Cet article examine la manière dont le réchauffement des océans exerce une pression croissante sur la sécurité alimentaire et l'économie. Il fait suite à "La marine américaine face à l'insécurité liée au changement climatique". (Jean-Michel Valantin, 15 juin 2018), où nous nous sommes concentrés sur le changement climatique et océanique actuel qui devient une menace stratégique majeure, en raison de la montée rapide du niveau des océans. Cependant, comme nous allons le détailler ici, la menace du changement océanique a également d'autres dimensions.

En effet, l'augmentation rapide des niveaux de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, dont le CO2, qui a déclenché le changement climatique, acidifie également l'eau de mer.Indicateurs de changement climatique : Acidité des océans", Agence américaine de protection de l'environnement, 2016). Ce processus se combine avec les impacts chimiques et biologiques de la pollution industrielle et agricole terrestre, qui mettent en danger les pêcheries, composantes essentielles des ressources alimentaires de façades maritimes entières. Ces changements ont des conséquences géopolitiques directes, car ils impactent l'équilibre géophysique le plus fondamental sur lequel sont construites les sociétés humaines et les relations internationales( Lincoln Paine, Ta mer et la civilisation, une histoire maritime du monde, 2013).

Baie du Bengale, réchauffement de l'océan, menace, stratégie, ressources alimentaires, acidification, Red (Team) Analysis Society, analyse des risques, géopolitique

Cette menace ne peut être comprise qu'à travers l'échelle du changement planétaire actuel. Le problème stratégique majeur lié à cette nouvelle ère est que le présent et le futur planétaires sont désormais dominés par des dynamiques complexes de changement global, signaux de la nouvelle et actuelle époque géologique nommée "Anthropocène", c'est-à-dire l'époque géologique définie par les conséquences du développement humain, qui crée son propre signal stratigraphique (Jean-Michel Valantin, "Les règles de la crise planétairePartie 1 et Partie 2 2", The Red Team Analysis Society, le 25 janvier 2016 et le 15 février 2016). A cet égard, la crise planétaire est devenue un important générateur de friction, c'est-à-dire, selon Clausewitz, un système de pression et de contrainte. Cette " friction planétaire " s'exerce sur tout type d'activité liée à l'océan.

réchauffement de l'océan, menace, stratégie, ressources alimentaires, acidification, Red (Team) Analysis Society, analyse des risques, géopolitique

Ces changements globaux doivent être compris pour ce qu'ils sont, c'est-à-dire un lien étrange entre l'état actuel des sociétés et de la mondialisation et un nouvel état émergent de changement permanent de l'environnement planétaire. En d'autres termes, l'océan dont dépend notre monde globalisé est en train de devenir une matrice de menaces stratégiques.

Dans un premier temps, nous verrons comment les changements océaniques ont commencé à menacer les ressources alimentaires dans l'océan Indien occidental. Dans une seconde partie, nous nous intéresserons à la dimension économique de l'océan, à travers les conséquences de l'intensification des événements climatiques et océaniques extrêmes. Enfin, nous nous interrogerons sur les conséquences stratégiques de l'évolution dangereuse de la relation entre le développement humain et l'océan mondial.

Le réchauffement de l'océan, une menace massive pour les ressources

L'élévation du niveau des océans, l'augmentation du rythme et de l'intensité des événements climatiques et météorologiques liés aux océans, l'acidification de l'eau de mer et les réactions à la pollution des terres agricoles et industrielles constituent un lien planétaire. Ce lien menace à la fois l'extraction des ressources alimentaires et la stabilité sociale, économique et politique des littoraux. La nature de la menace de ce processus est particulièrement alarmante compte tenu de l'ampleur gigantesque de certaines de ces crises.

Comme nous l'avons vu dans Les règles de la crise planétaire (2) (L'analyse rouge (équipe), 15 février 2016), une crise gigantesque pourrait bien se dérouler actuellement dans le pourtour de l'océan Indien occidental. Une étude montre qu'une perte alarmante de plus de 30% du phytoplancton dans l'océan Indien occidental a eu lieu au cours des 16 dernières années (Koll Roxy et al., "Une réduction de la productivité primaire marine due au réchauffement rapide de l'océan Indien tropical”, Publications de l'AGU, 19 janvier 2016). Cette perte est très certainement due au réchauffement accéléré des eaux de surface, où vit le phytoplancton. Ce réchauffement bloque le mélange des eaux de surface avec les eaux souterraines plus profondes et plus froides, d'où proviennent les nutriments du plancton - nitrates, phosphates et silicates - qui restent bloqués (K. S. Rajgopal, "Le phytoplancton de l'océan Indien occidental touché par le réchauffement”, L'hindouisme29 décembre 2015).

Océan indien, réchauffement de l'océan, menace, stratégie, ressources alimentaires, acidification, Société d'analyse (équipe) rouge, analyse des risques, géopolitique

Le problème est que le plancton est la base de toute la chaîne alimentaire de l'océan (Callum Roberts, L'océan de la vie, le destin de l'homme et de la mer, 2012). Par exemple, les chercheurs ont dévoilé qu'il y a un déclin massif des bancs de poissons près des côtes kenyanes et somaliennes. Ces déclins ne sont pas seulement le résultat de la surpêche, mais aussi les conséquences de la combinaison de cette pratique avec la perte de plancton (David Michel et Russel Sticklor, "Plenty of fish in the sea ? La sécurité alimentaire dans l'océan Indien",  Le diplomate24 août 2012). Cette tendance risque fort de se prolonger dans un avenir prévisible, en raison du réchauffement des océans dû au changement climatique, et va modifier l'ensemble de l'océan Indien, avec le risque de transformer cet océan biologiquement riche en un "désert écologique" (Amantha Perera, "Le réchauffement de l'océan Indien pourrait être un "désert écologique", mettent en garde les scientifiques”, Reuters19 janvier 2016).

Cela signifie que le déclin de la vie marine dû au changement climatique anthropique constitue une menace directe pour la sécurité alimentaire de l'ensemble de l'écosystème de l'océan Indien occidental, et donc pour la vie des populations des sociétés d'Afrique de l'Est - c'est-à-dire l'Afrique du Sud, le Mozambique, la Tanzanie, le Kenya, la Somalie, l'Éthiopie, ainsi que les archipels tels que les Comores, les Maldives, les Seychelles, Madagascar, Maurice, Mayotte - et pour leurs économies (Johan Groeneveld, "L'océan Indien occidental comme source de nourriture", dans le rapport sur l'état régional de la côte : Océan Indien occidental, Chapitre : Chapitre 20, Editeur : Convention PNUE-Nairobi et WIOMSA1er mai 2015). Cela a toutes les chances de se produire malgré le développement rapide de la pisciculture, qui induit sa propre cascade de problèmes (Michel et Sticklor, ibid).

La crise du plancton et des produits alimentaires de la mer est particulièrement inquiétante compte tenu des profondes inégalités économiques et sociales que connaît la région, et des tensions politiques, confessionnelles et militaires qui en découlent, par exemple au Kenya et en Somalie (Jean-Michel Valantin, "La piraterie somalienne : un modèle pour la vie de demain dans l'Anthropocène ?”, The Red Team Analysis Society, 28 octobre 2013 ). Cela signifie que, de nos jours, une crise géante de la biodiversité et de la géophysique se déroule à une échelle telle qu'elle concerne de nombreux pays et des dizaines de millions de personnes en même temps. De plus, elle se combine avec les crises politiques et stratégiques actuelles.

Image satellite de l'Inde, réchauffement de l'océan, menace, stratégie, ressources alimentaires, acidification, Red (Team) Analysis Society, analyse des risques, géopolitique

Depuis la découverte de cette zone morte géante, et comme cela avait été prévu dans Les règles de la crise planétaire (2)la situation chimique et biologique de l'océan Indien n'a cessé de se détériorer, en raison de la multiplication de deux autres zones mortes géantes dans l'océan Indien (Harry Pettit,L'océan s'étouffe' : Une zone morte mortelle pour les poissons se développe dans la mer d'Arabie - et elle est déjà plus grande que l'Écosse"., Courrier en ligne, 27 avril 2017 . L'un d'eux a été identifié dans le golfe d'Oman et menace la vie marine. et la pêche dans cette partie de la mer d'Oman. Un autre géant, qui s'étendrait enfin sur 60 000 km carrés, a été découvert dans la baie du Bengale, et menace les ressources alimentaires des 200 millions de personnes installées sur le littoral des huit pays qui entourent la baie (Amitav Gosh et Aaron Savion Lobo, "Baie du Bengale : l'épuisement des stocks de poissons et l'énorme zone morte annoncent un point de basculement"., The Guardian, 31 janvier 2017) . En d'autres termes, les changements climatiques et océaniques menacent directement la sécurité alimentaire de des centaines de millions de personnes en Afrique, dans la région de la mer d'Arabie et en Asie du Sud.

En fait, il faut se rappeler que la montée de la piraterie somalienne au début de ce siècle a été largement déclenchée par l'épuisement de la pêche somalienne et que la transformation des pêcheurs en pirates s'est avérée être un moyen efficace pour les communautés littorales menacées de s'adapter à leurs nouvelles conditions socio-environnementales dangereuses de vie (et de mort) (Andrew Palmer, Les nouveaux pirates : La piraterie mondiale moderne, de la Somalie à la mer de Chine méridionale., 2014).

Les littoraux et l'économie en état de siège

Une autre dimension de la menace des changements océaniques est la façon dont elle met littéralement en "état de siège économique" les littoraux. En effet, les littoraux sont à la fois l'espace le plus attractif en raison de leur développement économique et l'interface entre les pays séparés par l'océan. Ces régions sont fortement impactées par la montée des eaux et par la montée en puissance et en violence des événements climatiques extrêmes.

Ouragan Harvey, réchauffement de l'océan, menace, stratégie, ressources alimentaires, acidification, Société d'analyse (équipe) rouge, analyse des risques, géopolitique

Prenons l'exemple des États-Unis et des catastrophes gigantesques provoquées par l'ouragan Harvey au Texas entre le 25 août et le 2 septembre 2017. "Harvey a tué 68 personnes et provoqué d'immenses dégâts, dont le coût s'élève à 125 milliards de dollars, ce qui en fait l'ouragan le plus coûteux après Katrina, qui a détruit la Nouvelle-Orléans en 2005 et a coûté 161 milliards de dollars.L'ouragan en bref Coûts”, Le Bureau de gestion des zones côtières de l'Agence nationale océanique et atmosphérique (ANOA) et Institut d'information sur les assurances, 2018). Ces seuls dommages exercent une pression massive sur les activités économiques et sur le secteur de l'assurance, en raison des destructions directes infligées aux infrastructures, aux villes, aux habitations, aux champs et aux industries.

À ces coûts, il faut ajouter ceux des réparations, de l'interruption des activités et de la désintoxication rendue nécessaire par le déversement massif de produits chimiques industriels et d'eaux usées (Erin Brodwin et Jake Canter, "Une usine chimique a explosé à deux reprises après avoir été inondée par Harvey - mais ce n'est pas encore fini”, Initié aux affaires, 30 août 2017). Ces coûts humains et économiques sont multipliés pour considérer ceux encourus par Houston et l'ensemble de l'État du Texas, ainsi que par la Louisiane durant la même semaine. Il faut également rappeler que de nombreuses opérations d'extraction et de transaction de pétrole ont été suspendues, et impactent donc les entreprises impliquées dans ces activités (Matt Egan et Chris Isidore, "La tempête tropicale Harvey menace le centre énergétique vital du Texas”, CNN Money, 26 août 2017).

Inondations et dommages causés par l'ouragan Harvey, réchauffement de l'océan, menace, stratégie, ressources alimentaires, acidification, société d'analyse (équipe rouge), analyse des risques, géopolitique

Si nous examinons uniquement les comtés côtiers de Harris et Galveston au Texas, par exemple, nous constatons que "L'ouragan Harvey a endommagé au moins 23 milliards de dollars de biens..." (Reuters, Fortune, 30 août 2017). 26% de cette somme est la valeur du terrain, le reste étant constitué par des dizaines de milliers de maisons, bâtiments et infrastructures. Certains d'entre eux étaient assurés mais beaucoup plus ne l'étaient pas, ce qui signifie que, potentiellement, des millions de personnes se sont retrouvées brutalement projetées dans des situations très précaires. ("Calcul des coûts massifs de Harvey pour les victimes, les assureurs, les contribuables et l'économie“, Journal des assurances, 31 août 2017).

À ces coûts énormes se sont ajoutés ceux résultant des lourds dégâts causés par l'ouragan géant Irma en Floride et dans les Keys aux infrastructures, aux villes, aux entreprises et à l'agriculture, notamment à la production d'oranges (Berkeley Lovelace Jr, "ILe rma pourrait être "la goutte d'eau qui fait déborder le vase" pour l'industrie des oranges de Floride, selon un expert en matières premières”, CNBC, 8 septembre 2017). (Rob While, "Les coûts estimés des ouragans Irma et Harvey sont déjà plus élevés que ceux de Katrina”, Argent11 septembre 2017).

Ouragan Harvey, réchauffement de l'océan, menace, stratégie, ressources alimentaires, acidification, Société d'analyse (équipe) rouge, analyse des risques, géopolitique

Au total, la saison des ouragans 2017 a bien coûté plus de 220 milliards de dollars de dommages économiques. Sur ce total, 80 milliards ont été supportés par le secteur de la réassurance (Matt Sheehan, "Les ouragans Harvey, Irma et Maria ont coûté aux réassureurs $80 milliards : Prévision de l'impact », Nouvelles de la réassurance, 5 avril 2018). En d'autres termes, les événements météorologiques extrêmes liés à l'océan de la fin de l'été 2017 ont porté un coup massif aux États-Unis sur le plan économique, social, infrastructurel et humain.

Le lien avec le chaos : ouvrir une fenêtre sur l'avenir

Le cas de l'océan Indien occidental et les cas Harvey et Irma sont quelques exemples parmi d'autres de la réalité émergente définie par l'installation des sociétés contemporaines sur la "Terre défiante" de l'ère de l'Anthropocène (Clive Hamilton, Terre de défi, Le sort des humains dans l'Anthropocène, 2017). Le changement océanique se définit par la manière dont ses paramètres thermiques, chimiques, biologiques et volumétriques évoluent et deviennent hostiles aux formes actuelles de développement infrastructurel, économique, social et humain. En d'autres termes, tous les pays du monde, non seulement ceux qui sont directement liés à l'océan, mais aussi ceux qui se trouvent dans l'arrière-pays des pays voisins ayant une façade de mesa, sont littéralement liés au chaos croissant du climat et de la montée des océans.

En termes stratégiques, cela signifie que l'océan devient un facteur planétaire potentiel et un moteur de violence. Il prive d'immenses populations d'une grande quantité de nourriture par son propre effondrement biologique complexe. Il a un impact direct, répété et sans fin sur les infrastructures. Il constitue donc une menace sociale pour les communautés littorales et tous les enjeux qui s'y rattachent. Nous sommes confrontés à des questions allant de la durabilité du développement du littoral à la survie même de populations entières. L'étude du développement actuel des zones mortes dans l'océan Indien et de leurs conséquences sur la sécurité alimentaire, ainsi que des coûts infrastructurels et financiers des ouragans tels que Harvey, ouvre une fenêtre sur un avenir à court et moyen terme où les forces du changement climatique océanique assiégeront et mettront en danger les différentes formes de développement humain ainsi que la cohésion sociale, économique et politique.

En d'autres termes, la violence issue du changement des océans exige de nouveaux moyens de contrôler la violence sur une planète en mutation qui se lie au chaos. Ce phénomène émerge alors que la relation entre l'intelligence artificielle et la sécurité commence à être explorée (Jean-Michel Valantin, "La révolution chinoise de l'intelligence artificielle”, The Red Team Analysis Society et Hélène Lavoix, "Intelligence artificielle, puissance de calcul et géopolitique" (2)Le Red Team Analysis Society, le 13 novembre 2017 et le 25 juin 2018, ou plus généralement notre série en cours sur l'intelligence artificielle : L'intelligence artificielle du futur - Un monde en puissance).

En d'autres termes, l'intelligence artificielle sera-t-elle un moyen d'injecter une certaine mesure de contrôle dans le chaos planétaire qui se dessine ?

Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et Géopolitique de la Société d'analyse (équipe) rouge. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie de l'environnement et de l'intelligence artificielle.

Image en vedette : ISS-52 Hurricane Harvey par NASA/Randy Bresnik [Domaine public], via Wikimedia Commons.

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et sécurité de la Société d'analyse (équipe) rouge. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR