Récit

Les pourparlers diplomatiques échouent et la conférence internationale de Genève n'a pas lieu ou n'est qu'un simulacre pour sauver la face (cf. "Scénario 1 : la paix à Genève ?" et ses sous-scénarios pour ce qui pourrait résulter d'une véritable conférence internationale).

Genève, conférence, conférence de paix sur la Syrie

Compte tenu des forces actuelles sur le terrain et de leur équilibre, nous serions confrontés à un conflit qui s'allongerait (probablement sur des années plutôt que sur des mois) avec des perspectives croissantes d'implication et de chaos au niveau régional et mondial. L'ampleur et la profondeur des débordements régionaux et mondiaux augmenteraient avec la durée de la guerre civile syrienne et, à leur tour, l'alimenteraient.

Le débordement et la contagion prendraient très probablement quatre formes (non mutuellement exclusives). Premièrement, nous serions confrontés à toute action allant d'opérations secrètes à des actions assimilables à des guerres, en passant par des guerres entre États (toutes s'intensifiant probablement vers des guerres). Cet aspect, dans ses formes moins intenses, est en fait déjà à l'œuvre, bien que les États impliqués soient très prudents pour ne pas franchir la ligne (en termes de déclaration et de langage officiels) qui les forcerait à entrer en guerre, comme le montrent, par exemple, les deux raids israéliens sur la Syrie et la manière dont ils sont rapportés (entre autres, voir l Les États-Unis s'excusent d'avoir confirmé les frappes israéliennes - Jerusalem Post 19 mai 2013) . La partie politique de ce débordement est continuellement mise en œuvre, rappelant le célèbre "La guerre n'est que la continuation de la politique par d'autres moyens.." Deuxièmement, nous serions confrontés à un éventail similaire d'actions, mais entre les États et les acteurs surnommés " acteurs non étatiques ", qui se disputent pourtant le pouvoir de l'État.) Ces deux formes de contagion sont généralement imaginées ou attendues comme se produisant au Moyen-Orient, récemment élargi au Moyen-Orient et à l'Afrique du Nord (MENA). Cette vision est toutefois trop étroite, comme nous l'a rappelé la Russie le 17 mai 2013 lorsqu'elle a envoyé "au moins 12 navires de guerre pour patrouiller dans les eaux proches de sa base navale de Tartous, en Syrie." (Times of Israel, 17 mai 2013) pour souligner l'importance de son intérêt pour la Syrie et la région, comme l'a souligné, par exemple, Eldar (AlMonitor, 19 mai 2013). Le débat américain sur le type, la valeur et la sagesse d'une implication américaine en Syrie est un autre exemple évident de la manière dont le conflit syrien déborde de la région.

Troisièmement, les pays accueillant des réfugiés syriens (1,52 million de personnes le 20 mai 2013 -. HCR - voir carte détaillée ci-dessous) seront confrontés à un risque de déstabilisation lié à l'afflux massif de personnes dans des pays qui n'y étaient pas préparés et qui étaient déjà parfois confrontés à des situations difficiles. De plus, les réfugiés peuvent être liés à des unités combattantes et exercer des activités liées à la guerre syrienne dans le pays d'accueil, augmentant ainsi le risque de voir ces pays entraînés dans le conflit. Ces facteurs et les tensions qui en résultent sont déjà à l'œuvre, notamment au Liban (par ex. Euronews 18 mai 2013), la Jordanie (par exemple C. Phillips, Le monde d'aujourd'hui, volume 68, numéro 8/9), la Turquie (par exemple Ibid.., Krohn, The Atlantic, 17 mai 2013).

Réfugiés syriens, guerre civile syrienne

Une quatrième forme de contagion, plus non conventionnelle, doit également être envisagée. Au fur et à mesure que la crise s'étend en Europe, les individus européens attirés par le salafi-jihadi se rendraient de plus en plus en Syrie et en reviendraient (voir Insight du CIRSavril 2013), ce qui accroît non seulement la menace directe du terrorisme en Europe (Europol TE-SAT 2013: 7, 20, 24) et éventuellement aux États-Unis et au Canada mais aussi la propagation des cellules salafi-jihadi. Compte tenu de la crise et des politiques "fragilisantes" d'austérité et d'"externalisation" - c'est-à-dire de privatisation de l'État - (notamment celles qui concernent le monopole légitime de la violence), les actions des cellules salafi-jihadi pourraient accroître le risque de polarisation, par exemple en favorisant davantage la montée et le renforcement de mouvements d'extrême droite déjà en expansion. Les troubles liés à la crise pourraient constituer un environnement favorable aux actions violentes des cellules salafi-jihadi, qui alimenteraient ensuite une agitation politique plus généralisée. La propagation de l'idéologie salafi-jihadi dans des pays frappés non seulement par la crise mais aussi par le manque d'espoir et de vision ainsi que par le déni - quelles que soient les difficultés et les dangers auxquels sont confrontés les citoyens - n'est pas à écarter. Dans cette optique, la vision novatrice promue par le nouveau pape François 1er, qui met en garde contre "le culte de l'argent et la dictature d'une économie sans visage et sans but véritablement humain" (Squires, The Telegraph, 16 mai 2013) pourrait être considéré comme un contrepoids potentiel.

Des risques accrus similaires existeraient pour tout pays dont des ressortissants ont trouvé le moyen de combattre en Syrie, comme par exemple la Tunisie (Sgrena, IPS, 6 avril 2013), et augmentent avec la fragilité de la situation politique intérieure.

Jusqu'à ce qu'une paix réelle s'installe en Syrie (et ceci est donc vrai aussi pour les scénarios 1.1.2. et 1.2.2., cf. poste précédent), il sera plus que nécessaire d'utiliser tous les moyens de renseignement anticipé ou de prévision stratégique et d'alerte, les instruments de politique étrangère et, en dernier ressort, l'intervention militaire (qui peut également être considérée comme un débordement de facto du conflit), pour tenter d'empêcher un nouveau débordement de la guerre civile syrienne, à supposer que cela soit encore possible.

Dans scénarios 1 et 2, l'efficacité du soutien apporté à la Coalition nationale des forces révolutionnaires et d'opposition syriennes devra faire l'objet d'un suivi attentif et l'aide - létale et non létale, officielle et secrète - devra être orientée en fonction des résultats et des conséquences potentielles. Sur scénario 1, cette aide spécifique, ainsi que tout le soutien (voir état des lieux, partie I, II, III) accordée à des parties spécifiques devrait disparaître dès qu'un accord de paix est signé. Dans le scénario 2, toute l'aide devra être contrôlée dans le cadre des types d'implication choisis par les différents acteurs internationaux.

Estimation de la vraisemblance pour le scénario 2

Qu'est-ce qui pourrait augmenter la probabilité qu'un tel scénario se produise ? Les événements qui se déroulent actuellement dans la région MENA - et au-delà - ainsi que sur le champ de bataille syrien doivent également être lus en tenant compte de cette dimension. Les spoilers potentiels ci-dessous doivent être considérés comme liés les uns aux autres et s'alimentant mutuellement la plupart du temps.

  • Il est finalement impossible de trouver une solution qui serait acceptable pour tous les membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU.
  • Des acteurs internationaux cruciaux cherchent à tirer trop d'avantages d'autres nations - liées ou non à la région - et les pourparlers diplomatiques échouent.
  • Les événements entourant le dossier syrien, que ce soit sur le champ de bataille ou au niveau international, finissent par faire dérailler les discussions diplomatiques en provoquant le retrait de trop d'acteurs internationaux importants (en raison de leur implication avec et en Syrie ou de leur pouvoir). Par exemple, l'adoption par l'Assemblée générale de l'ONU, le 15 mai 2013, de la déclaration de l'Union européenne. Texte "condamnant la violence en Syrie, exigeant que toutes les parties mettent fin aux hostilités". a été jugé à la fois par Chine et Russie comme peu utile, mais il peut aussi être lu, comme le souligne Nashashibi (AlArabyia, 20 mai 2013) comme un effort pour souligner l'importance d'une solution pacifique au conflit, d'"interlocuteurs représentatifs efficaces pour une transition politique", et donc de la nécessité d'une conférence internationale. Il est également possible que l'attaque terroriste dans la ville turque de Reyhanli fasse partie d'un effort visant à faire dérailler les pourparlers diplomatiques (par ex. Seibert, DW, 14 mai 2013).
  • Il est impossible d'amener le régime de Bachar el-Assad à la table des négociations. De même, s'il était impossible de trouver une personne pour représenter le régime de Bachar al-Assad qui soit acceptable pour toutes les parties, alors la conférence internationale ne pourrait pas avoir lieu, ou, si elle avait lieu, elle ne serait probablement qu'un simulacre, c'est-à-dire que toutes les parties ne seraient pas représentées ou que ceux qui accepteraient de s'asseoir à la table des négociations ne seraient pas représentatifs de ce qui se passe sur le terrain.
  • Une surprise majeure survient qui changerait la perspective internationale sur la Syrie et la guerre. Les discussions diplomatiques pourraient être interrompues.

Évolutions pour le scénario 2

Le scénario 2 devrait conduire soit au scénario 1, soit au scénario 3 (A real Victory in Syria, à paraître). Le principal défi auquel nous sommes confrontés ici, en tant qu'analystes, est de déterminer quand l'un ou l'autre deviendra probable ou plus probable. Le calendrier dépendra de ce qui se passe sous le brouillard de la guerre, sachant que plus le brouillard est épais, plus la possibilité de surprise est élevée. Nous devrons donc surveiller en permanence la situation de guerre et, en conséquence, revoir - et améliorer - tous les scénarios possibles. Par exemple, un éventuel éclatement de la Syrie devrait alors également être inclus comme sous-scénario (pour le scénario 1 et le scénario 3).

Le scénario 2 pourrait aussi, théoriquement, conduire au scénario 4, à savoir l'invasion et l'annexion de la Syrie par une puissance extérieure. Toutefois, compte tenu des normes et des paramètres internationaux actuels, un tel scénario est très improbable et peut être mis de côté. Si ces normes devaient changer, ou si les tensions et les crises internationales actuelles devaient provoquer de graves bouleversements, alors la probabilité du scénario 4 devrait être revue et le scénario développé. Nous pouvons noter un effet secondaire involontaire découlant de l'interdiction internationale de la guerre de conquête. Si elle a grandement amélioré la paix et la stabilité, elle tend également à supprimer une incitation pour les acteurs nationaux à mettre fin à la guerre civile : les factions en guerre ne risquent pas de voir un acteur extérieur utiliser la fragilité engendrée par la guerre civile pour annexer leur territoire, elles peuvent donc continuer à se battre.

Scénario 3 : une véritable victoire en Syrie

A suivre….

———-

Bibliographie détaillée et sources primaires à venir.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène LavoixPh. D. Lond (relations internationales), est la présidente-directrice générale de The Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prospective stratégique et l'alerte pour les relations internationales et les questions de sécurité nationale et internationale. Elle s'intéresse actuellement à la guerre en Ukraine, à l'ordre international et à la montée de la Chine, au dépassement des frontières planétaires et aux relations internationales, à la méthodologie de la SF&W, à la radicalisation ainsi qu'aux nouvelles technologies et à la sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR