Du monde des entreprises aux gouvernements, nous cherchons à échapper à l'incertitude et aux surprises. C'est essentiel pour survivre et prospérer. C'est également nécessaire pour se protéger des menaces, des dangers et des risques.

Dans l'ensemble et de manière générale, nos capacités - voire notre volonté - d'identifier les menaces se sont améliorées avec l'expérience et la pratique. Notamment, nous sommes devenus relativement efficaces dans l'évaluation de la probabilité et de l'impact. Néanmoins, une composante de l'évaluation des menaces et des risques reste le plus souvent inconsidérée, inaperçue et négligée : le temps.

Pourtant, le temps est un élément crucial de notre capacité à prévenir les surprises, à faire face aux menaces et à gérer les risques. Cet article évalue la manière dont nous intégrons le temps et met en évidence les possibilités d'amélioration.

Le temps, la dimension orpheline cruciale

Imaginons-nous le temps ?

Dans l'imaginaire collectif, l'espace ou la recherche d'individus spécifiques tels que des terroristes ou des criminels attire beaucoup plus l'attention que le temps. Combien de films dépeignent la guerre, les salles de crise et les centres de situation avec des cartes montrant de nombreuses lignes et des lumières clignotantes ? L'un d'entre eux dépeint la chasse aux terroristes à travers des tableaux LCD transparents, où des agents ou des analystes peuvent accéder à des téraoctets d'informations. Parfois, ils peuvent même utiliser des affichages holographiques.

Star Trek, observatoire temporel, guerre froide temporelle, chronologie, prospective stratégique et alerte
Toujours de Star Trek Enterprise, "Cold Front" Episode 11, Saison 1, 28 novembre 2001, Paramount Network Television - considéré comme "fair use".

Le temps est la dimension orpheline, sauf pour les fans de Star Trek. Dans la production de la série télévisée, Entreprise Star Trek (2001-2005), le temps est au cœur du scénario. Là, des agents temporels mènent une guerre froide temporelle. Les scénaristes et concepteurs de Star Trek ont imaginé un observatoire temporel, comme le montre "Cold Front" Episode 11Saison 1, 28 novembre 2001, Paramount Network Television. Ce extrait de l'épisode (à partir de 2:04) montre à quoi pourrait ressembler une telle "salle de situation temporelle" à l'avenir, avec des lignes de temps s'écoulant en "flux temporel".

(C) Utilisation équitable

Fait intéressant, et après un long silence, la dernière série Star Trek (2017), DécouverteLe thème du temps et du voyage dans le temps est à nouveau présent.

Pourquoi Start Trek est important

Pourquoi devrions-nous, dans le "domaine très sérieux de la sécurité nationale et internationale", y prêter attention, puisqu'il ne s'agit "que" de science-fiction et d'une émission de télévision ?

Eh bien, les scientifiques et la NASA le font. Ils n'ont pas peur d'utiliser leur imagination (La science de Star Trek, 05.05.09). Et si Star Trek était, une fois de plus, scientifiquement visionnaire ? Cela a été le cas à de nombreuses reprises au cours de la longue histoire du programme télévisé qui a débuté en 1966. Par exemple, Star Trek a même prévu les désormais célèbres tablettes (Paul Hsieh, "8 Star Trek Technologies Moving From Science Fiction To Science Fact", Forbes24 juin 2014).

Et si nous pouvions également appliquer la capacité de prévoyance de Start Trek à la manière dont nous prévoyons les risques ? En effet, la science et la technologie doivent de plus en plus souvent aller de pair. En fait, nous pourrions percevoir l'utilisation du voyage dans le temps dans la dernière série de Start Trek de 2017 comme un signal faible pour un intérêt renouvelé pour le temps.

Temps consacré à l'évaluation des risques, à la prospective stratégique et à l'alerte

De quelles composantes temporelles avons-nous besoin en matière d'évaluation des risques, de prospective stratégique et d'alerte ?

Nous devons tenir compte du moment (quand quelque chose, ou un scénario particulier, se produit), de la chronologie (succession d'événements) et de la durée (combien de temps dure un phénomène). Ce sont des éléments cruciaux lorsqu'on veut se protéger des risques et des menaces. En effet, nous n'agirons pas de la même manière si un risque ou une menace risque de se produire dans un mois, un an ou une décennie. Les réponses dont nous disposons varieront en fonction des composantes temporelles.

D'un point de vue stratégique, le temps est de plus en plus important de nos jours. Alors que nous sommes confrontés à des technologies et à des sciences nouvelles, jusqu'ici inconnues, telles que l'intelligence artificielle (IA) et les sciences de l'information quantique (QIS), nous devons savoir quand telle ou telle technologie sera opérationnelle. Quand disposerons-nous d'ordinateurs quantiques universels ? Combien de temps avant que l'IA ne remplace les êtres humains dans telle ou telle tâche ? En outre, depuis l'Ukraine et l'incorporation de la Crimée à la Russie, le monde redécouvre comme menace majeure "l'éclatement de conflits interétatiques" (WEF, Rapport mondial sur les risques 2015), en plus des guerres civiles. La montée des tensions entre la Chine et les États-Unis, la fin de l'hégémonie de la mondialisation et du libéralisme ne font qu'ajouter à la nécessité de considérer le temps.

En effet, l'un des éléments les plus critiques dans toute situation stratégique est la manière dont les acteurs gèrent le temps. À quelle vitesse la situation stratégique évolue-t-elle ? À quel moment l'environnement stratégique est-il le plus réceptif ou le plus "mûr" pour une intervention ? Nos actions seront-elles plus opportunes que celles de notre adversaire ? Ce sont là des questions cruciales pour l'analyste et le stratège.

La temporalité dans le risque, la prospective stratégique, l'alerte et la science politique

Par conséquent, il semble évident et de bon sens qu'il est important de prendre en compte le début des événements et leur durée, ou plus généralement le "temps". Pourtant, les méthodologies intègrent rarement le temps, en dehors d'un cadre temporel général. C'est également le cas pour les produits finaux.

Ce que nous pouvons trouver se répartit en trois grandes catégories.

Un large horizon temporel

Premièrement, nous incluons un horizon temporel dans notre question principale, notre réponse et notre produit : par exemple, le renseignement américain Tendances mondiales 2035 ou le paradoxe du progrès, ou le ministère de la défense du Royaume-Uni Tendances stratégiques mondiales - Jusqu'en 2045, et la dernière édition de "Out to 2050" (octobre 2018) : Tendances stratégiques mondiales : L'avenir commence aujourd'hui (sixième édition).

Cependant, dans ce cadre général, la manière dont les estimations temporelles sont le plus souvent réalisées n'est pas très bien définie, c'est le moins qu'on puisse dire.

Catégorisation en fonction de la proximité du début

Ensuite, on trie les risques ou les menaces en fonction de la proximité de leur apparition. Si nous prenons l'exemple du Royaume-Uni, nous avons quatre processus et produits. Tout d'abord, nous avons les scanners d'horizon à court terme produit dans l'ensemble du gouvernement et en se concentrant sur les risques qui pourraient se produire dans les six prochains mois. Deuxièmement, les données classifiées (non publiques) Évaluation nationale des risques (ARN) se concentrent sur les risques qui pourraient survenir dans les cinq ans (Chambre des Communes). Troisièmement, on utilise le Évaluation des risques pour la sécurité nationale (NSRA)  pour les risques entre 5 et 20 ans. Enfin, le Évaluation des risques liés au changement climatique se réjouit des 80 prochaines années (UK Cabinet Office, "L'approche du Royaume-Uni en matière d'évaluation des risques et de réaction aux événements“;Chambre des Communes; Fiche d'information sur l'ARNCCRA).

On ne sait pas exactement comment la temporalité est estimée. Elle est très probablement laissée à l'appréciation des "experts".

Indicateurs d'alerte et de calendrier

Enfin, et cela concerne davantage l'avertissement, on trouve l'idée des indicateurs de temps. Ici, nous ordonnons les indicateurs de manière dynamique, selon des séquences. On peut ainsi suivre une progression, au fur et à mesure que les événements se produisent. Nous suivons la réalité en fonction de ces indicateurs, en recueillant des indications (voir aussi H Lavoix, "Balayage d'horizon et surveillance pour l'anticipation : Définition et pratique“, The Red Team Analysis Society22 juin 2012).

Entre-temps, les scénarios incluent également cette idée de dynamique. Il est intéressant de noter que les scénarios ajoutés aux indicateurs temporels créent en quelque sorte des "lignes" temporelles, qui sont très similaires à ce que montre graphiquement Start Trek Entreprise.

Dans les alertes et les scénarios, la temporalité est vue en fonction des événements précédents et suivants, ce qui est absolument crucial.

Pourtant, est-ce suffisant ? Quel est le délai entre deux événements, selon les indicateurs ? Cette durée est-elle variable ou statique, et dans quels cas ?

Et les sciences sociales ?

Les analystes du risque et des sciences et techniques de la vie et de la mort s'appuient fondamentalement sur les sciences politiques et les relations internationales pour leurs évaluations. Pouvons-nous donc espérer voir une amélioration dans la manière dont nous gérons le temps provenant de ces domaines. Très malheureusement, la réponse n'est pas très positive. Nous trouvons un certain intérêt à la diffusion, par exemple la propagation d'une idée ou d'une norme (par exemple Elie Kedourie, NationalismeOxford : Blackwell, 1960, 4e éd. 2000). Parfois - trop rarement - les politologues se penchent sur le moment opportun pour vérifier que le cadre explicatif donné pour un événement politique est correct. Plus rarement encore, ils intègrent le séquençage historique clé comme variable explicative, comme l'a fait magistralement Ertman dans La naissance du Léviathan (Cambridge University Press, 1997). Néanmoins, dans l'ensemble, très peu de politologues intègrent une dimension temporelle dans leurs travaux.

Comme le souligne Paul Pierson dans La politique dans le temps : histoire, institutions et analyse sociale (Princeton University Press, 2004), il existe un

"Le prix à payer par les sciences sociales est souvent très élevé lorsqu'elles ignorent la dimension temporelle profonde des processus sociaux réels... L'attention portée aux questions de temporalité met en évidence des aspects de la vie sociale qui sont essentiellement invisibles d'un point de vue ahistorique. Placer la politique dans le temps peut grandement enrichir à la fois les explications que nous offrons pour les résultats sociaux qui nous intéressent et les résultats mêmes que nous identifions comme méritant d'être expliqués". (Pierson, 2004 : 2)

Impact sur les décideurs

World_line2 bleu

Ainsi, en tant que praticiens, nous laissons les responsables politiques et les décideurs - au mieux en partie - dans l'ignorance quant au moment où tel ou tel événement pourrait se produire (timing) et à sa durée (duration). Pendant ce temps, le stratège n'a pas grand-chose à faire pour intégrer pleinement le temps, au mieux.

Si nous ajoutons des pratiques d'alerte à la prospective stratégique, comme nous le promouvons ici avec la prospective et l'alerte stratégiques, la situation s'améliore. Les décideurs auront alors accès au fait que tel ou tel événement sera suivi ou précédé par d'autres (calendrier). Pourtant, en dehors des cercles militaires et parfois de renseignement, les analystes et les praticiens ajoutent très rarement l'alerte à la prospective stratégique ou à la gestion des risques. Par ailleurs, en général, les sciences sociales fondées sur le temps et l'histoire sont très souvent ignorées.

En conséquence, le manque de prise en compte de la temporalité diminue l'utilisation pratique de la gestion et de l'anticipation des risques pour la conception, le choix et la planification des politiques et des stratégies.

Et l'avenir ?

Où allons-nous aller ?

Nous devrions nous appuyer sur ce que nous savons et avons. Nous devrions notamment considérer les nouvelles possibilités incroyables offertes par l'intelligence artificielle et la science de l'information quantique. Celles-ci sont susceptibles de conduire à de nouvelles percées dans notre gestion du temps. Mais quand ?

——-

Image en vedette : Course de photons en gravité quantique - Dans cette illustration, un photon (en violet) transporte un million de fois l'énergie d'un autre (en jaune). Certains théoriciens prédisent des retards de voyage pour les photons de plus haute énergie, qui interagissent plus fortement avec la nature écumeuse proposée de l'espace-temps. Pourtant, les données de Fermi sur deux photons provenant d'une rafale de rayons gamma ne montrent pas cet effet, éliminant ainsi certaines approches d'une nouvelle théorie de la gravité. Le lien d'animation ci-dessous montre le retard que les scientifiques s'attendaient à observer. Crédit : NASA/Sonoma State University/Aurore Simonnet

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR