Exécutif résumé

Les impacts actuels et futurs du changement climatique deviennent équivalents à ceux d'un long bombardement. On peut le constater avec les dégâts causés au Texas, en Louisiane et en Floride par les ouragans Harvey et Irma. En quelques jours, le coût total de ces catastrophes s'est élevé à au moins 290 milliards de dollars, soit un montant similaire à celui des dommages subis par la Syrie ($275 milliards de dollars) entre 2011 et 2016. Ces catastrophes semblent n'être que des parties d'une immense série internationale de catastrophes liées au climat, qui affectent les sociétés et les économies du monde entier, de manière répétée et de plus en plus fréquente. Alors que les dimensions économiques et financières de la mondialisation sont devenues les vecteurs et les moyens des pressions locales exercées par le changement climatique, la multiplication des séries de catastrophes liées au changement climatique crée ce que nous appelons ici une "glocalisation des catastrophes".

En outre, le changement climatique enflamme également les tensions géopolitiques mondiales actuelles. Par exemple, la Chine, le Pakistan et l'Inde traversent un nouveau cycle de tensions liées aux différends concernant la construction de barrages dans l'Himalaya, qui pourraient diminuer la quantité d'eau pour l'Inde, tandis que de nombreux glaciers de montagne fondent en raison du réchauffement régional.

En conséquence, le changement climatique transforme la géopolitique et l'économie, ce qui a un impact sur tous les acteurs. Ces transformations doivent être comprises comme étant la nouvelle réalité mondiale et stratégique et doivent impérativement être incluses en tant que telles dans toute opération, planification d'investissement, budget ou plus largement activité humaine. Les scénarios sont le meilleur moyen d'anticiper les activités désormais exposées.

Article

Un bombardement mondial titanesque ravage la Terre : il s'appelle le changement climatique.

Ce changement est en train de devenir l'équivalent d'une crise sociale, économique, politique et environnementale permanente et de plus en plus profonde à l'échelle de la planète (Jean-Michel Valantin, "Le changement climatique est-il un enjeu géostratégique ? Oui !”, The Red Team Analysis SocietyLe 14 octobre 2013. Elle est devenue particulièrement évidente en 2017, lorsque les ouragans Harvey et Irma, d'une puissance dévastatrice, ont ravagé respectivement le Texas et la Floride, après qu'Irma ait fait des victimes dans les îles des Caraïbes. En outre, cela s'est produit après plusieurs mois d'autres catastrophes climatiques massives, partout dans le monde (Robert Scribbler, "A un demi-siècle de Harvey, les déluges alimentés par le réchauffement climatique touchent désormais 42 millions de personnes”, Robert Scribouillard, Gribouillis pour la justice environnementale, sociale et économiquele 30 août 2017).

Ces séries de chocs climatiques affectent et transforment l'ordre économique et géopolitique mondial actuel

La liste sans cesse croissante des catastrophes liées à la crise climatique doit être comprise comme des signaux toujours plus forts du fait que la situation humaine, sociale, économique, politique et géopolitique est désormais profondément centrée sur le changement climatique, à travers des impacts permanents et complexes. Cela signifie que la multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes relie les sociétés, les nations, l'agriculture, l'industrie et les systèmes financiers à la crise climatique qui ne cesse de s'aggraver ((Eric Holtaus, "L'avertissement climatique de James Hansen Bombshell fait désormais partie du canon scientifique”, Slate.comle 22 mars 2016).

Par le ministère américain de la défense Photos actuelles du capitaine Martha Nigrelle/Département militaire du Texas (170826-Z-FP744-056) [domaine public], via Wikimedia Commons

Au-delà de l'impact immédiatement catastrophique des événements climatiques extrêmes et de leur bilan humain, social et économique, il faut comprendre que ces événements sont les signaux d'une nouvelle réalité planétaire et géopolitique. Ces événements météorologiques extrêmes ne sont pas une somme d'"accidents climatiques", mais s'inscrivent dans une série d'événements météorologiques extrêmes liés à la crise climatique mondiale actuelle. Ces séries de chocs climatiques affectent et transforment l'ordre économique et géopolitique mondial actuel (Dennis et Donnella Meadows, Jørgen Randers, William W. Behrens III, Les limites de la croissance, la mise à jour des 30 ans, 2004).

Dans cet article, nous verrons d'abord comment l'économie internationale est aujourd'hui touchée par le changement climatique. Ensuite, nous soulignerons comment ce nouvel état de fait met également les relations géopolitiques sous pression. Ensuite, nous soulignerons la nouvelle nécessité d'intégrer le changement climatique pour comprendre la géopolitique actuelle.

Une géoéconomie centrée sur le changement climatique

Dans notre monde globalisé, la combinaison des ouragans titanesques Harvey et Irma sur le Texas, la Louisiane et la Floride et des feux de forêt gigantesques en Californie et au Canada, ainsi que la série de feux de forêt géants dans le sud de l'Europe, en Sibérie, ainsi qu'au Groenland, les inondations massives en Asie du Sud, les multiples typhons à Hong Kong et Macao, ne doivent pas être compris comme des phénomènes isolés et contenus, mais comme des événements faisant partie d'une série plus large et ayant de multiples types de conséquences sociales, politiques et économiques.

Par exemple, si l'on se concentre sur les États-Unis, les gigantesques catastrophes provoquées par l'ouragan Harvey au Texas exercent à elles seules une pression massive sur les activités économiques et sur le secteur des assurances en raison des dommages directs causés aux infrastructures, aux villes, aux habitations, aux champs et aux industries. À ces coûts, il faudra ajouter ceux des réparations, des interruptions d'activité et de la désintoxication rendues nécessaires par le déversement massif de produits chimiques industriels et d'eaux usées (Erin Brodwin et Jake Canter, "Une usine chimique a explosé à deux reprises après avoir été inondée par Harvey - mais ce n'est pas encore fini”, Initié aux affaires30 août 2017).

"L'ouragan Harvey a endommagé au moins 23 milliards de dollars de biens..."

Ces coûts humains et économiques vont être multipliés pour tenir compte de ceux encourus par Houston et tout l'État du Texas, ainsi que par la Louisiane. Il faut également rappeler que beaucoup d'opérations d'extraction et de transactions pétrolières ont été suspendues, et ont donc un impact sur les entreprises impliquées dans ces activités (Matt Egan et Chris Isidore, "La tempête tropicale Harvey menace le centre énergétique vital du Texas”, CNN Moneyle 26 août).

Par SC National Guard (170831-Z-II459-002) [domaine public], via Wikimedia Commons

Si l'on ne considère que les comtés de Harris et Galveston au Texas, par exemple, on constate que "L'ouragan Harvey a endommagé au moins 23 milliards de dollars de biens..." (Reuters, Fortune30 août 2017). 26% de cette somme est la valeur du terrain, la partie restante est constituée de dizaines de milliers de maisons, bâtiments et infrastructures.

Ils seront incapables de payer leur hypothèque.

Les banques ne pourront pas saisir leurs maisons détruites, en outre situées sur des terrains dont la valeur a fortement diminué...

avec un impact potentiel énorme pour les banques et l'industrie financière américaines...

Certains sont assurés mais beaucoup d'autres ne le sont pas, ce qui signifie que, potentiellement, des millions de personnes se retrouvent brutalement projetées dans des situations très précaires. Elles seront incapables de payer leurs hypothèques, tandis que les banques ne pourront pas saisir leurs maisons détruites, situées en outre sur des terrains dont la valeur a fortement diminué. Cela pourrait facilement conduire à des problèmes importants pour les gestionnaires de portefeuilles hypothécaires, qui constituent une part importante du secteur financier américain, comme l'a montré la crise des défauts de paiement des subprimes, qui a failli briser l'économie mondiale en 2007-2008 (Kevin Phillips Mauvaise monnaie : Finance inconsidérée, échec de la politique et crise mondiale du capitalisme américain, 2008).

Les coûts cumulés de Harvey et Irma s'élèveront à environ 290 milliards de dollars, un montant stupéfiant.

Ils auront un impact sur l'ensemble de l'économie américaine et sur le budget fédéral.

À ces coûts énormes, il faut ajouter ceux résultant des lourds dommages causés par le géant ouragan Irma en Floride et les clés des infrastructures, des villes, des entreprises et de l'agriculture, notamment de la production d'oranges (Berkeley Lovelace Jr, "Irma pourrait être "la dernière goutte" pour l'industrie des oranges de Floride, selon un expert en produits de base”, CNBC8 septembre 2017). Cela signifie que, si l'on ne tient compte que des estimations les plus basses, les coûts cumulés de Harvey et Irma se situeront autour du chiffre stupéfiant de 290 milliards de dollars et auront un impact sur l'ensemble de l'économie américaine ainsi que sur le budget fédéral (Rob While, "Les coûts estimés des ouragans Irma et Harvey sont déjà plus élevés que ceux de Katrina”, Argent11 septembre 2017).

Irma et Harvey Coût global estimé pour les États-Unis = 290 milliards USD

2011 - 2016 Coût estimé de la guerre en Syrie = $275 milliards USD

Par conséquent, la comparaison entre les catastrophes liées au changement climatique et une campagne de bombardement aérien prend tout son sens. En termes de coûts financiers - sans tenir compte des souffrances humaines liées à la guerre, qui restent incomparables - les 290 milliards de dollars de dommages causés par les ouragans Harvey et Irma aux États-Unis peuvent être comparés aux dommages en Syrie, tels qu'évalués par le rapport publié par l'organisation caritative World Vision et la société de conseil Frontier Economics. Selon ce rapport, la guerre syrienne a coûté au pays un montant estimé à $275 milliards entre 2011 et 2016 (World Vision & Frontier economics, Le coût du conflit pour les enfants, 5 ans de crise en Syrie, 2016).

NASA

Il faut également rappeler que ces coûts doivent être ajoutés à ceux liés aux événements climatiques extrêmes de 2016, tels que les deux inondations géantes en Louisiane en mars et en août 2016. Les coûts cumulés de ces événements dépassent les 10 à 15 milliards de dollars, si l'on considère les dommages directs, les pertes de valeur des biens et de recettes fiscales des entreprises, ainsi que les dommages directs et indirects causés aux activités agricoles ("Les inondations USA-Louisiane vont coûter 10 à 15 milliards de dollars à l'économie américaine, selon AON Benfield”, Actualités sur la liste des inondations dans le secteur des assurances aux États-Unis9 septembre 2016). En attendant, les impacts humains, tels que la perte d'emploi, la combinaison de l'insécurité sanitaire et financière et l'épuisement devraient également être pris en compte.

En 2017, en septembre, la Californie avait brûlé avec 4900 feux de forêt.

Alors que les ouragans titanesques Harvey et Irma ont frappé et noyé le Texas, la moitié de la Louisiane et de la Floride, en Californie, a été ravagée par son troisième feu de forêt géant, le plus important parmi les 4900 feux de forêt recensés jusqu'à présent en 2017, certains d'entre eux ayant pénétré dans le parc de Yosemite et la gigantesque forêt de séquoias. Ces incendies causent également de lourds dommages à l'économie, et sont de nouvelles occurrences de la série de catastrophes météorologiques qui frappent les États-Unis depuis des années (Dahr Jamail, "Bienvenue dans le nouveau monde des incendies”, La vérité(9 septembre 2017). Dans le cas de la Californie, ces coûts doivent être ajoutés à ceux qui découlent de la série déjà longue de dommages croissants causés par les incendies, surtout depuis 2000 ("Graphique : 13 des 20 plus grands feux de forêt de Californie ont brûlé depuis 2000”, Signaux climatiques).

La longue sécheresse de l'été 2012 a touché plus de 80% de terres agricoles américaines

Cette nouvelle insécurité économique liée au climat prend également d'autres formes. Par exemple, la longue sécheresse de l'été 2012 a eu un impact sur plus de 80% de terres agricoles américaines. Si les effets ont été moins graves que prévu, ils se sont néanmoins fait sentir sur les prix des aliments pour le bétail au cours du dernier trimestre 2012 et par des hausses légères mais largement réparties des prix de différents types de produits agricoles (céréales, produits laitiers, volaille, fruits) sur les marchés américain et international (USDA : Sécheresse 2012 aux États-Unis, Impacts sur l'agriculture et l'alimentation, 26 juillet 2013.

La multiplication des séries de catastrophes liées au changement climatique crée ce que nous appelons ici une "glocalisation des catastrophes".

Les ouragans qui ont frappé le Texas, la Louisiane et la Floride, ainsi que tous les autres phénomènes météorologiques extrêmes alimentés par le changement climatique et leurs coûts humains, économiques et politiques, créent un système régional, national et mondial de destruction de capital immobilisé, c'est-à-dire de perte nette pour les particuliers, les entreprises et les gouvernements, tandis que Incendio forestal en Pirque Santiago du Chili (31697902143) (2)Les compagnies d'assurance et de réassurance doivent ajuster leurs coûts et leurs modèles. En d'autres termes, la dimension économique et financière de la mondialisation est devenue le vecteur et le moyen des pressions locales exercées par le changement climatique, aux États-Unis comme partout dans le monde, comme l'ont montré les incendies dévastateurs au Chili en janvier 2017. La multiplication des séries de catastrophes liées au changement climatique crée ce que nous appelons ici une "glocalisation des catastrophes" (remarque du Dr Hélène Lavoix, 14 septembre 2017).

Tensions politiques et militaires liées au changement climatique

Les coûts énormes qu'impliquent Harvey et Irma ne sont qu'une partie des chocs climatiques connus par les États-Unis et le monde entier en 2017. En Europe, la vague de chaleur géante surnommée "Lucifer" a frappé l'Espagne, la France, l'Italie, la Croatie, la Serbie, la Bosnie, la Grèce, la Hongrie, la Pologne et a déclenché des incendies catastrophiques qui se sont également produits ... au Groenland (Robert Scribbler ibid et Dahr Jamail), "Le Groenland brûle : les incendies et les inondations se multiplient dans le monde", Truth Out, 5 septembre 2017). En Inde, pour la troisième année consécutive, de gigantesques incendies ont ravagé le pays entre avril et juin. Puis l'Inde a été frappée, tout comme le Népal et le Bangladesh, par des moussons record et des inondations massives, qui ont tué 1200 personnes pour toute l'Asie du Sud (Haroon Siddique, "Les inondations en Asie du Sud tuent 1200 personnes et empêchent 1,8 million d'enfants d'aller à l'école”, The Guardian31 août 2017).

Dans un monde globalisé, ces destructions et perturbations ont des répercussions internationales et stratégiques.

Dans un monde globalisé, ces destructions et perturbations ont des répercussions internationales et stratégiques. Par exemple, la sécheresse en Inde augmente les tensions géopolitiques sur les droits de partage de l'eau avec le Pakistan, qui est également touché par la sécheresse, et avec la Chine. Ces tensions s'inscrivent dans les paysages géopolitiques et stratégiques déjà surchargés entre l'Inde et le Pakistan, qui se disputent le Cachemire et la façon dont ils partagent les eaux de l'Indus, depuis 1947, alors que les deux pays sont désormais des puissances nucléaires depuis 1998 (Fazilda Nabeel, "Comment l'Inde et le Pakistan se font concurrence sur le puissant fleuve Indus”, L'Indépendant7 juin 2017).

De nouvelles tensions sont apparues en 2016 et 2017 entre les deux pays, centrées sur la surexploitation de l'Indus (Muhammad Daim Fazil, "Pourquoi l'Inde doit s'abstenir d'une guerre de l'eau avec le Pakistan”, Le diplomate, le 08 mars 2017). Les tensions ont également tendance à entacher les relations entre l'Inde et la Chine (pour un exemple récent, Michael Auslin, "Le litige Doklam peut-il être résolu ? Les dangers du différend frontalier entre la Chine et l'Inde”, Affaires étrangèresle 1er août 2017).

Flickr Indus

Entre-temps, la Chine et le Pakistan ont signé un protocole d'accord pour la construction de deux barrages géants sur l'Indus, dont l'un dans la région du Gilgit-Batilstan, dans l'Himalaya, revendiqué à la fois par l'Inde et le Pakistan et proche de la Chine (Drazen Jorgic, "Le Pakistan envisage le démarrage en 2018 d'un méga barrage financé par la Chine, contré par l'Inde”, Reutersle 13 juin 2017). Ces barrages produiront respectivement 4200 MW et 2700 MW d'électricité, et leur construction coûtera 27 milliards de dollars. Ils font partie des accords chinois "One Belt One road - New silk road" signés entre la Chine et le Pakistan en 2015 (Valantin, "La Chine et la nouvelle route de la soie : la stratégie pakistanaise”, L'analyse de la Red Teamle 18 mai 2015).

Les autorités politiques indiennes sont préoccupées par les conséquences de ces barrages sur le débit des eaux du Cachemire, qui est une source d'eau importante pour le pays, ainsi que pour le Pakistan.

Ces tensions s'inscrivent dans un contexte défini par l'accélération de la fonte des glaciers de montagne en raison du changement climatique, alors que les sources des grands fleuves asiatiques, nécessaires à la vie de milliards de personnes, se trouvent dans ces mêmes glaciers et que le développement de ces pays et la multiplication des vagues de chaleur qui les affectent nécessitent d'utiliser toujours plus d'eau (Robert Scribbler, "La méga inondation glaciaire : le réchauffement climatique pose un risque croissant d'inondation par débordement glaciaire de l'Himalaya au Groenland et à l'ouest de l'Antarctique”, Robertscribbler : gribouiller pour la justice environnementale, sociale et économiquele 19 août 2013).

La création d'un nouveau type de crise géopolitique d'une ampleur incroyable

Aujourd'hui, ces trois pays dominent ensemble l'Asie du Sud et l'Asie de l'Est, tout en étant des puissances économiques et politiques régionales et internationales. En outre, leur population globale s'élève à près de 2,5 milliards de personnes, soit un tiers des êtres humains. Par conséquent, les tensions créées par leur compétition pour l'eau dans un monde en réchauffement constituent un nouveau type de crise géopolitique. Cela signifie que le changement climatique exerce une pression de plus en plus forte sur les acteurs politiques et militaires, qui sont déjà en désaccord les uns avec les autres, tout en soumettant les systèmes de coopération dans le domaine de l'eau à un stress croissant. Le changement climatique devient ainsi un amplificateur des crises géopolitiques actuelles et futures.

Comprendre la géopolitique d'une planète qui se réchauffe de plus en plus

La centralité de la crise climatique résulte des interconnexions entre le changement climatique, les vulnérabilités économiques et les lignes de faille géopolitiques du système international.

Ces exemples, qui ne sont que des exemples de séries d'événements mondiaux et de leurs impacts, nous montrent comment notre monde interconnecté est maintenant centré sur la crise climatique, directement et indirectement. La centralité de la crise climatique résulte des interconnexions entre le changement climatique, les vulnérabilités économiques et les lignes de faille géopolitiques du système international. Cela signifie que, dans notre monde globalisé actuel, le changement climatique est un changement de jeu qui continuera à avoir un impact sur le tissu des sociétés, leur économie et leur système politique, tout en modifiant de façon permanente l'équilibre des pouvoirs au niveau international.

Cette nouvelle réalité fait que tous les acteurs, des gouvernements aux entreprises, doivent commencer à se préparer, de manière très proactive, à vivre sur une planète qui évolue dangereusement et rapidement. La nouvelle réalité mondiale et stratégique doit impérativement être incluse en tant que telle dans toute opération, planification d'investissement, budget ou, plus largement, activité humaine. Scénarios sont le meilleur moyen d'anticiper les activités désormais exposées.

——

À propos de l'auteurJean-Michel Valantin (PhD Paris) est le directeur de l'analyse de l'environnement et de la sécurité à la Red (Team) Analysis Society. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale.

Image en vedette : GOES-16 voit les ouragans Katia, Irma et José
GOES-16 a capturé cette image géocolore de trois ouragans dans l'Atlantique tropical dans l'après-midi du 8 septembre 2017. NOAA - Crédit : CIRA - Public Domain

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et sécurité de la Société d'analyse (équipe) rouge. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

Rejoindre la conversation

2 commentaires

  1. Un rapport de Ground Zero - Comme toujours, les articles du Dr Valantin sont pertinents. Celui-ci me tient particulièrement à cœur, en tant qu'officier retraité des garde-côtes américains, j'ai réagi, vécu, nettoyé et préparé les ouragans, d'Andrew aux coups de vent blancs sans nom... Nous sommes bien ici, dans le centre de la Floride, avec ma famille qui n'a subi que des dégâts mineurs (~$20-30k) de la part d'Irma. J'ai donc été témoin et j'ai participé à la deuxième plus grande évacuation de masse des temps modernes - environ 6,3 millions de Floridiens ou plus sont partis en quelques jours - je suis allé à Jackson, Mississippi, alors que mon neveu, dont la maison a été détruite par Harvey, était encore chez ma sœur au nord de Houston. Le reste de ma famille s'est également dispersé à mon insistance - certains sont allés rendre visite à leur famille dans le Tennessee, un est parti en croisière en Alaska, et un autre à Hawaii... mon fils à Orlando a été le seul à rester - dans une maison en blocs de béton avec un toit en acier - sans dommage, mais sans électricité pendant une semaine. D'après mes recherches, la seule grande évacuation a été les inondations du fleuve Yangtze en Chine à environ 15M.
    http://www.latimes.com/nation/nationnow/la-na-hurricane-irma-numbers-20170912-htmlstory.html
    Comment s'est déroulée cette catastrophe depuis Ground Zero ? On s'attendait à ce qu'un ouragan de catégorie 4/5 frappe directement l'endroit le mieux préparé au monde pour ce genre de catastrophe. Les prévisions ont amené beaucoup de gens à penser qu'il se dirigerait vers la côte est de la Floride, puis les prévisions ont glissé vers la côte ouest, et enfin il est allé tout droit vers le milieu. La première leçon est donc la suivante : laissez de la place au mouvement. Les prévisions ne sont que cela, et elles peuvent s'améliorer, ou pire encore, pour vous ! Deuxièmement, les ouragans sont gros ! Irma avait littéralement la taille de la France - et la Floride ne fait qu'un tiers de cette taille.
    L'État a fait un travail incroyable pour gérer la circulation, en abritant les gens avec plus de 585 refuges ouverts dans toute la Floride, qui accueillent en toute sécurité une population totale de plus de 200 000 personnes. Plus de 90 refuges pour personnes ayant des besoins particuliers ont été ouverts, pour une population totale de plus de 17 000 personnes, et des centaines de maisons de retraite, d'hôpitaux et de stations d'essence équipées de générateurs d'urgence nécessaires après 2004 ont permis aux gens de se déplacer en toute sécurité. La patrouille routière et la police étaient partout, maintenant l'ordre et le mouvement. La capacité ultime d'évacuation massive à "contre-courant" - faisant des grandes routes une voie de sortie - n'a pas été utilisée, ce qui a permis aux véhicules électriques, utilitaires, médicaux d'urgence, de la garde nationale et des premiers intervenants de continuer à circuler dans les zones pour le prépositionnement.
    La réaction de l'État, du gouvernement fédéral et du secteur commercial a été étonnante... mais elle met également en évidence la complexité du système dans lequel nous vivons. À mon retour, les magasins d'alimentation étaient pratiquement vides. Des panneaux sur l'autoroute indiquaient aux personnes évacuées qui revenaient où trouver de l'essence, et la police surveillait les files d'attente. À la maison, le magasin Home Depot était ouvert, mais les bâches, les vis à béton, le contreplaqué, les générateurs étaient pratiquement impossibles à trouver. J'ai pris une photo du magasin Home Depot - le panneau endommagé, les lambeaux du drapeau américain flottant au-dessus, avec seulement le champ d'étoiles intact, volant comme le cric à l'avant d'un navire en route pour une mission difficile. Dix jours plus tard, l'électricité, l'eau, l'hygiène, la nourriture et les matériaux de construction affluent et la reconstruction est en cours, alors que les dégâts sont évalués et que des plans sont établis. Où d'autre dans le monde pourrait-on faire cela ? Néanmoins, l'énormité de la tâche et la prise de conscience que nous sommes tous confrontés à une catastrophe de cette ampleur devraient nous amener à faire une pause et à nous concentrer sur l'avenir auquel nous serons tous confrontés. Les leçons apprises ici doivent être partagées, afin que les populations du monde entier soient plus sûres et mieux préparées aux défis à venir et aux catastrophes qui feront l'actualité de demain, qu'il s'agisse de coulées de boue à Porto Rico, d'inondations dans la région de la mer de Chine méridionale ou de tremblements de terre au Mexique. Semper Paratus !

  2. Merci Gene ! Tout d'abord, nous sommes heureux que vous soyez sain et sauf et que vous n'ayez subi que de légers dommages.
    Merci encore de partager votre expérience directe d'Irma, avec un regard si vif sur les conséquences et les leçons apprises.
    Il est également très intéressant - et cela me semble être un atout des États-Unis - de voir que les leçons de Katrina (entre autres ?) ont été comprises et transformées en actions. Je ne suis pas sûr que beaucoup d'États et de pays aient la volonté de le faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR