Éditorial: - Analyse d'horizon pour la sécurité nationale et internationale - Ce qui semble le plus étonnant cette semaine est une perception d'un déclin américain accéléré sur la scène mondiale. Il y a quelques mois, nous averti que des changements liés à la suprématie du dollar étaient en préparation, même s'il faudrait, très probablement, un temps relativement long avant qu'ils ne soient pleinement réalisés. La tendance n'a pas changé mais, au contraire, elle est très probablement en train de se renforcer (voir "Les BRICs se transforment en une alliance anti-dollar", Zerohedge). Ce qui est également souligné de manière intéressante dans l'article, c'est la capacité du système américain actuel à créer des ennemis alors qu'il n'en existait pas auparavant ou, à tout le moins, à favoriser leurs adversaires. Par exemple, en infligeant une amende à la banque française Paribas - ainsi qu'à d'autres banques européennes - pour non-respect de la politique étrangère américaine (par exemple, Titcomb, "L'amende de BNP Paribas pourrait être suivie par d'autres banques“, Le télégraphe(1er juillet 2014), le système américain a souligné les besoins et les avantages pour les Européens de voir la fin de la suprématie du dollar américain, jetant ainsi potentiellement ceux qui étaient censés être leurs alliés dans les bras de leurs adversaires.

Les commentateurs américains sont assez nombreux à souligner les erreurs de politique étrangère de leur pays, depuis l'Ukraine (voir "Le désastre de la politique américaine à l'égard de l'Ukraine", avec comme perspective potentielle encore pire "Brzezinski : L'Occident devrait armer l'Ukraine") à l'Irak ("L'Irak : Échec de la politique, pas de l'intelligence"), où, dans les deux cas, la politique étrangère américaine a contribué à déséquilibrer des équilibres fragiles, créant des adversaires là où il n'y avait auparavant que des concurrents (par exemple la Russie), et les conditions pour la montée d'ennemis là où il n'y en avait pas (par exemple l'ISIS ou plutôt maintenant l'IS et un califat qui menace le djihad sur Rome, voir "Rome sera la prochaine conquête, déclare le chef de l'"État islamique".“). La critique sévère d'une administration n'est pas quelque chose de nouveau, surtout à l'approche de la campagne pour la nouvelle élection présidentielle, mais l'accumulation de commentaires négatifs - et surtout d'événements - est frappante. En attendant, malgré le "Pivot vers l'Asie", les choses semblent bien évoluer en Extrême-Orient sans les États-Unis, les tensions entre le Japon et la Chine ne s'atténuant pas et la Russie se positionnant comme la nouvelle puissance neutre de confiance (voir les trois articles connexes dans l'hebdomadaire).

Sommes-nous seulement confrontés à la perception d'un déclin américain ou est-ce réel ? Il est crucial de le surveiller car de tels changements dans le système international sont déséquilibrants. Les tensions croissantes que nous constatons dans le monde entier pourraient en fait être un autre signal du changement de la position de pouvoir relative des acteurs.

En supposant que le déclin soit réel, pourquoi se produit-il et peut-il être inversé ? Si l'on se rappelle l'éditorial de la semaine dernière En se concentrant sur la théorie de Gilman d'une insurrection jumelle (ploutocratique en haut et criminelle en bas), une hypothèse pourrait être que les États-Unis paient actuellement cette insurrection jumelle, avec des implications intéressantes sur la façon d'inverser la tendance potentielle. D'autres scénarios, étudiant d'autres facteurs, devraient bien sûr être créés.

Lisez l'hebdomadaire en cliquant sur l'image ci-dessous

Déclin américain, signal faible, prospective stratégique et alerte

——

Image en vedette : Une statue est sculptée par le soleil couchant alors que le secrétaire d'État Kerry retourne à l'ambassade à Bagdad - Une statue est sculptée par le soleil couchant alors que le cortège transportant le secrétaire d'État américain John Kerry retourne à l'ambassade à Bagdad à la fin d'une série de réunions en Irak avec le Premier ministre Nouri al-Maliki et d'autres dirigeants nationaux le 23 juin 2014. [Photo du Département d'État/ Domaine public]

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR