Depuis 2008, date des émeutes massives de la faim, puis la " révolution du printemps arabe " en 2011, l'Égypte est devenue une terre de conflits politiques, religieux et sociaux (Krista Mahr, " Bread is life : food and protest in Egypt ", Time Magazine, 31 janvier 2011 ; Georges Corm, Le Proche-Orient éclaté, 2012), dont certains opposent des factions armées militantes et religieuses d'une part, la police, l'armée et les services secrets, d'autre part. Parallèlement, la société civile émerge fortement. Au-delà des événements spectaculaires, les causes de ces conflits politiques et religieux internes s'enracinent, entre autres facteurs, dans les dynamiques internationales et climatiques. En effet, la société et la politique égyptiennes sont profondément affectées par l'enchevêtrement des changements économiques, politiques, environnementaux et climatiques ...

La partie restante de cet article est destinée à notre membres. Assurez-vous d'obtenir de vraies analyses et non des opinions ou, pire, de fausses nouvelles. Devenez l'un de nos membres et accédez à cet article. Log in si vous êtes membre.

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et Sécurité du Red Team Analysis Society. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

FR