The Red (team) Analysis Weekly n°107, 4 juillet 2013

L'Egypte : un changement de cap complet - Les événements qui se sont déroulés en Égypte ainsi que les réactions qu'ils ont suscitées illustrent la fin potentielle d'une compréhension très superficielle de la démocratie depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cette compréhension superficielle de la démocratie s'est limitée aux élections, donc à la politique politicienne, au mépris total de toutes les autres valeurs et idéaux inclus dans la démocratie et à la négation totale des liens complexes existant entre le régime (la démocratie par exemple), l'État et le dirigeant (qui est actuellement "la nation"). Cette compréhension superficielle est allée de pair avec la modernisation, sa vision matérialiste du monde et les institutions correspondantes. Les Égyptiens ont mis fin hier à cette approche et la vague d'articles se demandant s'il s'agissait d'un coup d'État - en ignorant complètement, voire en niant, l'effort de mobilisation réussi de l'opposition, le mouvement Tamarod, la perte de légitimité du gouvernement Morsi et les questions liées aux valeurs, c'est-à-dire à l'islamisme, et à la politique - ainsi que les réactions similaires de gouvernements étrangers insistant uniquement sur les prochaines élections montrent le malaise, voire la crainte que cette évolution inédite suscite. Nous avons entamé une nouvelle phase dans le mouvement mondial de protestation et d'efforts pour trouver des systèmes politiques adaptés à notre présent et à notre avenir, qui était devenu évident en 2010 mais qui pouvait déjà être perceptible en 2005 et peut-être avant.

Quels pourraient être les impacts de ce changement ? Comme le montre la Tunisie, on peut s'attendre à une recrudescence des mouvements de protestation, dans le monde entier. S'ils étaient auparavant enfermés dans un respect paralysant de la démocratie, en raison de la compréhension spécifique et superficielle de sa signification, ils devraient maintenant y trouver non seulement une force et un esprit nouveaux, mais aussi des principes d'organisation et de mobilisation. Le monde dont on disait qu'il n'était mû que par la modernisation et le matérialisme pourrait bien se terminer avec des conséquences en termes de compréhension des événements (la vision du monde ou Weltanschaung), des valeurs défendues autres que la cupidité et le profit, de la lutte contre toutes les formes d'extrémisme, qui étaient lentement acceptées par le monde matérialiste, et des changements dans les institutions mêmes qui soutenaient ce monde (notamment l'ONU et les organisations du Consensus de Washington). Cela signifie également une plus grande polarisation à venir et potentiellement plus de violence, car ceux qui ont bénéficié du monde précédent ne le verront pas disparaître sans se battre. Dans le même ordre d'idées, les alliances et le pouvoir seraient en train de changer, ce qui aurait un impact en termes géopolitiques et géostratégiques. Enfin, et ce n'est pas le moins important, cela pourrait également signifier de nouvelles approches du changement climatique.

Cliquez sur l'image ci-dessous pour lire sur Paper.Li

sécurité nationale, renseignement anticipé, risque politique, analyse de l'horizon, signal faible, alerte

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR