SPECULOOS / La recherche de planètes habitables - EClipsing ULtra-cOOl Stars (SPECULOOS) est à la recherche de planètes semblables à la Terre autour de minuscules et faibles étoiles devant un panorama de la Voie lactée. Crédit : ESO/P. Horálek.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est la présidente de The Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prospective stratégique et l'alerte précoce pour les relations internationales et les questions de sécurité nationale et internationale. Elle s'intéresse actuellement notamment à la guerre en Ukraine, à l'ordre international et à la place de la Chine en son sein, au dépassement des frontières planétaires et aux relations internationales, à la méthodologie de la prospective stratégique et de l'alerte précoce, à la radicalisation ainsi qu'aux nouvelles technologies et à leurs impacts sécuritaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR