Chaque semaine, notre analyse recueille des signaux faibles - et moins faibles... Nous présentons ci-dessous quelques-unes des caractéristiques les plus intéressantes ou les plus pertinentes pour chaque section.

Monde (toutes les questions liées à la guerre, à la sécurité internationale et nationale) - Certains analystes semblent saluer le mouvement vers la normalisation des relations entre les États-Unis et Cuba comme une preuve que les États-Unis mettent réellement fin à la guerre froide (par exemple Karen De Young, Washington Post). Il ne s'agit cependant pas de considérer toutes les dimensions de l'une des grandes transitions que connaît actuellement l'ordre mondial. C'est ignorer le pouvoir et la politique internationale, qui se jouent sur la scène mondiale. Il semble en effet que le mouvement des États-Unis vers Cuba, ajouté à la crise du rouble et aux actions potentielles de la Chine qui en découlent, plaide au contraire pour une lutte de pouvoir accrue dans la lutte pour ou contre un monde unipolaire qui serait dominé par les États-Unis.

Bien qu'il s'agisse d'une lutte de pouvoir assez classique que l'on peut décrire en termes de realpolitik et de stratégie, les mirages et l'aveuglement semblent présider à cette "nouvelle guerre froide" et cacher son escalade, notamment parce qu'elle tend à être uniquement dirigée contre la Russie et surtout son président, Vladimir Poutine.

À cet égard, l'article de Friedman (Stratfor) est à lire absolument car il montre à quel point les États-Unis (ainsi que "l'Occident") sont aveugles en ce qui concerne la Russie et les Russes, ne comprenant pas du tout leur intérêt, leurs perceptions, ainsi que "l'âme russe", ce qui compte pour les Russes, ce qu'ils veulent. La capacité et la volonté des Russes de résister aux difficultés économiques - par exemple en ce qui concerne le prix du rouble et du pétrole - pour les choses qui leur importent le plus et le plus sont évidemment complètement perdues dans ce qu'est devenu l'Occident, une société de consommation, hyper-matérialiste, la plupart du temps égarée "dans l'avoir" et ayant oublié ce qu'était "l'être", pour reprendre la grande perspicacité du grand socio-psychatriste Erich Fromm (par exemple Avoir ou be, 1976; La société Sane1955). Par conséquent, si certains acteurs espéraient voir la crise financière et économique forcer la Russie à modifier sa politique et sa stratégie, ils se tromperaient très probablement. Au contraire, il est probable que sa détermination sera renforcée.

Mirage et aveuglement à nouveau, cette fois pour les analystes et les médias, concernant l'évolution des relations américano-cubaines, qui est mise en lumière le plus souvent en rapport avec la démocratie, le libéralisme, la liberté et les intérêts commerciaux, alors que, très probablement, le changement fait partie de la nouvelle lutte de pouvoir américaine contre la Russie. En effet, selon deux articles de presse, derrière ces développements apparemment uniquement diplomatiques se cachent des préoccupations américaines concernant, tout d'abord, un nouvel accord de sécurité signé entre la Russie et Cuba en mai 2014, qui permettrait notamment "l'utilisation d'aérodromes [cubains] pour les bombardiers russes Tu-95 à capacité nucléaire", qui pourrait ensuite menacer les côtes américaines (voir "Les préoccupations d'Intel concernant les liens entre la Russie et Cuba ont précédé l'accord d'Obama pour le démantèlement des sanctions", Le Washington Times ; voir aussi La Voix de la Russie ; Consortium des analystes de la défenses). Ensuite, les États-Unis s'inquiéteraient de la réouverture d'une installation SIGINT (signals intelligence) à Cuba et d'une négociation pour un accord pétrolier entre le russe Rosneft et le cubain CUPET pour exploiter les réserves cubaines estimées entre 4 et 20 milliards de barils, tous deux annoncés en juillet 2014 (voir Power Moves : L'accord entre les États-Unis et Cuba isole et affaiblit la Russie ; et aussi Le fil de fer; Le diplomate pour les articles originaux). Nous sommes donc définitivement dans le domaine d'une lutte de pouvoir. Les États-Unis parviendront-ils à couper la Russie de Cuba, ce qui est extrêmement douteux compte tenu de l'amitié et des relations de longue date entre les deux pays.

Aveuglement et mirage à nouveau pour ne pas voir le rôle que la Chine semble prête à jouer, comment elle pourrait soutenir la Russie et comment, si elle le faisait en ce qui concerne la crise du rouble, l'impact pour le dollar américain et sa suprématie pourrait être dommageable (voir "La Chine se prépare à renflouer la Russie", Zerohedge et "Les jeux du rouble contre le dollar - le point de vue d'un homme d'affaires russe", Centre d'échange d'informations - ICH). En retour, la "nouvelle guerre froide" ne peut qu'être intensifiée et accélérée. Il convient également de noter la nouvelle implication militaire de la Chine en Irak, mais en dehors de la coalition dirigée par les États-Unis, car elle pourrait marquer une nouvelle phase dans le rôle de la Chine dans le monde, qui jusqu'à présent avait tendance à être plus orienté vers l'économie, sauf dans son voisinage immédiat. Si un tel signal était confirmé par d'autres indications, nous assisterions alors à une accélération de la transition de l'ordre mondial.

Sécurité de l'énergie, de l'économie et de l'environnement - Alors que l'impact de la chute des prix du pétrole commence à se faire sentir entre les acteurs, que les tensions s'accentuent, le changement climatique et les problèmes qui y sont liés semblent devenir un sujet de plus en plus éloigné et inintéressant. Le Dr Keith Daum souligne que "la conférence sur le climat COP20 à Lima n'a pas été très positive, comme le montrent les différents commentaires formulés, qu'il s'agisse de l'incapacité à obtenir un résultat utile (WWF), d'un accord modeste avec de sérieuses divisions entre les nations riches et pauvres (Politico) ou d'un compromis qui prépare une prochaine réunion à Paris (NPR). En attendant, le NYT souligne que la force motrice de l'accord n'était pas la menace de sanctions, mais la pression mondiale des pairs". Et si la pression des pairs n'existe plus parce que les "pairs" sont occupés ailleurs, les perspectives d'un véritable accord avec un résultat réel ne sont pas très brillantes. Pourtant, comme le souligne le Dr Daum, la science ne cesse de démontrer que le changement climatique est grave, implacable et qu'il a des effets négatifs, par exemple avec "une nouvelle compréhension concernant le taux de fonte de la calotte glacière au Groenland, ou un article dans Nature remettant en question l'une des hypothèses des modèles climatiques qui était qu'avec l'augmentation de la concentration de CO2, les forêts auront une croissance accrue".

Technologie et armement - Trois articles se distinguent notamment : le nouveau drone sous-marin de l'US Navy, la poursuite de l'exploration spatiale par l'Inde ainsi que, toujours dans l'espace, la collaboration potentielle entre les Américains Lockheed Martin et Boeing et ... la Russie.

Ebola - Selon l'OMS, la dernière rapport de situationNous avons maintenant "un total de 18603 cas confirmés, probables et suspectés d'EVD et 6915 décès ... signalés jusqu'à la fin du 14 décembre 2014".

Lire le scan du 18 décembre → 

The Weekly est le scan de The Red (Team) Analysis Society et il se concentre sur les questions de sécurité nationale et internationale. Il a été lancé comme une expérience avec Paper.li pour collecter des idées, notamment par le biais de Twitter. Son succès et son utilité ont conduit à sa poursuite.

Les informations recueillies (crowdsourcced) ne signifient pas une approbation, mais indiquent des problèmes et des questions nouveaux, émergents, en progression ou stabilisants.

Si vous souhaitez consulter le scan après la fin de la semaine, utilisez les "archives" directement sur The Weekly.

Image en vedette : "Antenne parabolique en bande C". Licenciée dans le domaine public via Wikimedia Commons

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR