The Red (Team) Analysis Weekly n°126, 14 novembre 2013

Éditorial - Sous l'horizon ? La tragédie actuelle des Philippines, frappées par le typhon Haiyan "est le modèle même d'une catastrophe environnementale moderne", comme le souligne le blogueur de Reuters Philip Simon dans son "Les bons d'achat n'auraient pas aidé les Philippines.” Ce n'est certainement pas en dessous de l'horizon ; cela semble évident, et cela est affiché sur toutes les chaînes d'information. Cependant, et cela peut être sous l'horizon pour de nombreux citoyens, comme le souligne également Simon, "Haiyan n'est pas une ville particulièrement dévastatrice financier catastrophe". Simon poursuit en montrant que, outre le fait qu'il s'agit d'une tragédie humaine (avec toutefois un nombre de morts probablement inférieur à celui envisagé), ce n'est pas si grave financièrement. Selon lui, la plupart des acteurs ne sont pas si inquiets et, "après tout, tout l'argent qui arrive dans le pays pour aider à reconstruire les zones dévastées finira par apporter une contribution positive au PIB du pays".

Ce n'est pas la première fois que j'entends ce type d'arguments, qui peuvent être caricaturés comme suit : les phénomènes météorologiques extrêmes, et en général tous les impacts du changement climatique sont, en fin de compte, des nouvelles plutôt bienvenues car elles vont générer une activité et une croissance économiques. Peu importe la perte nette de richesse, ni la destruction de la vie des citoyens et des individus, ce qui compte, c'est que la perte financière n'est pas si importante et qu'un calcul macroéconomique très rapide semble dire qu'une nouvelle activité sera générée. Il se peut que nous ne devions pas chercher plus loin que ces idées très rassurantes pour comprendre pourquoi rien n'est décidé ni fait concernant le changement climatique et ses conséquences.

Ce qui peut être enterré encore plus profondément sous l'horizon, c'est qu'en termes de dynamique politique, l'histoire peut être plus complexe et tout à fait différente. Premièrement, les dirigeants (les autorités politiques) sont des dirigeants parce qu'ils ont le devoir d'assurer la sécurité de leurs citoyens. Il est vrai qu'ils ne le font peut-être pas, mais ils sont alors des autorités prédatrices et un jour ou l'autre, ils devront faire face à des protestations et des révolutions. Deuxièmement, les conséquences très réelles des phénomènes météorologiques extrêmes en termes de destruction nette de richesses, outre l'impact très réel du changement climatique sur l'environnement - vous savez, ce "cadre" dans lequel nous vivons et qui est plus ou moins propice à la vie et à la survie - existent et modifient la façon dont les communautés et les pays touchés vivent et entretiennent des relations entre eux. L'évolution en termes de relations internationales va et va encore bien au-delà de la diplomatie de l'urgence et de l'influence. Elle se déclinera en termes géopolitiques et stratégiques, et il serait grand temps de la considérer... comme un pendant à notre décision collective de ne considérer le changement climatique et son impact que sous l'angle de la croissance et des pertes financières.

Cliquez sur l'image ci-dessous pour lire sur Paper.Li

analyse de l'horizon, signal faible, alerte stratégique, sécurité nationale, risque politique

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation ainsi que les problématiques d'intelligence artificielle et de technologie quantique du point de vue de la sécurité internationale. Elle enseigne au niveau du master à SciencesPo-PSIA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR