En mai 2019, pour la deuxième fois en trois mois, le centre des États-Unis est frappé par des inondations record. Ces inondations touchent l'Oklahoma, l'Arkansas, le Missouri, l'Illinois, le Nebraska et l'Iowa (Susannah Cullinane, Hollie Silvermane, Sheena Jones, "Le centre des États-Unis se remet d'une semaine de temps meurtrier”, CNNle 26 mai 2019). À Van Buren (Arkansas), le niveau du fleuve Arkansas a atteint 38,3 pieds, battant le record de 1945 à 38,1. Ces inondations font suite à celles historiques de mars 2019 (Jean-Michel Valantin, "Cyclone à la bombe dans le Midwest : Les inondations, la guerre commerciale et la super tempête agricole à venir”, L'analyse rouge (équipe)le 15 avril 2019).

Entre-temps, la saison a été exceptionnellement humide. En conséquence, les agriculteurs déjà malmenés sont confrontés à des problèmes gigantesques pour planter les récoltes de maïs et de soja de 2019. Au milieu de ces conditions extrêmes, le Texas, le Tennessee, l'Arkansas, la Louisiane et l'Oklahoma traversent une saison de tornades exceptionnellement violente. Par exemple, le 24 mai 2019, Jefferson City, la capitale de l'État du Missouri, a été dévastée par une tornade monstrueuse, de près d'un kilomètre de large, avec des vents de pointe atteignant près de 160 miles à l'heure. Le matin, la ville était en ruine ("Tornade qui a ravagé la ville de Jefferson, Missouri, classée EF3 ; près de 2 douzaines de personnes ont été blessées », Météo.com23 mai 2019).

Ces événements surviennent après les dégâts profonds et durables causés par les inondations catastrophiques de mars 2019. Cependant, ces destructions très impressionnantes ne sont que la dimension visible de la "longue catastrophe" qui se déroule dans leur sillage. Cette longue et complexe catastrophe résulte de la combinaison du ralentissement de l'agriculture induit par la série historique d'événements climatiques extrêmes dans la ceinture agricole avec la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine (Valantin, ibid).

De plus, ces facteurs se combinent à la pandémie de peste porcine africaine qui se propage rapidement. La pandémie, qui a débuté en août 2018, a tué au moins un million et demi de porcs en Chine et se propage maintenant en Asie (Dennis Normile, "La peste porcine africaine continue de se propager en Asie, menaçant la sécurité alimentaire”, Sciencele 19 mai 2019). Parmi les conséquences agricoles et alimentaires en cascade, la diminution du nombre de porcs entraîne une diminution de la demande de soja, car les produits à base de soja font partie du régime alimentaire des porcs (de Bloomberg, "Comment l'épidémie de peste porcine en Chine bouleverse les marchés du soja”, Le Morning Post de la Chine du Sud15 avril 2019).

Cette combinaison extrêmement violente de facteurs climatiques, internationaux et sanitaires crée-t-elle un type de pression très particulier sur le Midwest ? En conséquence, le statut du Midwest dans une économie mondialisée est-il remis en question ?

Afin de répondre à ces questions connexes, il est primordial de comprendre que ces événements signalent également que nous entrons dans une ère de changement permanent, nécessitant une adaptation constante au changement climatique et à la "longue urgence" qui en découle (James Howard Kunstler, La longue urgence, survivre aux catastrophes convergentes du XXIe siècle, 2005).

Le Midwest comme frontière catastrophique

Inondations et tornades : une catastrophe durable

Depuis mars 2019, le Midwest connaît une situation que nous qualifions ici de "longue catastrophe". Elle a commencé lorsque, entre le 14 et le 20 mars 2019, un "cyclone bombe" d'une puissance historique, combiné à la fonte des neiges, a dévasté le Colorado et le centre des États-Unis, en particulier la "ceinture de fermes" du Midwest de l'Iowa et du Nebraska, du Dakota du Sud et du Kansas (Phil McCausland, " Les inondations du Midwest inondent les fermes et les villes rurales, menaçant les moyens de subsistance et l'avenir“, Nouvelles de la NBCle 22 mars 2019).

En conséquence, ces événements météorologiques ont déclenché d'immenses inondations, qui ont détruit plus d'un million d'acres (405 000 hectares). Ces inondations ont des conséquences directes immédiates, car elles noient les terres arables, détruisent les stocks de cultures, les routes, les maisons, les autoroutes, les chemins de fer, les ponts, les granges, les voitures, les camions, etc. (Humeyra Pamuk, P.J Huffstutter, Tom Polansek, "Les agriculteurs américains face à la dévastation suite aux inondations du Midwest”, Reuters20 mars 2019).

Tout au long des mois d'avril et mai, la situation s'est aggravée. En effet, d'avril 2018 à avril 2019, la région a également connu les 12 mois les plus humides d'affilée depuis 1895. Les sols détrempés ne peuvent plus absorber l'eau, qui s'écoule dans les rivières en crue, comme l'Arkansas, le Mississippi et le Missouri. Le 21 mai, après 136 jours, la crue du Mississippi a battu le record d'inondation de 1927 (Steve Hardy, "Le fleuve Mississippi bat le record du stade de crue établi il y a 92 ans ; voici le moment où l'eau pourrait descendre », L'avocatLe 21 mai 2019.

Vers un isolement climatique du Midwest ?

En outre, cela signifie que la combinaison des pertes agricoles, commerciales et financières aggrave la situation des infrastructures de transport dans le Midwest. En effet, le transport fluvial, ferroviaire et routier de vrac lourd est en très mauvais état, en raison de 30 années de gestion et d'investissements insuffisants. Les inondations aggravent l'état des infrastructures vitales, alors que celles-ci relient les agriculteurs du Midwest aux marchés mondiaux (David Hoppelman, ibid). Cette situation est aggravée par une série historique de tornades qui ont dévasté le Midwest, 13 jours d'affilée (Amanda Schmidt, "Mai 2019 pourrait être un mois historique pour les tornades, après une série de tornades sans précédent qui se termine finalement après 13 jours", Accuweather, 31 mai 2019.

Le Midwest pris entre les inondations et la pandémie asiatique

Retard des récoltes

Cette longue catastrophe est en train de dévaster l'agriculture du Midwest. Seule 49% de la superficie de maïs est plantée, ce qui contraste fortement avec les 78% de 2018 à la même époque de l'année. On peut en dire autant du soja : 19% de superficie sont plantés, alors que 53% l'étaient en 2018. De mal en pis, seules 5% de la culture de soja poussent maintenant à partir du sol, contre 24% en 2018 ("Progrès des cultures”, USDA20 mai 2019).

Comme il se produit, cela fait suite aux dégâts de la série de tempêtes de mars, et leurs impacts sont si importante en raison de la perte des stocks. Ceux-ci ont été accumulés depuis 2018, lorsque les effets de la guerre commerciale lancée contre la Chine ont conduit Pékin à renforcer ses propres barrières tarifaires à l'encontre du soja américain, tout en les abaissant dans en faveur de la production brésilienne (Jean-Michel Valantin, "L'économie américaine, entre le marteau climatique et l'enclume de la guerre commerciale - Le L'affaire des cultures de soja aux États-Unis”, L'analyse rouge (équipe) Société8 octobre 2018).

Récoltes détruites

Dans d'autres mots, les inondations ont détruit la partie non vendue des récoltes de 2018, alors que mettant en danger les récoltes de 2019. Ils ont également détruit le capital financier potentiel les stocks auraient pu être destinés aux agriculteurs. En outre, les inondations ont neutralisé les taxes potentielles que la vente des actions de 2018 aurait représentées pour la secteur public et donc pour l'entretien des infrastructures (Irwin Redlener, “Le coût mortel des infrastructures défaillantes lors des inondations historiques du Midwest”, La Colline5 avril 2019).

Entrer en pandémie

Il se trouve qu'un nouveau facteur vient encore bouleverser la situation des producteurs de soja du Midwest. Depuis août 2018, une pandémie de grippe porcine africaine a attaqué l'industrie porcine chinoise, avec ses 400 millions de porcs domestiques (Dennis Normile, Ibid.). Un rapport de la troisième banque néerlandaise, Rabobank, suggère que dans le pire des cas, jusqu'à 200 millions de porcs pourraient être menacés (Orange Wang, Chad Bray, "L'épidémie de peste porcine africaine en Chine et la guerre commerciale américaine se combinent pour créer une tempête parfaite pour l'économie chinoise”, Le Morning Post de la Chine du Sud3 mai 2019). Cela représenterait plus de porcs que la totalité du parc européen et américain. En attendant, la maladie se propage au Vietnam, au Cambodge, au Myanmar et en Russie (Dennis Normile, Ibid.).

L'importance du porc dans le régime alimentaire chinois est primordiale car c'est la viande de base préférée de la nation forte de 1,4 milliard d'habitants. Sachant que les agriculteurs nourrissent les porcs avec des produits à base de soja, cela fait de la Chine le principal importateur de soja. Si la production porcine chinoise devait être réduite de 30%, la demande de soja pourrait alors diminuer de 4,2% selon HSBC, sachant que l'épidémie chinoise et la pandémie asiatique dureront plusieurs années (Orange Wang, Chad Bray, "L'épidémie de peste porcine africaine en Chine et la guerre commerciale américaine se combinent pour créer une tempête parfaite pour l'économie chinoise”, Le Morning Post de la Chine du Sud3 mai 2019).

Les cavaliers de la tempête

En d'autres termes, la production de soja du Midwest, déjà maigre en 2019, risque d'être touchée par la baisse des prix due à la mort massive de porcs asiatiques. Ce risque est induit par la mortalité constante des porcs chinois et asiatiques, alors que la récolte de soja américaine atteindra une quantité finale.

Si les prix du soja et du maïs devaient augmenter en 2019, en raison du retard des récoltes, il faut se demander si cette hausse compensera réellement la baisse de la demande due au taux élevé de mortalité des porcs en Chine, ainsi qu'au Vietnam, au Myanmar, au Laos et en Russie. Il se trouve que les récoltes et les exportations de soja brésilien sont à des niveaux records, en raison de la faiblesse de la monnaie brésilienne. (Roberto Samora, "Les récoltes brésiliennes s'envolent, la faiblesse de la monnaie et les prix élevés renforcent l'accord“, Une agriculture qui réussit, 30/05/ 2019). Il faut également ajouter que la Chine applique des droits de douane favorables aux importations de soja non américaines, en réaction aux droits de douane élevés qu'elle impose sur les importations de soja américaines, dans le contexte de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine (Jean-Michel Valantin, "L'économie américaine, entre le marteau climatique et l'enclume de la guerre commerciale - Le cas de la culture du soja aux États-Unis”, The Red Team Analysis Society8 octobre 2018). Ainsi, il pourrait y avoir une abondance de soja sur le marché international, alors que la demande asiatique va continuer à diminuer. Cette pression potentielle sur les prix aurait alors lieu au moment de la succession d'événements climatiques extrêmes de 2019, et de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Il faut ajouter que les dégâts causés aux infrastructures, par la destruction des granges, des silos, des routes, des autoroutes, des voies fluviales, isolent à moitié le Midwest des marchés mondiaux.

Cela se produit à un moment où les inondations, le froid et la chaleur ont des répercussions sur toute la planète. Par exemple, l'Australie, l'un des producteurs mondiaux de blé, importe maintenant, en raison d'une très mauvaise récolte qui fait suite à de violents épisodes de sécheresse et d'inondations (Colin Packham, "L'Australie va importer du blé pour la première fois depuis 12 ans, en raison de la sécheresse”, Reutersle 15 mai 2019). 

Vers une crise mondiale des prix alimentaires ?

En d'autres termes, il existe un risque élevé que l'intensification des tensions sur les marchés des matières premières et des denrées alimentaires définisse la situation économique du second semestre de 2019. Dans le même temps, les compagnies d'assurance et de réassurance vont devoir faire face aux coûts des gigantesques épisodes de destruction des infrastructures et de l'agriculture dans le Midwest.

Il pourrait s'agir d'un nouveau type de crise agricole, financière, alimentaire et sociale hybride. À l'heure de la mondialisation, cette crise s'étendra ... à l'échelle mondiale.


Errata 5 juin 2019 : Nous avons changé une phrase dans l'introduction où une erreur grammaticale a conduit à une confusion entre le nombre réel de porcs tués en Chine et le nombre potentiel qui serait tué dans le pire des cas. Nous utilisons maintenant le nombre réel de porcs tués jusqu'à présent en Chine.
Nous avons clarifié et détaillé la source du pire scénario dans le paragraphe correspondant du corps du texte, corrigé le nombre de porcs domestiques en Chine et ajouté des estimations de HSBC.

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et Sécurité du Red Team Analysis Society. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

Rejoindre la conversation

2 commentaires

  1. Bonjour,
    Je ne trouve aucune source concordant avec l'affirmation suivant laquelle 200 millions de porcs étaient morts de la peste porcine.
    Je n'ai pu trouver qu'une projection issue d'une banque (dont la fiabilité est à étayer) suivant laquelle la pandémie risquait de rendre nécessaire l'abattage de 200 millions de porcs, ce qui est très différent. Pourriez-vous m'en dire davantage ?
    Merci.

    1. Bonjour,
      En tant qu'éditeur, nous vous remercions pour votre question, vigilance et alerte. Nous avons transmis à l'auteur, qui a vérifié, identifié l'erreur grammaticale source du problème, changé la phrase et a également clarifié le paragraphe correspondant dans le texte.
      En ce qui concerne la banque, la Rabobank (si c'est à elle que vous faites référence) est une des trois plus grande banque des Pays-Bas (voir par exemple page 294, Jon Frost etal. Banque internationale et effets transfrontaliers de la réglementation : Leçons des Pays-Bas), donc ses scénarios peuvent avoir un certain crédit, même si idéalement il faudrait pouvoir étudier en détail lesdits scénarios pour les évaluer correctement.
      Merci encore d'être un lecteur si attentif,
      Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR