Le 5 août 2010, les autorités russes ont décrété l'état d'urgence pour le territoire de l'Ozersk, car des incendies géants dévastaient le pays depuis juillet, et menaçaient désormais la ville et son usine stratégique de retraitement des déchets nucléaires spécialisée dans le traitement des déchets nucléaires. Il était d'une importance stratégique de l'isoler de l'incendie, afin de prévenir une éventuelle catastrophe nucléaire ("La Russie déclare l'état d'urgence dans une ville nucléaire alors qu'un incendie se déclare”, Le télégraphe10 août 2010).

Cela s'est produit pendant la vague de chaleur historique qui a frappé la Russie et l'Ukraine de la fin juillet à la fin de la deuxième semaine d'août 2010. Depuis lors, le lien avec le changement climatique est débattu. Si un lien direct n'a pas encore été établi, les climatologues avertissent néanmoins que ce genre d'événement sera certainement la nouvelle norme au cours du 21e siècle, à mesure que le climat changera (Alyson Kenward, "La vague de chaleur russe de 2010 plus extrême qu'on ne le pensait”, Climat Centralle 17 mars 2011).

320px-Russialsta_tmo_2010208_lrg-300x225Si cette vague de chaleur a déclenché et alimenté d'immenses incendies qui ont ravagé les forêts et les terres russes, elle a également réduit de plus de 10% la production russe et ukrainienne de céréales. En conséquence, le prix mondial des céréales a augmenté et, à son tour, le prix du pain dans le monde arabe a augmenté pendant l'automne et l'hiver 2010, ainsi que tout au long de 2011 (Michael Klare, "L'explosion mondiale à venir”, TomDispatchle 21 avril 2013).

Le pain étant l'aliment de base dans ces pays pour la grande majorité de la population, la hausse des prix a été un facteur puissant dans l'émergence de tensions sociales et économiques intenses.

320px-Tahrir_Square_on_November_22-300x201Celles-ci ont été suivies d'une "épidémie" d'émeutes urbaines, et de profonds bouleversements politiques et stratégiques, qui se produisent encore de nos jours, notamment par la déstabilisation de la Syrie au cours du "printemps arabe" de 2011 (Werrell et Femia, Le printemps arabe et le changement climatique, 2013).

En d'autres termes, la vague de chaleur russe de 2010 a été un événement "d'hybridation" entre le changement climatique et les secteurs énergétiques et agricoles russes, avec des conséquences environnementales, agricoles, politiques et stratégiques mondiales. Ce processus d'hybridation (Bruno Latour, Nous n'avons jamais été modernesL'Anthropocène (1991) est à la fois l'origine et la nature même de l'ère géophysique et biologique contemporaine appelée "Anthropocène".

D'un point de vue politique et stratégique, l'émergence de l'Anthropocène a des implications massives à l'échelle planétaire, qui remettent en question l'avenir de la politique et de la stratégie au plus profond.

Afin de mieux comprendre cette évolution, nous allons d'abord nous interroger sur la nature de l'Anthropocène et expliquer la place des sociétés humaines modernes dans cette nouvelle époque. Dans l'article suivant, à paraître, nous étudierons les conséquences politiques et stratégiques de cet état des choses planétaires et internationales.

Transformer la planète

Nous devons d'abord comprendre la réalité de l'Anthropocène, actuellement et dans le futur, pour la planète, c'est-à-dire un changement massif et constant des conditions de vie, non pas "sur" la Terre, mais "de" la Terre.

Paul Crutzen, le grand chimiste de l'atmosphère et prix Nobel de la paix, a inventé le terme "Anthropocène" en 2003 ("Anthropocène”, Programme international sur la géosphère et la biosphère).

Il a conçu ce concept pour qualifier le fait que l'humanité, par la façon dont elle s'est développée en utilisant et en transformant son propre environnement, est devenue la force géophysique dominante sur Terre (Jan Zalasiewicz, Anthropocène : une nouvelle époque du temps géologique ?, 2011). Après douze ans de débat sur la validité du concept, "Une proposition visant à formaliser le Anthropocène est en cours d'élaboration par l Anthropocène". Groupe de travail. pour examen par la Commission internationale de stratigraphie, avec une date cible actuelle de 2016" (Groupe de travail).

Cette nouvelle étude établit que de nouvelles preuves montrent que la Terre est entrée dans une nouvelle ère géologique (Waters, Zalasiewicz et al., "L'Anthropocène est fonctionnellement et stratigraphiquement distinct de l'Holocène”, Science8 janvier 2016).

Par exemple, et parmi d'autres signaux, la quantité de plastique que l'on peut trouver dans l'environnement terrestre et marin est maintenant identifiable grâce aux études géologiques ; la quantité de béton utilisée est telle que la moitié du béton jamais produit l'a été au cours des vingt dernières années, ce qui a entraîné une artificialisation extrêmement rapide des terres ; la présence de radio-isotopes provenant des essais de bombes nucléaires dans les années cinquante et soixante est omniprésente sur terre (Zalasiewicz, ibid).

lossy-page1-320px-ACID_WATER_OIL_AND_ACID_CLAY_SLUDGE_ARE_EVIDENT_IN_THIS_FIVE_ACRE_POND_ALSO_CLUTTERED_WITH_JUNKED_CARS_AND_OTHER..._-_NARA_-_555852En outre, les origines anthropiques du changement climatique sont acceptées et identifiées par la grande majorité des climatologues (Oreskes et Conway, Merchants of Doubt, Comment une poignée de scientifiques a occulté la vérité, du tabac au réchauffement climatique2011) ; la crise de la biodiversité est massivement liée aux activités et à l'établissement humains ; l'acidification, le réchauffement, la pollution et la surpêche des océans sont rapides ; les cycles des nitrates et du phosphore sont profondément modifiés par l'industrie et l'agriculture ("Frontières planétaires : Explorer l'espace opérationnel sûr pour l'humanité", dirigé par Johann Rockstrom, directeur du Stockholm Resilience Center (Écologie et société, 2009).

Il est de premier ordre de comprendre que cette liste de changements n'est pas exhaustive, et que ces dynamiques ne sont pas isolées les unes des autres.

Au contraire, ils forment un système très dynamique (James Howard Kunstler, La longue urgence, survivre aux catastrophes convergentes du XXIe siècle, 2005).

Zone de guerre dans le Golfe du MexiquePar exemple, l'acidification des océans est causée par des doses accrues de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, qui se dissout partiellement dans l'eau. Par conséquent, la modification du pH de l'océan met en danger la vie marine sensible à ce niveau d'acidification, et, avec elle, tout le réseau biologique interdépendant de la vie marine, ainsi que l'ensemble de la chaîne alimentaire marine-terrestre (Callum Roberts, L'océan de la vie, le destin de l'homme et de la mer, 2012).

En d'autres termes, l'Anthropocène, "l'époque humaine", n'est rien d'autre qu'un monde connaissant des changements rapides dans les conditions de vie de base des espèces humaines et non humaines. Il faut rappeler que les conditions de vie connues sur Terre au cours des sept millions et demi d'années écoulés - c'est-à-dire la séquence historique au cours de laquelle l'espèce humaine a progressivement émergé - ont été dominées par les conditions spécifiques qui ont émergé du système terrestre à partir de ses propres spécificités géophysiques et biologiques.

Ces conditions écologiques ont permis aux formes de vie déjà existantes d'atteindre leur forme actuelle, grâce à la dialectique très complexe de l'adaptation et de la sélection naturelle (Edward O. Wilson, L'avenir de la vie2002 et Heams et alii, Les Mondes Darwiniens, l'évolution de l'évolution, 2009). Au cours des millions d'années d'évolution biologique et culturelle, l'espèce humaine s'est révélée capable de se diriger vers la "conquête sociale de la Terre" (Edward O. Wilson, La conquête sociale de la Terre, 2012).

Cependant, depuis l'apparition de la machine à vapeur et la révolution industrielle qui s'en est suivie au cours du XVIIIe siècle, les choses ont évolué très rapidement, à un rythme jusqu'alors inconnu sur la planète (John MC Neill, Quelque chose de nouveau sous le soleil, une histoire environnementale du XXe siècle, 2000).

En fait, ces cinquante dernières années ont été particulièrement importantes pour ce processus, en raison de la généralisation du modèle industriel à l'économie, ainsi qu'à l'agriculture, puisque l'objectif est de transformer la couche arable et la végétation en surfaces industrielles, notamment par une sélection entre "bonnes" et "mauvaises" espèces grâce à l'utilisation continentale de pesticides et d'engrais chimiques (Rachel Carson, Un printemps silencieux, 1962).

Cette situation, associée à l'extension rapide des zones urbaines, a profondément transformé les habitats naturels et le cycle de l'eau, et a détruit d'immenses pans des réseaux complexes entre les populations et les espèces animales et végétales (Tim Flannery, Ici sur Terre, une biographie jumelée de la planète et de l'espèce humaine, 2010). Cependant, cette transformation s'est transformée en une transformation dynamique autonome, sous la forme d'un changement global, qui n'est pas maîtrisé.

Dans le même temps, l'Anthropocène est marqué par l'émergence de nouvelles conditions géophysiques et biologiques, différentes de celles (Zalasiewicz et alii, ibid) qui ont émergé à la fin du Pléistocène et depuis l'Holocène (de 40 000 ans à nos jours). Par exemple, selon l'observation par satellite de la NASA en août 2014, le bassin de la mer d'Aral, en Asie centrale, est aujourd'hui complètement asséché (Enjoli Liston "Les images satellites montrent le bassin de la mer d'Aral "complètement asséché".”, The Guardian1er octobre 2014).

La mer d'Aral était une mer intérieure qui a été dévastée par un immense projet soviétique de détournement des eaux : l'Amu Darya et le Syr Daria, les deux rivières qui alimentaient la mer d'Aral, ont été détournées afin d'apporter de l'eau à l'aride Kazakhstan pour y développer l'agriculture (Fred Pearce, Quand les rivières s'assèchent, 2006). L'effet a été la disparition de la mer d'Aral au cours des cinquante dernières années. De plus, dans les années 60 et 70, une grande partie de la pollution chimique due au développement agricole et industriel de la région s'est accumulée dans le limon.

Journey_of_Discovery_-_On_route_to_Beijing_6886191892Aujourd'hui, la mer d'Aral est une région très aride, où le vent constant érode la partie supérieure de l'ancien bassin marin, et répand du sel et des poussières chimiquement polluées du Kazakhstan au Turkménistan, provoquant des épidémies chroniques de maladies du sang et des reins, et des problèmes spécifiques pour les femmes enceintes et les enfants à naître (Pearce, ibid).

En d'autres termes, la mer d'Aral et sa région ont été projetées dans l'Anthropocène par la transformation du réseau naturel des eaux souterraines pour des raisons agricoles. Cela a complètement changé l'ensemble des conditions environnementales régionales, et cette transformation a été couplée aux effets du développement agricole et industriel soviétique. Ainsi, aujourd'hui, le bassin d'Aral est constitué d'un nouveau système de sols de surface, d'eau, de produits chimiques, de conditions météorologiques et climatiques, qui interagissent les uns avec les autres d'une manière très différente par rapport à la dynamique existant avant les années 50.

Ces conditions sont très défavorables à la reproduction et à l'épanouissement de la vie animale et végétale, qui a connu un effondrement régional. Entre-temps, les conditions biologiques de la vie sociale humaine ont été tellement dégradées que la population des zones rurales et urbaines autour de l'ancienne mer a été contrainte de se déplacer.

En d'autres termes, ils ne pouvaient pas s'adapter au nouvel ensemble de conditions environnementales apparu avec l'Anthropocène.

Les "sociétés humaines" sont-elles capables de s'adapter à l'Anthropocène ?

2015 semble avoir été l'année la plus chaude jamais enregistrée (Justin Gillis, "Selon les scientifiques, 2015 semble avoir été l'année la plus chaude dans les annales historiques”, Le New-York Times20 janvier 2016). Il semble que cela soit dû à l'interaction planétaire entre un fort épisode El Nino et le changement climatique anthropique.

Cela a pour conséquences une série de moments météorologiques extrêmes tout autour de la planète, comme la vague de chaleur extrême qui a frappé le Moyen-Orient entre juillet et août 2015 (Jean-Michel Valantin, "Cauchemar climatique au Moyen-Orient”, The Red Team Analysis Society14 septembre 2015).

Ce "dôme de chaleur" a mis en danger des dizaines de millions de personnes, car la température atmosphérique a atteint un pic de 70° C en Iran et en Irak, ce qui a par exemple conduit les autorités irakiennes à déclarer quatre jours de vacances, afin de protéger les personnes contre les coups de chaleur au travail (Katie Valentine, "La chaleur extrême entraîne des protestations et des morts au Moyen-Orient”, Penser au progrès10 août 2015).

Si l'on considère le hasard de l'Anthropocène, ce cas montre comment le changement du climat d'une région aride et son couplage avec d'autres processus géophysiques et biologiques par l'industrie, le choix du charbon, du pétrole et du gaz naturel pour l'alimenter, ainsi que l'urbanisation, transforme des régions entières en zones de non-durabilité et de danger pour les sociétés humaines, et les espèces animales et végétales qui s'y sont développées au cours des siècles.

320px-Rocinha_Favela_Brésil_BidonvillesLe problème stratégique massif qui accompagne cette nouvelle époque est que le présent et le futur de la planète sont désormais dominés par une dynamique complexe de changement global, et que le rythme du changement est désormais en accord non pas avec la temporalité géologique, mais avec son couplage avec les formes actuelles de développement technologique, industriel et urbain de l'homme (Naomi Klein, Cela change tout, le capitalisme contre le climat, 2014).

De plus, l'Anthropocène n'est pas contrôlé par la politique et la technologie humaine, contrairement aux changements apportés à l'environnement par l'espèce humaine depuis le Pléistocène et la fin de la dernière glaciation, il y a plus ou moins 130 000 ans (Tim Flannery, Ici sur Terre, une biographie jumelée de la planète et de l'espèce humaine, 2010). Au contraire, l'Anthropocène est une dynamique planétaire qui acquiert sa propre dynamique.

En effet, notre (seule) planète connaît un changement extrêmement rapide, composé de dynamiques multiples et imbriquées, qui interagissent les unes avec les autres et sont alimentées par leurs propres boucles de rétroaction. Cela est particulièrement évident dans l'Arctique, qui se réchauffe rapidement en raison du réchauffement climatique anthropique (Dahr Jamail, "La disparition de la calotte glaciaire de l'Arctique", Truth Out, 31 mars 2014).

Le champ de glace arctique est comme un miroir géant, renvoyant les radiations solaires dans l'espace. Cependant, en raison du réchauffement très rapide de la région, plus la glace d'été fond, plus la mer se réchauffe, plus la glace fond, dans une boucle de rétroaction auto-entretenue (interview de James Hansen, dans Subankar Banerjee, Arctic Voices : la résistance au point de basculement, 2013). La conséquence permanente de ce processus est que l'ensemble du système atmosphère-océan planétaire accumule de plus en plus d'énergie, et adopte ainsi un nouveau comportement global. Par conséquent, l'océan Arctique accumule de plus en plus d'énergie et se réchauffe.

L'une des conséquences est l'humidification croissante de l'air arctique et la perturbation de la Courant jet polaireLe courant d'air ouest-est, qui définit la limite entre la partie arctique et non arctique de l'atmosphère, est profondément altéré et chargé d'humidité.

Late_Spring_Ocean_Ice_8429843175Cette modification du jet stream semble de plus en plus clairement liée à la multiplication des événements météorologiques extrêmes dans le monde ces dernières années (Joe Romm, "Étudier : La perte de glace de mer en Arctique modifie le courant-jet, les déluges de conduite dans le nord-ouest de l'Europe, la sécheresse en Méditerranée“, Progrès en matière de climatle 30 octobre 2013). En décembre 2015, le pôle Nord a connu une température supérieure à zéro, c'est-à-dire proche du point de fusion (Ryan O'Hare "La "vague de chaleur" arctique frappe le pôle Nord : La tempête Frank fait monter les températures de 60°F et rapproche la région glacée du point de fusion", Quotidien Courrier en ligne31 décembre 2015).

Dans ce contexte, la société mondiale moderne, industrielle et alimentée par le carbone, est à la fois à l'origine de l'Anthropocène et est devenue l'un de ses moteurs. Les autres sont les multiples boucles de rétroaction environnementales qui se déploient rapidement dans l'ensemble du système terrestre mondial.

L'ère anti-humaine ?

C'est là que réside le paradoxe fondamental de l'Anthropocène : les êtres humains ont induit l'émergence d'une époque géologique qui transforme la Terre en l'équivalent d'un monstre dévorant global autonome, créé par les sociétés industrielles. Cependant, ces dynamiques sont si puissantes et autonomes que nos sociétés se retrouvent dans une situation planétaire qui pourrait les submerger.

"Les sociétés industrielles ont transformé la Terre en l'équivalent d'un monstre dévorant mondial autonome..."

Ce nouveau risque planétaire est bien décrit, par exemple, par Bill Mc Kibben, qui explique comment le changement climatique fait passer la Terre d'une planète très favorable à la vie à une planète cauchemardesque affligée par un réchauffement planétaire incontrôlable, couplé à une suracidification mortelle de l'océan. Ce processus global transforme la Terre en "EAARTH", une planète totalement cauchemardesque du point de vue des espèces évoluées de la "Terre" (Bill Mc Kibben, EAARTH, Faire sa vie sur une nouvelle planète difficile, 2010).

Ainsi, l'Anthropocène pose la question de savoir comment les sociétés humaines, qui sont organisées en différentes entités politiques, vont résoudre le paradoxe de l'Anthropocène ? Que vont-elles faire pour rester en vie ? En rappelant que la guerre est la continuation de la politique par d'autres moyens, la guerre va-t-elle être un problème pendant que les conditions mutantes de l'Anthropocène s'installent et transforment la politique dans le processus ?

C'est ce que nous allons étudier avec le deuxième article.

Fin de la partie 1.

Image en vedette : Zone de guerre dans le Golfe du Mexique Par kris krüg (Flickr : Warzone) [CC BY-SA 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0)], via Wikimedia Commons

À propos de l'auteur: Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et Sécurité de la Société d'analyse (d'équipe) rouge. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale.

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et Sécurité du Red Team Analysis Society. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

FR