Les sociétés, économies et entreprises modernes deviennent de moins en moins durables en raison de la convergence de leurs vulnérabilités complexes et intrinsèques avec le changement climatique. Cependant, les Émirats arabes unis (EAU) ont lancé une stratégie très intéressante : l'expérimentation et la promotion de la durabilité à l'échelle nationale et internationale, afin de soutenir un mode de vie adapté ainsi qu'un modèle stratégique, économique et commercial efficace.

Cette stratégie vise à répondre à deux problèmes qui préoccupent les Émirats au premier chef. Premièrement, les Émirats doivent trouver un moyen de rester viables, sachant que le changement climatique va transformer la région du Golfe en un endroit très difficile (Damian Carrington, "Les vagues de chaleur extrêmes pourraient pousser le climat du Golfe au-delà de l'endurance humaine, selon une étude”, The Guardian, 26 octobre 2015). Dans le même ordre d'idées, et en second lieu, les EAU doivent trouver un moyen de maintenir leur influence géopolitique, qui a émergé avec le pétrole, alors que les réserves de pétrole et de gaz risquent d'être épuisées d'ici 2050.

261px-Tempête_de_poussière_sur_Iran,_Irak

Dans ce cadre, il semble que les Émirats arabes unis cherchent à devenir un nouveau type de puissance géopolitique en promouvant les énergies renouvelables et la durabilité.

Dans la première partie, nous nous concentrerons donc sur le lien que font les autorités politiques des E.A.U. entre sécurité et énergies renouvelables. Ensuite, nous verrons comment les E.A.U., et en particulier Abu Dhabi, deviennent un leader de ce que nous appelons la révolution de la durabilité. Enfin, nous soulignerons comment ce leadership devient un nouvel et puissant avantage comparatif.

"Renouveler" la sécurité énergétique des EAU

Le 10 février 2015, le prince héritier d'Abou Dhabi, cheikh Mohamed bin Zayed al-Nahyan, l'un des plus hauts responsables de l'appareil de sécurité des Émirats arabes unis, a déclaré :

"Dans 50 ans, quand nous aurons peut-être le dernier baril de pétrole, la question est : quand il sera expédié à l'étranger, serons-nous tristes ? ... Si nous investissons aujourd'hui dans les bons secteurs, je peux vous dire que nous célébrerons ce moment." (“Le cheikh Mohammed bin Zayed : une vision inspirée de l'après-pétrole aux EAU”, Le National, 10 février 2015).

320px-Sheikh_Mohammed_bin_Zayed_Al_Nahyan_on_13_May_2008_Pict_1Le cheikh al-Nahyan est, dans le même temps, le principal conseiller du président des Émirats arabes unis pour les questions énergétiques, le commandant suprême adjoint des forces armées et un membre du conseil d'administration du puissant fonds souverain d'Abu Dhabi ("L'esprit de Mohamed bin Zayed”, Nouvelles d'Al Bawaba, 17-03-2015).

Le cheikh al-Nahyan souligne que l'épuisement prochain des ressources pétrolières et gazières affectera profondément les Émirats arabes unis, car le pays est l'une des principales puissances énergétiques actuelles, avec 6% des réserves mondiales de pétrole, tandis qu'il "détient les septièmes réserves prouvées de gaz naturel les plus importantes au monde" (U.S. E.I.A., "E.A.U.", 18 mai 2015), notamment par l'intermédiaire de l'émirat d'Abu Dhabi (l'un des sept émirats de la Fédération appelée E.A.U.), qui détient 94% de ces réserves de pétrole et 92 % des réserves de gaz (Oil & Gas Journal, Worldwide Look at Reserves and Production, 1er janvier 2015).

En d'autres termes, les autorités politiques émiraties, au plus haut niveau, sont engagées dans une stratégie nationale de transition énergétique. Notamment, le responsable de la défense nationale et des questions énergétiques intègre pleinement dans sa pensée politique la problématique du pic pétrolier, c'est-à-dire le processus qui conduit un gisement de pétrole ou de gaz à l'épuisement, après que le maximum d'extraction ait été atteint ; en conséquence, ce pic de production est suivi d'un déclin inexorable (Gaurav Agnihotri, "Le pic pétrolier : Mythe ou réalité à venir ?”, Prix du pétrole.com, 5 juin 2015).

L'épuisement futur du pétrole se conjugue aux dangers découlant du changement climatique et de la hausse des températures qui en découle, auxquels l'ensemble du golfe Persique et sa population seront confrontés au cours des prochaines décennies, comme le montre le rapport "Le méga-incendie sauvage de l'Alberta et la sécurité des Émirats arabes unis" (Jean-Michel Valantin, 23 mai 2016).

Ainsi, les autorités des Émirats arabes unis fondent leur réflexion politique et stratégique sur l'acceptation de la réalité du pic pétrolier et du changement climatique, par opposition au déni et au "climato-scepticisme" (Naomi Klein, Cela change tout, 2014). Cette compréhension très solide va de pair avec la capacité d'accepter que des changements environnementaux massifs sont en route ("Consensus scientifique sur le réchauffement de la planète”, Union of Concerned Scientists).

Reconnaître cette réalité difficile est ce qui permet aux autorités des E.A.U. d'élaborer leur réflexion pour trouver un moyen de surmonter les difficultés à venir et de construire une nouvelle définition de la sécurité.

Par conséquent, nous assistons ici à un exemple de pensée stratégique, car leurs pensées sont basées sur l'acceptation de faits très gênants, tandis que la vision que cette pensée génère permet de transformer un problème de sécurité potentiel majeur pour le modèle économique et de développement des Émirats en une opportunité (Edward Luttwak, Stratégie, la logique de la guerre et de la paix, 2002).

320px-Oil_Rig_at_Port_Khaled_(Sharjah,_UAE)

En effet, face à ces risques extrêmement dangereux, les autorités politiques des Émirats arabes unis élaborent une grande stratégie particulièrement originale, fondée sur le développement de leur leadership dans le domaine de la durabilité, et ce à l'échelle mondiale.

À la tête de la révolution de la durabilité ?

Cette stratégie a été élaborée et expérimentée depuis 2006, date à laquelle Abu Dhabi a lancé plusieurs projets majeurs basés sur le développement de la durabilité et des énergies renouvelables, illustrés par le nouveau projet urbain dans la ville d'Abu Dhabi appelé Masdar city et couvrant 5,95 km2 - la superficie globale de la ville d'Abu Dhabi atteint 972 km2 (Patrick Kingsley, "Masdar : les objectifs changeants de l'ambitieuse éco-ville d'Abu Dhabi”, Câblé, 17 décembre 2013).

Masdar city est une expérience de développement urbain visant à une émission zéro de carbone, et alimentée par des énergies renouvelables, notamment par l'énergie solaire. Malgré d'importantes difficultés financières déclenchées d'abord par la crise financière mondiale de 2008 puis par la violente chute des prix du pétrole à partir d'août 2014 (Jean-Michel Valantin, "Inondation de pétrole 1- Le Royaume est de retour”, The Red Team Analysis Society, 15 décembre 2014), Masdar existe désormais (Kingsley, Ibid.).

Masdar a été construit en combinant la construction traditionnelle dans le désert avec l'état de l'art des "technologies vertes et intelligentes" et avec la redécouverte des principes de développement urbain visant à maximiser le rôle de l'ombre et du vent pour tempérer naturellement la chaleur (Kingsley, ibid).

320px-Masdar_city_under_construction_2012

En effet, Masdar est une expérience qui vise à adapter le Golfe Persique aux difficiles conditions planétaires émergentes, en intégrant la nécessité de l'adaptation au changement climatique et la philosophie de la transition énergétique au développement urbain et social, grâce à la rencontre entre la sagesse des principes ancestraux et la science et la technologie modernes (Jean-Michel Valantin, "Les règles de la crise planétaire, partie 1”, The Red Team Analysis Society, 25 janvier 2016).

Force est de constater que, malgré les difficultés techniques et financières et le défi social que représente la création "ex nihilo" d'un développement urbain fonctionnel et vivable de 5,95 km2, Masdar durable a finalement été construit. Certains analystes européens et américains qualifient le projet de "ville fantôme verte", comme si les retards connus étaient l'équivalent d'un échec définitif, résultant de la très faible population actuelle (Suzanne Goldenberg, "Le rêve "zéro carbone" de Masdar pourrait devenir la première ville fantôme verte du monde”, The Guardian, 16 février 2016).

En effet, en créant Masdar, les E.A.U. proposent un modèle et une approche très différents de ceux qui ont été appliqués jusqu'à présent dans la construction des hubs mondiaux que sont devenus Dubaï ou Abu Dhabi.

Le problème de cette approche européenne qui identifie Masdar à un échec, est qu'elle passe à côté du sens du timing et de la prévoyance qui infuse le projet et donc de la manière dont le développement de Masdar exprime et soutient la grande stratégie actuellement élaborée par Abu Dhabi. Elle repose également sur une approche très eurocentrique, fondée aujourd'hui sur une vision systématique à court terme et une tendance à se méfier de la relative démonstration de planification centrale et d'autorité nécessaire à la création d'un lieu comme Masdar.

L'émergence d'un nouvel avantage comparatif stratégique ?

La grande stratégie émiratie transparaît dans la cohérence politique, industrielle et commerciale des investissements d'Abu Dhabi. Alors que Masdar City était en cours de construction, les E.A.U. ont investi plus de 600 millions de dollars pour construire Shams 1, à 120 km de la ville d'Abu Dhabi, la plus grande centrale solaire concentrée du monde, capable de générer plus de 100 mégawatts, avec la capacité d'alimenter 20 000 foyers aux E.A.U. (Wissam Keyrouz, "Les EAU canalisent l'argent du pétrole vers les énergies alternatives”, Phys.org, 23 novembre 2015).

320px-Gemasolar2012L'émirat est également un partenaire majeur de la centrale Gemasolar de 20 mégawatts en Espagne, et détient une part de 20% dans le projet éolien London Array, qui vise à générer 630 mégawatts d'électricité, soit une énergie suffisante pour alimenter 500 000 foyers britanniques (Keyrouz, ibid). Ce faisant, les E.A.U. recréent leur capacité d'exportation d'énergie d'une manière très innovante.

Selon Thani al-Zeyoudi, chef de la division de l'énergie et du changement climatique du ministère des Affaires étrangères des E.A.U., "au cours des cinq dernières années, les E.A.U. ont canalisé plus de 840 millions de dollars dans des projets d'énergie renouvelable dans 25 pays" (Charis Chang, "Baoding et Masdar City : deux des pôles de technologies propres les plus improbables”, News.com.au, 2 décembre 2015).

Dans le même temps, les autorités des Émirats arabes unis étudient un investissement de 35 milliards de dollars dans divers projets non pétroliers et gaziers, et de 20 milliards de dollars pour une centrale nucléaire. En outre, l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) s'est installé à Masdar City, d'où il promeut le développement des énergies renouvelables dans le monde entier (Adrian Pitts, "Comment construire une ville adaptée à des vagues de chaleur de 50°C ?”, The Fifth Estate, 29 octobre 2015).

Toutes ces initiatives révèlent la grande stratégie des Émirats arabes unis, qui vise à transformer les Émirats en une grande puissance industrielle et financière de ce que Jeremy Rifkin appelle "la troisième révolution industrielle", dans un monde modifié par la convergence des crises du climat, de l'eau et de l'énergie (Jeremy Rifkin, Ta troisième révolution industrielle, comment l'énergie latérale transforme l'énergie, l'économie et le monde., 2011).

CSIRO_ScienceImage_2143_Tour_solaire_au_CSIRO_Energy_Centre_créant_la_vapeur_solaire

En d'autres termes, les E.A.U. s'apprêtent à devenir ce que l'on pourrait appeler "un empire de l'Anthropocène". Le mot "Anthropocène", pour qualifier l'ère géologique actuelle, souligne le fait que l'humanité, par la façon dont elle s'est développée en utilisant et en transformant son propre environnement, est devenue la force géophysique dominante sur Terre (Jan Zalasiewicz,Anthropocène : une nouvelle époque du temps géologique ?, 2011).

Il existe un paradoxe fondamental de l'Anthropocène : les êtres humains ont induit l'émergence d'une époque géologique qui transforme la Terre en l'équivalent d'un monstre dévoreur de planète autonome, créé par les sociétés industrielles. Cependant, cette dynamique est si puissante et autonome que nos sociétés se retrouvent dans une situation planétaire qui pourrait les dépasser.

En adoptant ce nouveau modèle avec sa stratégie d'investissement mondiale, les Émirats arabes unis se placent au centre de l'essor de l'industrie des énergies renouvelables. Cette industrie prend de plus en plus d'importance en raison des politiques internationales et nationales d'atténuation du changement climatique, dont certaines sont menées à grande échelle. Ce changement d'échelle soutient la tendance internationale à la transition énergétique, comme c'est le cas en Chine (Jean-Michel Valantin, "L'Arctique, la Russie et la transition énergétique de la Chine”, The Red Team Analysis Society, mis à jour le 27 juillet 2015).

320px-Dunhuang.champs.de.panneaux.solairesLes Émirats arabes unis élaborent une grande stratégie fondée sur la promotion politique, industrielle, financière, scientifique et technologique des énergies renouvelables, afin de préserver leur richesse et leur influence à l'ère du déclin du pétrole et du changement climatique. Les Émirats arabes unis se préparent à devenir un hégémon stratégique, industriel et financier de l'industrie croissante de la durabilité.

C'est pourquoi le Société d'analyse rouge (Team) consacre du temps et de l'énergie à attirer l'attention sur cette importante évolution et à aider les dirigeants publics et privés à développer une vision prospective de ce qu'elle signifie et impliquera de plus en plus en termes d'opportunités stratégiques et commerciales.

Image en vedette : Shams 1 100MW CSP Abu Dhabi, UAE par Masdar Official, Flickr, 26 décembre 2012, CC BY-NC-SA 2.0.

À propos de l'auteur: Jean-Michel Valantin (PhD Paris) est le directeur de l'analyse de l'environnement et de la sécurité à la Red (Team) Analysis Society. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale.

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et sécurité de la Société d'analyse (équipe) rouge. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

Rejoindre la conversation

2 commentaires

  1. C'est formidable de lire la prévoyance stratégique des dirigeants des Émirats arabes unis décrite ici par le Dr Valantin. Peu importe ce que l'on pense des causes, du calendrier ou des résultats du changement climatique, il s'agit d'une certitude géologique. Il y a dix mille ans, une grande partie de l'Europe et de l'Amérique du Nord était recouverte de glace glaciaire en recul. Les déserts actuels du Nouveau-Mexique, qui étaient de riches zones boisées accueillant la culture Clovis chassant les mammouths, ont ensuite accueilli la culture Folsom chassant le bison dans des plaines fertiles, http://www.smithsonianmag.com/history/the-clovis-point-and-the-discovery-of-americas-first-culture-3825828/ dont la culture a également chuté en raison du changement de climat et de la désertification. Le Doggerland, aujourd'hui profondément enfoui sous la mer du Nord, était peut-être le plus riche terrain de chasse, de chasse au gibier et de pêche d'Europe. http://nationalgeographic.org/maps/doggerland/. Combien de temps faut-il pour être stratégique quand on considère une nation comme les EAU, ou même la race humaine elle-même ? Les Émirats arabes unis ont fait face à la réalité de leur opportunité actuelle due à l'abondance, mais toujours limitée, des ressources énergétiques extractibles, et ont cherché à construire un avenir.
    Cette prévoyance est un contrepoint spectaculaire à ce qui se passe actuellement au Venezuela, où les richesses et les ressources pétrolières abondantes ont été dilapidées. https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/rankorder/2244rank.html appropriés par l'État et les dirigeants http://www.dailymail.co.uk/news/article-3192933/Hugo-Chavez-s-ambassador-daughter-Venezuela-s-richest-woman-according-new-report.html et utilisé pour colporter des influences locales et régionales. http://www.bbc.com/news/business-21081458 tout en subventionnant une culture paternaliste et non durable http://www.worldbank.org/en/country/venezuela/overview . La récente période de sécheresse a entraîné des pénuries d'électricité dans le pays qui possède les plus grandes réserves de pétrole du monde. La réduction des prix du pétrole, associée à des politiques qui ont chassé les investissements internationaux et sabordé les rêves des entrepreneurs locaux, a entraîné des coûts de production élevés et un manque de fonds pour le commerce et pour alimenter les subventions de la révolution bolivarienne de l'État vénézuélien. http://www.nytimes.com/2016/05/28/world/americas/venezuela-economic-government-collapse.html?_r=0 . Bien sûr, cela est imputé aux forces "anti-révolutionnaires" et capitalistes. http://venezuelanalysis.com/analysis/11908 plutôt que leur propre manque de vision et leurs mauvaises politiques. Nous verrons dans les mois et les années à venir comment cela se passera au fur et à mesure que les réalités économiques, climatiques et politiques interagissent au Venezuela.
    Sur une note positive, la République démocratique du Costa Rica s'est engagée depuis longtemps en faveur de la durabilité, en prenant conscience que sa meilleure ressource naturelle est la biodiversité et en s'engageant à atteindre la neutralité carbone d'ici 2021. Comment s'y sont-ils pris ? Earthshare a qualifié le Costa Rica de "modèle de durabilité". http://www.earthshare.org/2015/05/cr.html et classée #1 par l'indice Happy Planet http://www.happyplanetindex.org/countries/costa-rica/ . Bien que 2015 ait été une année de grande sécheresse au Costa Rica, comme au Venezuela, ils ont atteint une production d'énergie renouvelable de 99%. http://www.treehugger.com/renewable-energy/costa-rica-achieved-99-renewable-energy-year.html et ont exporté de l'électricité - en vendant 135 millions de kwh en 2014. http://www.indexmundi.com/map/?v=82 . La révolution dans la technologie des véhicules électriques est très prometteuse pour transformer le marché des transports au Costa Rica, ce qui contribuerait grandement à éliminer la plupart des importations d'énergie, la pollution et le smog. En effet, le véhicule moyen au Costa Rica a environ 16 ans et les législateurs débattent actuellement d'incitations importantes pour une transformation technologique des transports dans le pays. http://www.ticotimes.net/2016/02/19/costa-rica-electric-cars .
    En fin de compte, la pensée stratégique et les actions de leadership en matière de durabilité, de développement humain et de technologie peuvent avoir des impacts positifs pour les nations, et le monde, à long terme, comme le montrent les exemples des EAU et du Costa Rica. Le manque de perspicacité dans ces mêmes domaines peut entraîner des catastrophes économiques, voire des migrations écologiques, économiques et politiques de personnes, car ces États ne respectent pas les personnes qu'ils sont censés protéger et représenter.

    1. Merci beaucoup Gene pour ces commentaires très instructifs ! En effet, l'essor des énergies renouvelables s'accompagne d'un changement massif de pouvoir au niveau international ! Et de nouveaux centres de pouvoir émergent.
      Le meilleur,
      Jean-Michel Valantin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR