Cet article poursuit l'exploration de divers scénarios autour du thème "une véritable victoire en Syrie" par l'un ou l'autre des groupes qui se battent sur le terrain, en commençant par une Syrie islamiste nationaliste, puis en passant à une Syrie sous la direction des Frères musulmans. Pour chaque scénario, les estimations actuelles de la probabilité seront exposées et certains indicateurs influençant la probabilité seront suggérés.

Scénario 3.2 : Une Syrie islamique nationaliste ?

Syrian_Islamic_Front_Logo

Si les groupes victorieux sont des factions islamistes sunnites et salafi-nationalistes, alors ils mettraient en place un État islamique en Syrie. Selon Lund, et en supposant que ces groupes suivent la charte officielle du SIF de janvier 2013, ils "établiront à tout prix un État guidé par la charia, tout en faisant des gestes de modération et de tolérance envers les groupes minoritaires" (p.16) ou, selon leurs propres termes, ils "... construiront une société islamique civilisée en Syrie, régie par la loi de Dieu" (p.19).

Logo du Front de libération syrienne

Ils seraient opposés "à la laïcité et à la démocratie" (p.17) parce que "la charia islamique ne peut pas être soumise à un vote" (p.20) ; cependant, "les élections pourraient toujours être utilisées comme système pour désigner des représentants et des dirigeants..." tant que les modalités et les parties potentielles sont liées à la charia.

Plutôt que d'adopter une position de confrontation, ils seraient "désireux de parvenir à un accord". modus vivendi avec l'Occident", comme en témoigne leur volonté "d'ouvrir des canaux de communication" pendant la guerre. (p.18)

Sur le chemin de la victoire, comme ils auraient accordé autant d'attention à la guerre qu'à l'édification des véritables fondements d'une société islamique ("le mouvement civil, d'où jaillissent les mouvements missionnaires, éducatifs, humanitaires, médiatiques, politiques et de [service public]" (19), une fois au pouvoir, leur tâche de stabilisation de la paix serait facilitée. Ils chercheront à maintenir, à étendre et à approfondir les structures et les processus déjà existants. Ils se concentreraient sur la Syrie et ses besoins.

Réussir pleinement à construire ce type de paix en Syrie serait très probablement le plus dur et le plus difficile en ce qui concerne les groupes islamistes non sunnites. Comment des croyances et des modes de vie très différents pourraient-ils être pris en compte par un État respectant la charia ? Pourraient-ils être intégrés avec succès et comment ? Ou cela conduirait-il à une reprise de la guerre civile, à de multiples exodes et, dans le cas des Kurdes, à un Kurdistan semi-autonome ou totalement indépendant ?

En supposant que la meilleure façon d'intégrer ces communautés ne soit pas trouvée, cela conduirait-il à nouveau à une implication étrangère et, par conséquent, à des possibilités accrues de guerre ?

Estimation de la vraisemblance pour le scénario 3.2.

L'agenda plus pragmatique et plus centré sur la Syrie de ces groupes, ainsi que le nombre de combattants (entre 47000 et 67000 combattants selon les estimations (Lund, Ignatius, voir détail ici) pour le SIF et le SLF/SILF sont ajoutés), et leur structure, impliquent que ce scénario est moins improbable que le précédent. Cependant, compte tenu de la force militaire des groupes pro-Assad, ainsi que de la régionalisation croissante de la guerre civile, il est encore loin d'être probable.

Quelques indicateurs qui pourraient être suivis comme influençant la probabilité de ce scénario :

  • La désunion et les luttes intestines qui se poursuivent au sein de l'opposition "modérée" (NC) ont un impact sur la capacité à obtenir un soutien à l'extérieur et à l'intérieur et ont des conséquences sur les opérations militaires.
  • Le succès ou l'échec de l'ouverture de canaux de communication avec l'Occident - et plus largement au niveau international - par ces groupes sur le mode de ce qui est fait par le FIS, et dans la capacité à convaincre de leur approche pragmatique et centrée sur la Syrie.
  • Capacité de ces groupes à s'efforcer et à réussir à fournir à la population syrienne des "services publics", conformément à l'idéologie des groupes et sans susciter de réaction négative.
  • Régionalisation croissante du conflit et volonté internationale d'y mettre un terme.
  • Modification de la configuration générale du support externe.

Scénario 3.3. : Une Syrie séculaire ?

Ce scénario (ou plutôt une variation autour de ce thème) serait censé se produire si le groupe vainqueur est la Coalition nationale des forces révolutionnaires et d'opposition syriennes (NC) et son bras armé correspondant, le Conseil suprême de commandement militaire interarmées (SJMCC ou SMC).

Cela supposerait d'abord que les différents groupes affiliés au SMC parviennent à unir leurs forces pour combattre, tandis que le CN trouverait un moyen largement accepté d'élire des représentants et de fonctionner. Notamment, cela impliquerait que les luttes intestines, telles qu'elles ont par exemple été affichées au cours de la dernière semaine de mai 2013 (ex : Barbier pour la Syrie Commentaires, 27 mai 2013), entre les groupes plus laïques et modérés, d'une part, et les Frères musulmans, d'autre part, ainsi que leurs soutiens, cessent, et que les alliances conclues avec les différentes factions tiennent et sont honorées. Le CN et le SMC devront également trouver un moyen de gérer le "bon" soutien de leurs alliés, c'est-à-dire suffisamment et de la bonne manière pour disposer d'une puissance de feu suffisante pour combattre avec succès et pour livrer la population qu'ils cherchent à mobiliser et qui est sous leur autorité, sans pour autant créer une réaction négative parmi les nationalistes qui pourraient les accuser de vendre la Syrie à des intérêts étrangers.

Compte tenu des différences existant entre la Fraternité Musulmane et d'autres groupes, nous pouvons imaginer deux sous-scénarios possibles.

Scénario 3.3.1. Une Syrie des Frères musulmans

Syrie, guerre civile, scénarios syriens

En supposant qu'un CN à forte tendance Frères musulmans l'emporte, et qu'il ait obtenu suffisamment de pouvoir sur les forces combattantes du SMC, nous aurions un système qui "soutient les élections démocratiques et de nombreuses libertés politiques tout en épousant la vision d'un État syrien qui met en œuvre des cadres de référence islamiques sunnites pour sa législation." (O'Bagy, Jihad en Syrie, Sept 2012 :17).

En effet, comme le note Aymenn Jawad Al-Tamimi, "la conception des Frères musulmans de l'application de la loi islamique [est] une action graduelle... étape par étape, afin de faciliter la compréhension, l'étude, l'acceptation et la soumission" (pour Syria Comment, 20 mars 2013). Si nous nous tournons vers le texte utilisé comme référence par Al-Tamimi, nous trouvons non seulement une description de cette action graduelle nécessaire, mais aussi une référence au but ultime, la restauration du califat (cf. poste précédent pour en savoir plus sur le califat).

 "Nous ne devons pas imposer l'islam la shari'a, forcer les gens à adopter quelque chose qu'ils ignorent et avec lequel ils ne sont pas familiers... Si nous faisons cela, [divers] stratagèmes seront utilisés pour le contourner, et il y aura de l'hypocrisie. [Les gens] ne feront preuve d'un [comportement] islamique qu'en apparence...

" Noé, que la paix soit avec lui, reçut un signe clair, une vision crue, une prophétie et une miséricorde que son peuple ne comprit pas... Noé ne pouvait pas forcer ou imposer [sa foi au peuple]. Il a déterminé le principe du choix de la foi [à la suite] de la persuasion et de la réflexion, [au lieu] de l'oppression, de l'autorité, de la condescendance et de la coercition. ...

"Il n'y a pas d'autre voie que l'action graduelle, en préparant les âmes [des gens] et en donnant l'exemple, afin que la foi entre dans leurs cœurs... L'action graduelle n'impose pas l'islam d'un coup, mais plutôt étape par étape, afin de faciliter la compréhension, l'étude, l'acceptation et la soumission".

" Le Prophète, paix sur lui, a agi de manière graduelle, en préparant d'abord le peuple, puis [en préparant] la famille, la société, l'État, et enfin le califat... ".

" Je demande à l'honorable Al-Azhar de rallier les courants islamiques afin d'unir la parole et l'effort des musulmans, de restaurer le califat et de préparer un plan pratique pour appliquer la loi d'Allah l'Exalté. " (Article sur Site web des Frères musulmans: Implement Shari'a in Phases, 11 juin 2011 ; MEMRI, 5 juillet 2011, Special Dispatch No.3969)

Ce scénario peut donc être considéré comme un mélange du scénario 3.2. en termes de rythme et d'approche pragmatique, étant même prêt à des changements plus lents, avec, au début, une vision moins stricte de ce qui peut être fait ou non, et du scénario 3.1. en termes d'objectif final, mais sur un calendrier beaucoup plus long, et certainement avec des moyens différents.

Estimation de la vraisemblance pour le scénario 3.3.1.

Ce scénario, jusqu'à présent, semble assez peu probable compte tenu de la faiblesse et de la désunion du CN et du CSM. De plus, l'histoire même des Frères musulmans en Syrie, impliquant, comme l'explique O'Bagy (Jihad in Syria, 2012 : 11-13), la méfiance de la population et la faiblesse de leur présence et de leur réseau en Syrie, le rendrait encore moins probable, malgré la force des Frères musulmans au sein du CN aujourd'hui.

Quelques indicateurs qui pourraient être suivis comme influençant la probabilité de ce scénario

  • Un soutien extérieur fort (jusqu'à l'intervention extérieure) compensant l'absence de légitimité, de réseau de soutien et de présence sur le terrain et permettant d'en créer un.
  • Capacité d'unir les factions sous la direction de la Fraternité ;
  • Absence ou disparition d'une meilleure alternative pour les différents acteurs, notamment la population.
  • Succès de la campagne "des cœurs et des esprits" en Syrie pour gagner la population et construire la légitimité.

Scénario 3.3.2.

A suivre

Image en vedette : Page Facebook de l'Armée de l'Islam

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène LavoixPh. D. Lond (relations internationales), est la présidente-directrice générale de The Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prospective stratégique et l'alerte pour les relations internationales et les questions de sécurité nationale et internationale. Elle s'intéresse actuellement à la guerre en Ukraine, à l'ordre international et à la montée de la Chine, au dépassement des frontières planétaires et aux relations internationales, à la méthodologie de la SF&W, à la radicalisation ainsi qu'aux nouvelles technologies et à la sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR