(Conception artistique : Jean-Dominique Lavoix-Carli)

The relationships between the two superpowers, the U.S. and China, dominate the international world. Here, we look at the way China perceives American foreign relations.

How the U.S. perceives China and how much the former sees the latter as a threat, what this will entail in terms of future American actions and the impacts on the world and for individual actors are the topics of many articles and analyses. Patrick Wintour interestingly presents such analyses in his article “La Chine renforce-t-elle son ambition de supplanter les États-Unis comme première superpuissance ?” (The Guardian, 22 septembre 2021).

However, as the third decade of the 21st century dawns, we are facing not one but two extremely powerful actors on the world stage. Thus, we cannot stop at U.S.’ perceptions of China. We must also look at the reverse, China’s perceptions of the U.S.

Tel est l'objet de cet article, qui se concentre sur la manière dont la Chine perçoit les relations étrangères et la politique internationale américaines. Nous cherchons ainsi à comprendre la perception chinoise de l'ordre mondial américain. Dans une première partie, nous expliquons pourquoi les perceptions sont importantes en politique internationale et comment comprendre la perception de chaque acteur est essentiel pour créer une position internationale et une ligne de conduite valables. Nous donnons ensuite des exemples de la manière dont la Chine conceptualise la politique internationale. Enfin, en utilisant le fait que les visions et les perceptions sont historiquement construites, nous soutenons que la Chine utilise sa propre compréhension du monde international pour décrypter les actions internationales américaines et déchiffrer la vision américaine de la politique internationale. C'est ensuite dans ce cadre de compréhension que la Chine comprendra et évaluera les relations internationales américaines et concevra ses propres actions et réactions.

Les perceptions en politique internationale : pourquoi est-ce important ?

A key approach in strategy and international relations’ analysis

Au moins depuis que Jervis a publié son livre fondateur Perception et mauvaise perception en politique internationale en 1976, les perceptions ont été couramment utilisées en politique internationale et en relations étrangères et reconnues comme très importantes. De même, en prenant en compte les biais et en cherchant à les atténuer, les perceptions sont un élément clé du renseignement et de l'analyse de la prospective et de l'alerte stratégiques (voir notre cours Atténuer les préjugés ainsi que notre cours sur Modélisation analytique). La pratique de red teaming et l'analyse en équipe rouge n'est rien d'autre que de prendre le point de vue de l'ennemi et, par extension, des autres acteurs. Par conséquent, le red teaming signifie fondamentalement être capable de percevoir le monde comme les autres.

We can also argue that considering the perceptions of others is much older, and a fundamental part of strategy, politics and international affairs. For example, how the other thinks thus perceives the world is part of Sun Tzu ‘s advice in L'art de la guerre:

“If you know the enemy and know yourself, you need not fear the result of a hundred battles. If you know yourself but not the enemy, for every victory gained you will also suffer a defeat. If you know neither the enemy nor yourself, you will succumb in every battle.”

Sun Tzu, L'art de la guerreIII. (Attaque par stratagème), 18.

Utilisation des perceptions

Par conséquent, les perceptions, le fait de savoir et de comprendre qui perçoit quoi, est absolument vital pour les étudiants et les analystes de la politique internationale au sens large.

La logique des perceptions dans les relations étrangères et la politique internationale est la suivante. Pour agir dans le monde et réaliser votre vision et vos objectifs, vous devez notamment anticiper ce que les autres feront. Pour ce faire, vous devez comprendre comment ces autres perçoivent le monde, en plus de connaître leurs objectifs. Les autres se comportent de la même manière pour décider de leurs actions. Une fois que vous avez effectué cette analyse fondamentale, vous prenez en compte tous les autres éléments du pouvoir, y compris les capacités et leur perception.

Puis, à partir des interactions qui en résultent, une nouvelle situation se développe, qui est également comprise selon les perceptions. La révision des modèles perceptuels est en effet très rare (voir par exemple Anderson, Craig A., Mark R. Lepper, and Lee Ross, “Persévérance des théories sociales : Le rôle de l'explication dans la persistance d'informations discréditées“, Journal of Personality and Social Psychology, 1980, Vol. 39, No.6, 1037-1049 ; Cours en ligne sur Atténuation des biaisCours en ligne sur Modélisation analytique).

Par conséquent, et comme l'a souligné Sun Tzu, si vous comprenez comment les acteurs perçoivent le monde, vous vous rapprochez un peu plus de la possibilité de les comprendre correctement, d'anticiper leurs actions et donc d'atteindre vos propres objectifs, puis votre vision.

Sans cette perception, vous avez toutes les chances de faire des erreurs et de ne pas atteindre vos objectifs.

Hence, considering China’s increasing weight in the 21st century world, as well as the tension and competition between the U.S. and China, it is crucial, for all actors, to consider Chinese perceptions.

China’s typical perception of the international order

Le système des hommages

Since the masterful work by John Κ. Fairbank, “A Preliminary Framework” and the corresponding edited effort L'ordre mondial chinois : Les relations extérieures de la Chine traditionnelle (ed. John Κ. Fairbank, 1968), the so called “Tribute System” plays a center role in our understanding of the way China organised and still organises its foreign relations, as grounded in this traditional Chinese World Order. Scholars will agree with, tend to disagree with, and amend the framework offered by Fairbank (see bibliography for selected examples). Nonetheless this framework remains central.

Portraits of Periodical Offering (Chinese official tributary documentary paintings) – Tang Dynasty: Le Rassemblement des Rois (王會圖), by Yan Liben (閻立本, 601-673 CE) – Click here to access on Wikimedia Media Viewer ou ici pour Visionneuse de médias Zoom

Selon Fairbank (ibid. p.108), l'ordre mondial chinois est un cadre hiérarchique sino-centrique, historiquement construit, exprimé et informé par un ensemble de pratiques et d'idées qui définissent les relations entre la Chine et le reste du monde.

Au cœur du système, nous trouvons la Chine, Zhong Guo (中國/中国, l'État central, l'Empire du Milieu).

Les pays sont ensuite classés par cercles concentriques.

Le premier cercle est composé de :

“… the Sinic Zone, consisting of the most nearby and culturally similar tributaries, Korea and Vietnam, parts of which had anciently been ruled within the Chinese empire and also the Liu-ch’iu (Ryukyu) Islands and, at brief times, Japan.”

Fairbank, “A Preliminary Framework”, p.108

Puis vient le deuxième cercle :

“… The inner Asian Zone, consisting of tributary tribes and states of the nomadic or seminomadic peoples of Inner Asia, who were not ethnically and culturally non Chinese but were also outside or on the fringe of the Chinese culture area…”

Fairbank, “A Preliminary Framework”, p.108

Troisièmement, nous avons le dernier cercle :

“The Outer Zone, consisting of ‘outer barbarians’ (wai-yi) [外夷 also external barbarians] generally, at a further distance over land and sea, including eventually Japan and other states of Southeast and South Asia and Europe that were supposed to send tribute when trading.”

Fairbank, “A Preliminary Framework”, p.108
Portraits of Periodical Offering (Chinese official tributary documentary paintings) – Qing Dynasty: Huángqīng Zhígòngtú by Xiesui (謝遂), 18th century – Click here to access on Wikimedia Media Viewer ou ici pour Visionneuse de médias Zoom – for detailed pages see ici.

Central Asian States under the Qing, for example, also belonged to this circle (Hsiao-Ting Lin, “The Tributary System in China’s Historical Imagination…”, 2009).

Théories communistes de l'ordre mondial

L'encerclement des villes par les zones rurales

“Zhou Enlai, Mao Zedong, and Lin Biao waving copies of The Little Red Book at the Tiananmen Palace in Beijing”, 1st October 1967 (Public Domain via Wikimedia Commons)

During the Cultural Revolution, in September 1965, General Lin Biao, published his famous article “Long Live the Victory of the People’s War!“, which defined the Chinese theory of the encirclement of the “cities” by the “rural areas”.

Lin Biao a théorisé que les révolutions qui se produiraient de plus en plus dans le monde rural à travers la planète finiraient par encercler complètement les villes qui symbolisaient les pays riches. La République Populaire de Chine faisait bien sûr partie de cette propagation et de cet encerclement des zones rurales.

Mao’s Three Worlds

La partie restante de cet article est destinée à notre membres. Assurez-vous d'obtenir de vraies analyses et non des opinions ou, pire, de fausses nouvelles. Devenez l'un de nos membres et accédez à cet article. Log in si vous êtes membre.


Bibliographie

Cohen, Raymond, “Threat Perception in International Crisis,” Political Science Quarterly 93, no. 1 (1978) ;

Cranmer-Byng, J. L., “The Chinese Perception of World Order”, Revue internationale, Winter, 1968/1969, Vol. 24, No. 1 (Winter, 1968/1969), pp. 166-171.

Fairbank, John Κ., “A Preliminary Framework”, in L'ordre mondial chinois : Les relations extérieures de la Chine traditionnelle, ed. John Κ. Fairbank, Harvard University Press 2013 (1968).

Hsiao-Ting Lin, “The Tributary System in China’s Historical Imagination: China and Hunza, ca. 1760-1960”, Journal de la Société royale asiatiqueThird Series, Vol. 19, No. 4 (Oct., 2009), pp. 489-507 (19 pages).

Jervis, Robert, Perception et mauvaise perception en politique internationale (Princeton, NJ : Princeton University Press, 1976, 2d ed 2017)

Jiang Yonglin, “Thinking About “Ming China” Anew: The Ethnocultural Space in a Diverse Empire – with Special Reference to the “Miao Territory“, Revue d'histoire chinoise, 2 (2018), 27-78.

Schwak, Juliette, “Towards Post Western IRT: A Confucian reading of Northeast Asian international society”, Congrès AFSP Aix 2015.

Zhang Feng, “Rethinking the ‘Tribute System’: Broadening the Conceptual Horizon of Historical East Asian Politics”, Revue chinoise de politique internationale, Vol. 2, 2009, 545-574

Zijia He, “Disparités entre les perceptions américaines et chinoises de la politique étrangère chinoise“, CMC SENIOR THESES, 2018.

Wang Yuan-kang, “Expliquer le système de tribut : Pouvoir, confucianisme et guerre dans l'Asie orientale médiévale“, Journal of East Asian Studies 13 (2013), 207-232


Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène LavoixPh. D. Lond (relations internationales), est la présidente-directrice générale de The Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prospective stratégique et l'alerte pour les relations internationales et les questions de sécurité nationale et internationale. Elle s'intéresse actuellement à la guerre en Ukraine, à l'ordre international et à la montée de la Chine, au dépassement des frontières planétaires et aux relations internationales, à la méthodologie de la SF&W, à la radicalisation ainsi qu'aux nouvelles technologies et à la sécurité.

Rejoindre la conversation

14 commentaires

  1. This is a very interesting article on how China sees and perceives the world. You mentioned very interestingly that Chinese foreign and international perceptions is Cino – centric. I often call Iranian foreign policy as Persian-centric. Perhaps ancient civilization is the root of the false perception.
    Merci beaucoup, Dr. Hélène Lavroi. Excellent discours.

    1. Merci beaucoup Fereydoun, comme toujours pour vos commentaires positifs. Je suis ravi que quelqu'un d'aussi bien informé que vous, et ayant une pratique réelle des relations internationales de haut niveau, apprécie mes recherches et mon travail.
      Actually, building upon your comment we may wonder if most civilizations – to the least great civilisations – have a self-centric approach to foreign relations. And that may not be false, but related to the need to pursue self-interest and ensure the security of those who are ruled. What matters then is to also be able to understand that others think similarly, and then to make the effort to see and understand other’s perceptions. Considering others’ perceptions may help meet half-way if possible, or in any case anticipating better what will happen.
      Merci encore Fereydoun !
      Hélène

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR