Un processus étrange est en train d'affecter la planète : les conditions de vie globales, qui ont dominé la planète pendant des milliers d'années, changent rapidement, en raison de l'impact massif des activités et des formes de développement humaines. Pendant ce temps, de nouvelles conditions de vie apparaissent et ce ne sont pas celles qui ont permis l'émergence et le développement des sociétés modernes.

Almaty, urbanisation anthropocène, Kazhakstan

Au contraire, on peut se demander si le monde moderne sera capable de s'adapter aux nouvelles conditions planétaires. Celles-ci ont été créées par l'urbanisation mondiale, l'industrie, la pollution chimique, l'agriculture industrielle, la transformation et la destruction des habitats naturels et des espèces animales et végétales. Cela va de pair avec la perturbation du cycle hydrologique et le changement climatique (John MC Neill, Quelque chose de nouveau sous le soleil, une histoire environnementale du XXe siècle, 2000).

Cette nouvelle ère est qualifiée d'"Anthropocène", afin de décrire le fait que, au niveau mondial, l'espèce humaine est devenue la principale force géologique et biologique sur Terre ((Jan Zalasiewicz, Anthropocène : une nouvelle époque du temps géologique ?, 2011).

Afin de pénétrer la réalité de l'Anthropocène et de ses origines, nous nous concentrerons sur le cas du Kazakhstan.

Nous combinerons la perspective de l'"Anthropocène" à l'analyse stratégique, afin de saisir la manière paroxystique dont ce pays est passé de l'ancienne ère géologique, connue sous le nom d'Éocène, qui a duré 13 000 ans, à aujourd'hui et à l'Anthropocène émergent.

urbanisation anthropocène, Kazhakstan

Ce paroxysme pour le Kazakhstan illustre la violence des différents processus qui sont à l'origine de l'Anthropocène, et qui ne sont rien moins que la transformation du tissu même de l'écologie planétaire et de la société (Jean-Michel Valantin, "Les règles de la crise planétaire (1)", The Red Team Analysis Society, 25 janvier 2016).

Ces dynamiques nous permettront de voir, tout d'abord, comment les transformations sociales et agricoles forcées du Kazakhstan ont modifié le tissu social et écologique de ce pays, et comment ces changements sont renforcés par le changement climatique anthropique mondial.

Nous nous intéresserons ensuite à la manière dont cette transformation a été approfondie par l'histoire nucléaire militaire du Kazakhstan, qui est exemplaire de l'Anthropocène.

Enfin, nous nous pencherons sur la manière dont l'émergence de l'Anthropocène a été renforcée par l'histoire stratégique du 20e siècle.th siècle

Transformation imposée : le grand démantèlement socio-environnemental

Le Kazakhstan a connu certaines des formes les plus extrêmes de transformation rapide et environnementale, sociale et nucléaire, imposées par le régime stalinien, l'un des pouvoirs politiques les plus impitoyables déchaînés au cours du vingtième siècle (Robert Service, La Russie, du tsarisme au XXIe siècle, 2015).

Staline, urbanisation anthropocène, Kazhakstan

Au cours des années 1920, le peuple nomade et semi-nomade kazakh a subi une colonisation forcée imposée par les autorités soviétiques, sans aucune préparation. En 1929, la politique agraire de Staline a obligé les Kazakhs à donner la majorité de leur bétail au gouvernement, qui a tué 1,3 million de personnes sur une population forte de 4 millions en quelques années (Lucien Bianco, La Récidive, Révolution russe, révolution chinoise, 2014).

This went with a forced urbanization of the surviving population, and thus the social structures drastically changed (Ibid.). During the thirty years that followed, the Soviet program of agrarian development was accompanied by the massive transfers of population, which happened during and after World War II. It led to the installation of more than two million Russian people in Kazakhstan, which went with long-lasting social, ethnic, cultural, economic and political tensions. In the same time, this mammoth endeavour of social engineering came along the disappearance of the multi-millenarian way of life of the agro-pastoralist nomads (Sébastien Peyrouse, Marlène Laruelle, Éclats d'empire, Asie centrale, Caucase, Afghanistan, 2013).

Dans le même cadre, le régime soviétique a décidé au cours des années 1960 de transformer une partie de la steppe kazakhe, afin de renforcer l'agriculture, et donc la sécurité alimentaire et l'économie de l'Union soviétique (Robert Service, ibid). Pour atteindre cet objectif, l'Amu Darya et le Syr Daria, les deux fleuves qui alimentaient la mer d'Aral intérieure, ont été détournés par un gigantesque travail d'aménagement de canaux, afin d'amener l'eau dans la région choisie pour développer des projets agricoles, notamment liés au coton (Fred Pearce, Quand les rivières s'assèchent, 2006).

Cet immense projet soviétique de détournement des eaux a eu pour effet de dévaster la mer d'Aral. La mer a littéralement disparu au cours des cinquante dernières années, car elle a été privée de ses deux principales sources d'approvisionnement en eau. En outre, au cours des années 1960 et 1970, une grande quantité de pollution chimique provenant du développement agricole et industriel de la région s'est accumulée dans la vase (John Mc Neill, ibid).

L'assèchement actuel de la mer expose l'ancien bassin marin pollué au vent constant, qui répand la poussière salée et chimiquement polluée du Kazakhstan au Turkménistan, à l'Ouzbékistan et au-delà (Jean-Michel Valantin, "Les règles de la crise planétaire", ibid). En conséquence, des épidémies chroniques d'affections sanguines et rénales ainsi que des problèmes spécifiques aux femmes enceintes et aux enfants à naître se sont répandues (Pearce, ibid).

Mer d'Aral, urbanisation anthropocène, Kazhakstan

Ainsi, aujourd'hui, le bassin d'Aral est constitué d'un nouveau système de conditions de sol, d'eau, de chimie, de temps et de climat, avec de nouvelles interactions par rapport à celles existant avant les années 1950. Ces conditions actuelles ne sont plus favorables à l'existence humaine collective (Valantin, ibid), contrairement à ce qu'elles étaient il y a seulement soixante ans.

Cette situation déjà dangereuse se combine avec les effets du changement climatique sur le Kazakhstan. En effet, au cours des années 20th siècle, la hausse des températures régionales a été deux fois supérieure à la moyenne mondiale, atteignant entre 2°C et 3,6°C. Cela a de lourdes conséquences sur l'agriculture kazakhe, qui est le 17e producteur mondial d'aliments pour animaux.th producteur de blé et 7th exportateur. Selon l'USAID, les récoltes de blé de printemps pourraient diminuer de plus de 70% après 2030, ce qui pourrait avoir des conséquences désastreuses pour la sécurité alimentaire du Kazakhstan ainsi que pour le marché alimentaire mondial et donc pour la sécurité alimentaire de nombreux pays ("Kazakhsthan - Environment and climate change", USAID, 18 mars 2016).

En effet, la baisse relative de la productivité agricole russe et ukrainienne en 2010 résultant d'une vague de chaleur historique a eu de lourdes conséquences en 2011 sur les cours mondiaux du blé, avec des conséquences sociales et politiques dramatiques, soumettant notamment les fragiles sociétés arabes à une forte pression, qui a alimenté à son tour les tensions à l'origine du " printemps arabe " (Werrell et Femia, Le printemps arabe et le changement climatique, 2013.

Le long bombardement nucléaire

Entre 1949 et 1989, ce qui s'est passé dans la région nord-est de Semipalatinsk, transformée par Moscou en un lieu où les militaires soviétiques se préparaient à la guerre nucléaire, est un autre aspect du forçage brutal du Kazakhstan dans le domaine de la modernité (Alain Joxe, Le cycle de la dissuasion, 1990).

Semipalatinsk est ensuite devenu le "polygone nucléaire" où plus de 456 bombes nucléaires et thermonucléaires ont explosé. Semipalatinsk était l'un des principaux sites de la course aux armements nucléaires de la guerre froide ("The Semipalatinsk Test Site", Agence internationale de l'énergie atomique).

FEMA, urbanisation anthropocène, Kazhakstan, nucléaire

En conséquence, la zone de 19 000 kilomètres carrés est devenue l'une des régions habitées les plus fortement irradiées au monde, la radioactivité affectant la santé d'un Kazakh sur dix, avec de lourdes conséquences sur la santé publique.

La découverte de l'immensité du danger inhérent à cette région, notamment en raison du risque environnemental de très grande ampleur, auquel s'ajoute la contrebande de plutonium et de matériaux irradiés, a conduit les autorités politiques, scientifiques et militaires russes, kazakhes et américaines à collaborer secrètement pendant dix ans afin de décontaminer et de neutraliser cette "montagne de plutonium" ("Semipalatinsk Test Site"), Initiative contre la menace nucléaire NTI).

urbanisation anthropocène, Kazhakstan

En effet, cette coopération nucléaire internationale centrée sur Semipalatinsk s'inscrit intrinsèquement dans ce que nous appelons ici " la politique de l'Anthropocène ". En effet, l'un des signaux les plus forts identifiés par les scientifiques pour démontrer l'émergence de l'Anthropocène est une singulière couche de poussière sur toute la planète, qui est l'un des effets des différentes campagnes d'essais nucléaires depuis la première explosion test en 1944 au Nouveau-Mexique (Sarah Griffiths, "Dawn of the Anthropocene era : new geological epoch began with testing of the atomic bomb, experts claim", Courrier en ligne, 16 janvier 2015).

Il convient de noter que le 8 septembre 2006, le Kazakhstan a signé le traité sur la zone exempte d'armes nucléaires en Asie centrale, avec l'Ouzbékistan, le Turkménistan, le Tadjikistan et le Kirghizstan ("Central Asia nuclear weapons free zone (CANFWZ)", Initiative contre la menace nucléaire NTI). Cela peut indiquer que les républiques d'Asie centrale sont particulièrement sensibles et conscientes du danger nucléaire.

Une analyse stratégique de l'Anthropocène au Kazakhstan

En d'autres termes, la sédentarisation forcée d'une population nomade, l'urbanisation, la destruction de la mer d'Aral et le long bombardement nucléaire de Semipalatinsk sont des manifestations de la manière dont, au cours des années 20th siècle, le Kazakhstan a connu une transformation socio-environnementale massive, exemplaire de la dynamique de l'Anthropocène.

Cette transformation a été imposée afin de soutenir le projet politique de modernisation accélérée au cœur du régime soviétique (Stephen Kotkin, Magnetic Mountain, le stalinisme en tant que civilisation, 1997).

Elle s'est exercée sur la population, les structures sociales, la terre, le cycle des eaux de surface et l'air pour transformer le pays en un support matériel pour le développement nucléaire industriel, agricole et militaire forcé de la Russie soviétique, qui s'imposait comme une superpuissance.

Astana, urbanisation anthropocène, Kazhakstan

D'un point de vue stratégique, il apparaît que la Seconde Guerre mondiale et la Guerre froide qui a suivi ont été un moteur fondamental de la dynamique industrielle, militaire et stratégique, dont la synergie a été si puissante qu'elle a modifié la géophysique même de la Terre. De plus, ces changements, de la pollution radioactive au changement climatique anthropique, sont des transformations permanentes des conditions écologiques du développement social humain.

En d'autres termes, le cas du Kazakhstan révèle le rôle joué à l'origine de l'Anthropocène non seulement par les dynamiques politiques, agricoles et industrielles soviétiques mais aussi par les dynamiques stratégiques et militaires du 20e siècle.th siècle (Gabriel Kolko, Un siècle de guerre, de politique, de conflits et de société depuis 1914, 1994).

Similarly, the First and the Second World War have been major boosters for the development of modern agriculture and industry. Bolstered by this immense momentum, those latter have become essential supports for the development and power of modern societies and states, which growth is in itself a main driver of the Anthropocene (Tim Flannery, Ici sur Terre, une histoire jumelle de la planète Terre et de la race humaine2011 et Thomas Homer-Dixon, The Upside of Down, la catastrophe, la créativité et le renouveau de la civilisation, 2006).

En outre, la transformation du Kazakhstan a induit l'exploitation du pétrole dans la mer Caspienne et au nord du bassin de la Caspienne, sachant que l'utilisation du pétrole est l'un des principaux moteurs du changement anthropique qui frappe l'Asie centrale (James Marriott et Mika Minio-Paluello, La route du pétrole, des voyages de la mer Caspienne à la City de Londres2012 et GIEC, cinquième rapport, 2014).

En fait, le destin du Kazakhstan condense la manière dont la guerre moderne, l'industrie, l'agriculture, la concurrence internationale et l'altération de l'écologie ainsi que du tissu social s'unissent dans une boucle de transformation planétaire-sociale auto-renforcée, si puissante et permanente qu'elle modifie non seulement des régions continentales entières, mais aussi notre planète elle-même.

Il reste maintenant à voir si cette boucle peut être gouvernée, ou non.

Featured image: Fort-Shevchenko , Kazakhstan Bebop Drone 2015-09-02 by w0zny CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons.

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et Sécurité du Red Team Analysis Society. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

Rejoindre la conversation

4 commentaires

  1. Merci pour cet aperçu. Oui, c'est horrifiant - je ne connaissais pas le degré, la gravité et l'intensité de ces essais nucléaires.

    Coïncidence avec le Kazakhstan : dans le centre de la Pennsylvanie septentrionale, vers 2011, alors que la fracturation augmentait de façon exponentielle en Pennsylvanie, en me rendant à une réunion d'organisation contre la fracturation, j'ai demandé mon chemin à un passant. Il s'est avéré qu'il était originaire du Kazakhstan. Il travaillait dans l'industrie de la fracturation et a dit qu'il était venu en Pennsylvanie pour échapper à la très forte exposition aux radiations qu'il avait subie au Kazakhstan.

    Les travailleurs des champs de schistes pétroliers et gaziers aux États-Unis connaissent des taux élevés de blessures, de maladies et de décès pour de nombreuses raisons. Mais ce type très intelligent avait calculé que ses chances de survie et de santé raisonnable étaient bien meilleures s'il s'éloignait des opérations de fracturation très profondes au Kazakhstan.

    Vous parlez de déplacement ! Merci pour cet aperçu plus approfondi et plus large des souffrances endurées par le Kazakhstan. Je me souviendrai toujours de cette conversation fortuite et je rappellerai à tous d'écouter et de poser des questions chaque fois que vous rencontrez des personnes d'autres pays et chaque fois que vous rencontrez des personnes qui travaillent dans des industries qui leur nuisent ainsi qu'au climat, à la biodiversité, aux eaux de surface, à la santé et au bien-être des communautés.

    Ce travailleur du Kazakhstan semblait vouloir se retirer complètement de l'industrie de la fracturation dès qu'il aurait mis un peu plus d'argent de côté, afin de protéger sa santé. J'espère qu'il a atteint son but !

    Merci encore pour cet article surprenant et fascinant.

  2. Mm, un angle entièrement nouveau pour ceux d'entre nous, à l'Ouest, qui se demandent ce qui se passe. Avec les politiciens de droite fous et idiots que nous avons aux États-Unis et en Grande-Bretagne, je ne vois aucun espoir de limiter cette détérioration rapide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR