Chaque semaine, notre scanner recueille des signaux faibles - et moins faibles...

Read l'analyse du 26 mars  

Monde - Alors que le monde s'interroge sur la motivation qui pourrait pousser le copilote de Germanwings à faire s'écraser un avion, et que l'hypothèse d'une intention terroriste est très probablement dans l'esprit de tout le monde, un très grand nombre d'articles de presse cette semaine portaient sur l'attaque de la coalition dirigée par les Saoudiens au Yémen le 26 mars 2015 contre les milices chiites houthi qui avançaient. Ces frappes sont une réponse à un appel du président yéménite Hadi. Selon l'AFP/Reuters (voir l'article vedette), l'Arabie saoudite, le Bahreïn, le Koweït, le Qatar et les Émirats arabes unis ont annoncé l'attaque, tandis que les États-Unis ont déclaré qu'ils apporteraient un soutien logistique et de renseignement. L'Égypte a également participé et, selon l'Arabie saoudite, "la Jordanie, le Maroc et le Soudan", ainsi que le Pakistan, souhaitent y participer. Entre-temps, les États-Unis, qui n'avaient pas participé jusqu'à présent à l'offensive de l'armée irakienne et des milices chiites contre l'État islamique à Tikrit, en Irak, ont annoncé qu'ils apporteraient désormais un soutien aérien à l'opération irakienne.

Pris ensemble, ces deux développements soulignent de la manière la plus évidente à quel point la situation globale au Moyen-Orient est devenue un poudrière et un bourbier. Si l'on y ajoute le récent débat sur une éventuelle intervention en Libye ou non, la décision d'attaquer le Yémen souligne également que les Nations unies (ONU) et l'ordre mondial sont actuellement confrontés à une situation potentiellement critique. En se concentrant sur le Yémen, Jay Ulfelder explique de manière détaillée et claire dans son rapport du 22 mars "Regarder les Etats se faire entendre", les subtilités de l'ordre normatif mondial actuel, tel qu'incarné par l'ONU, ainsi que, parfois, le double langage qu'il faut utiliser pour le voir perdurer. En effet, pour être légitime sur le plan international, toute attaque contre un autre pays doit être autorisée par l'ONU. Si la situation au Yémen a été discutée au Conseil de sécurité de l'ONU le 22 mars, aucune attaque ni aucune frappe n'a cependant été autorisée, comme le montre la déclaration officielle du président du Conseil de sécurité (Document de l'ONU). Pourtant, l'attentat a maintenant eu lieu, le situant ainsi sciemment en dehors du cadre actuel de la légitimité internationale, malgré une lettre informant l'ONU à l'avance des attentats.

Au contraire, en Libye, le refus d'intervenir a été respecté.

Le risque qu'entraînent non seulement l'attaque illégitime mais aussi les différents comportements est de voir l'ONU et l'ordre même imparfait qu'elle incarne commencer - ou continuer - à se désagréger et à s'effriter. Ce danger, en plus de la situation très complexe au Yémen et dans la région MENA plus large, est très probablement ce qui souligne la déclaration d'inquiétude de la Chine, qui se dit "profondément préoccupée" et rappelle qu'elle "exhorte toutes les parties à agir conformément aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies sur le Yémen, et à résoudre le différend par le dialogue".

Si les décisions d'un système et les normes qui le soutiennent ne sont respectées que de temps en temps, quand cela convient aux acteurs en fonction de leur intérêt national, alors il est plus probable que ce système devienne de plus en plus une coquille vide. Comme l'a souligné Ulfelder, les motifs mixtes et le double langage ne sont pas nouveaux. Cependant, ce qui est renforcé maintenant, c'est le mépris total dans lequel une décision de l'ONU a été tenue (pour le Yémen), ainsi que la proximité dans le temps de deux réponses opposées aux décisions de l'ONU (concernant la Libye et le Yémen), qui met ainsi en évidence la prééminence des intérêts nationaux.

Il se pourrait bien que la situation dans la région MENA soit trop dangereuse, trop fluide et trop complexe pour s'adapter à un système qui a prospéré pendant le monde bipolaire stable de la guerre froide. Si l'ONU connaissait un sort similaire à celui de la Société des Nations, nous pourrions alors voir émerger un monde différent, régi d'abord par l'équilibre des pouvoirs et des "jeux de trône" complexes, où la guerre ne serait plus interdite, au-delà de déclarations qui seront de plus en plus considérées comme vides ou hypocrites.

Économie - La forte augmentation des obligations de pacotille et des dettes liées à l'industrie du pétrole de schiste, compte tenu de la faiblesse des prix du pétrole, est notamment mise en évidence cette semaine.

Technologie et armes - L'article vedette de cette section se concentre à nouveau sur la Chine et sur une "menace potentielle d'armes spatiales".

Environnement et énergie  - Tout d'abord, deux signaux inquiétants, l'un concernant l'impact de la pollution au manganèse sur les abeilles, qui sont cruciales en tant que pollinisateurs, et l'autre concernant le possible ralentissement du tapis roulant de l'océan. Ensuite, le Dr Daum se concentre sur l'eau, puisque le 22 mars 2015 était la Journée mondiale de l'eau, parrainée par les Nations unies. Cela nous rappelle, entre autres, comment les événements à la mode peuvent être intégrés dans une stratégie de prévision et d'alerte stratégiques pour augmenter les chances de les voir entendus. Le Dr Daum souligne ainsi que, selon les statistiques de l'UNICEF, "malgré d'importants progrès réalisés dans le monde entier pour améliorer l'accès à une eau potable fiable, 748 millions de personnes n'ont toujours pas accès à une eau propre. Un des principaux domaines d'utilisation de l'eau qui a été discuté cette semaine concerne les activités liées à l'industrie du charbon : l'exploitation minière, le lavage et le refroidissement des centrales électriques. Greenpeace a appelé à utiliser moins d'eau pour la production et l'utilisation du charbon et plus pour les besoins humains de base. Pendant ce temps, un autre article important sur RealClimate a parlé de la récente réunion au Schloss Ringberg, en Allemagne, sur la sensibilité du climat à l'augmentation du niveau de CO2. Il y a eu une discussion importante entre les scientifiques avec des informations nouvelles et en développement sur les facteurs de sensibilité".

The Weekly est le scan de The Red (Team) Analysis Society et il se concentre sur les questions de sécurité nationale et internationale. 

Les informations recueillies sont très nombreuses. Elles ne signifient pas une approbation, mais indiquent les problèmes et les enjeux nouveaux, émergents, en progression ou stabilisants.

Si vous souhaitez consulter le scan après la fin de la semaine, utilisez les "archives" directement sur The Weekly.

évaluation de la probabilité sc

Image en vedette : "Antenne parabolique en bande C". Licenciée dans le domaine public via Wikimedia Commons.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène LavoixPh. D. Lond (relations internationales), est la présidente-directrice générale de The Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prospective stratégique et l'alerte pour les relations internationales et les questions de sécurité nationale et internationale. Elle s'intéresse actuellement à la guerre en Ukraine, à l'ordre international et à la montée de la Chine, au dépassement des frontières planétaires et aux relations internationales, à la méthodologie de la SF&W, à la radicalisation ainsi qu'aux nouvelles technologies et à la sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR