Notre planète est en train de changer.

L'époque géologique actuelle est caractérisée par le fait que l'espèce humaine est devenue la principale force géologique et biologique sur Terre. Ce changement mondial est dû au développement de la technologie, de l'agriculture, de l'industrie, de l'urbanisation, de l'utilisation systémique du charbon, du pétrole et du gaz naturel comme sources d'énergie et de leur convergence.

Comme on peut le voir dans "Les règles de la crise planétaire, partie 1"Ce changement planétaire est qualifié d'"Anthropocène", pour expliquer qu'une nouvelle ère géophysique a commencé, définie par le fait que l'espèce humaine est devenue la principale force géologique et biologique du système terrestre (Jan Zalasiewicz, Anthropocène : une nouvelle époque du temps géologique ?, 2011).

320px-Pollution_swan

Un fait fondamental est que l'espèce humaine a évolué grâce à l'invention d'un mode de vie singulier, connu sous le nom de "politique" dans l'ensemble des conditions qui ont émergé du Pléistocène et de l'Holocène (Jared Diamonds, Armes à feu, germes et acier, 1997). Cependant, ce changement immense et irréversible implique que l'humanité a modifié les conditions de vie planétaires dont elle dépend, déclenchant ainsi l'émergence en cascade de conditions environnementales nouvelles et auto-organisées (Thomas Homer Dixon, Le revers de la médaille, la catastrophe, la créativité et le renouvellement de la civilisation, 2006).

Par conséquent, la question politique et stratégique fondamentale qui se pose est de savoir si les sociétés humaines modernes sont capables de s'adapter à ces conditions planétaires très nouvelles et inconnues. En attendant, nous devrions nous interroger sur les effets de l'Anthropocène sur la sécurité des sociétés.

Nous commencerons par étudier si l'Anthropocène peut être "absorbé", c'est-à-dire contrôlé, par les moyens de sécurité actuels d'un État moderne et puissant, les États-Unis. Cela nous amènera à nous demander s'il est possible de transformer la nouvelle ère planétaire en un atout stratégique, en prenant l'exemple de la Russie et de l'Arctique. Enfin, nous devrons nous demander si l'Anthropocène ne remet pas violemment en cause les fondements mêmes des sociétés modernes.

Le Golfe du Mexique et le paradoxe anthropocène de la stratégie

Le Golfe du Mexique est un endroit très intéressant à étudier, afin de comprendre si, et comment, l'Anthropocène défie, ou non, le développement des sociétés modernes.

Depuis 2005, le Golfe du Mexique a été le théâtre de deux grandes catastrophes "longues" et extrêmement complexes, avec la destruction de la Nouvelle-Orléans par l'ouragan Katrina et, en 2010, la marée noire géante consécutive à l'explosion de la plate-forme pétrolière Deepwater horizon (Cutler J. Cleveland, "Deepwater horizon spill", L'encyclopédie de la Terre15 octobre 2010). Ces catastrophes sont intrinsèquement ancrées dans cette nouvelle réalité définie par la transformation du système terrestre par le pouvoir humain.

En effet, le 20 avril 2010, la plateforme pétrolière BP Deepwater Horizon Macondo a partiellement explosé, puis a coulé, déclenchant la plus grande marée noire de l'histoire(Cleveland, ibid). L'ampleur de cette marée noire était telle que le puits de pétrole sous-marin a été débouché par l'explosion.

Il a fallu trois mois pour que les ingénieurs de BP et les équipes de la Marine puissent "colmater" la fuite. Pendant ce temps, environ 5 millions de barils de pétrole ont coulé dans les eaux du Golfe du Mexique (La réponse de la marine à la marée noire du Deepwater Horizon, 2011).

100421-G-XXXXL-_003_-_Deepwater_Horizon_fire

La marée noire géante, tant au-dessus qu'au-dessous de l'eau, a couvert le littoral de la Louisiane, de la Floride et du Texas. Elle a contaminé la zone humide géante du Bayou, détruit des habitats naturels entiers et empoisonné les poissons, les oiseaux et toute la chaîne alimentaire de la mer à la terre (Naomi Klein, "Un trou dans le monde", The Guardian20 juin 2010).

Ainsi, elle a détruit l'industrie de la pêche en Louisiane et, avec elle, des systèmes entiers de relations économiques, sociales et culturelles, qui dépendaient de la bonne santé des eaux océaniques du golfe du Mexique et de ses zones humides littorales (DahrJamail, "BP's widespread Human health crisis", in Al Jazeerale 27 octobre 2013).

Pour répondre à cette crise massive, la marine américaine, et en particulier les garde-côtes américains, ont tenté de contenir 320px-Anti_bombes_de_dépôt_de_huile_autour_du_réfuge_de_la_faune_nationale_bretonnela marée noire, tout en soutenant l'effort visant à "boucher" le "trou dans le monde", en utilisant un dispersant chimique (et, hélas, très polluant) (Jamail, ibid). Néanmoins, la marée noire a ravagé la côte et s'est massivement infiltrée dans les écosystèmes et les sociétés littorales. Malgré son important déploiement, la marine américaine a à peine pu contenir une fraction de la marée noire.

Dans le même temps, ce "Tchernobyl américain", comme on l'a surnommé (Carl Pope, "America's Chernobyl ?", Huffington Post Green(25 mai 2011), est devenue une émission de télévision mondiale permanente, s'inscrivant dans la culture médiatique actuelle et exposant les vulnérabilités profondes et totalement inattendues des États-Unis.

Ces mois d'images ininterrompues proposaient un nouveau type de perspective sur ce pays, comme un système complexe d'océan, de zone humide, d'organisation sociale, de puissance militaire, d'industrie et de pollution, chacun de ces éléments faisant partie d'un système plus vaste, qui comprenait tous ces éléments.

320px-FEMA_-_14983_-_Photograph_by_Jocelyn_Augustino_taken_on_08-30-2005_in_LouisianaEn d'autres termes, en moins de cinq ans, le Golfe du Mexique a connu des catastrophes singulières. La catastrophe de Katrina trouve son origine dans la combinaison de la violence de l'ouragan avec les failles non réparées du système de digues (Valantin, "Hyper siege : climate change versus U.S National security", The Red Team Analysis SocietyLe 31 mars 2014. La catastrophe de Deepwater Horizon est basée sur un système industriel défectueux d'exploitation pétrolière sous-marine. Dans les deux cas, les systèmes artificiels de gestion de l'environnement ont échoué. Les catastrophes elles-mêmes ont été l'hybridation exponentielle et imparable de l'environnement et des conditions de vie artificielles de l'homme (Bruno Latour, Nous n'avons jamais été modernes(1991), qui est au cœur même du concept d'Anthropocène.

Cette hybridation brutale crée un nouvel environnement anthropique, paradoxalement hostile aux formes de vie humaines et non humaines. Arrêter ces catastrophes hybrides et rétablir un contrôle à la fois sur la société et sur l'environnement, c'est-à-dire reconstruire les digues et pomper l'eau hors de la ville dans un cas, et "colmater" la marée noire dans l'autre, a nécessité d'énormes ressources sécuritaires, militaires, industrielles, financières et politiques (gouvernement américain, Deep Water : La catastrophe pétrolière du Golfe et l'avenir du forage en mer - Le rapport de la Commission nationale sur la marée noire en eaux profondes et le forage en mer de BP (Deepwater Horizon Oil Spill and Offshore Drilling), 2011.

Ce qui est profondément inquiétant dans ces deux études de cas, c'est de constater qu'en 2015, il y avait plus de 377 plateformes pétrolières dans le Golfe du Mexique ("la part des États-Unis dans le Golfe du Mexique des plateformes off-shore actives dans le monde diminue depuis 2000", Agence américaine d'information sur l'énergie), alors que la région est balayée par un nombre croissant d'ouragans, qui vont être de plus en plus fréquents et puissants, grâce au changement climatique anthropique. On peut se demander ce qui se passerait si plusieurs plateformes pétrolières étaient gravement endommagées en même temps. Comme le suggèrent les études de cas, les moyens de gérer une catastrophe d'une telle ampleur n'existent très probablement pas actuellement.

Il semble donc que cette zone profondément "anthropisée" soit en grand danger, car on peut se demander s'il sera possible de contrôler les éventuelles catastrophes hybrides à venir, si elles sont plus importantes que les deux présentées ci-dessus.

Un Léviathan préparé ?

En d'autres termes, les sociétés modernes et leurs autorités politiques, en particulier les gouvernements, ne semblent ni préparées, ni adaptées à la nouvelle réalité "anthropo-planétaire" qui s'est développée depuis le début de la révolution industrielle. Cependant, certains acteurs ont commencé à développer une compréhension croissante de cette nouvelle réalité, en essayant, dans l'intervalle, d'en faire un avantage stratégique.

C'est surtout le cas pour les autorités sécuritaires et militaires. Par exemple, le ministère russe de la défense a lancé un programme massif de militarisation de l'Arctique en voie de réchauffement (Valantin, "L'Arctique, la transition énergétique de la Russie et de la Chine", The Red Team Analysis Society2 février 2015), par la création d'un commandement militaire arctique et d'une nouvelle flotte militaire, y compris la construction de nouveaux brise-glaces et d'une nouvelle flotte de sous-marins (Trude Pettersen, "Russian Arctic command from December 1st”, Observateur de BarentsLe 25 novembre 2014, "Le "brise-glace oblique" russe est mis à l'épreuve", La Russie aujourd'hui2 février 2014 ; Globalsecurity.org, Projet 935/Projet 955 Borei).

320px-RIAN_archive_872759_Vaigach_nuclear_icebreaker_leading_ships_through_Gulf_of_Finland

En effet, en raison du changement climatique, l'Arctique se réchauffe rapidement, transformant d'énormes quantités de gaz, de pétrole et d'autres minéraux en ressources, qui peuvent être exploitées, même si la région reste un environnement extrême. Il se trouve donc que pour le ministère russe de la défense et pour les industries russes, qui développent des projets arctiques, le changement climatique anthropique peut être transformé, par une stratégie spécifique, en un multiplicateur de puissance russe.

Dans le même temps, les autorités politiques russes ont largement évolué depuis l'époque soviétique avec son mépris politique total des conséquences de l'industrialisation sur l'environnement. En fait, l'infrastructure pétrolière et gazière du pays a fait l'objet d'un programme de réparation approfondi qui a débuté en 2000, notamment pour des raisons d'efficacité (Marin Katusa, La guerre froide, 2015). Depuis lors, la protection de l'environnement a commencé à devenir une question importante pour les autorités, même si d'importants progrès restent à faire.

En d'autres termes, le gouvernement russe a une compréhension profonde de ce que signifie l'Anthropocène, et ces réponses militaires et industrielles sont sa façon d'adapter la Russie à la nouvelle réalité planétaire.

Vers des crises d'une ampleur sans précédent ?

Comme nous l'avons vu avec les deux exemples précédents, l'émergence de l'Anthropocène renouvelle la manière dont les sociétés modernes sont et seront capables d'anticiper et de gérer les nouveaux types de risques et de crises à venir. C'est d'autant plus vrai que certaines de ces crises sont d'une ampleur gigantesque, comme nous allons le voir maintenant.

Une telle crise gigantesque pourrait bien se dérouler actuellement dans la partie occidentale de l'océan Indien. Une étude récente montre qu'une perte alarmante de plus de 30% du phytoplancton dans l'océan Indien occidental a eu lieu au cours des 16 dernières années (Koll Roxy et al., "A reduction in marine primary productivity driven by rapid warming over the tropical Indian Ocean", Lettres de synthèse sur la géophysique19 janvier 2016).

Cette perte est très certainement due au réchauffement accéléré des eaux de surface, où vit le phytoplancton. Ce réchauffement bloque le mélange des eaux de surface avec les eaux souterraines plus profondes et plus fraîches, d'où proviennent les nutriments du plancton - nitrates, phosphates et silicates - et qui restent bloqués (K. S. Rajgopal, "Western Indian Ocean phytoplankton hit by warming", L'hindouisme29 décembre 2015).

WGSRPD_Océan_Indien_Occidental

Le problème est que le plancton est la base de toute la chaîne alimentaire océanique (Callum Roberts, L'océan de la vie, le destin de l'homme et de la mer, 2012). Par exemple, les chercheurs révèlent qu'il y a un déclin massif des bancs de poissons près des côtes kenyanes et somaliennes. Ces déclins ne sont pas seulement le résultat de la surpêche, mais de la combinaison de cette pratique avec la perte de plancton (David Michel et Russel Sticklor, "Plenty of fish in the sea ? La sécurité alimentaire dans l'océan Indien", Le diplomate24 août 2012).

Cette tendance va très probablement se prolonger dans un avenir proche, en raison du réchauffement de l'océan dû au changement climatique, et va modifier l'ensemble de l'océan Indien, avec le risque de transformer cet océan biologiquement riche en "désert écologique" (Amantha Perera, "Le réchauffement de l'océan Indien pourrait être un "désert écologique", mettent en garde les scientifiques”, Reuters19 janvier 2016).

Cela signifie que le déclin de la vie marine dû au changement climatique anthropique est une menace directe pour la sécurité alimentaire de l'ensemble des écosystèmes de l'océan Indien occidental, donc pour la vie des populations des sociétés d'Afrique orientale - c'est-à-dire l'Afrique du Sud, le Mozambique, la Tanzanie, le Kenya, la Somalie, l'Éthiopie, ainsi que des archipels, comme les Comores, les Maldives, les Seychelles, Madagascar, Maurice, Mayotte - et pour leurs économies (Johan Groeneveld, "L'océan Indien occidental comme source de nourriture", dans Rapport régional sur l'état des côtes de l'OIE, PNUE1er mai 2015). Cela a toutes les chances de se produire malgré le développement rapide de la pisciculture, qui induit sa propre cascade de problèmes (Michel et Sticklor, ibid).

La crise du plancton et des produits de la mer est particulièrement inquiétante compte tenu des profondes inégalités économiques et sociales que connaît la région, et des tensions politiques, confessionnelles et militaires qui se manifestent, par exemple au Kenya et en Somalie (Hélène Lavoix, "En guerre contre l'État islamique - Un théâtre de guerre mondial“, & “En guerre contre un État islamique mondial - Face à un piège stratégique en Somalie ?“, The Red Team Analysis Society23 novembre et 14 décembre 2015).

Cela signifie qu'aujourd'hui, une crise géophysique et de biodiversité géante se déroule à une telle échelle qu'elle concerne de nombreux pays et des dizaines de millions de personnes en même temps, et se combine avec les crises politiques et stratégiques actuelles.

Il faut rappeler que le développement rapide de la piraterie somalienne est dû à la décision des communautés de pêcheurs somaliens de s'adapter à l'appauvrissement de la vie marine dans la zone économique exclusive somalienne (Andrew Palmer, Les nouveaux pirates, la piraterie mondiale moderne de la Somalie à la mer de Chine méridionale, 2014).

Leur efficacité en tant que pirates a déclenché une hausse importante des tarifs d'assurance maritime et a exigé une réponse militaire internationale. De nombreux gouvernements ont 320px-Pirates_Surrender_to_Royal_Marine_Boarding_Teams_MOD_45149776de détourner une partie de leurs marines vers la région, en intégrant leurs forces navales, par exemple par le biais de la "groupe de travail combiné 150", pour lutter contre les pirates, qui "font partie des populations les plus pauvres de notre monde, habitant un pays dévasté et très périphérique, ... au centre du trafic maritime" (Valantin, "La piraterie somalienne : un modèle pour la vie de demain dans l'Anthropocène ? The Red Team Analysis Society28 octobre 2013).

En outre, le plancton n'est "qu'un" signal parmi d'autres de changements, tout comme la multiplication des événements météorologiques extrêmes liés au changement climatique. Par exemple, en novembre 2015, le Yémen, situé dans la partie nord de l'océan Indien, a été frappé par deux ouragans, dont l'intensité et la fréquence étaient totalement inédites dans cette région (Adam Sobel, "Rapid fire cyclones over the North Indian Ocean", État de la planète5 novembre 2015).

Leurs effets violents sur les populations et les infrastructures se sont combinés aux conséquences de la guerre entre les rebelles houthis et les forces du président en exil et l'armée saoudienne (Andrea Thompson, "Le Yémen connaît un double cyclone tropical sans précédent”, WX Shift10 novembre 2015).

Parmi les autres conséquences du réchauffement de l'océan Indien occidental, on peut citer l'élévation continue du niveau de la mer, qui menace de déstabiliser le mode de vie des 60 millions de personnes vivant sur les côtes de l'océan Indien occidental et leurs infrastructures ("Effet du réchauffement climatique sur l'extrême dipôle de l'océan Indien : ce qu'il signifie pour l'Afrique", Réseau d'adaptation au climat du PNUDle 16 juin 2014).

En d'autres termes, toute cette région est "immergée" et saturée par le changement rapide de ses conditions environnementales, démographiques, économiques, politiques et infrastructurelles d'une manière qui pourrait ne pas être durable pendant longtemps.

La principale question politique et stratégique que cette situation induit est de se demander quelle sera la réponse des populations côtières du gigantesque bord occidental de l'océan Indien et s'il sera possible d'éviter la montée de types d'adaptation armés, violents et prédateurs aux nouvelles conditions issues de l'Anthropocène, impliquant non pas quelques milliers de Somaliens désespérés, mais des millions de personnes ?

En d'autres termes, l'Anthropocène sera-t-il une époque dominée par la concurrence armée ? Ou les autorités politiques des pays "partageant" la crise éco-géopolitique géante émergente seront-elles capables d'anticiper ces nouvelles situations et de coordonner des réponses et des politiques communes adaptées à une "gestion" de l'Anthropocène ?

A suivre...

À propos de l'auteur: Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et Sécurité de la Société d'analyse (d'équipe) rouge. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale.

Image en vedette : Le brise-glace nucléaire Vaigach mène les navires à travers le golfe de Finlande". Une caravane de navires conduite par le brise-glace nucléaire Vaigach à travers le golfe de Finlande. - Archives RIA Novosti, image #872759 / Vadim Zhernov / CC-BY-SA 3.0via Wikimedia Commons.

 

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et sécurité de la Société d'analyse (équipe) rouge. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR