S'inspirer de l'évaluation de la "sécurité mondiale de l'eau" de la communauté américaine du renseignement

Considérer toute question en termes de prévision stratégique et d'alerte pour les besoins de la sécurité nationale exige, avant tout, une compréhension minimale de la question elle-même, qui est notamment obtenue en faisant appel à des experts dans les domaines concernés, comme le fait le ICA. Cela est vrai pour l'eau comme pour toute autre question. Sans cette enquête initiale, il est impossible d'espérer que les décideurs politiques soient correctement avertis. Ce n'est qu'après avoir compris la question que nous pouvons passer notre analyse au crible des différents filtres de la sécurité nationale, de la mission de l'institution qui effectue l'analyse et enfin du système complexe d'élaboration des politiques.

En se concentrant initialement sur la compréhension de l'eau, sans aucune restriction imposée par l'intéressé, on soulignera trois points majeurs, déjà peu mis en évidence dans l'ICA, et sur lesquels nous pourrions nous appuyer plus systématiquement pour une prévision et une alerte stratégiques encore meilleures et plus faciles à mettre en œuvre sur les questions de sécurité liées à l'eau.

Aller au-delà d'une utilisation anthropocentrique trompeuse de l'eau

eau, sécurité de l'eau, risque

Tout d'abord, et comme le soulignent toutes les études sur l'eau, y compris celles de l'ICA, l'eau sur Terre est répartie selon différentes formes et différents lieux.

L'estimation la plus largement utilisée de la distribution de l'eau a été établie par Igor Shiklomanov (1993) et est similaire à une évaluation plus récente (Gleick, 1996), car les deux tables ci-dessous, extrait du site web de l'USGS, montrer. Il semblerait que l'ACI utilise les mêmes chiffres, avec des approximations en pourcentage à part.*

Par conséquent, la plupart des études traitant de l'eau en tant que question de sécurité se concentrent principalement sur l'eau douce, en particulier l'eau douce la plus utilisée par les êtres humains, c'est-à-dire les rivières et les lacs, ainsi que les eaux souterraines. C'est ainsi que l'ICA procède, en soulignant d'ailleurs que "nous ne faisons pas une analyse exhaustive de l'ensemble du paysage mondial de l'eau" (Note sur le champ d'application). Cependant, on trouve également tout au long de l'évaluation, des éléments prouvant que l'ICA ne se limite pas réellement à cette approche, comme nous le verrons.

Il est en effet nécessaire de définir et le plus souvent de réduire la portée de toute étude, ainsi que de se concentrer sur des objectifs spécifiques, ici l'intérêt national. Usage humain de l'eau est évidemment cruciale pour la survie, susceptible de générer des tensions et donc de première importance pour la sécurité nationale. Cependant, comme nous sommes ici en train d'examiner les menaces et les opportunités potentielles pour la sécurité nationale, sommes-nous sûrs de pouvoir réduire notre domaine de préoccupation à l'usage humain?

En effet, usage d'une part et menaces ou opportunités d'autre part ne sont pas synonymes, notamment dans le contexte du changement climatique et d'autres anthropique les changements (c'est-à-dire les changements causés par l'homme) auxquels nous devons faire face aujourd'hui.

Par exemple, nous savons maintenant qu'une diminution de la biodiversité peut accroître les risques d'épidémies (Suzán et al. 2009; Sohn 2009). Par conséquent, si la biodiversité est réduite à la suite de changements liés à l'eau, nous pourrions avoir des risques accrus de maladies, qui vont au-delà de ceux déjà soulignés par l'ACI p.5.

"Patterns of threat" par Rivers in Crisis - données

Des exemples de tels risques pour la biodiversité ont été identifiés, par exemple, dans "Menaces mondiales pour la sécurité de l'eau et la biodiversité des rivières" (publié dans La nature en 2010 et avec un site web dédié montrant, entre autres, cartes interactives de menaces). Cette étude constate notamment que "80% de la population mondiale est exposée à des niveaux élevés de menace pour la sécurité de l'eau... tandis que la "biodiversité" est mise en danger, "les habitats associés à 65% de rejets continentaux étant classés comme modérément à fortement menacés". Il montre que les efforts technologiques des pays riches se concentrent sur la réduction des menaces pour la sécurité humaine de l'eau, mais ne prêtent pas attention à la biodiversité.

Ainsi, très probablement, le les risques d'épidémies ne sont pas seulement plus élevés que ce qui est souligné dans l'ACI, mais aussi présent sur un territoire beaucoup plus vaste - y compris la majeure partie du monde dit riche, comme indiqué en jaune sur la carte - et pourrait impliquer un éventail plus large de maladies. Cette qualification des menaces ne peut être négligée en termes de sécurité nationale.

Cet exemple signifie que nos évaluations seraient améliorées si nous modifiions l'objectif initial de l'enquête. Les questions de sécurité liées à l'utilisation de l'eau pour les humains ne sont qu'un des aspects que nous devons aborder. Nous devons tenir compte de l'eau même lorsqu'elle n'est pas directement utile à l'homme, c'est-à-dire lorsqu'elle affecte la biodiversité.

Il est intéressant de noter que l'ICA lui-même souligne ce point - et plus encore - lorsqu'il estime "que, d'ici à 2040, une meilleure gestion de l'eau permettra d'apporter les meilleures solutions aux problèmes de l'eau" et explique qu'une gestion efficace de l'eau est "l'utilisation d'un cadre de gestion intégrée des ressources en eau qui évalue l'ensemble de l'écosystème et utilise ensuite la technologie et les infrastructures pour une utilisation efficace de l'eau, le contrôle des inondations, la redistribution de l'eau et la préservation de la qualité de l'eau" (p.6).

Il serait très bénéfique - bien que difficile - de commencer à travailler à un processus nous permettant d'inclure également de manière systématique une telle approche intégrée pour l'évaluation des menaces (et des opportunités).

Intégrer l'ensemble du cycle de l'eau

Deuxièmement, en ce qui concerne l'eau, la Terre est le plus souvent considérée comme un système fermé (USGS), c'est-à-dire un système qui n'échange de l'énergie qu'avec son environnement.**

Si nous sommes dans le cas d'un système fermé, cela signifie que la quantité globale d'eau sur terre, quelle que soit sa forme, ne varie pas. Elle ne peut ni augmenter ni diminuer, mais elle est transformée et transportée dans le cycle de l'eau, comme le montre la photo de l'USGS ci-dessous, où les humains sont représentés comme faisant partie de la faune. Les animaux absorbent l'eau des réserves d'eau douce et des plantes, puis la restituent par évapotranspiration et par les déchets.

Le cycle de l'eau montre, plus encore que le point précédent, la nécessité de cesser de se limiter à l'eau douce utilisable par l'homme. Nous devons, au contraire, considérer tous les types d'eau. En effet, l'eau douce est évidemment fortement dépendante d'autres types d'eau, de sphères (comme dans la biosphère ou hydrosphère) et les processus.

Tout changement soit à une composante du cycle, au flux ou, pire, au cycle lui-même - et ce, tant au niveau mondial que local (écosystèmes) - a le potentiel de produire des menaces à la sécurité - ou aux opportunités - de modifier les délais tant pour l'apparition des menaces que pour la réponse, et pour changement de probabilité. Par exemple, supprimer complètement tout ce qui a trait aux océans de l'évaluation des menaces liées à l'eau peut créer des angles morts très malheureux. Comme, en termes de sécurité nationale, cette "approche cyclique" est déjà adoptée dans le cas de la neige, des glaciers et des eaux de fonte, y compris dans l'ACI, il suffit de l'appliquer systématiquement.

Prendre en compte les interactions entre les cycles

Enfin, le cycle de l'eau est également lié à deux autres grands cycles, celui du carbone et celui de l'azote.

Le cycle du carbone par Wikipedia

L'eau et cycles du carbone sont liés, notamment par les processus de respiration (êtres vivants). Ainsi, tout changement dans un cycle peut se répercuter sur l'autre, créant des réactions en chaîne avec des impacts potentiellement menaçants ou, au contraire, des opportunités.

L'azote est un élément vital de la vie. Comme l'explique John Arthur Harrison, il est "un composant essentiel de l'ADN, de l'ARN et des protéines, les éléments constitutifs de la vie" (VisionLearning). Sans entrer dans les détails du cycle complexe de l'azote (voir par exemple "Les cycles mondiaux de l'eau et de l'azote"par l'Université du Michigan), les cycles de l'eau et de l'azote peuvent interagir de nombreuses façons, par exemple par l'azote atmosphérique et les pluies acides, la modification du pH de l'eau, la pollution de l'eau douce par un excès d'azote, eutrophisationetc. Là encore, le changement d'un cycle aura des répercussions sur l'autre, avec un impact sur l'évaluation des menaces et des opportunités.

Une partie des rétroactions entre les cycles est déjà prise en compte, par exemple, par la disponibilité de plus en plus réduite d'eau potable, et par divers impacts liés à l'eau sur la sécurité alimentaire. Toutefois, il serait nécessaire de développer un effort pluridisciplinaire qui nous permettrait d'envisager véritablement et exhaustivement les effets potentiels de rétroaction entre les cycles afin d'améliorer l'identification et l'évaluation des menaces et des opportunités (y compris l'impact, le calendrier et la probabilité).

En fondant systématiquement l'évaluation de la sécurité mondiale de l'eau et des menaces et opportunités connexes sur une approche qui s'éloigne des usages anthropocentriques restrictifs et trompeurs, en se concentrant sur l'ensemble du cycle de l'eau au niveau mondial et local et en intégrant les rétroactions avec d'autres cycles connexes, on obtiendrait des informations supplémentaires cruciales en termes de probabilité, de calendrier, d'impacts ainsi que de nature des menaces.

Elle permettrait ainsi d'améliorer le produit global, ainsi que sa pertinence pour les responsables et les décideurs politiques. Elle générerait également des améliorations vitales en termes d'indicateurs et de suivi, qui devraient être organisés avec une portée plus large, compte tenu de l'ampleur de l'entreprise.

La transition vers une telle approche est déjà en cours car bon nombre de ses éléments, outre l'orientation plus classique vers la sécurité nationale, se retrouvent dans l'ACI, si l'on considère l'évaluation de la "sécurité mondiale de l'eau" comme représentative des produits d'anticipation pour la sécurité nationale. Le changement doit cependant être systématisé.


* La source donnée par l'ACI, "Banque mondiale 2010", est incomplète et insuffisante pour retracer les données utilisées.

** Il faut cependant noter que l'apparition endogène et exogène (par exemple "ayant été délivrée par les impacts des comètes - par exemple Morbidelli et al 2000") de l'eau sur Terre semble être encore débattue (UCLA IGPP) et que le système hydrique peut également être considéré comme ouvert par des échanges au niveau des constituants atomiques de l'eau (hydrogène et oxygène).


Cet article a été sélectionné pour être re-publié dans le cadre du rapport multimédia spécial d'AlertNet Fondation Reuters - "The Battle for Water :" The Battle for Water - Sécurité mondiale de l'eau : vers une évaluation mondiale


Références

Gleick, P. H., 1996 : "Water resources.” Dans l'Encyclopédie du climat et du temps(éd. par S. H. Schneider, Oxford University Press, New York, vol. 2).

Harrison, John Arthur, "Le cycle de l'azote : des microbes et des hommes.” VisionLearningconsulté le 27 mars 2012.

Morbidelli A. Chambers J. Junine J.I. Petit J.M. Robert F. Valsecchi G.B. et Cyr K.E. 2000. "Régions sources et délais de livraison de l'eau à la Terre". Météoritique et science planétaire 35: 1309-1320.

Shiklomanov, Igor "World fresh water resources" dans Peter H. Gleick (éditeur), 1993, L'eau en crise : Un guide des ressources mondiales en eau douce (Oxford University Press, New York).

Sohn, Emily, "La biodiversité animale maintient les gens en bonne santé.”  Nouvelles de la découverte, 19 mai 2009.

Suzán G, Marcé E, Giermakowski JT, Mills JN, Ceballos G, et al. (2009), "Preuves expérimentales d'une réduction de la diversité des rongeurs entraînant une augmentation de la prévalence des hantavirus.” PLoS ONE 4(5) : e5461. doi:10.1371/journal.pone.0005461.

Évaluation de la communauté du renseignement des États-Unis, Sécurité de l'eau2 février 2012.

UCLA IGPP Center for Astrobiology - NASA Astrobiology Institute ; "La cosmochimie dans un contexte astrophysique - reliant l'origine du système solaire aux processus de construction des planètes ailleurs (Hansen, Lyons, McKeegan, Morris, Shuping, Wasson, Young) ; consulté le 27 mars 2012.

Université du Michigan, "Les cycles mondiaux de l'eau et de l'azote.” Consulté le 27 mars 2012.

USGS, Science de l'eau pour les écoles, dernière mise à jour en 2012. Consulté le 27 mars 2012.

Vörösmarty, C. J. et al. "Global threats to human water security and river biodiversity". Nature, 467, 555-561 (30 septembre 2010) doi:10.1038/nature09440.

Wikipédia, diverses entrées.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation ainsi que les problématiques d'intelligence artificielle et de technologie quantique du point de vue de la sécurité internationale. Elle enseigne au niveau du master à SciencesPo-PSIA.

Rejoindre la conversation

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR