Cet article souligne le caractère paradoxal d'un déclin des États-Unis, et aborde l'impossibilité pour les États-Unis d'accepter leur disparition en tant que superpuissance. Il applique ce cadre au cas des tensions de 2017 avec la Corée du Nord, et en déduit une voie future possible pour la ligne de conduite des États-Unis, ainsi que des leviers possibles concernant la position des États-Unis.

Il s'agit de la dernière partie d'une série de trois articles dans lesquels nous examinons trois dimensions du déclin des États-Unis telles qu'elles sont perçues - publiquement - par le National Intelligence Council (NIC), qui fait partie de l'Office of The Director of National Intelligence (ODNI) des États-Unis. Dans le première partie (accès libre), nous avons cherché à comprendre ce que le NIC entend exactement par un déclin américain et son début. Le site deuxième article se concentre sur les sources du déclin et de la puissance américaine, telles qu'identifiées par le NIC, qui nous donnent également des indicateurs pour suivre le déclin.

Résumé

Lorsque le déclin d'un pays est en jeu, les perceptions et les actions qui en résultent pour la puissance en déclin sont cruciales. Par conséquent, nous nous concentrons sur la façon dont la communauté du renseignement américaine (I.C.) aborde l'idée et la réalité d'un déclin américain, à travers la version non classifiée (publique) de Tendances mondiales : Le paradoxe du progrès (GT)le rapport quadriennal de prospective stratégique que l'U.S. I.C. produit pour le nouveau président élu.

En raison des incertitudes de GT, il en résulte une ambiguïté, voire un paradoxe concernant le déclin des États-Unis. D'une part, le déclin est affirmé mais avec des incertitudes implicites, et d'autre part, des moyens de le renverser sont également suggérés. En outre, le C.I.S. insiste également sur la place morale unique des États-Unis dans le monde. En conséquence, le rapport de prospective pourrait finalement inciter et soutenir non pas l'acceptation de la fin du monde unipolaire dirigé par les États-Unis, mais la conception d'une politique américaine très affirmée pour retrouver ou conserver le statut de superpuissance, qu'il est un devoir moral de suivre.

Il y a ici une convergence entre l'évaluation de l'I.C. des États-Unis et la politique " America First " de la présidence Trump. L'isolationnisme ne fait pas partie du tableau, malgré les premières conclusions hâtives de certains commentateurs, juste après les élections.

Appliqué à la crise nord-coréenne de 2017, le cadre construit par GT explique la position des États-Unis. Il montre qu'il est probable que la crise soit aussi devenue un enjeu dans la lutte des États-Unis pour retrouver ou conserver leur statut de superpuissance. Par conséquent, il est fort probable que les États-Unis restent enfermés dans leur position d'escalade, même si la diplomatie est également utilisée en coulisses, au cas où les États-Unis ne trouveraient pas et n'utiliseraient pas une solution leur permettant de sauver la face.

Parallèlement, en choisissant cette direction vers la puissance, les États-Unis pourraient perdre de vue leur sécurité même, ce qui pourrait, à son tour, favoriser et potentiellement accélérer le déclin, d'où le paradoxe.

Article complet 2547 mots - environ 7,5 pages

L'accès pour les non-membres ou pour votre forfait est limité.
Pour continuer la lecture, devenir membre de la société d'analyse The Red (Team).
Si vous êtes déjà membre, veuillez login (n'oubliez pas de rafraîchir la page). 

Si vous souhaitez lire des articles gratuits, consultez notre rubrique publications à accès libre.

* Il est crucial de ne jamais oublier l'importance de la moralité dans la politique étrangère américaine, par exemple Robert W. McElroy, Moralité et politique étrangère américaine : Le rôle de l'éthique dans les affaires internationalesPrinceton University Press, 1992.

——–

À propos de l'auteur: Dr Hélène LavoixM. Lond, PhD (relations internationales), est le directeur de la Red (Team) Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prévision et l'alerte stratégiques pour les questions de sécurité nationale et internationale.

Image en vedette par tammyatWTI, Domaine Public, Pixabay

——–

Bibliographie détaillée

Adizes, Ichak Kalderon, "Le déclin des États-Unis", The WorldPost, Institut Berggruen et de Le Huffington Post, 15 mai 2015

Ministère chinois des affaires étrangères, "Le ministre des affaires étrangères, Wang Yi, s'est entretenu avec le vice-premier ministre et ministre des affaires étrangères allemand, Gabriel.", 15 août 2017.

Etzioni, Amitai "L'Amérique perd-elle sa crédibilité au Moyen-Orient ??", 26 octobre 2017, L'intérêt national

Le projet "Trap" de Harvard Thucydides

 Mohammed Arshad, et Matt Spetalnick, "Exclusif : Les États-Unis poursuivent une diplomatie directe avec la Corée du Nord malgré le refus de Trump.", 1er novembre 2017, Reuters

Conseil national du renseignement, Tendances mondiales : Le paradoxe du progrès (GT)Bureau du directeur du renseignement national, (pour la version publique, janvier 2017).

Reuters, "Mme Merkel propose des négociations nucléaires à l'iranienne pour mettre fin à la crise nord-coréenne.", 10 septembre 2017.

Reuters, "La menace de Trump de "détruire" la Corée du Nord est une erreur : Merkel", 20 septembre 2017).

Valse, Kenneth, Théorie de la politique internationaleAddison-Wesley Publishing Company, 1979.

Lire un résumé de la théorie de la valse dans le Korab-Karpowicz, W. Julian, "Réalisme politique dans les relations internationales“, The Stanford Encyclopedia of Philosophy (Édition été 2017), Edward N. Zalta (éd.).

Xinhua, La Chine, la Russie et la Corée du Sud appellent à la prudence avec la RPDC lors de l'assemblée de l'ONU., Global Timesle 22 septembre 2917.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR