En avril 2016, certains pays importants du Moyen-Orient producteurs de pétrole, comme les Émirats arabes unis, le Koweït et l'Iran, étaient présents parmi les représentants de plus de 155 pays se rendant à l'ONU à New York pour ratifier l'accord international sur le climat négocié lors de la COP 21 de Paris ("UAE vows to make climate deal work", The National UAE, 23 avril 2016). Moins d'un mois plus tard, de l'Amérique du Nord à la Russie, des lieux particulièrement vulnérables au changement climatique sont secoués par d'immenses feux de forêt. Parmi ces événements météorologiques extrêmes, figure en bonne place le méga-incendie qui dévaste la région de Fort Mc Murray, dans l'État de l'Alberta au Canada (Bryan Alary, "Fort Mc Murray blaze among "most extreme" of wild fires says researcher", Phys.org, mai....

La partie restante de cet article est destinée à notre membres. Assurez-vous d'obtenir de vraies analyses et non des opinions ou, pire, de fausses nouvelles. Devenez l'un de nos membres et accédez à cet article. Log in si vous êtes membre.

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et sécurité de la Société d'analyse (équipe) rouge. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

FR