Impact sur les questions

 La Chine s'oppose à la financiarisation de l'économie chinoise
➚ ? La Chine devra s'opposer aux acteurs de la finance mondiale (forte incertitude)

  Développement réussi de l'économie chinoise
➚ Amélioration des économies des "pays sous financiarisation" (par exemple, la plupart des pays occidentaux).
Redémarrage de la tendance à la prospérité dans les "pays sous financiarisation" (par exemple, la plupart des pays occidentaux).
Réduire les inégalités au sein des sociétés soumises à la financiarisation (par exemple, la plupart des pays occidentaux).

 L'influence de la Chine
Perception d'une Chine bienveillante
L'influence américaine
suprématie du dollar

Avertissement (menace) : Des troubles au fur et à mesure des batailles qui se déroulent entre la Chine et les acteurs de la finance mondiale, ainsi que leurs partisans respectifs.
Avertissement (Opportunité) - Long terme : Vers un changement des acteurs de la finance mondiale vers une finance moins prédatrice.

Alors que s'achève le 19e congrès du Parti communiste chinois (PCC), Xi Jinping, sa vision, son pouvoir et ses actions sont consacrés par l'inscription de la pensée de Xi sur le "socialisme aux caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère" dans la constitution du PCC.

Notamment, cela signifie que les autorités politiques chinoises déclarent s'engager à " offrir une vie meilleure "... au peuple chinois. Les moyens de réaliser le socialisme aux caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère et cette vie meilleure sont nombreux, comme le décrit le discours de 3 heures et demie de Xi Jinping et visent à construire un pays d'ici 2050 qui soit "'prospère, fort, démocratique, culturellement avancé, harmonieux et beau', en intégrant la 'Belle Chine' dans le plan de développement".
Dans le même temps, les Chinois se font fort de souligner que leur nouvelle vision et leur nouvel engagement apporteront eux aussi bonheur et prospérité au monde entier.

Certains commentateurs, comme l'article de Forbes sélectionné comme signal ci-dessous, soulignent néanmoins les risques bien réels pour les entreprises étrangères, et les difficultés qu'entraînent les transferts technologiques forcés, par exemple, ou une mondialisation et un libre-échange que la Chine promeut pour les autres, mais qui est appliqué différemment lorsque les entreprises étrangères veulent un accès au marché chinois.

Au-delà de ces risques et de cette possible contradiction, une lecture attentive des commentaires chinois dans les médias officiels chinois tels que Global Times (c.-à-d. des pensées approuvées), mettrait également en évidence une autre indication extrêmement intéressante. Si l'on suit Toumert AI, directeur de l'éducation, Programme international de licence à l'École internationale relevant de l'Université des affaires étrangères de Chine dans son commentaire du 23 octobre "La gouvernance économique de la Chine profitera au monde entier", on peut lire que :

"Tout d'abord, nous avons remarqué un appel à donner la priorité à l'économie réelle. Si nous avons appris quelque chose de la crise financière mondiale de 2008, c'est que tout modèle économique qui ne se concentre pas sur le public dans son ensemble ne fera que creuser le fossé entre les riches et les pauvres, et entre l'économie réelle et l'économie financière."

On peut donc se demander si la Chine ne va pas s'opposer à la financiarisation de l'économie et, par conséquent, aux "acteurs de la finance mondiale" - les acteurs qui promeuvent et bénéficient de la financiarisation extrême - jusqu'au moins à l'intérieur de la Chine. D'autres signaux antérieurs au Congrès du PCC iraient dans le même sens, comme l'illustre l'article du mois d'août intitulé "Le secteur financier chinois doit reprendre son rôle au service de l'économie réelle" (voir ci-dessous).

Cette question - Chine vs Finance mondiale - doit être mise sous surveillance, car la guerre sera très probablement de grande ampleur compte tenu des moyens de chaque type d'acteurs et des enjeux colossaux. Il faudra également envisager qu'elle se déroulera probablement à l'échelle mondiale et pas seulement en Chine, car les acteurs qui promeuvent la financiarisation mondiale sont bel et bien mondiaux.

Il est intéressant de noter que l'un des impacts possibles de cette éventuelle guerre pourrait être une amélioration des économies occidentales et de la vie des classes ouvrières et moyennes occidentales.

En effet, le développement chinois a également contribué - entre autres - à l'appauvrissement de millions de travailleurs dans les "économies avancées" et à la diminution de la classe moyenne occidentale, ce qui a favorisé, entre autres, la montée du populisme. Ainsi, si la Chine veut sincèrement être perçue comme une puissance bienveillante, dans le monde entier, elle doit également veiller à ce que cette tendance négative s'arrête, sans pour autant mettre en danger sa propre ascension et ses objectifs. Si nous cherchons d'autres facteurs qui empêchent l'Occident de se remettre de la crise financière et de voir la prospérité pour tous reprendre, plutôt que de voir les inégalités augmenter perpétuellement, nous trouvons en effet la financiarisation de l'économie, l'absence d'investissements car les rendements ne sont jamais assez élevés dans l'économie réelle, la finance prédatrice et ses rachats d'actions plutôt que des politiques d'entreprise productives appropriées, etc.

Dès lors, on peut se demander si la guerre que la Chine pourrait être en train de déclencher pour l'économie réelle ne ferait pas dérailler la situation financière actuelle dans laquelle vit le monde et plus particulièrement l'Occident. Au fur et à mesure des batailles, le monde financier devra évoluer, même si les différents visages que cette évolution peut prendre restent encore à imaginer.

Il se peut donc que nous mettions en garde, pour une fois, contre une opportunité, sauf pour les partisans de la finance prédatrice.

 

La gouvernance économique de la Chine profitera au monde entier - Global Times

Lors du discours prononcé mercredi par Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), lors de la session d'ouverture du 19e Congrès national du PCC, un nouveau paradigme de développement économique et de gouvernance a été annoncé, qui aura un impact profond sur l'avenir de la Chine au XXIe siècle.

Le secteur financier chinois doit reprendre son rôle au service de l'économie réelle - Global Times

La relation entre l'économie réelle et le secteur financier a toujours été le sujet central de la macroéconomie. Par essence, les interactions positives entre les deux sont non seulement la base de la stabilité et de la sécurité financières nationales, mais aussi le fondement du développement durable de l'économie nationale et même de l'économie mondiale.

La Constitution du PCC inscrit la pensée de Xi dans un guide d'action - Global Times

Un amendement à la Constitution du Parti communiste chinois (PCC) a été approuvé mardi, faisant de la Pensée de Xi Jinping sur le socialisme aux caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère un nouvel élément du guide d'action du Parti, selon une résolution du 19e Congrès national du PCC.

L'engagement du CPC dans une nouvelle ère : une vie meilleure - Global Times

Dans de nombreux autres pays, servir le peuple est une promesse vide de sens, mais en Chine, le peuple est précisément au centre de la politique. Ce sont ses besoins qui sont au centre de toute politique. C'est cela le socialisme. Construire une vie meilleure est l'engagement du Parti envers le peuple dans une nouvelle ère.

Infographie : La pensée du socialisme aux caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère - Xinhua | English.news.cn

null

La Chine d'abord : Les termes techniques étrangers doivent se méfier sous le règne de Xi Jinping

Utilisant le Congrès du Parti communiste, qui se tient deux fois par décennie, comme plate-forme, le président Xi Jinping a exposé son plan ambitieux visant à faire de la Chine une puissance mondiale de premier plan en termes d'influence, d'innovation et de puissance militaire d'ici 2050.

L'éléphant dans la pièce | Barclays Investment Bank

L'effet disproportionné de l'hypermondialisation sur la répartition des salaires mondiaux explique en grande partie la montée du sentiment protectionniste.

Image en vedette : Xi Jinping, Réunion des dirigeants des BRICS, 7 juillet 2017, Kremlin.ru [CC BY 4.0], via Wikimedia Commons.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène LavoixPh. D. Lond (relations internationales), est la présidente-directrice générale de The Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prospective stratégique et l'alerte pour les relations internationales et les questions de sécurité nationale et internationale. Elle s'intéresse actuellement à la guerre en Ukraine, à l'ordre international et à la montée de la Chine, au dépassement des frontières planétaires et aux relations internationales, à la méthodologie de la SF&W, à la radicalisation ainsi qu'aux nouvelles technologies et à la sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR