19 juin 2011 #globalrevolution : Bruit ou signal faible ?

Occupation, protestation, prévoyance et alerte stratégique, populisme
Designers et graphistes soutiennent la révolution mondiale @ Voces con futura

Le 19 juin, Prenez la placeune plate-forme web relayant les informations régionales et nationales et les appels des différents Mouvements de Real Democracy NowL'Union européenne (UE) appelle au lancement officiel d'une révolution pacifique mondiale - abrégée en #globalrevolution sur Twitter - qui s'exprimerait par une manifestation mondiale.

Les mouvements de Real Democracy Now, comme l'ont expliqué quelques articles de blog (par exemple Laura Gutierrez; Leila Nachawati Rego; Asteris Masouras; Martin Varsavsky) ont débuté "officiellement" le 15 mai en Espagne et sont inspirés non seulement par le (Hiver-)printemps arabe mais aussi par la "révolution" islandaise. Ces mouvements sont avant tout une réponse aux actions des systèmes politiques qui sont perçus par les citoyens comme de plus en plus illégitimes. Les mouvements précédents aident notamment à briser les sentiments d'impuissance et de découragement ; les réseaux sociaux basés sur le web accélèrent et facilitent la communication et l'organisation ; mais aucun de ces éléments ne suffirait à générer une action collective si les situations de la vie quotidienne n'étaient pas de plus en plus ressenties comme collectivement injustes.

Il est étonnant de constater que les médias grand public, qu'ils soient nationaux ou internationaux, n'ont guère rendu compte des diverses manifestations et mouvements, bien qu'ils se soient répandus dans de nombreux pays et aient progressivement gagné en popularité auprès des citoyens, avec une rapidité et un succès variables selon les situations nationales réelles. En Grèce, par exemple, des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées sur la place Syntagma dès le 22 mai, ignorées de tous sauf des adeptes de Facebook et Twitter. Pendant ce temps, les négociations concernant le sauvetage de la Grèce entre les autorités monétaires européennes et internationales et les institutions grecques ont été largement couvertes. Le mouvement grec n'a pas reculé, comme l'explique Thalia Tzanetti dans "Les surprises de Syntagma et de ses Indignados.”

En fait, on peut retracer le début de la mobilisation espagnole qui marque le début des mouvements européens et potentiellement mondiaux pour Le 14 mars sur Facebook (twitter #15M). À ce jour, les mouvements "Real Democracy Now" se sont étendus à au moins 26 pays, dont les États-Unis, plus un effort mené par l'Allemagne pour mettre en réseau tous les efforts européens dans un mouvement européen. En termes quantitatifs, certaines de ces mobilisations peuvent être considérées comme négligeables et non représentatives. Par exemple, si l'on utilise comme indication par procuration le nombre de "likes" sur Facebook, le mouvement américain ne rassemble que 941 personnes le 14 juin 2011 contre 624 le 3 juin. En utilisant les mêmes indications par procuration, les mouvements européens sont plus importants, mais aussi quantitativement diversifiés : L'Espagne (406.425 "likes") puis la Grèce (138.740 "likes") sont en tête, suivies de l'Italie (26.065) et de l'Irlande (21.301) ; de nombreux pays affichent entre 1000 et 12000 "likes", les chiffres les plus faibles sont obtenus par le mouvement plus récent de la République tchèque (499) et de la Suisse (199, inactif depuis le 10 juin). Là encore, en utilisant ce proxy, il semblerait que la mobilisation ralentisse et cherche une direction, notamment depuis que le mouvement espagnol a décidé d'abandonner son occupation des places centrales le 12 juin.

Les grands médias et les analyses ont-ils donc eu raison d'ignorer un mouvement qui pouvait être considéré comme une manifestation de plus sans conséquence et qui allait simplement mourir et disparaître comme tant de manifestations européennes auparavant ? Ces mouvements ne sont-ils que du bruit plutôt que des signaux ? Ou y a-t-il autre chose ? Au contraire, ces mouvements sont-ils des signaux faibles - ou pas si faibles - que quelque chose ne va pas et qu'un changement est en train de se produire ?

En fait, autres hypothèses peut être fait pour le désintérêt général que le mouvement #Europeanrevolutions et #Globalrevolution a suscité, notamment par rapport aux événements en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

  • Le (hiver-)printemps arabe peut être analysé à la lumière de la peur et de la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme religieux, alors que les mouvements européens et mondiaux potentiels ne portent pas directement en eux un potentiel pour de telles analyses.
  • Les révolutions arabes de (l'hiver) et du printemps ont été rapidement réinterprétées par les grands médias comme des mouvements pro-démocratiques en expansion, alors que la réalité derrière chaque mobilisation est plus complexe. Au contraire, ce qui s'est passé en Europe ne pouvait pas être facilement qualifié de pro-démocratie - malgré les demandes des acteurs - parce que ces mouvements ont lieu dans des... démocraties.
  • Les mouvements révolutionnaires et leurs sympathisants, où qu'ils se trouvent, offrent et partagent un soutien moral réciproque au-delà des frontières. Pourtant, en dépit de ces messages, il est probable que la pensée dominante considère que les mouvements qui se déroulent "en Occident" ne méritent pas d'attention et sont même injustifiés parce qu'ils ne correspondent pas à l'idéologie encore répandue mais dépassée du Premier Monde/Tiers Monde.
  • Du point de vue des médias et des analyses occidentales, les mouvements qui se déroulent "chez nous" exigeraient une analyse politique intérieure faite en termes de processus, alors que les maigres ressources des analystes politiques sont généralement concentrées sur ce qui est étranger et sur les dirigeants et l'élite politiques, tandis que l'essentiel de l'analyse intérieure tend à être vu à travers une analyse économique qui serait coupée des processus politiques.
  • Les mouvements européens et mondiaux potentiels se veulent pacifiques et les acteurs qui y répondent n'ont pas fait jusqu'à présent l'erreur de recourir à la violence (à l'exception de quelques expulsions forcées comme à Barcelone). La situation générale ne s'est pas aggravée au point de voir les tensions se transformer en violence. Les mouvements n'ont donc pas satisfait aux critères des "événements sensationnels" qui suscitent souvent l'intérêt des médias et des décideurs.
  • Enfin, la plupart de ces mouvements étant de base et n'étant pas utilisés pour intégrer une stratégie de soutien international, ils s'expriment et communiquent dans des langues vernaculaires, générant ainsi une mosaïque de tweets et de messages en espagnol, grec, italien, néerlandais, allemand ou français, etc. et plus rarement en anglais, ce qui rend plus difficile pour les analystes de suivre et de voir les tendances au-delà des frontières.

L'existence de tant d'hypothèses alternatives est suffisante pour nous permettre de considérer que les révolutions #Européenne et #Globale sont très probablement des signaux faibles. Ces mouvements nécessiteraient donc une réflexion, une couverture et une analyse approfondie, qui devrait inclure une lutte contre de nombreux biais, y compris normatifs. Le travail serait toutefois facilité par la compréhension et les connaissances accumulées au cours des cent dernières années au moins sur les mouvements révolutionnaires, la mobilisation politique, la radicalisation, la construction de l'État, etc. Le moins que les analystes de la prospective stratégique et de l'alerte - et les décideurs politiques - puissent et doivent faire, serait de faire le point sur ces mouvements, de les considérer à la lumière des processus politiques avec leur dynamique, et d'écouter ce que les citoyens ont à dire car ces mouvements et leurs revendications pourraient bien informer l'avenir.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

FR