Impact sur les questions

Décision du gouvernement de Bachar al-Assad concernant la Fédération de Syrie du Nord ... et la Turquie (incertitude critique)

➚ ➃  La Turquie agit contre la Fédération de la Syrie du Nord
➚  ?  Influence de l'Iran (incertitude quant à la politique)
➚ ➃ Procès d'influence de la Russie
➃ Procès d'influence américain
➚ ? ➃ Pays du Golfe (incertitude quant à la politique)
? Les ONG occidentales et ensuite les perspectives commerciales en Syrie
➚ ? ➄ L'avenir de la Syrie (grande incertitude)
➚ ? ➃ Tension au Moyen-Orient (grande incertitude)

 L'État islamique menace directement à court terme la Mésopotamie
 Perception de la menace de l'État islamique
➘➙ ➄ La menace mondiale à long terme de l'État islamique

?  Tensions mondiales entre les États-Unis et la Russie

Le 17 octobre, les Forces démocratiques syriennes (FDS) dirigées par des Kurdes ont annoncé que la ville de Raqqa avait été reprise à l'État islamique, même si les combats se poursuivaient dans les zones avoisinantes.

Compte tenu de l'importance stratégique et symbolique de Raqqa pour la plupart des acteurs, il est probable que la victoire de Raqqa marque le début d'une nouvelle phase en Syrie, et au-delà.

Pour les signaux précédents et autres, consultez le

Radar

Compte tenu des réactions internationales et régionales aux tentatives d'indépendance qui ont eu lieu au Kurdistan irakien, les Kurdes syriens et les différentes administrations et forces qu'ils ont créées risquent fort d'être très prudents dans leur manière de gérer la situation générale pour essayer d'atteindre au mieux leur objectif (autonomie d'un nouveau type de régime politique au sein d'une Syrie unifiée). En effet, les forces du SDF ont rapidement remis Raqqa à un conseil municipal arabe de Raqqa qui sera responsable de la ville et de sa reconstruction. Cependant, les dégâts sont tels, compte tenu notamment du tapis de bombes de la coalition américaine, que la reconstruction sera très probablement longue et difficile, ouvrant la voie à tous les types de désordres et de combats possibles.

Liens connexes

Vers une reprise de la guerre en Syrie ? Les Kurdes et la Turquie

"Le Powder Keg du Moyen-Orient et la grande bataille de Raqqa

La bataille de Raqqa, les Kurdes et la Turquie

En guerre contre l'État islamique - Un théâtre de guerre mondial

Les décisions et les actions du gouvernement de Bachar al-Assad concernant l'ensemble de l'échiquier politique et militaire stratégique, opérationnel et tactique, et la manière de gérer le projet des Kurdes syriens sont des incertitudes cruciales.

La Turquie va probablement renforcer sa participation. Son but est d'empêcher l'installation, à sa frontière sud, d'un régime politique fort dirigé par les Kurdes, quelle qu'en soit la forme. Il est fort probable qu'elle fera tout son possible pour atteindre son objectif. En effet, les opérations turques ont déjà commencé, avec l'encerclement d'Afrin (la pointe occidentale isolée du Kurdistan syrien) par un déploiement à Idlib et près de la frontière de Bab al-Hawa, et avec la promotion d'un conseil municipal de Raqqa alternatif à celui instauré par le SDF.

L'État islamique risque d'être perçu comme vaincu et comme une menace disparue par de nombreux acteurs, ce qui serait une erreur dangereuse, car il risque de continuer à se battre avec tous les moyens et sur tous les territoires considérés comme des points du Ribat.

L'Iran devrait poursuivre sa stratégie d'influence sur la Syrie et la région (voir Signaux concernant l'Irak). Dans ce cadre, sa stratégie devrait aller de l'opposition au projet kurde et donc de la tentative d'inciter le gouvernement syrien à faire échouer l'idée kurde à l'accommodement, tant qu'il peut utiliser le passage de la frontière avec l'Irak comme bon lui semble. La première extrémité du spectre serait probablement bénéfique à ses relations avec la Turquie, qui s'est rapprochée avec la crise des pays du Golfe. L'autre extrémité du spectre serait peut-être plus bénéfique pour ses relations avec la Russie.

Les États-Unis et la Russie seront mis à l'épreuve dans leur détermination, leur influence et leurs capacités à concevoir, mettre en place et appliquer opérationnellement une stratégie efficace. La Russie a cependant un avantage ici, compte tenu de son implication directe plus importante sur le terrain. Les deux pays devront néanmoins tenir compte de la complexité de la situation, ainsi que des alliances ou des relations en désaccord l'un avec l'autre. Si la Russie apparaît et réussit mieux, cela pourrait à son tour renforcer le sentiment anti-russe américain et les actions connexes menées ailleurs.

En conséquence, l'activité et le financement des ONG, puis les contrats des entreprises impliquées dans la reconstruction seront affectés.

Les pays du Golfe, à l'exception du Qatar, devront probablement faire face à des choix difficiles s'ils continuent à percevoir l'Iran comme une menace - ce qui est probable - et veulent contrecarrer autant que possible l'influence iranienne. Les alliances ou les relations les moins solides avec d'autres puissances extra-régionales sont susceptibles d'évoluer.

Dans l'ensemble, la situation générale risque fort de rester très fluide et volatile, et l'incertitude est très grande.

Jihan Sheikh Ahmed : Annonce officielle plus tard

La porte-parole officielle de la campagne du Qazab Euphrate, Jihan Sheikh Ahmed, a déclaré que les opérations militaires et les combats directs contre l'organisation terroriste étaient terminés dans la ville de Raqqa. Nos forces ont libéré le centre de la ville et tous les centres et installations où les terroristes étaient terrés.

Après la victoire à Raqqa sur l'IS, les Kurdes font face à une paix délicate

RAQQA, Syria/BEIRUT (Reuters) - Les groupes kurdes qui ont mené la lutte contre l'État islamique dans son ancienne capitale Raqqa doivent naviguer dans une paix complexe pour éviter les tensions ethniques avec la majorité arabe de la ville et pour obtenir l'aide critique des États-Unis.

L'armée turque étend son déploiement dans le nord-ouest de la Syrie - les rebelles

AMMAN (Reuters) - L'armée turque étend son déploiement dans le nord-ouest de la Syrie dans le but d'encercler une enclave kurde et de contenir les frappes russes dans la province frontalière d'Idlib dans le cadre d'un accord visant à réduire les affrontements, ont déclaré dimanche des rebelles et des témoins.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

Rejoindre la conversation

2 commentaires

  1. Il y a un "joueur" que vous ne mentionnez pas : Israël. Comment vont-ils réagir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR