L'inondation pétrolière mondiale augmente rapidement. Comme nous l'avons vu dans "Déluge de pétrole (1) : Le Royaume est de retour", les décisions prises par les membres de l'OPEP et la Russie de ne pas réduire la production de pétrole, alors que l'Arabie saoudite fait baisser les prix, relèvent beaucoup plus de la politique et des stratégies de pouvoir que de l'économie et de la "main invisible" de la logique de "l'offre et de la demande". Nous allons maintenant nous concentrer sur ce que l'évolution du marché pétrolier actuel révèle de la géopolitique actuelle et future. Depuis la fin du mois de novembre, et surtout depuis la réunion de l'OPEP du 27 novembre, les prix n'ont cessé de chuter, alors que les principaux producteurs, principalement l'Arabie Saoudite, la Russie, l'Iran et les compagnies privées américaines, ont tous décidé, pour des raisons qui leur sont propres, de maintenir ...

La partie restante de cet article est destinée à notre membres. Assurez-vous d'obtenir de vraies analyses et non des opinions ou, pire, de fausses nouvelles. Devenez l'un de nos membres et accédez à cet article. Log in si vous êtes membre.

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et sécurité de la Société d'analyse (équipe) rouge. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

FR