Note de la rédaction : Nous avons suivi "en coulisses" la suprématie du dollar américain et les défis auxquels elle est confrontée depuis deux ans. Les indications montrent qu'il est maintenant temps de passer à une analyse stratégique prospective de la question. Cette série résulte de ce besoin et de notre L'analyse approfondie constituera les éléments de base de l'analyse des scénarios concernant l'avenir de la suprématie du dollar américain.

Le 15 septembre 2017, le président de la Fédération de Russie, M. Poutine, a ordonné de mettre fin au commerce en dollars américains dans les ports russes (Président de la Russie, Official, "Instructions suite à une réunion sur le développement des infrastructures de transport du Nord-Ouest de la Russie".15 septembre 2017, Kremlin.ru ; RT, "Les commandes de Poutine mettent fin au commerce en dollars américains dans les ports maritimes russes".20 septembre 2017).

Serait-ce un signal selon lequel les grandes puissances comme la Russie et la Chine tentent de mettre fin à la suprématie du dollar américain ?

Résumé

Cette série examinera les défis auxquels la suprématie du dollar américain pourrait être confrontée et la manière dont le système global pourrait évoluer à l'avenir, ce qui aura donc un impact sur la prédominance économique et géopolitique des États-Unis. Dans cet article, nous jetons les bases pour mieux analyser ces questions.

Nous expliquons d'abord la principale différence entre la monnaie et l'argent, et soulignons qu'une monnaie n'a pas de valeur intrinsèque alors que son utilisation dépend de la confiance que les acteurs ont dans le pays émetteur.

Cela nous permet de comprendre les raisons de l'internationalisation des monnaies, c'est-à-dire l'utilisation d'une monnaie en dehors des frontières de son émetteur, ainsi que les principales caractéristiques d'une monnaie mondiale. En soulignant que si un émetteur de monnaie est économiquement important et politiquement influent, sa monnaie aura un certain degré d'internationalisation, nous insistons sur le fait que le processus d'émergence d'une monnaie mondiale est motivé par les intérêts privés des acteurs du marché, qui sont prêts à trouver un moyen communément accepté d'échanger leurs produits, et qui bénéficient alors des externalités du réseau, à condition qu'il y ait également une stabilité et une confiance dans le système politique et économique de l'émetteur.

Enfin, nous examinons les avantages et les coûts que l'internationalisation des monnaies apporte à l'État émetteur. Les avantages économiques vont de la possibilité de transférer les risques de change aux consommateurs étrangers au seigneuriage, qui crée un "transfert implicite de ressources" (Cohen 2015 : 21) vers le pays émetteur. Parallèlement, l'influence sur la politique internationale est également accrue, notamment en raison de l'influence accrue sur les pays étrangers. En outre, le pays émetteur bénéficie d'une flexibilité macroéconomique pour gérer les déficits des comptes courants. Les coûts, d'autre part, découlent principalement de l'appréciation de la monnaie et de la limitation du degré d'indépendance dans la conduite de sa politique monétaire.

article 3018 mots - environ 8 pages (y compris le résumé)

 

L'objectif de cette série d'articles est d'explorer et d'évaluer les défis actuels et futurs de la position de la seule véritable monnaie mondiale actuelle : le dollar américain (USD). Le dollar américain continuera-t-il à être l'épine dorsale du système économique mondial dans un avenir prévisible ? Wall Street, suprématie du dollar américain, avertissement, scénarios, Red (Team) Analysis Society, monnaie mondiale, monnaie internationaleLa question est capitale pour l'avenir de la prédominance économique et géopolitique des États-Unis. Et si le dollar perd son statut, qu'est-ce qui remplacera le billet vert ? Une autre monnaie nationale ? Un système monétaire multipolaire ? Ou une monnaie cryptographique comme le bitcoin ? Et, plus important encore, quelles seront les conséquences pour la puissance américaine ? Analyser la question et essayer de prévoir les évolutions futures est crucial pour ne pas être pris au dépourvu et pour être préparé à toutes les circonstances. Il est donc extrêmement important d'avoir une idée des défis auxquels le dollar, et donc les États-Unis, pourraient être confrontés, ainsi que de leur impact sur les affaires mondiales.

Dans ce premier article, nous jetterons les bases d'une analyse efficace de la question. Ainsi, nous comprendrons la différence entre la monnaie et l'argent. Ensuite, nous nous demanderons pourquoi il est nécessaire d'avoir des monnaies internationales et quelles conditions doivent être remplies pour que le champ d'application d'une monnaie soit mondial. Nous conclurons en expliquant les avantages et les coûts éventuels de l'internationalisation des monnaies.

Ce dernier point est crucial car, si tous les rôles d'une monnaie semblent apporter des avantages économiques à l'économie de l'émetteur, certains d'entre eux profitent non seulement à l'économie mais renforcent également le pouvoir de l'État.

Le prochain article approfondira donc les liens entre la pertinence d'une monnaie et la puissance de son émetteur. La série se poursuivra avec une analyse de ce qui a fait (et fait) la grandeur du dollar. Sur la base de ces fondamentaux, nous nous concentrerons plus tard sur les défis possibles à la prédominance du dollar sur la scène mondiale ainsi que sur les conséquences qu'une baisse du dollar aurait sur la puissance américaine.

Qu'est-ce que l'internationalisation des monnaies ?

Argent, monnaie et confiance

Afin de comprendre ce qu'implique l'internationalisation des monnaies, il est utile de comprendre la différence entre l'argent et la monnaie. Une monnaie a une valeur intrinsèque, c'est-à-dire qu'elle a de la valeur en soi, alors qu'une monnaie n'a pas de valeur intrinsèque, mais une certaine valeur convertie en termes de pouvoir d'achat, parce qu'elle a cours légal dans le pays émetteur (justaskbenwhy.com, "Quelle est la différence entre la monnaie et l'argent" ?24 avril 2015). En d'autres termes, une monnaie peut être utilisée comme argent, parce que son utilisation a été approuvée (ou imposée) par un gouvernement cours légal, suprématie du dollar américain, avertissement, scénarios, Red (Team) Analysis Society, monnaie mondiale, monnaie internationale(The Royal Mint, "Lignes directrices sur les appels d'offres légaux".). Par exemple, cela est clairement indiqué sur les billets en dollars américains : En fait, l'appellation correcte d'une monnaie est "fiat currency", c'est-à-dire que fiat est un mot latin qui signifie "que cela soit fait" et, par conséquent, un fiat gouvernemental est un mandat gouvernemental (justaskbenwhy.com, ibid.).

L'or pourrait être un exemple évident d'argent, comme l'étaient autrefois le sel ou les coquilles de vache (Encyclopédie de l'argent, Le sel, monnaie d'échangeMusée de la Banque nationale de Belgique, Coquilles de vache). Comme la quantité d'or disponible sur Terre est limitée, l'or a une valeur intrinsèque, dont le prix sera déterminé au fil du temps par les marchés. C'est pourquoi l'or est utilisé comme un refuge en période de difficultés financières.

Au contraire, les monnaies fiduciaires n'ont pas de valeur intrinsèque ; un billet ne vaut quelque chose que parce que le gouvernement le dit et que les citoyens sont d'accord. Sinon, ce ne serait qu'un morceau de papier. En effet, l'inflation, le processus par lequel Suprématie du dollar américain, avertissement, scénarios, Red (Team) Analysis Society, monnaie mondiale, monnaie internationale, ReichmarkLa perte d'une partie du pouvoir d'achat des monnaies fiduciaires est précisément la preuve qu'elles n'ont pas de valeur intrinsèque. Un exemple en est l'hyperinflation pendant la République de Weimar, lorsque le mark a perdu presque toute sa valeur (Alexander Jung, "L'Allemagne à l'ère de l'hyperinflation", Der Spiegelle 14 août 2009). Les notes ont été utilisées comme fond d'écran (Rare Historical Photos, "L'utilisation des billets de banque comme papier peint pendant l'hyperinflation allemande"). La confiance dans les politiques monétaires d'un gouvernement visant à maîtriser l'inflation est donc cruciale pour l'utilisation d'une monnaie.

L'internationalisation des monnaies

L'internationalisation des monnaies peut être définie comme le processus par lequel une monnaie "est facilement et fréquemment utilisée dans les transactions entre non-résidents en dehors de la juridiction où elle est émise" (Genberg 2009 : 2). Il est donc lié à la confiance dans le gouvernement émetteur. Comme nous venons de l'expliquer, une monnaie ne s'internationalisera que si la confiance dans le gouvernement émetteur existe parmi les acteurs étrangers qui utilisent la monnaie.

Dans le passé, un certain nombre de pays ont eu une telle importance économique et politique que leur monnaie était également précieuse pour les étrangers. En effet, lorsqu'un pays dispose d'un marché intérieur étendu et d'une profondeur commerciale, la détention de sa monnaie est très bénéfique car elle facilite l'établissement de liens commerciaux, qui ont Suprématie du dollar américain, avertissement, scénarios, Red (Team) Analysis Society, monnaie mondiale, monnaie internationalela possibilité de réaliser d'importants bénéfices. Par exemple, des pièces romaines ont été trouvées en Inde, ce qui montre que la profondeur du marché intérieur romain a incité les commerçants indiens à accepter la monnaie romaine. De même, des pièces arabes ont été trouvées en Scandinavie, tandis que les florins de Florence et les ducats de Venise étaient largement acceptés dans toute l'Europe (Encyclopaedia Britannica, Pièce). Dans les temps modernes, grâce à la puissance politique et à la profondeur commerciale de Madrid et de Londres, le dollar espagnol et la livre sterling ont eu le même type de prédominance que le dollar américain.

En bref, si un émetteur de monnaie est économiquement important et politiquement influent, son argent aura un certain degré d'internationalisation.

Nécessité et caractéristiques d'une monnaie internationale

Mais pourquoi est-il nécessaire d'avoir une monnaie internationale, c'est-à-dire une monnaie qui soit attrayante pour tout le monde ? Et quelles sont les caractéristiques qui font qu'une monnaie est mondiale ?

La réponse à la première question est simple. Les acteurs économiques ont besoin d'efficacité lorsqu'ils s'engagent dans des échanges transnationaux de biens ou de services. Les monnaies mondiales, puisqu'elles sont largement utilisées, assurent la réduction des coûts de transaction grâce à des économies d'échelle dues principalement aux externalités positives de réseau (Genberg 2009 : 2). Une externalité de réseau positive est l'effet par lequel plus les gens utilisent un service ou un bien organisé en réseau, plus ces services ou biens ont de la valeur pour chaque utilisateur (Mike Moffatt, "Introduction aux externalités de réseau"., thoughtco.com1er juillet 2016). LinkedInpar exemple, n'aurait aucune valeur si tout le monde cessait soudainement de l'utiliser ; plus les gens utilisent LinkedIn, plus il a de valeur pour chaque utilisateur. De même, WhatsApp aurait très peu de valeur si peu de personnes l'utilisaient ; il s'agit d'un moyen de communication précieux uniquement parce que son utilisation est répandue. Il en va de même pour les devises. Les externalités de réseau positives dont bénéficient un nombre limité de devises pourraient toutefois être relativement compensées à l'avenir grâce à l'amélioration des plateformes de négociation et des infrastructures de paiement (Genberg 2009: 8).

Revolut, suprématie du dollar américain, avertissement, scénarios, Red (Team) Analysis Society, monnaie mondiale, monnaie internationale
Capture d'écran du site web de la plate-forme de paiement Revolut - Cliquez sur l'image pour accéder au site web

En outre, l'utilisation des mêmes moyens de paiement renforce considérablement le pouvoir d'achat. Si un acteur du marché détient une monnaie que personne n'est prêt à accepter, il n'aura jamais la possibilité d'acheter des biens ou des services sur les marchés internationaux. Les monnaies mondiales éliminent ce problème. Le processus d'émergence d'une monnaie mondiale est donc guidé par les intérêts privés des acteurs du marché, qui sont prêts à trouver un moyen communément accepté pour échanger leurs produits. Comme le souligne Benjamin J. Cohen (2015 : 9), "l'internationalisation peut être considérée comme une réponse tout à fait naturelle de la demande aux structures et aux incitations du marché en vigueur". Toutefois, il est important de noter que certaines conditions appartenant au domaine politique sont nécessaires pour que ce processus ait lieu, et aussi qu'un pays peut mettre en œuvre des actions politiques afin de renforcer l'internationalisation de sa monnaie.

Pour être véritablement internationale, une monnaie doit remplir les trois fonctions traditionnelles d'une monnaie (moyen d'échange, unité de compte, réserve de valeur) tant au niveau privé que public et, naturellement, à l'échelle internationale. Par conséquent, une monnaie mondiale doit jouer un rôle dans le commerce des devises et le règlement des échanges (en tant que moyen d'échange), la facturation commerciale (unité de compte) et les marchés financiers (réserve de valeur) dans la sphère privée. Dans le domaine officiel, une monnaie mondiale doit avoir la possibilité d'agir comme monnaie d'intervention (moyen d'échange), comme ancrage du taux de change (unité de compte) et comme monnaie de réserve (réserve de valeur) (id.: 8-10).

Dans ce contexte, il est important de noter que l'utilisation d'une devise étrangère par un gouvernement est une conséquence de l'utilisation généralisée dans le secteur privé, ajoutée à la confiance dans le gouvernement émetteur et aux actions politiques menées par le pays émetteur. En fait, une banque centrale ne thésaurisera jamais une monnaie qui n'est pas largement utilisée sur les marchés financiers internationaux. Elle n'aurait aucune utilité, par exemple, pour contrôler l'inflation ou préserver la stabilité financière. En effet, lorsque la monnaie locale est sous pression - c'est-à-dire lorsque les investisseurs la vendent, provoquant ainsi sa dévaluation - une banque centrale peut acheter sa propre monnaie avec les réserves de change qu'elle a accumulées au fil du temps dans le but de stabiliser les taux de change et d'empêcher l'inflation d'augmenter. Les réserves de change sont également une assurance en cas de "chocs tels que des fluctuations imprévues du compte courant, des changements dans l'accès aux marchés étrangers ou des catastrophes naturelles" (Haukur C. Benediktsson et Sturla Palsson, "Réserves de change de la banque centrale"., Bulletin monétaire, 2005, 3 ). Cela confirme l'idée que l'internationalisation des monnaies est en partie déterminée par des facteurs de marché. Le marché se tournera plutôt vers une monnaie qui peut remplir les trois rôles susmentionnés dans le secteur privé, ajouté à une inflation relativement stable dans le pays émetteur (Cohen id.: 11; graphique illustratif sur l'inflation aux États-Unis, Commerce Économique) et à la stabilité et à la résilience des marchés financiers nationaux (Prasad 2017 : xvii) La stabilité du système politique et économique de l'émetteur est un autre facteur crucial pour rendre une monnaie mondiale. Toutes ces conditions créent la base de l'adoption internationale d'une monnaie également au niveau du gouvernement.

Coûts et avantages pour l'émetteur d'une monnaie internationale prééminente

Quels sont les avantages qu'une monnaie mondiale prééminente peut apporter à l'économie de l'émetteur ?

Premièrement, les banques d'origine, ayant un accès privilégié à une banque centrale émettant une monnaie internationale, peuvent facilement créer des engagements monétaires largement acceptés (pour des explications plus détaillées, voir, positivemoney.org, "Comment les banques centrales créent de l'argent".) - c'est-à-dire obtenir de l'argent liquide qui leur sera rendu ultérieurement, y compris des prêts, et aussi des dettes - et développer leurs activités à l'étranger à moindre coût (id. Cohen : 20).

Les acteurs non financiers bénéficient également du statut international de leur monnaie nationale, qui "élargit et approfondit les marchés" (Kenan 2009 : 5) où ils peuvent opérer. Cela leur donne la possibilité de vendre leurs produits en obtenant de la monnaie nationale en retour, "ce qui déplace le risque de change vers les clients étrangers" (ibid.). En outre, comme l'économie mondiale dépend d'actifs libellés en dollars américains (E. Prasad, "Le dollar règne en maître par défaut".(FMI), mars 2014), l'internationalisation des monnaies améliore l'accès aux marchés financiers internationaux, permettant ainsi aux entreprises financières et non financières nationales d'emprunter de l'argent à moindre coût et à plus grande échelle, car elles disposent de marchés financiers mondiaux pour accéder à leur monnaie nationale (Kenan id.: 5).

Un autre avantage distinctif pour l'économie de l'émetteur provient du seigneuriage, c'est-à-dire de la différence entre la valeur nominale d'une monnaie et son coût réel de production (Seigniorage; Lexique du Financial Times). Au niveau international, elle est générée lorsque les étrangers détiennent des espèces ou des créances financières libellées dans la monnaie nationale, ce qui crée un "transfert implicite de ressources" (Cohen id.21) qui profite à l'économie de l'émetteur. La collecte de liquidités à l'étranger est "l'équivalent d'un prêt sans intérêt au pays émetteur" (ibid.), tandis que l'accumulation étrangère de créances financières Suprématie du dollar américain, avertissement, scénarios, Red (Team) Analysis Society, monnaie mondiale, monnaie internationale, puissance internationale libellée en monnaie nationale permet de réduire les coûts d'emprunt.

En outre, et nous passons ici à l'aspect des relations internationales, le gouvernement émetteur, puisque l'économie mondiale repose sur sa monnaie, dispose d'un grand potentiel d'influence sur la scène internationale. Cela peut se traduire par des paiements parallèles aux alliés ou des sanctions aux ennemis, comme l'illustrent les sanctions américaines qui ont frappé des pays comme l'Iran, la Russie et la Corée du Nord ces dernières années (Département du Trésor américain, "Programmes de sanctions et informations sur les pays".). Enfin, l'utilisation internationale d'une monnaie renforce également le prestige de l'émetteur auprès des autres pays (Cohen 2017: 7-8).

Pour des exemples de la dynamique du déficit des comptes courants telle qu'elle est décrite dans un scénario

Cependant, nous devons examiner l'intersection entre l'économie et les relations internationales pour voir ce qui pourrait être le plus grand avantage de l'émission de la première monnaie du monde : la flexibilité macroéconomique. L'utilisation internationale de la monnaie nationale est d'une extrême importance pour l'économie car elle permet d'assouplir les restrictions causées par les déséquilibres des comptes courants, créant ainsi une grande marge de manœuvre pour poursuivre des objectifs de politique publique (Chey 2012 : 3). Les États-Unis, par exemple, jouissent d'une capacité impressionnante à financer les déficits de paiement avec leur propre monnaie, comme le montrent les importants déficits des comptes courants, par exemple $469 milliards seulement en 2016, que Washington a gérés au cours des dernières décennies (Kimberly Amadeo,  Le déficit du compte courant des États-Unis - menace ou mode de vie?, L'équilibreLe 11 mai 2017 ; Compte courant des États-Unis; Trading Economics).

Ces avantages importants ont un prix. Comme la demande internationale pour la première devise est élevée, sa valeur par rapport aux autres devises augmente (Cohen 2015 : 23-4). Cela est naturellement préjudiciable aux entreprises nationales orientées vers l'exportation, dont les produits auront un prix plus élevé par rapport à ceux fabriqués dans les pays étrangers. Les entreprises orientées vers le marché intérieur subiront également des conséquences négatives, car leurs produits seront moins compétitifs que ceux provenant de l'étranger. Tout cela a des répercussions négatives sur l'emploi, tant d'un point de vue quantitatif que qualitatif.

En outre, l'accumulation excessive d'engagements par des étrangers peut limiter le degré d'indépendance dont dispose la banque centrale de l'émetteur dans la conduite de sa politique monétaire. La volatilité dans l'achat ou la vente de sa monnaie peut poser des difficultés pour atteindre un éventuel objectif d'inflation et, dans ce cas, obliger la banque centrale à négliger d'autres objectifs politiques (par exemple le niveau de chômage). En outre, il existe également un risque non négligeable de dépréciation excessive de la monnaie si les détenteurs étrangers en viennent à penser que les actifs libellés en monnaie nationale peuvent chuter fortement (Kenan id.:7). Cela s'appliquera-t-il aussi un jour aux États-Unis ?

Sur la base de ces principes fondamentaux, nous aborderons ensuite les fonctions de la monnaie qui sont plus importantes pour la construction et le renforcement du pouvoir du pays émetteur.

A propos de l'auteur :  Leonardo Frisani (MA Paris) se concentre actuellement sur les défis à la suprématie du dollar américain. Au-delà, il est spécialisé dans l'histoire européenne et russe, et ses principaux intérêts portent sur la géopolitique, la macroéconomie, le changement climatique et l'énergie internationale.

Image en vedette : Domaine public, Pixabay.

Références principales :

Amadeo K. (2017) Le déficit du compte courant américain - menace ou mode de vie ?", L'équilibreLe 11 mai 2017. Consulté le 29 septembre 2017.

Benediktsson, H. C. et Palsson, S. (2005) Réserves de change de la Banque centrale, Bulletin monétaire, Banque centrale d'Islande.

Chey, Hyoung-kyu (2012) Le renminbi peut-il devenir une monnaie mondiale ? L'économie politique de l'internationalisation des monnaiesNational Graduate Institute for Policy Studies, GRIPS Discussion Paper 11-20.

Cohen, Benjamin J. (2015) Le pouvoir de la monnaie. Comprendre la rivalité monétaire. Princeton : Princeton University Press.

Cohen, Benjamin J. (2017) L'internationalisation du Renminbi : un conflit de métiers d'État, Département d'économie internationale, Chatham House.

Genberg, Hans (2009), Internationalisation des monnaies : questions analytiques et politiques, Banque des règlements internationaux.

Jung, Alexander (2009), "Germany in the Era of Hyperinflation", Der Spiegel, 14 août, consulté le 28 septembre 2017.

Kenan, Peter B. (2009), L'internationalisation des monnaies : un aperçuBanque des règlements internationaux.

Prasad, Eswar S. (2014) "The dollar reigns supreme, by default", Finance and Development, March 2014, Vol. 51, No.1, International Monetary Fund.

Prasad, Eswar S. (2017) Gagner de la monnaie. La montée du Renminbi. Oxford : Oxford University Press.

Rejoindre la conversation

4 commentaires

    1. Merci beaucoup ! Même si je suis honoré, je ne suis pas titulaire d'un doctorat (ou pas encore à l'heure où j'y pense) mais d'une maîtrise, je ne peux donc pas être qualifié de docteur... et appelez-moi Leonardo !

  1. Je suis ravi de lire l'article de M. Frisani sur l'évolution du commerce international en ce qui concerne le rôle de l'US $.
    Il est vrai que le prix du pétrole brut est fixé et négocié dans la devise américaine depuis qu'il fait l'objet d'un commerce international. Les différents pays producteurs de pétrole ont essayé de changer le schéma et de passer à d'autres devises, mais sans succès. Les négociants en pétrole n'hésitent pas à convertir le dollar en toute autre devise et à payer les CPN et les producteurs, mais le prix du pétrole est toujours fixé en dollars.Dans les années 1970 et au début des années 1980, l'OPEP a décidé de passer du dollar à un panier de plusieurs monnaies dominantes, dont M. Zaki Yamani, alors ministre du pétrole de l'Arabie Saoudite, a été le pionnier, et a bénéficié des conseils d'éminents chercheurs de l'université de Stanford. L'OPEP a bénéficié des conseils et de la consultance d'éminents universitaires de Stanford. Il y a eu ensuite Genève-1, qui comprenait neuf grandes monnaies telles que le franc français et suisse, le mark néerlandais, le florin et le yen jamanais. Cependant, lorsque le dollar s'est apprécié et a retrouvé son pouvoir d'achat d'un baril de pétrole brut, l'OPEP a abandonné cette idée, ce qui est une tendance parmi les producteurs de pétrole depuis quelques décennies. Lorsque le $ se déprécie, la tendance à se détourner de la monnaie est plus forte. Cependant, ces dernières années, l'abandon de la monnaie américaine a été soutenu politiquement, principalement en raison de l'autorité totale des États-Unis sur le swift qui peut imposer sa volonté à n'importe quel pays. En fait, le $ renforce sa volonté et sa force par un mécénat rapide.
    Je tiens à vous remercier sincèrement pour cet article très complet et percutant

    1. Cher Dr Barkeshli,
      Je suis très heureux que vous ayez apprécié mon article ; j'espère que vous serez également intéressé par les prochains, car ils traiteront effectivement des questions fondamentales que vous avez si clairement définies dans votre commentaire. Comme vous le soulignez, l'histoire du prix du pétrole et le mécanisme de la rapidité sont essentiels pour notre quête de compréhension des futurs possibles de la prédominance du dollar américain.
      Merci beaucoup d'avoir partagé vos idées avec nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR