Le temps consacré à la prévision et à l'alerte stratégiques est un problème crucial, comme le souligne le document "Le temps de la prospective stratégique et de la gestion des risques". et a souligné dans "Les caractéristiques d'Everstate“.

Il nous faudra encore beaucoup d'efforts et de recherches avant d'obtenir des délais détaillés, appropriés et réalisables - et cela sans même envisager actualité.

Pour les Chroniques d'Everstate, nous avons cherché une façon intéressante de présenter le temps, compte tenu de notre connaissance et de notre compréhension très imparfaites du "temps historique".

Une des solutions possibles était de situer les Chroniques dans un temps très éloigné. C'est la première option que nous avons explorée, pour commencer nos scénarios dans une année imaginaire 5230. Cependant, compte tenu des associations mentales inconscientes ou conscientes que les lecteurs pouvaient faire pour une telle année, ainsi que des possibles développements historiques très réels sur la planète Terre, cela n'était pas satisfaisant.

Une deuxième solution explorée, était d'utiliser un calendrier moins précis tel que l'avenir proche et l'avenir lointain. C'était également décevant car nous perdions alors le bénéfice d'une chronologie, aussi imparfaite soit-elle, et de séquences lorsqu'elles sont cruciales en termes de politiques et de réponses.

La meilleure solution* était de rester fidèle à notre méthodologie. Comme nous avions créé un État-nation moderne imaginaire, nous avons créé le temps imaginaire correspondant, Evertime : un temps qui reflète le nôtre comme dans une dimension parallèle, mais avec une imprécision des dates.

L'utilisation d'années reflétant plus ou moins les nôtres pourrait également nous aider à identifier avec le recul ce qui peut être amélioré et pourquoi. Ainsi, la méthodologie et l'analyse peuvent en bénéficier.

Les Chroniques de l'Everstate ont donc débuté en 2011 EVT (EVT étant l'acronyme de Evertime).

————

*Cette solution a été trouvée lors d'un brainstorming avec notre directeur artistique, Jean-Dominique Lavoix-Carlià qui je suis vraiment redevable d'avoir aidé cette idée à émerger. Cela souligne, une fois de plus, l'intérêt d'un brainstorming auquel participent des personnes venant d'horizons très différents et variés.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

Rejoindre la conversation

7 commentaires

  1. Je me demande si revenir en arrière comme ça est une idée crédible. Je ne comprends pas ce qui ne va pas avec le temps réel, c'est que les analystes ont besoin d'un délai prévisible.

    1. Je ne suis pas sûr de comprendre ce que vous entendez par "revenir en arrière"... Si c'est pour changer ce que j'ai publié hier, cela fait partie de la science ou devrait faire partie de toute analyse d'ailleurs - pour toujours douter et essayer d'obtenir une meilleure compréhension et remettre en question nos propres hypothèses par la falsification, plutôt que de chercher des confirmations. C'est aussi l'inconvénient de la façon dont je travaille sur les Chroniques de l'Everstate, je travaille et j'écris sur la question tout en publiant, bien que le modèle principal et la méthodologie aient été conçus, finalisés et testés il y a quelques mois. Néanmoins, mes idées évoluent avec la pratique et le temps .
      Si c'est lié au calendrier, je ne reviens pas en arrière, je crée simplement un autre calendrier.
      En fait, il n'y a rien de mal au temps réel, c'est juste qu'il n'y a pratiquement pas de recherche faite - à ma connaissance - sur la composante temporelle des événements et des dynamiques en sciences sociales : si nous regardons, par exemple, les révolutions ou les guerres, nous ferons des recherches sur le pourquoi, le comment, le quoi, mais pas en relation avec le temps. En conséquence, je n'ai pas pu entrer dans mon modèle des temps précis et aussi scientifiquement fondés que possible. Ainsi, Evertime est aussi un moyen d'avertir le lecteur à ce sujet.
      Oui, avoir un calendrier précis est crucial en termes de prévision et d'alerte stratégiques car, en fin de compte, nous le faisons pour permettre aux décideurs et aux responsables politiques (et à quiconque) de prendre des décisions dans le présent concernant l'avenir. Ce que nous décidons de faire et quand nous le faisons varie en fonction du calendrier... un exemple très précoce de SF&W est le moment où les prêtres ont donné le signal de commencer à planter des cultures, puis le moment de les récolter. En fait, on peut se demander si une décision peut vraiment être séparée de son calendrier ?

  2. Cela semble certainement être une approche efficace. Elle offre à la fois le confort immédiat du "temps présent", mais ne nous contraint pas aux circonstances actuelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR