Impact sur les enjeux et les incertitudes

? Les décisions et les actions des États-Unis concernant la région et notamment la Syrie ; la perception de la Turquie et les actions qui en découlent concernant la région et notamment le règlement de paix en Syrie ; la perception du Hezbollah comme une menace pour la survie (incertitudes)

(par rapport aux précédents rapports signal)  (conflit au Yémen) Perception saoudienne de l'expansion iranienne et de la menace qui en résulte

Déstabilisation du Liban
(selon l'interview de l'armée israélienne) L'influence du Hezbollah au Liban

➘ ➃ Conflit au Yémen : perspectives d'un début de déconflit

La guerre en Syrie
Des négociations diplomatiques difficiles pour la paix en Syrie

(par rapport aux précédents rapports signal) L'Iran actualise le croissant chiite vers la mer Méditerranée
 (par rapport aux précédents rapports signal) Influence de l'Iran
➘ une nouvelle expansion de l'influence iranienne (en supposant que l'Iran le souhaite)

 (par rapport aux précédents rapports signal) Menace pour Israël

➘➘  (par rapport aux précédents rapports signal) Tension au Moyen-Orient

L'influence de la Chine dans la région et dans le monde
➙ ? (par rapport aux précédents rapports signal) L'influence de la Russie
➙ ? (par rapport aux précédents rapports signal) L'influence américaine
  (par rapport aux précédents rapports signal) L'influence de la France

Un nouvel état des lieux se dessine au Moyen-Orient, qui redessine la toile d'influence régionale, suite à la victoire militaire sur l'État islamique en Irak et en Syrie et aux négociations concomitantes et connexes pour la fin de la guerre en Syrie. Au niveau mondial, le jockeys qui se déroule actuellement au Moyen-Orient et ses résultats auront également des conséquences car ils auront un impact sur la perception des acteurs mondiaux, ainsi que sur l'influence et donc les capacités.

A la mi-novembre 2017, l'Iran semble avoir atteint son objectif d'établir un croissant chiite de l'Iran à la mer Méditerranée. De plus, l'Iran semble maintenant avoir réussi à devenir une puissance régionale majeure, voire la plus influente. La Russie a affirmé sa position de grande puissance au Moyen-Orient, tandis que les États-Unis ont vu leur influence s'effriter, notamment en Irak, un processus entamé sous la présidence Obama.

La situation continue d'évoluer alors que les différents pays de la région, ici l'Arabie Saoudite et Israël, agissent pour que leurs intérêts soient au minimum pris en compte et protégés, et au mieux pour essayer de tourner l'état actuel des choses à leur avantage. En attendant, la Chine, en tant que grande puissance mondiale montante, voire superpuissance, entre également en lice.

Dans ce cadre, le 16 novembre 2017, trois importantes "les événements diplomatiques". a eu lieu (voir les sources ci-dessous).

Le premier président chinois Xi Jinping et le roi Salman d'Arabie Saoudite ont discuté au téléphone. Xi Jinping a souligné que "la détermination de la Chine à approfondir la coopération stratégique avec l'Arabie Saoudite ne faiblira pas, quelle que soit l'évolution de la situation internationale et régionale". Le président chinois a également ajouté que "la Chine soutient les efforts de l'Arabie saoudite pour sauvegarder la souveraineté nationale et réaliser un plus grand développement". Compte tenu des bonnes relations de la Chine avec l'Iran, il s'agit d'une déclaration chinoise forte qui assure l'Arabie saoudite que la Chine ne prendra pas parti, même si la situation régionale devait encore s'aggraver. La déclaration chinoise peut même être lue comme un avertissement à l'Iran de ne pas menacer la souveraineté nationale de l'Arabie saoudite. En cela, la Chine peut être considérée comme un acteur stabilisateur dans la région. L'Iran et l'Arabie saoudite sont en effet tous deux essentiels pour la Chine, non seulement dans le cadre de son initiative "Belt and Road", mais aussi et surtout en tant que fournisseurs d'énergie, sans parler de la volonté très probable de détrôner le dollar en tant que monnaie mondiale suprême (voir l'article du 20 novembre à venir sur le système des pétrodollars).

Pendant ce temps, le chef de cabinet israélien, le lieutenant général Gadi Eisenkot a accordé "une interview sans précédent au journal saoudien" Elaph (Haaretz voir ci-dessous). Sans surprise, Eisenkot y a qualifié l'Iran de "menace réelle et la plus importante pour la région", a souligné que "l'Iran cherche à prendre le contrôle du Moyen-Orient, en créant un croissant chiite du Liban à l'Iran et ensuite du Golfe [persique] à la mer Rouge", et que "nous devons empêcher que cela se produise". Il a salué la politique de la nouvelle présidence Trump dans la région, en soulignant que "les États-Unis tentent de renforcer et de soutenir l'axe sunnite modéré dans la région sans faire appel à des troupes [américaines] ou à des combats sur le terrain".

Concrètement, Eisenkot a déclaré que "Nous [Israël] sommes prêts à échanger des informations avec les pays arabes modérés, y compris des informations de renseignement afin de traiter avec l'Iran".

Cependant, il a également fixé des limites à ce qu'Israël était prêt à faire. Israël n'avait pas l'intention d'initier un conflit au Liban contre le Hezbollah, alors qu'il a "mis en garde ... que des flambées locales pourraient "conduire à un large conflit stratégique". Il a ensuite souligné un affaiblissement du Hezbollah au Liban.

Ensuite, Eisenkot a souligné à nouveau qu'Israël avait une "politique à long terme de ne pas s'impliquer dans le conflit syrien"... tant qu'il n'y avait pas de "tentative de nuire à nos frères druzes". Il a réitéré les demandes d'Israël concernant la nécessité pour le Hezbollah et l'Iran de quitter la Syrie, soulignant que "nous n'accepterons pas la consolidation iranienne en Syrie en général, et leur concentration à l'ouest de la route Damas-Suède [à environ 50 kilomètres de la frontière israélienne sur le plateau du Golan]. Nous ne permettrons aucune présence iranienne, nous les avons mis en garde contre la construction d'usines ou de bases militaires et nous ne le permettrons pas".

Les déclarations d'Eisenkot sont, entre autres, une réponse officielle et publique à la très possible intention saoudienne d'arrêter l'Iran et d'agir contre le Hezbollah, comme l'a exprimé le ministre saoudien des affaires étrangères Adel Jubeir dans une interview avec Reuter. Jubeir y a souligné que " (les Iraniens) sont ceux qui agissent de manière agressive. Nous réagissons à cette agression et disons : "Assez, c'est assez". Nous n'allons plus vous laisser faire". Il a ajouté, comme l'a résumé Reuters, que "l'Arabie saoudite consultait ses alliés sur les moyens de pression à utiliser contre le groupe chiite libanais Hezbollah - un allié iranien - pour mettre fin à sa domination sur la petite nation méditerranéenne et à son intervention dans d'autres pays".

Cependant, compte tenu de la déclaration d'Israël, le Liban n'apparaît pas comme un théâtre d'opérations réaliste pour arrêter ou contrôler l'influence de l'Iran. Israël semble même suggérer une sorte de laissez-faire, qui apaiserait la situation là-bas. Si les Saoudiens prêtent attention à Israël, compte tenu également de l'évolution de la crise libanaise (voir précédent signal), l'Iran ne semblant pas avoir jusqu'à présent versé de l'huile sur le feu, il est probable que la situation se tasse au Liban.

En Syrie, compte tenu de l'état des lieux sur le terrain (voir carte ci-dessous), il reste difficile de voir des actions "d'influence anti-iranienne" autres que des négociations de paix difficiles être entreprises, sauf si les Etats-Unis étaient prêts à changer d'ennemi, ce qui ne semble pas aussi probable. Mais "peu probable" ne signifie pas "impossible".

Reste le Yémen, où la position de la Chine ajoutée à la volonté d'Israël de partager des informations pourrait agir comme une influence stabilisatrice sur le conflit, sans oublier, bien sûr, de tenir compte de la volonté des acteurs locaux.

Ainsi, ce qui semble émerger est un Moyen-Orient stabilisé, avec une influence iranienne plus forte, qui serait tenue en échec par les puissances mondiales.

Le sentiment potentiel de menaces et de dangers pour la survie ressenti par le Hezbollah doit également être surveillé de près car il peut engendrer une plus grande instabilité.

La manière dont le conflit syrien sera réglé et s'il l'est du tout, comme il ne faut pas non plus oublier l'intérêt de la Turquie, sera probablement déterminante.

 

Xi s'engage à coopérer de manière inébranlable dans un appel téléphonique avec le roi saoudien Salman - Global Times

La détermination de la Chine à approfondir la coopération stratégique avec l'Arabie Saoudite ne faiblira pas, quelle que soit l'évolution de la situation internationale et régionale, a déclaré le président chinois Xi Jinping au roi saoudien Salman bin Abdulaziz Al Saud lors de sa conversation téléphonique avec le dirigeant jeudi.

Le chef militaire israélien accorde une interview sans précédent aux médias saoudiens : L'Iran est la plus grande menace pour le Moyen-Orient

Dans un geste sans précédent, un journal saoudien a publié jeudi une interview du chef militaire israélien, le lieutenant général Gadi Eisenkot. C'est la première fois qu'un chef d'état-major israélien est interviewé par un média du royaume, qui n'a pas de liens diplomatiques avec Israël.

Le ministre saoudien des affaires étrangères le dit à l'Iran : "Assez, c'est assez".

RIYADH (Reuters) - Le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel Jubeir a déclaré jeudi que les actions du royaume au Moyen-Orient étaient une réponse à ce qu'il a appelé l'agression iranienne, et a laissé entendre qu'il y aurait une action future contre le Hezbollah libanais. Rivaux de longue date, Riyad et Téhéran se disputent le pouvoir sur plusieurs fronts dans la région, notamment au Yémen et au Liban.

null

null

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR