Lors du dernier sommet de l'OPEP du 2 juin 2016, l'Arabie saoudite et l'Iran ne sont pas parvenus à un accord sur le niveau de production de pétrole (par exemple Terry Macalister, The Guardian, 2 juin 2016). Des besoins différents ainsi que des tensions entre les deux pays sont en jeu. Pourtant, quelques analystes ont également souligné une légère amélioration des relations entre l'Arabie saoudite et l'Iran (Liam Halligan, "Opec is very much alive as Saudis learn to tread softly", 4 juin 2016). À quoi devons-nous donc nous attendre ? Devons-nous croire qu'un réchauffement des relations est effectivement en cours, ou devons-nous nous attendre à un potentiel raidissement des positions compte tenu de l'offensive actuelle menée par les gouvernements chiites en Syrie et en Irak (par exemple, Alex MacDonald, "Sunni fighters say militias, not army, should liberate Fallujah ....

La partie restante de cet article est destinée à notre membres. Assurez-vous d'obtenir de vraies analyses et non des opinions ou, pire, de fausses nouvelles. Devenez l'un de nos membres et accédez à cet article. Log in si vous êtes membre.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

FR