Impacts et conséquences

La principale incertitude critique liée à la décision américaine concerne d'abord le niveau de cet engagement, puis sa cohérence dans le temps. En conséquence, la survie de la région autonome syrienne, la Fédération du Nord de la Syrie dirigée par les Kurdes, est également devenue plus incertaine. Le résultat en termes d'influence régionale et mondiale des États-Unis est également incertain.

Les principaux autres impacts sont

  • Moins de chances de voir s'installer rapidement une paix constructive pour la Syrie
  • Probabilité moindre de voir la création d'une Syrie fédérale
  • La montée des tensions au Moyen-Orient
  • Des tensions mondiales croissantes, notamment avec les États-Unis d'une part, la Russie, la Chine, la Turquie et l'Iran d'autre part.

(Nota : Le tableau symbolique a été déplacé à la fin de l'analyse et avant les sources/signaux)

Faits et analyses

Pour les signaux précédents, connexes, consultez le

Radar

Alors que la nouvelle de la création d'une force frontalière syrienne SDF de 30 000 hommes, soutenue par les États-Unis et dirigée par des Kurdes, se répandait, la Turquie, sans surprise, a exprimé sa forte désapprobation, menaçant à nouveau d'attaquer l'enclave kurde d'Afrin. Le régime de Bachar el-Assad a également réagi vivement, considérant cette initiative comme une menace pour sa souveraineté et une invasion étrangère.

En conséquence, il est probable que les efforts russes pour promouvoir (fortement) une Syrie fédérale, où la Fédération autonome de Syrie du Nord, avec sa forte composante kurde, pourrait survivre, soient sapés. Il est également probable qu'il sera beaucoup plus difficile pour la Russie d'apaiser les craintes de la Turquie.

Analyse approfondie connexe

Vers une reprise de la guerre en Syrie ? Les Kurdes et la Turquie

"Le Powder Keg du Moyen-Orient et la grande bataille de Raqqa

Par conséquent, le sort de la polarité multiethnique reste incertain. Il dépendra désormais à la fois du sérieux de l'engagement américain et de la capacité de l'initiative de paix russe, à l'approche du congrès de Sotchi, à survivre à la décision américaine.

Parallèlement, l'impact de cette décision sur l'influence américaine est également incertain. Si les États-Unis ne fournissent finalement qu'un soutien inconsistant ou tiède aux SDF, les conséquences pourraient bien être négatives. En revanche, si les États-Unis restent engagés auprès des Kurdes et que la tension continue de monter, ils pourraient être entraînés dans une nouvelle guerre, avec une forte composante régionale. En outre, la Russie pourrait être de plus en plus perçue comme un artisan de la paix et les États-Unis comme un fauteur de guerre, comme l'a d'ailleurs immédiatement souligné le ministre russe des Affaires étrangères, M. Lavrov.

Les tensions, à l'échelle régionale et mondiale, se sont à nouveau intensifiées.

Impact sur les enjeux et les incertitudes

 ➄  Une paix constructive pour la Syrie
Création d'une Syrie fédérale
?   La survie des Kurdes Fédération de la Syrie du Nord
   Tension au Moyen-Orient
? L'influence américaine

➚  Les tensions mondiales

Signaux et sources

La coalition et les FDS forment une force frontalière syrienne de 30 000 hommes.

La coalition dirigée par les États-Unis contre l'État islamique forme actuellement une force chargée de maintenir la sécurité le long de la frontière syrienne alors que l'opération contre l'ISIS change de cible. Cette force de 30 000 hommes sera en partie composée de combattants vétérans et opérera sous la direction des Forces démocratiques syriennes, a déclaré le CJTF-OIR au Defense Post.

Les États-Unis soutiennent le projet d'"armée régulière" du PKK/PYD.

Par Levent Tok et Mohamad Misto RAQQAH/ ISTANBUL L'organisation terroriste PKK/PYD se préparerait à établir une armée régulière, ont déclaré des sources locales à l'agence Anadolu. Les soi-disant "gardes-frontières", formés par les États-Unis par l'intermédiaire du Pentagone et de la CIA, ont formé ce qu'ils appellent "l'armée du Nord", ont déclaré les sources, qui ont parlé sous couvert d'anonymat pour des raisons de sécurité.

La nouvelle "force frontalière" soutenue par les États-Unis en Syrie rend furieux Ankara et Damas.

BEYROUTH/MOSCOU (Reuters) - La Syrie, la Turquie et la Russie ont réagi avec véhémence lundi aux nouveaux plans soutenus par les Etats-Unis visant à mettre en place une "force frontalière" de 30 000 hommes à l'intérieur de la Syrie pour protéger le territoire détenu par les alliés principalement kurdes de Washington. Le gouvernement syrien a juré de chasser la présence américaine du pays. La Turquie, un pays de plus en plus éloigné des États-Unis, est en train de s'éloigner.

Le projet américain de création d'une force de sécurité frontalière en Syrie risque d'engendrer un mouvement séparatiste

LE CAIRE (Sputnik) - La création de la soi-disant Force de sécurité frontalière (BSF) sur le territoire syrien contrôlé par les Forces démocratiques syriennes (FDS) dirigées par les Kurdes pourrait conduire à la séparation de plusieurs régions du territoire de l'État syrien, a déclaré à Sputnik un membre de la délégation de l'opposition aux pourparlers d'Astana.

Выступление и ответы на просы СМИ Министра иностранных деле России С.В.Лавроа прес-конференции по итогам деятельности российской дипломатии в 2017 году, Москва, 15 января 2018 ода

null

La Syrie considère le projet américain de création d'une force de sécurité frontalière comme une "agression flagrante".

Le ministère syrien des Affaires étrangères a dénoncé l'intention de Washington de constituer une force de 30 000 hommes à l'intérieur du pays dans le but proclamé de maintenir la sécurité le long de ses frontières. L'armée syrienne est prête à mettre un terme à toute forme de présence américaine dans le pays, a déclaré une source du ministère syrien des affaires étrangères, selon la télévision d'État.

La politique américaine à l'égard du Levant, des Kurdes et de la Turquie - Par Joshua Landis

Par Joshua Landis Le 15 janvier 2018 Le département d'État a tourné la page sur la Turquie car il ne considère plus qu'Ankara est un partenaire américain fiable. Beaucoup affirment que Washington abandonnera les Kurdes de Syrie afin d'apaiser la colère turque. J'en doute. Washington s'attend à davantage d'actions anti-américaines de la part d'Erdogan.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR