Cet article est la deuxième partie de notre série qui se concentre sur le développement actuel de la région arctique russe, tout en expliquant et en démontrant l'importance d'utiliser la pensée stratégique pour les gouvernements ainsi que pour les acteurs économiques afin de comprendre les changements dynamiques actuels et de développer des des stratégies pour faire face à l'incertitude géopolitique qui y est liée.

Dans la première partieNous avons établi que la logique paradoxale de la stratégie transforme les menaces en opportunités, tandis que les contraintes deviennent des moteurs et que les systèmes de défis sont transformés en puissants attracteurs.

Ici, en poursuivant la réflexion stratégique, nous verrons d'abord comment la mise en œuvre de la stratégie arctique russe déclenche différents types de résistance : c'est-à-dire les "frictions" de Clausewitz. La manière dont ces frictions sont absorbées, ou non, par le processus de mise en œuvre détermine le futur degré de succès de la stratégie.

Lire aussi :

Ensuite, nous expliquerons comment les autorités russes redéfinissent l'intérêt national russe à une époque de changement climatique - une évolution qui est là pour durer - grâce à la compréhension de la logique paradoxale de la stratégie telle qu'elle a été développée dans partie 1 et de la dialectique entre la mise en œuvre du projet stratégique russe et les frictions qu'il suscite.

Un impératif stratégique : les frictions de la pensée

Comme Edward Luttwak (La stratégie, la logique de la guerre et de la paix2002), à la suite de Carl von Clausewitz (Sur la guerre(1832), souligne qu'il y a stratégie lorsque la volonté est appliquée contre un objet qui résiste et réagit, comme pendant une guerre. Ainsi, la nature stratégique de l'effort arctique est également révélée par la façon dont l'environnement extrême de l'Arctique, hostile, résistant et réactif, déclenche différents niveaux de "friction" par la construction des infrastructures Finir moins Terre de François-Joseph pour l'extraction d'énergie, ainsi que pour le transport et la navigation sur la route maritime du Nord et de la côte sibérienne vers l'Asie centrale. Ces frictions proviennent des systèmes de difficultés inhérents à la région, qui menacent toujours l'organisation matérielle et la mise en œuvre du développement de l'Arctique. En conséquence, les différentes opérations constituant le développement de l'Arctique sont contraintes de pouvoir absorber un niveau de friction très élevé pour éviter toute perturbation.

Par exemple, dans la province de Yamalo-nenets, la canicule sibérienne de l'été 2016 a fait fondre des carcasses de rennes, infectées par la dangereuse et potentiellement mortelle bactérie du charbon. Plus de quarante personnes ont été infectées et, malheureusement, un enfant de 12 ans est décédé, tandis que 2300 rennes sont également morts, ce qui a déclenché une alerte sanitaire et une réponse sanitaire majeure. Cette alerte était particulièrement importante, car une épidémie dans le nord de la Sibérie serait à la fois dangereuse pour les hommes et les animaux et perturberait la stratégie arctique russe par la désorganisation de la main-d'œuvre utilisée pour construire les infrastructures nécessaires à la création de l'usine de GNL de Yamal, ainsi que des chemins de fer et des ports qui y sont liés (Rebecca Joseph, """).L'anthrax "zombie" n'est pas seulement une maladie mortelle qui pourrait réapparaître lors du dégel du permafrost sibérien”, Nouvelles mondialesle 16 août 2016).

Les violentes tempêtes, qui interagissent avec la multiplication des icebergs provenant de la fonte et de la rupture de la calotte glaciaire, sont un autre facteur important de friction, en mer cette fois. C'est le cas, par exemple, de la très coûteuse plate-forme pétrolière offshore Prirazlomonoye, située dans la mer glaciale de Pechora (Michael Klare, La course pour ce qui reste, 2012). TafeleisbergCependant, les scientifiques et ingénieurs russes ont trouvé deux catégories de réponses à ce défi. Premièrement, ils ont étudié les moyens de détourner les icebergs en les remorquant. Ensuite, ils ont inventé des barrières flottantes capables de protéger les infrastructures (Atle Staalesen, "Rosneft déplace un gros iceberg d'un million de tonnes”, L'Observateur indépendant de Barentsle 11 octobre 2016).

Par ailleurs, les frictions connues par l'opération Prirazlomonoye ne sont pas seulement environnementales, mais aussi politiques : en 2013, lors d'une campagne médiatique visant à sensibiliser la communauté internationale au développement industriel de l'Arctique, des militants de Greenpeace ont tenté, sans autorisation, de monter sur la plate-forme pour protester contre l'exploitation industrielle de l'environnement arctique vierge ("Libération des détenus de Greenpeace dans l'Arctique"BBC News, 27 décembre 2013). Des militants ont été arrêtés et détenus à Mourmansk pendant trois mois par les autorités russes, après avoir été condamnés pour piraterie (Ibid.).

Depuis lors, Rosneft a souligné que la plate-forme a été conçue non seulement pour être protégée des "frottements" imposés par son environnement extrême, mais aussi pour protéger cet environnement même ("Les détails de la plate-forme Prirazlomonoya - partie 1″, Nouvelles des technologies marines27 décembre 2013 ; Gazprom, "Sécurité environnementale et professionnelle du développement du plateau continental arctique“). Cela se fait par l'invention d'un système d'absorption de la Igor Sechin des déchets sur la plate-forme, qui sont recyclés et réutilisés dans le processus industriel afin d'éviter tout déversement dans le fragile écosystème. Ce système est également beaucoup plus rentable, car les déchets ne doivent pas être expédiés à terre. Ainsi, la plate-forme Prirazlomonoye est la première plate-forme pétrolière russe "zéro émission" (Trude Pettersen, "Lancement du système "zéro émission" de Prirazlomnoya”, L'Observateur indépendant de Barents12 avril 2016).

Ainsi, les "frictions" deviennent un moteur d'innovation et donc un soutien pour la commercialisation de la nouvelle technologie énergétique russe, alors que, enfin, les questions écologiques sont devenues une véritable préoccupation internationale ainsi qu'un impératif économique (Charles Emmerson, Une future histoire de l'Arctique, 2010).

Ainsi, cette nouvelle génération de plateformes pétrolières russes permet non seulement de surmonter les frictions environnementales et politiques qu'elle suscite avec un environnement extrême et fragile, mais constitue également un outil politique et médiatique pour renforcer la légitimité de la stratégie arctique russe sur la scène internationale, dans une période d'évolution des tensions entre la Russie, l'Union européenne et les États-Unis. La publicité de la réponse technologique aux frictions industrie-environnement est utilisée stratégiquement pour atténuer certaines des frictions géopolitiques et commerciales déclenchées par la situation politique internationale tout en soutenant la commercialisation de la technologie innovante russe.

Comprendre la nature stratégique du développement de l'Arctique russe et la manière dont il absorbe les frictions engendrées par le contact entre ses opérations et un environnement extrême nous amène au troisième niveau de compréhension stratégique : la nature du projet politique et économique qui est mis en œuvre et son échelle de temps.

Développer l'Arctique russe : une nouvelle "grande stratégie russe pour un monde en réchauffement

La combinaison du réchauffement de l'Arctique et de la projection de puissance politique, industrielle, militaire, infrastructurelle et commerciale de la Russie pour développer cette région a une multitude de conséquences nationales et internationales, notamment par la multiplication des investissements chinois et la signature de partenariats techniques, commerciaux et énergétiques de haut niveau avec l'Inde, le Japon, la Corée du Sud, le Vietnam, la Thaïlande et Singapour (Atle Staalesen, "Crédits japonais et français pour Yamal LNG”, L'Observateur indépendant de Barents2 décembre 2016).

Les impacts internationaux du projet arctique russe se manifestent au niveau international, dans les sphères politique, industrielle et commerciale et interagissent entre eux. Par exemple, les convois maritimes chinois de la société COSCO ou de la Corée du Sud ont conduit le gouvernement indien à signer des accords d'investissement dans l'Arctique avec le gouvernement russe (Atle Staalesen, "Un rôle pour l'Inde dans l'Arctique russe", The Independent Barents Observer, 18 octobre 2016 et  Président de la Russie, pourparlers russo-indiens). Un phénomène similaire est à l'œuvre au Japon (Wrenn Yennie Lindgre, "Dynamiser le pivot asiatique de la Russie : Relations Japon-Russie, après Fukushima, après l'Ukraine“, Institut norvégien des affaires internationales, 4/2015).

Cercle arctique

L'immense entreprise arctique russe projette son influence sur l'ensemble de l'Asie et de l'Europe, tout en faisant de la Russie une base de pouvoir à l'ère du réchauffement climatique. Notre approche stratégique analytique nous fait comprendre qu'à travers son projet arctique, la Russie s'installe comme un moteur essentiel du développement et de la croissance de l'Asie (Jean-Michel Valantin, "Le réchauffement de l'Arctique russe : où convergent les entreprises et les stratégies russes et asiatiques ?“, The Red Team Analysis Societyle 23 novembre 2016). En d'autres termes, la nature intégrale du développement de l'Arctique russe en fait une "grande stratégie", permettant à ses partisans d'exercer une influence géopolitique. La Russie s'efforce de devenir l'une des grandes puissances mondiales en utilisant la crise planétaire actuelle comme base de puissance et d'économie.

Pour ces acteurs politiques, industriels, financiers et autres (Anne Ackerley, "Penser à long terme dans un monde à faible rendement”, Black Rock, 17 octobre 2016), qui recherchent de nouvelles "frontières du succès" durables et durables dans un monde où les incertitudes sont de plus en plus grandes, c'est un point essentiel à comprendre. Il est d'autant plus important que ces incertitudes croissantes sont générées et intensifiées par l'évolution rapide des conditions politiques et économiques internationales actuelles et par leurs interactions avec les conditions planétaires changeantes (Jean-Michel Valantin, "La sécurité planétaire, ou la subversion de l'effondrement”, The Red Team Analysis Societyle 26 octobre 2015).

Ainsi, l'Arctique russe devient une région où ces changements et risques extrêmes sont stratégiquement transformés en conditions de succès industriel et commercial pour les acteurs russes. En outre, il est fort probable que cela soit également vrai pour les partenaires de la Russie, car ceux-ci vont participer non seulement aux coûts mais aussi aux bénéfices des effets à moyen et long terme de cette grande stratégie. En fait, la réussite industrielle et commerciale est désormais le ciment même de la stratégie russe pour un succès durable en termes d'intérêt national, qui intègre les intérêts politiques, stratégiques, économiques et commerciaux dans une grande stratégie commune (Jude Clemente, "La production pétrolière russe ne faiblira pas", Forbes, 29 juin 2016).

C'est le cas, par exemple, de l'usine de GNL de Yamal, développée par les sociétés russes Novatek, Rosneft et Gazprom, la société française Total et les sociétés chinoises CNPC et Silk Road Fund. Ces acteurs industriels sont tous confrontés aux frictions provoquées par les conditions spécifiques de l'Arctique. Le sol gelé - le permafrost - est solide comme un roc en hiver mais fond en été. La réponse technologique pour faire face à ces conditions changeantes, dans des conditions climatiques arctiques normales, c'est-à-dire sans tenir compte du changement climatique, est l'installation de l'usine sur des poteaux métalliques, qui s'enfonceront en partie dans le permafrost en fusion pendant l'été, permettant ainsi de maintenir la stabilité de la structure (Anne Feitz, "Dans le grand nord Russe, le projet gazier géant de Total sort de terre”, Les Echos, 22/05/16).

Toutefois, il faut maintenant tenir compte du changement climatique. La société Novatek, en charge de la mise en œuvre du projet, s'est donc lancée volontairement dans une course contre la montre : ses dirigeants sont parfaitement conscients que le réchauffement de la région réchauffera trop le permafrost et que les infrastructures ne pourront pas conserver leur intégrité, tandis que l'élévation du niveau de la mer mettra la péninsule plate sous l'eau et que l'exploitation industrielle ne sera plus techniquement viable. Ainsi, afin de prévenir ces risques émergents, les opérations industrielles devront être opérationnelles avant que les nouveaux impacts du changement climatique ne se développent. En attendant, pour que les activités restent durables, les dirigeants devront certainement prendre d'importantes mesures d'adaptation (Atle Staalsen, "Le changement climatique pourrait mettre en péril le développement du gaz de Yamal, craignent les gouvernements”, L'Observateur indépendant de Barentsle 15 septembre 2016).

Anomalie de l'année arctique HR

En d'autres termes, le projet Yamal fait partie de la stratégie arctique - c'est-à-dire territoriale - russe, qui est également désormais une stratégie basée sur le changement climatique. Par conséquent, l'opération gazière doit être mise en œuvre et ses bénéfices doivent être récoltés avant la prochaine phase de déstabilisation du climat. Le temps - et non pas n'importe quand - devient un élément crucial. En effet, ce projet est développé selon un calendrier qui dépend des conditions mêmes du projet : avant le moment où les frictions dues au changement climatique le rendront non durable. Cette anticipation soutient le pouvoir d'attraction de la Russie car elle transforme le degré actuel de changement climatique en une opportunité pour l'industrie russe et pour la Russie, ainsi que pour leurs nombreux partenaires asiatiques et européens.

Là encore, une analyse stratégique indique comment les autorités russes identifient et utilisent la phase actuelle du changement climatique comme une fenêtre d'opportunité industrielle et comment elles se comportent en conséquence, afin de rendre ce projet rentable pour ses investisseurs nationaux et internationaux.

Cependant, l'Arctique - ainsi que l'ensemble du système Terre-Homme - est encore très susceptible d'évoluer rapidement. En d'autres termes, le succès de demain doit rester durable, alors que ses conditions initiales ont de fortes chances de continuer à évoluer.

Par exemple, la façon dont la fonte accélérée de la banquise polaire arctique va créer de plus en plus d'icebergs pourrait générer un nouveau danger potentiel de ce type, qui devrait être analysé en profondeur par le biais d'une analyse de scénarios. Ces icebergs, de par leur nombre, seraient très probablement une menace pour la sécurité des opérations de forage en mer, ainsi que pour les convois maritimes empruntant la route maritime du Nord. Cela signifierait, par exemple, qu'un navire de GNL quittant la péninsule de Yamal pour la Chine, le Japon ou l'Inde pourrait être ralenti, et que la chaîne d'approvisionnement énergétique de pays entiers pourrait être mise sous pression. Cela transformerait paradoxalement le succès du développement de l'Arctique russe en un nouveau risque pour la Russie et pour ses partenaires.

Pour prévenir ce type de dangers, ainsi que les incertitudes qui y sont liées, il est nécessaire de penser stratégiquement, et donc de reconnaître comment les frictions créées par une entreprise peuvent transformer un succès en échec, ou plus précisément en un système d'échecs en cascade. Pour parvenir à ce type de réflexion, il est primordial de ne pas nier la réalité, mais au contraire de l'accepter pleinement.

C'est pourquoi, par exemple en réponse au risque évoqué plus haut de multiplication des icebergs, les Russes Gazprom et Rosneft, ainsi que les Chinois et les Sud-Coréens, construisent de nouvelles générations de brise-glaces nucléaires, qui pourront protéger les convois maritimes des "frottements" induits par l'évolution des conditions de mer (Atle Staalesen, "Viser une navigation tout au long de l'année sur la route de la mer du Nord”, L'Observateur indépendant de BarentsLe 14 décembre 2015, RT, “Le brise-glace Arktika, le plus grand du monde, sort de Russie", 16 juin 2016, Atle Staalesen, "COSCO envoie 5 navires par la route de la mer du Nord”, L'Observateur indépendant de Barents10 octobre 2016, et Jean-Michel Valantin, "La Chine arctique (1) - Le dragon et les Vikings", The Red Team Analysis Society24 mai 2014).

Comme nous l'avons vu, l'analyse stratégique du développement de l'Arctique russe est une réflexion absolument nécessaire pour pouvoir, en l'intégrant dans la méthodologie adéquate, produire des diagnostics qui intègrent les nouvelles dynamiques imposées aux acteurs gouvernementaux et commerciaux par la crise planétaire actuelle.

Ces outils méthodologiques nous permettent d'anticiper des incertitudes majeures, qui se produisent actuellement par la combinaison de facteurs environnementaux, politiques et économiques historiquement puissants, et qui ont un potentiel de perturbation très élevé pour les gouvernements ainsi que pour les entreprises. Par conséquent, la meilleure adaptation possible pour survivre et même pour prospérer peut suivre.

À propos de l'auteur: Jean-Michel Valantin (PhD Paris) est le directeur de l'analyse de l'environnement et de la sécurité à la Red (Team) Analysis Society. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale.

Image en vedette : "Au cours d'un spectacle naval mis en scène pour marquer la Journée de la Marine". Président de la Russie Voyage à Severomorsk. Célébrations de la Journée de la Marine – 27 juillet 2014 Severomorsk. Site du Kremlin.

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et Sécurité du Red Team Analysis Society. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR