Éditorial - La géopolitique compte aussi pour les entreprises - Parmi les grands changements que la "crise de l'Ukraine et de la Crimée" apporte ou catalyse, nous pourrions assister à la fin de la croyance hégémonique selon laquelle seules l'économie et les "affaires" comptent. Maintenant que l'UE, ses membres européens et les États-Unis pourraient s'orienter vers des sanctions à l'encontre de la Russie - du moins s'ils veulent rester fidèles à leurs déclarations - le monde des affaires semble découvrir l'impact énorme que ces sanctions peuvent avoir sur chacun d'entre eux, car, par exemple, ils pourraient ne pas être en mesure d'honorer des contrats et de livrer des marchandises comme dans le cas de l'Ukraine. Allemand Rheinmetall et peuvent être amenés à rembourser des paiements et à payer de lourdes pénalités, comme dans le cas de Chantier naval français STX. Les bénéfices seront bien sûr réduits, la stratégie des entreprises affectée, tandis que l'emploi et la croissance au niveau macroéconomique seront touchés. Que Reuters souligne dans son titre que "la rhétorique des sanctions secoue entreprises, investisseurs" [c'est moi qui souligne] indique à quel point la géopolitique et les questions internationales ont été considérées comme secondaires au cours des vingt à trente dernières années. Le réveil pourrait être brutal et aller jusqu'à la faillite pour les petites entreprises dépendant directement ou indirectement de ces contrats nouvellement remis en cause par les sanctions potentielles et les contre-attaques potentielles de la Russie.

Pourtant, il n'y a pas eu de fatalité ici. Premièrement, la séparation entre la géopolitique, l'économie, la finance, la politique monétaire, la dynamique politique intérieure, etc. n'a jamais existé dans le monde réel. C'était au mieux un moyen commode d'étudier différentes disciplines complexes et au pire une déclaration idéologique (dangereuse). Deuxièmement, les entreprises, même les petites, peuvent, tout autant que les gouvernements, accéder à la prospective stratégique et à l'analyse d'alerte pour les questions géopolitiques et les développer. Je ne parle pas ici d'une approche du risque politique qui ne s'intéresserait qu'aux élections, ni du risque de défaillance souveraine, avec comme seules options politiques "on investit ou on n'investit pas", ni de l'intelligence économique ou de l'espionnage industriel, ni de l'approche de la sécurité pure et dure pour protéger tactiquement les employés et les investissements. Je parle ici d'une véritable prévision stratégique et d'un avertissement, qui permettent de développer des scénarios et donc d'envisager toute une série d'actions AVANT qu'il ne soit trop tard, du lobbying, à la couverture, à la politique de trésorerie et financière pour traverser correctement des périodes compliquées, à une véritable communication et à la recherche de solutions avec des partenaires dans des pays où des sanctions peuvent s'appliquer (qui pourraient au moins atténuer l'impact négatif à moyen et long terme), voire à la délocalisation de filiales, en tenant compte bien sûr des impacts de deuxième, troisième et quatrième niveaux sur la réputation, la confiance, le respect des partenaires, du personnel et des gouvernements, etc.pour aboutir à un processus qui, par le biais de l'alerte, contribue à orienter correctement la politique et la stratégie.

Les entreprises embrasseront-elles ce nouveau monde géopolitique incertain ou choisiront-elles d'en être les victimes ? De leur choix, et de son évolution collective au niveau des pays (ou des acteurs pour rester plus neutre), dépendra aussi l'évolution des normes que nous avons évoquées dans les deux précédents numéros de l'Hebdo (ici et ici), et la forme de l'ordre mondial émergent.

Vérifiez également le document extrêmement important concernant la possibilité d'avoir plus d'une devise internationalequi pourrait conduire à des développements gigantesques au niveau international. Ces développements pourraient être accélérés par les sanctions financières et bancaires des États-Unis et de l'Union européenne contre la Russie.

Cliquez sur l'image pour accéder à l'hebdomadairesignaux faibles, avertissement, entreprises, Ukraine, Crimée

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation ainsi que les problématiques d'intelligence artificielle et de technologie quantique du point de vue de la sécurité internationale. Elle enseigne au niveau du master à SciencesPo-PSIA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR