Les 14 et 15 mai 2017, le Forum pour la coopération internationale "Une ceinture, une route" (OBOR) a eu lieu à Pékin. Il a accueilli des délégations de 63 pays et de plusieurs organisations internationales. Les chefs d'État et de gouvernement ont dirigé en personne 29 délégations d'Asie, d'Afrique, d'Amérique du Sud et d'Europe ("Forum de la ceinture et de la route pour la coopération internationale”, Xinhua.net). Le forum a été conçu comme une occasion de soutenir l'initiative chinoise, par le biais de panels, d'ateliers, de tables rondes de haut niveau et de réunions sur les infrastructures continentales, l'énergie et les ressources, les mécanismes de coopération financière et le développement durable.

Il convient de noter que le Secrétaire général des Nations unies, le Fonds monétaire international, l'Organisation mondiale du commerce, l'UNESCO, Interpol, l'Organisation mondiale de la santé et la Banque mondiale étaient tous représentés par leurs directeurs généraux et secrétaires, tandis que des chefs d'État de stature internationale, comme le président russe Vladimir Poutine, ou de grande importance régionale, comme le président turc Recep Tayep Erdogan, étaient également présents ("Forum "Une ceinture, une route" pour la coopération internationaleWikipedia). En d'autres termes, le "Sommet OBOR" a été une démonstration impressionnante de l'influence chinoise dans le monde.

L'initiative "Une ceinture, une route" est également connue sous le nom de "Nouvelle route de la soie" (NSR). Cette grande stratégie, lancée en 2013, vise à créer une infrastructure chinoise de transport international terrestre et maritime, de commerce et de financement, qui couvre l'Asie, la Russie, l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique. SZ 深圳城市規劃展覽館 Shenzhen City Planning Exhibition Hall world map one belt band one road Jan 2017 Lnv2Son but est de trouver des réserves internationales de ressources et de produits nécessaires au développement et à l'enrichissement de la Chine (Jean-Michel Valantin, "La Chine et la nouvelle route de la soie - Des puits de pétrole à la lune ... et au-delà”, The Red Team Analysis Society6 juillet 2015). Cet effort est déployé à une telle échelle qu'il devient une nouvelle force politique, économique et stratégique dans le monde globalisé, pour l'intérêt national chinois.

Dans cet article, nous analyserons comment le Forum OBOR révèle la façon dont la Chine façonne la mondialisation, d'une manière très singulière, basée sur une approche "low key". Cette ligne d'action crée de l'influence par la construction d'un consensus international sur les besoins de la Chine, plutôt que de voir les besoins inciter à l'utilisation de la force brute.

Le Sommet : Quels sont les enjeux ?

La grande majorité des participants étaient là pour signer des accords avec la Chine, dans un large éventail de domaines, allant des transports, comme pour la Pologne et la Russie, à l'enseignement supérieur comme pour la Serbie, la Hongrie et la Mongolie, ou au pétrole, pour n'en citer que quelques-uns. Le forum a également été utilisé par des organisations internationales pour promouvoir leurs programmes. Par exemple, le secrétaire général des Nations unies a souhaité que l'OBOR soutienne la mise en œuvre de stratégies visant à atteindre les objectifs durables qui sont devenus la feuille de route des Nations unies, tandis que d'autres organisations et pays signaient des accords sur l'énergie et les transports ("Antonio Gutteres (Secrétaire général de l'ONU) s'exprime lors de l'ouverture du Belt and Road Forum (Pékin, Chine, 14 mai 2017)Web TV de l'ONU).

Avant le début du forum international "Belt and Road

En conséquence, le gouvernement chinois a signé une liste impressionnante d'accords et de protocoles d'accord sur "(la synergie) de la connectivité des politiques et des stratégies de développement, l'approfondissement de la coopération de projet pour la connectivité des infrastructures, (l'expansion) des investissements industriels, le renforcement de la connectivité commerciale, (l'amélioration) de la coopération financière, (la promotion) de la connectivité financière, l'investissement accru dans les moyens de subsistance des populations, (l'approfondissement) des échanges entre les populations" ("Liste des produits livrables du Forum de la ceinture et de la route pour la coopération internationale", China Daily, 2017-05-16).

Une caractéristique particulièrement frappante du Forum OBOR est qu'il fait revivre et modifie la signification de l'"Empire du Milieu". Le nom chinois de la Chine, Zhong Guo (中国) - traduit par "Moyen" pour Zhong et "Royaume", "Pays" pour Guo - a évolué au cours des millénaires de l'histoire chinoise. A l'origine, il signifiait le lieu où l'empereur vivait parmi ses vassaux, puis il signifiait l'Etat central de Xin, parmi d'autres Etats chinois. Après l'unification de l'Empire, le "Moyen Empire" est devenu le Royaume au centre des autres royaumes. La centralité ainsi impliquée signifie aussi que la Chine se trouve à une place qu'il faut occuper pour voir garantie une sorte d'équilibre politique et harmonieux, c'est-à-dire une stabilité dynamique (Quynh Delaunay, Naissance de la Chine moderne, L'Empire du Milieu dans la globalisation, 2014).

À travers cette perspective historique sur la signification politique et géopolitique de ce que signifie pour la Chine le fait d'être l'"Empire du Milieu", il est intéressant de noter que l'initiative OBOR situe la Chine "au milieu" d'un système de réseaux entrelacés avec les différents intérêts nationaux des pays faisant partie de la ceinture et de la route, et avec les intérêts internationaux de l'organisation internationale qui ont participé au sommet. Quelle est donc la philosophie stratégique qui sous-tend l'OBOR.

Quelle est la philosophie stratégique de l'OBOR ?

Le Forum OBOR a rassemblé plus d'un tiers de tous les pays de la planète, démontrant ainsi comment la Chine s'installe comme centre d'attraction au niveau mondial. En d'autres termes, le Forum OBOR révèle le succès de la stratégie chinoise, au niveau géoéconomique et politique. Il a, en outre, une signification profondément chinoise, comme cela a également été souligné ci-dessus. Il révèle l'énorme poids politique accumulé par la Chine, qui devient un de facto "attracteur" pour les pays et les organisations internationales qui ont signé des accords avec Pékin pendant le Forum (Martin Jacques, Quand la Chine domine le monde, 2012).

Après les discussions russo-chinoises2

L'initiative NSR est une stratégie visant à assurer le flux constant de ressources énergétiques, de matières premières et de produits, qui sont nécessaires au développement industriel et capitaliste actuel de l'"Empire du Milieu", fort de 1,4 milliard d'habitants (Jean-Michel Valantin, "La Chine et la nouvelle route de la soie - Des puits de pétrole à la lune ... et au-delà”, The Red Team Analysis Society6 juillet 2015). Depuis 2013, la Chine déploie l'initiative NSR, qui suscite l'intérêt et l'engagement de nombreux pays d'Asie, d'Afrique et du Moyen-Orient. Cette ruée internationale vers Pékin pour accéder au marché chinois renforce encore l'attrait de la Nouvelle Route de la Soie, cette dernière augmentant à son tour l'attrait du marché chinois. En conséquence, la nouvelle route de la soie devient un processus auto-renforçant à l'échelle mondiale.

Une seule ceinture, une seule route

Comme nous l'avons expliqué précédemment, la nouvelle route de la soie est une nouvelle expression de la pensée philosophique et stratégique chinoise (Valantin, "La Chine et la nouvelle route de la soie : la stratégie pakistanaise”, L'analyse de la Red Teamle 18 mai 2015). Il est fondé sur une compréhension de la dimension spatiale de la Chine, au sens géographique, ainsi que sur une compréhension des différents pays qui sont impliqués dans le déploiement du NSR. L'espace est conçu comme un support pour étendre l'influence et le pouvoir chinois à l'"extérieur", mais aussi pour permettre à l'Empire du Milieu d'"aspirer" ce dont il a besoin de l'"extérieur" à l'"intérieur" (Quynh Delaunay, Naissance de la Chine moderne, L'Empire du Milieu dans la globalisation, 2014). C'est pourquoi nous qualifions certains espaces comme étant "utiles" au déploiement de l'OBOR, et pourquoi chaque "espace utile" est lié, et "utile", à d'autres "espaces utiles".

Dans cette perspective, nous comprenons que le sommet de Pékin a été un rassemblement des délégués des différents "espaces utiles" et donc un moyen d'approfondir les interconnexions entre eux et l'"Empire du Milieu" mondialisé que la Chine est en train de devenir.

Façonner la mondialisation par la puissance du besoin chinois

Une autre couche de signification géopolitique est attachée au Forum de la nouvelle route de la soie.

Lors de son discours d'introduction, le président chinois Xi Jinping a déclaré que, pour être couronnée de succès, l'initiative NSR doit être basée sur la coopération politique, la connectivité des infrastructures de transport, l'innovation et le commerce. En ce qui concerne le commerce, Avec les participants du forum international "Belt and RoadLe président Xi a ajouté que le RSN exige "l'ouverture d'une plate-forme de coopération et le maintien et la croissance d'une économie mondiale ouverte" et "le maintien du régime commercial multilatéral, l'avancement de la construction de zones de libre-échange et la promotion de la libéralisation et de la facilitation du commerce et des investissements" (Président Xi Jinping "Le Forum de la ceinture et de la route pour la coopération internationale", China.org.cnle 14 mai 2017).

Il est intéressant de noter que cette déclaration est une appropriation par la Chine de la manière dont le processus de mondialisation a été défini par le gouvernement américain dans les années 1990, alors que Washington promouvait un libre-échange et une mondialisation à l'échelle mondiale, afin de développer une stratégie américaine basée sur le "façonnage du monde", c'est-à-dire un façonnage des normes internationales ainsi que des flux commerciaux et financiers organisés pour le succès économique des États-Unis (William J. Clinton, président des États-Unis d'Amérique, "Discours devant une session conjointe du Congrès sur l'état de l'Union, 19 janvier 1999, Le projet de la présidence américaine). Comme les États-Unis, la Chine promeut le libre-échange en dehors de ses frontières, tout en restant prudente et en continuant à être prudemment protectionniste en ce qui concerne sa propre économie (Douglas Bulloch, "Le protectionnisme est peut-être en hausse dans le monde entier, mais en Chine, il n'a jamais disparu“, Forbesle 12 octobre 2016).

Ainsi, le Forum OBOR révèle comment la grande stratégie de la Chine établit le processus de mondialisation lui-même comme un "espace utile", car la libéralisation internationale de l'espace est un atout important pour l'économie chinoise. Cependant, si la libéralisation est "utile" pour ouvrir des espaces économiques aux exportations chinoises, elle est également utile pour multiplier les accords d'importation et ainsi "canaliser" vers la Chine les ressources et les produits qui sont utiles à l'Empire du Milieu. En d'autres termes, la Chine s'installe "au milieu" de la mondialisation. Si les États-Unis ont commencé le processus de mondialisation en "façonnant le monde", il semble que la Chine façonne actuellement la mondialisation.

Cela aura très certainement des conséquences importantes en termes de répartition internationale du pouvoir.

À propos de l'auteur: Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et Géopolitique de la Société d'analyse (équipe) rouge. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale.

Image : Table ronde des dirigeants au forum international de Belt and Road15 mai 2017 Pékin par le Bureau présidentiel russe de la presse et de l'information, Kremlin. CC.0.4.

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et Sécurité du Red Team Analysis Society. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR