Cet article et le suivant portent sur la "montée du populisme", deuxième explication donnée à deux des principales surprises politiques et géopolitiques récentes, à savoir le Brexit et l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis.

Le populisme et sa montée sont potentiellement au cœur d'une possible crise en Europe, et dans le monde, si les partis " populistes " et anti-européens rencontrent suffisamment de succès aux élections de 2017 pour pouvoir appliquer leur programme. La crainte est suffisamment forte en Europe pour conduire, lors des élections législatives néerlandaises du 15 mars 2017, leurs adversaires à saluer étonnamment comme une " formidable " victoire la perte de huit sièges par le parti de centre-droit VVD, restant néanmoins la première force politique du pays avec 33 sièges, tandis que " l'ennemi populiste " en gagnait cinq pour atteindre 20, devenant la deuxième force du pays ex-aequo avec les chrétiens-démocrates (CDA) (BBC News, “Élections néerlandaises : La défaite de Wilders est célébrée par le Premier ministre Rutte", 16 mars 2017 ; Reuters, “Un proche collaborateur de Mme Merkel se félicite du résultat "formidable" des Pays-Bas.“, “Le président français Macron salue la position néerlandaise contre l'extrême droite', 16 mars 2017 ; AAP, "Hollande félicite Rutte pour son élection", 16 mars 2017, SBS). L'inquiétude n'est pas limitée à l'Europe mais est également majeure, par exemple en Chine, notamment en raison de la détention par les Chinois d'euro-obligations et de la volonté de promouvoir un monde multipolaire, même si l'ambassadeur de Chine en France souligne qu'ils sont prêts à tous les scénarios et, valorisant les relations bilatérales, maintiendront des relations fortes avec la France par exemple, dans tous les cas (Wendy Wu & Laura Zhou, "Comment une victoire de la candidate française d'extrême droite Marine Le Pen pourrait-elle coûter à la Chine ?", 11 mars 2017, South China Morning Post).

Quel que soit le résultat de ces élections de 2017, les conditions qui ont conduit au mécontentement des citoyens et à la soi-disant "montée du populisme" ne peuvent être ignorées. Ne pas le faire pourrait entraîner des conséquences encore plus graves en termes de polarisation, d'instabilité et de propagation de la violence à plusieurs niveaux, non seulement au niveau national mais aussi international. Par exemple, la crise diplomatique de mars 2017, lourde de dangers, et le haut niveau de tension qui l'a accompagnée entre les Pays-Bas, certains États membres européens favorables, dont l'Allemagne, d'une part, et la Turquie, d'autre part (par ex. BBC News, “Le conflit Turquie-Pays-Bas : Les Néerlandais mettent en garde leurs citoyens après les menaces d'Erdogan", 13 mars 2017), sont très probablement fortement liées, de part et d'autre, à la fois à cette " montée du populisme " et aux conditions qui ont rendu cette montée possible.

Il est donc crucial de mieux comprendre ce que l'on entend par cette "montée du populisme" et de savoir ce qu'elle recouvre pour pouvoir anticiper les évolutions et impacts potentiels.

Cet article fait partie d'une série plus large, où nous identifions de nouveaux éléments émergents qui devraient nous permettre de réduire l'incertitude politique et géopolitique concernant plus particulièrement l'ordre international et les principaux systèmes sociopolitiques qui l'habitent. En s'appuyant sur les populisme, Brexit, May, Trump, prospective et alerte stratégique, scénarios, incertitude géopolitiqueAvec le Brexit et la victoire du président Trump et leurs suites comme études de cas, nous cherchons à comprendre les forces et les processus plus profonds à l'œuvre et leurs impacts potentiels à plus long terme. Nous précédemment a abordé le cadre "antimondialisation" et a identifié, derrière celui-ci, l'émergence d'une possible tendance vers une révision de la "mondialisation nationalisée soutenu notamment par de grands intérêts financiers et corporatifs américains.

Pour commencer à étudier ce que signifie "la montée du populisme" et comment elle s'applique à la situation actuelle, nous présenterons d'abord la définition scientifique du "populisme". Nous soulignerons ensuite que cette définition correspond effectivement à bon nombre des explications données non seulement pour le Brexit et l'élection du président Trump et leurs conséquences, mais aussi pour le succès du président turc Erdogan. Enfin, nous soulignerons que, néanmoins, si l'on examine les faits, la définition du populisme est finalement moins représentative de la réalité qu'on ne le pense à première vue. Nous nous tournerons vers d'autres compléments à la définition du populisme et vers d'autres explications des cas qui nous occupent avec le prochain article.

Définition consensuelle et cas du populisme

Si le nationalisme est un phénomène et un processus politique bien étudié et compris, le populisme ne bénéficie pas de la même connaissance et compréhension accumulées. Ni "populisme" ni "populiste" ne figurent même dans la Stanford Encyclopedia of Philosophy (recherchez le "populisme", pour populiste, 14 mars 2017).

Pourtant, le début du XXIe siècle, marqué par la montée de nouveaux partis et mouvements politiques, qualifiés de "populistes", a vu un regain d'intérêt pour cette idée.

Le résultat de cet effort académique, comme le souligne Deiwiks ("Populisme“, Revues de vie en démocratie, CSS-ETH Zurich, 2009), après Panizza (Le populisme et le miroir de la démocratie2005), un consensus sur ce qu'est le populisme a commencé à émerger, comme le montrent les deux définitions ci-dessous. Le populisme est ainsi défini comme :

"Une idéologie qui considère que la société est finalement séparée en deux groupes homogènes et antagonistes, 'le peuple pur' contre 'l'élite corrompue', et qui soutient que la politique doit être l'expression de la volonté générale du peuple."(Cas Mudde, "Le Zeitgeist populiste", 2004 : p.543)

ou

" Une idéologie qui oppose un peuple vertueux et homogène à un ensemble d'élites et d'"autres" dangereux qui sont ensemble dépeints comme privant (ou tentant de priver) le peuple souverain de ses droits, de ses valeurs, de sa prospérité, de son identité et de sa voix ". (Daniele Albertazzi et Duncan McDonnell, "Introduction : Le Sceptre et le Spectre“, 2008).

Selon Deiwiks, les cas historiques habituellement considérés comme des exemples de "populisme" - ou dont les "références" populistes sont discutées - sont les suivants narodnichestvo, un mouvement socialiste agraire dans populisme, Brexit, May, Trump, Prévoyance et alerte stratégiques, scénarios, incertitude géopolitique, Russie, NarodnikRussie parmi l'intelligentsia dans les années 1860 et 1870 (par exemple, Walicki 1969, Canovan, 1981 ; Taggart, 2000) ; la Parti populaire américain  entre 1891 et 1919 (par exemple, Hofstadter, 1969 ; Canovan, 1981 ; Ware 2002) ; Péronisme en Argentine à partir de 1946 (par exemple, Butler, 1969 ; James, 1988 ; Weyland 1999 et 2001).

La fin du 20ème siècle et le début du 21ème siècle ont vu se multiplier les cas et les intérêts comme souligné plus haut : le Movimiento al Socialismo bolivien du président Evo Morales, le Movimiento V República vénézuélien du président Hugo Chávez (Mudde et Kaltwasser2011) ; en Europe, notamment le Freiheitliche Partei Österreichs (FPÖ) en Autriche, le Schweizerische Volkspartei (SVP) en Suisse, la Lega Nord en Italie, le Republikaner allemand, le Front national en France, le People's Party's au Danemark, le Vlaams Blok en Flandre (par exemple, Mudde et Kaltwasser, Deiwiks, bibliographie d'Albertazzi et McDonnell ed. 2008 ; Hubé et Truan, 2016).

Une définition parfaite non seulement pour le Brexit et l'élection du président américain Trump, mais aussi pour le succès du président turc Erdogan.

Les définitions exposées ci-dessus correspondent assez bien à la compréhension populaire ou répandue expliquant non seulement le hasard du Brexit et la victoire du président Trump, mais aussi le risque qui pèse sur l'Union européenne. Un échantillon de ces explications peut être lu dans les textes suivants : Ronald F. Inglehart et Pippa Norris, "Trump, Brexit et la montée du populisme : Les démunis de l'économie et le retour de bâton culturel", Faculty Research Working Paper Series, Harvard Kennedy School, 29 juillet 2016 ; Anatole Kaletsky, "L'ascension de Trump et le vote du Brexit sont davantage le résultat de la culture que de l'économie“, The Guardian, 9 nov. 2016 ; Catherine De Vries, "La montée du populisme ? Le Brexit et au-delà“, OxPol, 20 décembre 2016 ; Oscar Williams-Grut, rassemblant un recueil de jugement d'analystes financiers dans "Le Brexit et Trump ne sont que le début - le populisme frappera ensuite l'Europe", 10 nov. 2016, Business Insider UK ; Léonie de Jonge, "D'abord le Brexit et maintenant Trump : qu'est-ce que le populisme et comment le considérer ?", 24 janvier 2017Université de Cambridge Research, etc.

populisme, Brexit, May, Trump, prévisions et avertissements stratégiques, scénarios, incertitude géopolitique, Erdogan, Turquie, AKPAu-delà de l'Europe et des États-Unis, ces définitions sont également utilisées pour expliquer, par exemple, le succès et le renforcement du président Recep Tayyip Erdoğan en Turquie, comme le montre Jan Werner Mueller, "Erdoğan et le paradoxe du populisme“, Syndicat de projet, 11 août 2014, lorsqu'il déclare, par exemple :

"De telles personnalités [les leaders populistes] commencent par attaquer la corruption de leurs adversaires et les accusent de détourner l'État au profit d'un establishment politique intéressé qui exclut les intérêts des gens ordinaires" (Mueller, Erdoğan and the Paradox of Populism").

On trouve également comme autre exemple, S. Erdem Aytaç et Ziya Öniş "Les variétés du populisme dans un contexte mondial en mutation : Les chemins divergents d'Erdoğan et de Kirchnerismo“, Politique comparée, octobre 2014) qui cherchent à identifier et à caractériser les différents courants du populisme à l'œuvre dans ce qu'ils appellent "l'ère du post-consensus de Washington" dans le "Sud émergent". Ils utilisent comme définition "Un mouvement de masse dirigé par un outsider ou un franc-tireur cherchant à gagner ou à maintenir le pouvoir en utilisant des appels anti-establishment et des liens plébiscitaires" (Barr, 2009), qui peut être largement considéré comme appartenant à la même famille de définitions, bien qu'avec un focus différent (là sur l'idéologie et son contenu, ici sur le mouvement et le leader).

Fissures sous la surface

Cependant, dans le cas du Brexit, comment les définitions consensuelles du populisme peuvent-elles rendre compte du fait que de nombreux "membres de l'establishment" ont soutenu le Brexit, en fait une partie du parti conservateur, ainsi qu'un certain nombre d'organisations non gouvernementales. populisme, Brexit, May, Trump, prospective et alerte stratégique, scénarios, incertitude géopolitiquecertains pairs et des personnes fortunées (Marta Cooper, "Un examen rapide du psychodrame du parti conservateur britannique qui a donné naissance à... le vote du Brexit“, Quartz, 22 juin 2016) ; "Europe. Comment se répartissent les députés conservateurs. Estimation finale de Remain - 185 députés conservateurs, 91 sur la liste, 94 non.,” Accueil conservateur, 23 juin 2016 ; Nick Clegg "Les Lords du Brexit ont le culot de se plaindre de la démocratie européenne", 6 juin 2016, Evening Standard ; Adam Lusher, "Plus de la moitié des dons aux campagnes du référendum européen proviennent de dix riches donateurs seulement.", 6 octobre 2016, L'Indépendant)?

Dans le cas des États-Unis, les interactions moins que défavorables entre les dirigeants financiers et commerciaux et l'administration Trump que nous avons identifiées. précédemment sont également déroutants du point de vue de la définition du populisme.

populisme, Brexit, May, Trump, prospective et alerte stratégique, scénarios, incertitude géopolitiqueNéanmoins, les définitions centrées sur la composante idéologique du "populisme" s'adaptent évidemment au discours de Donald Trump, en tant que candidat puis président, comme l'illustre son discours d'investiture (20 janvier 2017, Texte intégral, The Guardian):

"Nous transférons le pouvoir de Washington DC et le rendons à vous, le peuple. Pendant trop longtemps, un petit groupe dans la capitale de notre nation a récolté les fruits du gouvernement alors que le peuple en a supporté le coût. Washington a prospéré - mais le peuple n'a pas partagé sa richesse. Les politiciens ont prospéré, mais les emplois sont partis et les usines ont fermé. L'establishment s'est protégé, mais pas les citoyens de notre pays...." (Discours d'investiture du président Trump, 2017).

Il est cependant moins clair que nous sommes face à du populisme et non plutôt à du nationalisme avec la phrase suivante :

"Au fondement de notre politique, il y aura une allégeance totale aux États-Unis d'Amérique, et à travers notre loyauté envers notre pays, nous redécouvrirons notre loyauté les uns envers les autres." (Discours d'investiture du président Trump, 2017).

En effet, on insiste ici sur l'unité au sein de la nation plutôt que sur l'antagonisme.

Ainsi, les définitions ci-dessus, aussi consensuelles et pratiques qu'elles aient pu paraître au départ, ne seraient-elles que parce qu'elles nous donnent une base pour tenter de comprendre un phénomène, pourraient-elles en fait manquer quelque chose ? Ces définitions devraient-elles être revues, peut-être complétées, ou devrions-nous renoncer à considérer le populisme comme un concept valide, utile et explicatif pour examiner le phénomène en question ? Si tel est le cas, que devrions-nous choisir, comment pourrions-nous procéder et, surtout, qu'est-ce que cela pourrait nous apprendre sur l'avenir ?

C'est ce que nous allons examiner dans le prochain article.

Image en vedette : Rallye Trump à l'US Bank Arena, à Cincinnati, le 13/10/2016. Par Bill Huber de Goshen, États-Unis (IMG_20161013_195654) [CC BY 2.0 ], via Wikimedia Commons.

À propos de l'auteur: Dr Hélène LavoixM. Lond, PhD (relations internationales), est le directeur de la Red (Team) Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prévision et l'alerte stratégiques pour les questions de sécurité nationale et internationale.

————————–

Bibliographie abrégée pour les références qui ne sont pas entièrement données dans le texte.

Albertazzi, Daniele ; McDonnell, Duncan, Le populisme du XXIe siècle : Le spectre de la démocratie en Europe occidentaleéd. Palgrave MacMillan, 2008.

Barr, Robert R. "Populistes, outsiders et politique anti-establishment". Politique des partis, 15 (janvier 2009), 29-48.

Butler, David J., "Charisma, Migration, and Elite Coalescence", Politique comparée 1 (3) 1969: 423-439.

Canovan, Margaret, Populisme. New York : Harcourt Brace Javonovich, 1981.

Dahrendorf, Ralf, "Acht Anmerkungen zum Populismus", Transit. Europäische Revue, 25, 2003.

Deiwiks, Christa, "Populisme", Revues de vie en démocratieCenter for Comparative and International Studies, ETH Zurich et Université de Zurich, 2009.

Hofstadter, Richard, "Amérique du Nord", In Le populisme - ses significations et ses caractéristiques nationalesédité par G. Ionescu et E. Gellner, Londres : Weidenfeld et Nicolson, 1969.

Hubé, Nicolas et Naomi Truan. " La réticence à utiliser le mot populisme comme concept ". La communication politique populiste en Europe. Une analyse transnationale des pays européens ", Routledge, 2016.

James, Daniel, Résistance et intégration - Le péronisme et la classe ouvrière argentine, 1946-1976Cambridge : Cambridge University Press, 1988.

Mudde, Cas, "The Populist Zeitgeist",  Gouvernement et Opposition, 2004: 541-563.

Mudde, Cas, et Cristóbal Rovira Kaltwasser, "Voices of the Peoples : Populisme en Europe et en Amérique latine comparés ", document de travail #378, Institut Kellogg, juillet 2011.

Panizza, Francisco, "Introduction", Dans Le populisme et le miroir de la démocratie édité par F. Panizza, Londres, New York : Verso, 2005.

Taggart, Paul, PopulismeBuckingham PA : Open University Press, 2000.

Walicki, Andrzej, "Russie", En Le populisme - ses significations et ses caractéristiques nationalesédité par G. Ionescu et E. Gellner, Londres : Weidenfeld et Nicolson, 1969.

Ware, Alan, "Les États-Unis : Le populisme comme stratégie politique", In Les démocraties et le défi populiste, édité par Y. Mény et Y. Surel. New York : Palgrave, 2002.

Weyland, Kurt, "Clarifying a Contested Concept : Le populisme dans l'étude de la politique latino-américaine". Politique comparée 34 (1) 2001: 1-22.

Weyland, Kurt, "Neoliberal Populism in Latin America and Eastern Europe", Politique comparée 31 (4) 1999 :379-401.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR