Impact sur les enjeux et les incertitudes

? Unité des États arabes, volonté et capacité de soutenir l'Arabie saoudite, volonté et capacité de contrer l'influence croissante de l'Iran, (incertitudes critiques)

 ( conflit au Yémen) Perception saoudienne de l'expansion iranienne et de la menace qui en résulte

➙ ? Déstabilisation du Liban
  ? L'influence du Hezbollah au Liban

➚➚ L'Iran actualise le croissant chiite vers la mer Méditerranée
L'influence de l'Iran

➚  Tension au Moyen-Orient

➙ ? L'influence de la Russie
➙ ? L'influence américaine
➙ ? L'influence de la France

Menace pour Israël

Liban (ex ?)-La fuite puis la démission du Premier ministre Hariri d'Arabie Saoudite a créé une foule de rumeurs, alors que les acteurs tentent de comprendre ce qui s'est réellement passé. Indépendamment de la vérité, la crise Hariri a également généré - ou révélé - un potentiel d'escalade des tensions, centrées cette fois sur le Liban, mais qui pourraient avoir un impact sur l'ensemble du Moyen-Orient.

Pour d'autres signaux, ainsi que pour les signaux précédents et connexes, consultez le

Radar

La toile de fond de la crise est la redéfinition de la carte d'influence dans la région alors que la situation politique et géopolitique autour de la Syrie et de l'Irak change, passant de la guerre à la paix.

En bref, nous voyons une influence iranienne croissante, l'Iran avançant avec le croissant chiite vers la mer Méditerranée, qui est probablement perçu comme une menace par l'Arabie saoudite - et très probablement par Israël. La perception de la menace par le Royaume saoudien ne peut qu'être renforcée par la dernière explosion d'un pipeline à Bahreïn, et par un missile balistique lancé par le Houthi, soutenu par l'Iran, au Yémen, qui a été détruit près de l'aéroport de Ryadh.

L'Irak est passé sous la sphère d'influence iranienne, notamment au cours du dernier mois. Si la Russie notamment semble garantir un avenir relativement pacifique et non agressif à la Syrie, l'Iran aura néanmoins un futur pays ami. Ainsi, pour ces acteurs si enclins, le Liban peut être considéré comme le dernier endroit où arrêter la capacité de l'Iran à atteindre la mer Méditerranée. Là-bas, sous la direction du Premier ministre saoudien Hariri, le Hezbollah chiite a pu participer de plus en plus au gouvernement libanais. On peut donc en conclure que les Saoudiens ont fait dérailler le Hezbollah et donc l'influence iranienne au Liban.

Toutefois, si une telle démarche a eu lieu, elle a oublié de tenir compte des souhaits de paix et d'unité des Libanais, et pourrait en fait, en conséquence, accroître encore l'influence du Hezbollah au Liban, tant que l'Iran ne fera pas de déclaration virulente et n'agira pas d'une manière qui pourrait être perçue comme plus menaçante par l'Arabie saoudite.

La communauté internationale multiplie les appels à un comportement calme et responsable.

Même si des mouvements irréfléchis vers la guerre sont toujours possibles, il pourrait être difficile pour l'Arabie saoudite d'aggraver encore la situation, malgré la rhétorique de guerre, compte tenu notamment du bourbier militaire yéménite, d'où la nécessité d'un soutien des autres États arabes et l'appel à une réunion extraordinaire de la Ligue arabe. On pourrait imaginer des sanctions saoudiennes - et arabes - en matière de commerce et d'aide au Liban, mais elles pourraient aussi se retourner contre l'Arabie saoudite, réduisant ainsi son influence au Liban. Un retour à la situation antérieure au Liban, avec une influence partagée, pourrait être l'issue idéale de la crise pour tous les acteurs, y compris l'Arabie saoudite. Dans un tel cas, l'Iran aurait réussi à accroître son influence et à actualiser son couloir ou croissant vers la Méditerranée, mais il serait tenu en échec par d'autres puissances, notamment la base aérienne russe Hmeimim de Lattaquié.

En tout état de cause, Israël a rapidement réaffirmé sa volonté et son indépendance dans la défense de son territoire, d'où que puisse venir la menace, également très probablement pour s'assurer que les promesses de diverses grandes puissances telles que les États-Unis et la Russie seraient tenues.

Rencontre de la Ligue arabe sur l'Iran à la demande des Saoudiens : les diplomates

La Ligue arabe tiendra une réunion extraordinaire dimanche prochain à la demande de l'Arabie saoudite pour discuter des "violations" commises par l'Iran dans la région, selon un mémorandum

En exigeant le retour de Hariri, les Libanais trouvent une rare unité

Pays longtemps divisé par des conflits sectaires, le Liban a trouvé un rare point d'unité depuis la démission choquante de Saad al-Hariri au poste de Premier ministre : Les Libanais de tous bords veulent qu'il revienne d'Arabie Saoudite et qu'il poursuive son travail de premier ministre.

Hariri avertit que le Liban risque de subir des sanctions arabes, pour revenir dans quelques jours

Saad al-Hariri a averti dimanche que le Liban risquait des sanctions des pays du Golfe en raison de l'ingérence régionale du groupe chiite Hezbollah et a déclaré qu'il retournerait au Liban dans les jours à venir pour affirmer qu'il avait démissionné de son poste de Premier ministre du pays.

Israël donne carte blanche à la Syrie alors que les États-Unis et la Russie étendent leur trêve

JERUSALEM (Reuters) - Israël a signalé dimanche qu'il maintiendrait ses frappes militaires à travers sa frontière avec la Syrie afin d'empêcher tout empiètement des forces alliées à l'Iran, alors même que les Etats-Unis et la Russie tentent de mettre en place un cessez-le-feu dans la région. LES ÉTATS-UNIS

Les Houthis du Yémen tirent un missile balistique sur Riyad

Les rebelles Houthi du Yémen ont revendiqué la responsabilité d'une forte explosion à Riyad, disant avoir tiré un missile balistique de longue portée qui a franchi la frontière avec l'Arabie Saoudite sur plus de 800 km. Un porte-parole des rebelles a déclaré à Al Jazeera qu'ils avaient lancé un missile Burkan 2-H - un missile de type Scud d'une portée de plus de 800 km - en direction de Riyad tard samedi.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR