FSA, rebelles, AK47, Syrie, guerre civile

In 2013, the Syrian civil war is more than two years old and, according to the UN High Commissioner for Human Rights, would have claimed the lives of more than 60.000 personnes (jusqu'en novembre 2012), tandis que 1,2 million de personnes ont fui vers les pays voisins et 4 millions ont été déplacées à l'intérieur du pays (AFP, 4 avril 2013). La guerre syrienne est un problème difficile pour la prévision et l'alerte stratégiques car, outre la catastrophe humanitaire, les risques pour la paix et la stabilité régionales et mondiales ne cessent d'augmenter, car le conflit redéfinit la perspective stratégique de la région tout en participant à la changement de paradigme mondialet, enfin, parce que le brouillard de la guerre rend notre tâche d'anticipation plus difficile et plus complexe. Nous aborderons ces questions dans une série d'articles sur le la guerre en Syrie et les futurs potentiels émergents.

We are facing three – related – sets of problems. First, we must deal with the war itself, where three, four or five types of Syrian actors and their “international backers” – or even more according to typologies, as we shall discuss below – and not two, fight for power. Second, we must prepare for the following peace while, third, evaluating and considering the still being redesigned strategic environment. Their specific characteristics will depend upon the length of the war, how it is waged and the way it ends. The peace should be prepared to be made constructive, positive, and lasting, and the strategic environment conducive to interests.* Getting ready for the second period and succeeding there starts with actions taken during the war and with the fate of the war itself, according to three main scenarios (leading to ten sub-scenarios) grounded in the current state of play.

Pour pouvoir utiliser ces scénarios à des fins d'alerte, les révisions régulières doivent inclure ce qui se passe sur le terrain. Sur le plan méthodologique, le suivi continu de la situation et la mise à jour des scénarios qui s'ensuit peuvent être la seule façon de faire face au brouillard de la guerre.

Understanding the current state of play and the actors

Avant de présenter les acteurs (cliquez ici), il est nécessaire de faire deux remarques préliminaires.

1- Il est intéressant de noter que dans de nombreuses analyses et rapports sur la guerre en Syrie, on ne trouve mention que de deux ou trois groupes d'acteurs : le régime de Bachar al-Assad et l'insurrection, auxquels s'ajoutent parfois les Kurdes de Syrie, qui se trouvaient initialement dans une position presque neutre. Hormis quelques études plus détaillées, qui montrent combien la situation est plus complexe, "l'insurrection" tend à être prise soit comme une large étiquette générale, soit, plus inquiétant, comme un bloc monolithique. Quelques facteurs d'interaction sont probablement à l'œuvre ici pour expliquer cette approche :

  • We are faced with cognitive biases, or more specifically with the problem of enduring cognitive models in the face of new evidence, when the initial model was created early and with very few available evidence (Anderson, Lepper et Ross, 1980). La tendance de notre cerveau humain à surestimer également "la direction et la planification centralisées intentionnelles" (Heuer, chapitre 11, biais 2) est probablement aussi en jeu.
  • La difficulté d'obtenir des informations sur le terrain rend encore plus complexe l'obtention de preuves fiables qui faciliteraient notre compréhension de la situation sur le champ de bataille. Il convient néanmoins de souligner, comme l'a fait remarquer un récent Article d'EAworldviewLa guerre civile en Syrie redéfinit la façon dont nous apprenons à savoir ce qui se passe en cas de guerre, et c'est grâce au dévouement de beaucoup, à un véritable effort de crowdsourcing, et aux technologies du web et de la communication que la connaissance de la situation émerge. Comparez, par exemple, avec notre cécité dans des situations passées comme au Cambodge. Cependant, cela place également chacun dans un rôle de collecteur d'informations et d'analyste (rôles de renseignement et de recherche scientifique), pour lequel il n'a pas été formé et qui doit être appris par essais et erreurs.
  • Très probablement, les observateurs et les analystes doivent faire face à la tromperie et à la manipulation consciente et inconsciente des acteurs combattants sur le terrain. Chaque groupe de combattants a un objectif, ainsi que ses propres préjugés inconscients et sa vision et sa compréhension partielles de la situation. L'histoire de chaque groupe, de chaque combat, qu'elle soit racontée par écrit, par vidéo ou par le biais d'interviews, reflétera des perceptions et des objectifs spécifiques, qui doivent également être pris en compte. La difficulté est très bien soulignée dans les paragraphes introductifs d'un article récent de Matthew Barber sur l'excellent Commentaire sur la Syrie de Joshua Landis lorsqu'il utilise la nouvelle installation Syria Video pour analyser "L'histoire de Raqqa : Structure des rebelles, planification et éventuels crimes de guerre.”
  • Par conséquent, les analystes sont également des acteurs de la guerre en Syrie.
  • Syrie, guerre civile, carteDe plus, la plupart du temps, les cartes disponibles en open source - aussi impressionnante que soit la quantité de détails qu'on y trouve, qui est d'ailleurs régulièrement mise à jour (comme la carte Wikipedia présentée ici qui décrit la situation en Syrie au 23 mars 2013) - ne communiquent qu'une partie du tableau et pourraient conduire à des conclusions partielles. Ils sont néanmoins non seulement informatifs (et incroyablement le plus souvent) mais aussi utiles, tant que la réalité de la situation n'est pas oubliée, et on pourrait s'en inspirer pour inclure les différents grands types d'opposition combattante.

2- Suite Aymenn Jawad Al-Tamimi in his “Jihad en Syrieet Phillip Smith, a central idea should be kept in mind regarding the Syrian civil war – and generally most civil wars: the situation is fluid, changing and much more complex to describe than any categorization could allow.

Le champ de bataille syrien implique plus de 1000 factions et groupes (Smith), certains plus puissants que d'autres. Il semblerait que nous soyons à ce stade où la durée de la guerre a créé suffisamment de ravages et de chaos pour permettre à chaque clan qui le souhaite de créer son propre groupe de guérilla localisé (Lund, 2013: 10), whilst the dynamics of the Syrian insurgency has not  – or not yet or not completely – allowed a few groups to take real pre-eminence. Thus, all classifications should be taken with the utmost carefulness and what is true one day may well change the next. Alliances and participation in one group or another must also be considered as temporary. Those warring dynamics, yet, need to be observed and understood, because it is finally on the battleground that the destiny of Syria is being played out, while the interactions between international actors and this battleground progressively and incrementally impact the region and shape potential futures. (Author: Dr Helene Lavoix – for Red (team) Analysis – posted on 15 April 2013).

Next article click ici.

* Les intérêts varieront selon les acteurs, chacun essayant d'influencer la situation générale pour atteindre au mieux ses objectifs.

Featured image: Free Syrian Army soldier walking among rubble in Aleppo during the Syrian civil war. 6 October 2012. By Voice of America News: Scott Bobb reports from Aleppo, Syria [Public domain], via Wikimedia Commons

——

Bibliographie détaillée et liste des sources primaires à venir

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène LavoixPh. D. Lond (relations internationales), est la présidente-directrice générale de The Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prospective stratégique et l'alerte pour les relations internationales et les questions de sécurité nationale et internationale. Elle s'intéresse actuellement à la guerre en Ukraine, à l'ordre international et à la montée de la Chine, au dépassement des frontières planétaires et aux relations internationales, à la méthodologie de la SF&W, à la radicalisation ainsi qu'aux nouvelles technologies et à la sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR