Image de crédit : Henri Kissinger, 5 novembre 19 Conférence NSCAI, @MignonClyburn

Le Commission nationale de sécurité pour l'intelligence artificielle Le rapport intermédiaire, publié le 4 novembre 2019, est un document incontournable pour tous ceux qui s'intéressent aux relations internationales, à la géopolitique et à la sécurité nationale et internationale. Toutes les personnes concernées doivent considérer la position américaine, la prospective stratégique, et maintenant l'IA comme un élément de pouvoir.

Un signal pour la réponse américaine à venir

La Commission de sécurité nationale semble bénéficier d'un très large soutien, allant du soutien bipartite au pouvoir exécutif (la Maison Blanche) et au soutien de l'administration par le biais des intérêts déclarés des entreprises, des finances et de la société civile (voir le message du président et du vice-président). Cependant, la Commission, ainsi que d'autres partisans d'une politique sur l'IA, sont également confrontés à des défis, des ennemis et des factions.

Par conséquent, nous pouvons considérer que les productions de la Commission illustrent au moins un large éventail de convictions américaines sur la question. Cela ne signifie pas que les batailles et les voix dissidentes n'existeront pas. Cependant, nous supposons que ce rapport représente un ensemble commun émergent de croyances collectives.

En conséquence, le rapport, même dans un format provisoire, préfigure non seulement une vision, une stratégie et des politiques, mais aussi, très probablement, un effort à l'échelle du pays. Leur forme finale sera le résultat des batailles qui entoureront la question.

L'émergence d'une mentalité américaine sur l'IA et la sécurité nationale en trois points

Le début du rapport présente les objectifs et l'état d'esprit de la Commission. Il s'ouvre sur ces lignes :

"La convergence de la révolution de l'intelligence artificielle et la réémergence de la concurrence des grandes puissances doit focaliser l'esprit américain. Ces deux facteurs menacent le rôle des États-Unis en tant que moteur de l'innovation dans le monde et la supériorité militaire américaine. “

p.6

Nous y voyons trois points majeurs mis en évidence, sur lesquels le reste du rapport s'appuiera ensuite.

Un impératif moral pour rester la première puissance

Premièrement, les États-Unis n'ont nullement l'intention d'abandonner leur position de supériorité. Comme nous l'avons identifié à l'aide du rapport quadriennal de la communauté américaine du renseignement Tendances mondialesLes États-Unis veulent rester la seule superpuissance (voir Hélène Lavoix, Quel déclin américain ? Le point de vue du Conseil national du renseignement américain partie 1, 2 et de 3). Cela est perçu comme un impératif non seulement pour les États-Unis mais aussi comme un devoir moral pour un plus grand bien mondial (Ibid. pour les références à l'ensemble des travaux sur le sujet).

L'IA, un élément crucial du pouvoir et un enjeu pour le pouvoir

Deuxièmement, l'intelligence artificielle est aujourd'hui un élément majeur, fondamental et crucial du pouvoir et un enjeu géopolitique. C'est pourquoi nous nous concentrons sur IA - et technologies quantiques. Ce sont là des composantes essentielles de notre avenir. Ce sont donc des facteurs en termes de prospective stratégique pour la sécurité nationale et internationale.

Comme cela est répété dans le rapport,

Le développement de l'IA va déterminer l'avenir du pouvoir.

p.9

La realpolitik est de retour

Enfin, la vision du monde qui prévaut dans les relations internationales est revenue d'une conception néolibérale hégémonique du monde à la realpolitik.

C'est le retour de l'intérêt national et de la politique de pouvoir. Stiglitz a souligné ce changement dans un article récent (4 novembre 2019) sur Syndicat de projet, intitulé à juste titre "La fin du néolibéralisme et la renaissance de l'histoire“.

La présence d'Henri Kissinger à la conférence organisé pour le lancement du rapport est un signal de plus dans cette direction.

Un sentiment de menace croissant

En conséquence, tous ces éléments conduisent à la montée d'un sentiment de menace, au cas où les États-Unis en viendraient à ne pas être à la tête de l'AI :

Sans un renversement des tendances actuelles, les États-Unis pourraient perdre, au cours de la prochaine décennie, leur statut de base principale pour la recherche, le développement et l'application de l'IA au niveau mondial. Si les progrès technologiques et l'adoption de l'IA ailleurs dépassent ceux des entreprises américaines et du gouvernement américain, le désavantage qui en résulte pour les États-Unis pourrait mettre en danger la sécurité nationale américaine et la stabilité mondiale.

p.18

Nous retrouvons, dans les derniers mots de la phrase, la composante morale et le sentiment de responsabilité mondiale bien connus qui caractérisent la politique étrangère américaine (Ibid.).

La Chine est désignée comme le principal "défi". Il est intéressant de noter qu'elle n'est pas étiquetée comme une menace. En effet, la Commission veut également souligner l'enchevêtrement complexe du monde.

Téléchargez et lisez le rapport dans son intégralité :

Nov 2019 Rapport intérimaire - Commission de sécurité nationale américaine sur l'intelligence artificielle

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR