Le schéma qui se dessine depuis au moins le début de la deuxième décennie du XXIe siècle est une polarisation croissante au sein de la société - ou des sociétés - occidentale. Dans cet article, nous avons identifié et analysé cette tendance à travers le signal correspondant - les grèves du 14 novembre 2012. Nous avons évalué l'évolution vers la polarisation comme probable. Nous avons ensuite évalué que nous verrons probablement davantage de manifestations et de protestations dans un avenir proche, qui s'étendront probablement en termes de participation, de portée géographique et de contenu des revendications. Le licenciement - facilement interprété comme du mépris - l'absence de réponse satisfaisante et le sentiment d'injustice vont très probablement renforcer la tension, ouvrant la porte à la violence sous diverses formes.

La dynamique et les événements ultérieurs et actuels ont prouvé que notre estimation était correcte. Nous ne voyons pas de fin à cette tendance dans un avenir proche (oct. 2017).

Analyser

Suite aux réponses apportées par les gouvernements à la crise des institutions financières et de la dette souveraine, aux politiques d'austérité, les protestations se sont répandues dans le monde occidental depuis mars 2011. Le 14 novembre 2012, une grève à l'échelle européenne a été organisée et a vu des millions de manifestants descendre dans la rue avec des variations selon les pays. Cette manifestation montre une coordination croissante entre les pays et une mobilisation des citoyens. Elle reste cependant majoritairement pacifique malgré des violences sporadiques.

#14N : des millions de personnes rejoignent la plus grande grève européenne jamais organisée, Jerome Roos, Reflections on a Revolution ROAR: Des combats de rue éclatent et de grandes parties de l'Europe sont paralysées alors que des millions de travailleurs quittent leur emploi dans le cadre de la plus grande...

La manifestation générale a eu lieu alors que la zone euro n'était pas encore considérée comme étant en récession. Cependant, comme la récession est maintenant officielle et qu'elle devrait durer, les causes de la mobilisation demeurent, ce qui nous laisse espérer d'autres protestations à venir.

La zone euro s'enfonce dans la récession avec les difficultés de l'AllemagneRobin Emmot, BRUXELLES, 15 novembre (Reuters) : L'économie française est considérée comme stagnante ; l'Allemagne ne connaîtra qu'une croissance de 0,2 pct ; la zone euro a probablement dérapé en...

Si les protestations pacifiques sont toutefois considérées comme inutiles, notamment par l'establishment financier conservateur et libéral, alors il est fort probable que les revendications ne seront pas entendues, et pire, que les manifestations pacifiques seront rejetées. Cela peut être considéré comme la véritable réponse à la manifestation, en fait un durcissement de la position. Comme la récession peut également accroître la crainte d'une diminution des profits, un adoucissement de la position est peu probable. En outre, on peut également imaginer qu'une récession continue, ajoutée à l'échec des efforts des manifestants pour provoquer un changement, serait une occasion d'augmenter les profits - et le pouvoir - à court et moyen terme en brisant toute opposition, et donc en modifiant l'équilibre des forces lié à la seconde moitié du 20e siècle. Cela impliquerait également une tendance à adopter une position plus dure.

Les grandes grèves européennes ont peu d'effetWall Street Journal : Des grèves générales et des violences sporadiques contre les programmes d'austérité des gouvernements ont secoué l'Espagne, le Portugal et la Grèce, mais il semblait peu probable qu'elles...

Image en vedette : Manifestation à Madrid le 14 novembre 2012 d'après #14N : des millions de personnes se joignent à la plus grande grève européenne jamais organisée par Jérôme Roos.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR