L'étrange cas du rapport de disparition

En août 2019, le Centre pour le climat et la sécurité a publié un article sur une publication récente de l'U.S. Army War College. Le document, intitulé "Implications of Climate change for the U.S. Army", ne peut cependant plus être consulté sur le site web de l'U.S. Army War College.publicationspage " de l'U.S. Army War College.

Les ravisseurs du document (pas si) perdu

La version affichée par le Centre pour le climat et la sécurité n'a ni avant-propos, ni lettre de mise en service, ni date de publication. Cependant, selon le CCS, il aurait été "commandé par le général Mark Milley, alors chef d'état-major de l'armée (qui est maintenant le président des chefs d'état-major conjoints)". Une recherche rapide sur Internet nous permet de trouver le rapport cité dans quelques articles et publié en version pdf dans des revues sur Internet, telles que Vice et Mécanique populaire. Pourtant, on ne le trouve pas sur les sites web officiels du ministère de la défense.

L'étrange cas de ce document "quantique", c'est-à-dire qui n'est pas en même temps, nous rappelle la diffusion non officielle "fuyante" du rapport du Pentagone "Un scénario de changement climatique brutal et ses conséquences pour la sécurité nationale des États-Unis", auteur de l'Office d'évaluation des réseaux ( Jean-Michel Valantin, "Le choc climatique et la sécurité nationale des États-Unis”, La société d'analyse Red (Team), 17 mars 2014).

Malgré le caractère atypique de son apparence, ce rapport est très intéressant, dans la mesure où il est rédigé par des militaires et des chercheurs, sur la base d'un corpus dense de documents de recherche publiés par des organisations de sécurité civile et nationale depuis 2003, et pour le chef d'état-major. Il ouvre ainsi une fenêtre sur la façon dont l'armée américaine envisage le changement climatique.

Le changement climatique, une question de survie nationale

Le document de l'U.S. Army War College "Implications of climate change for the U.S. Army" est un appel à la préparation militaire en temps de changement climatique comme une menace stratégique massive.

Dans les mots mêmes de ses auteurs,

" ... , si le changement climatique se produit et que nous choisissons de ne rien faire, nous nous exposons à une catastrophe, même si nous ne pouvons pas savoir à quel point les résultats seraient catastrophiques ... Une gestion prudente des risques suggère donc que nous devrions nous efforcer d'éviter les résultats catastrophiques et de nous préparer au changement climatique et de l'atténuer. Sur la base de cet argument, ce rapport accepte comme hypothèse de base la réalité du changement climatique et du réchauffement planétaire lié au changement climatique, et se concentre donc sur ce que l'armée devrait faire pour se préparer".

Politique de survie

Ce rapport est à la fois un document potentiellement programmatique et un signal. Il pourrait exprimer la façon dont l'armée américaine se prépare à être un acteur et une organisation de défense en temps de crise climatique. En tant que tel, il pourrait être une déclaration politique très puissante, car il définit les différentes formes de vulnérabilité climatique des États-Unis.

Il souligne également la façon dont le changement climatique est sur le point de transformer profondément les missions et le modus operandi de l'armée américaine. En effet, il pourrait transformer l'utilisation historique de cette dernière comme force expéditionnaire en une force de défense américaine continentale. L'armée de terre devrait également s'adapter à la nouvelle situation de risque complexe liée au climat lors des projections de forces.

De même, ce document "pas si officiel ni si officiel" développe également des propositions afin de soutenir l'adaptation de l'ensemble du Département de la Défense à l'évolution du paysage politique américain, sous la pression des conséquences sociales, infrastructurelles et politiques du changement climatique.

Dans cet article, nous allons étudier comment les propositions de ce rapport expriment la façon dont l'armée américaine pourrait transformer la notion même de domination sur une planète qui se réchauffe rapidement. Ce raisonnement, qui favorise l'adaptation de l'armée américaine aux conséquences du changement climatique, s'inscrit dans l'histoire de la préparation militaire au changement climatique, qui remonte à 2003, lorsque "Un scénario de changement climatique brutal..." a fait l'objet d'une fuite (Valantin, Ibid.).

En outre, le rapport actuel développe également une position politique qui vise à renouveler l'acceptation sociale et politique de l'appareil militaire au cours des vingt prochaines années de la "longue urgence" climatique (James Howard Kunstler, La longue urgence, survivre aux catastrophes convergentes du XXIe siècle, 2005).

La prospective comme vertu militaire et stratégique

De la matrice des menaces au changement climatique

Le "Implications du changement climatique pour l'armée américaine" commence et se termine par de longues explications sur l'importance de la préparation face aux risques éventuels. Ce est d'autant plus importante que le risque, c'est-à-dire les conséquences complexes du changement climatique, sont puissants, multidimensionnels et omniprésents.

Cette introduction et cette conclusion établissent l'importance d'utiliser la matrice des menaces, la pensée et les croyances systémiques et l'analyse des biais cognitifs. Cette approche méthodologique amène le lecteur à comprendre l'importance fondamentale d'accepter l'importance du changement climatique comme un enjeu majeur pour la défense et la sécurité (Hélène Lavoix, "Notre philosophie - La nécessité de la prévention”, The Red Team Analysis Society).

Afin d'affirmer l'importance de la menace climatique, les auteurs utilisent même une analyse de l'offensive de la Wehrmacht nazie "Barabarossa" contre l'Union soviétique en juin 1941. Cette offensive est passée très près d'anéantir l'armée soviétique et l'URSS. Du point de vue des auteurs, l'efficacité de Barabarossa a été amplifiée par l'état de déni qui aveuglait les élites soviétiques. Pour eux, il s'agissait d'un événement "Black Swan" pour les autorités soviétiques (Nassim Nicholas Taleb, Le cygne noir : l'impact du très improbable2007 - voir aussi Hélène Lavoix, "Taleb’s Black Swans: The End of Foresight?"et "Règles utiles pour la prospective stratégique et la gestion des risques tirées de "The Black Swan" de TalebThe Red Team Analysis Society).

L'armée américaine et l'hyper-siège

Cet accent mis sur la méthodologie de prévision est ancré dans la compréhension que la menace climatique est à la fois une menace pour les États-Unis continentaux et pour l'armée américaine elle-même. Le rapport identifie plusieurs catégories de menaces et de problèmes.

La première de ces questions est le défi mondial du changement climatique, en raison de ses effets sur la montée des mers, sur les systèmes hydriques et alimentaires, ainsi que sur le réseau électrique. Le document insiste sur le fait que si ces risques ont lieu dans des pays étrangers, ils augmentent également pour les États-Unis.

En d'autres termes, le rapport établit que le nouvel environnement opérationnel de l'armée américaine est ce que nous définissons depuis 2014 comme "l'état d'hypersiège" (Jean-Michel Valantin, "Hyper-siège : Changement climatique et sécurité nationale des États-Unis”, The Red Team Analysis Societyle 17 mars 2014 et "La marine américaine face au changement climatique et aux océans”, L'analyse rouge (équipe)le 11 juin 2018).

Cela signifie que, si ce rapport devait être lu et examiné par ceux qui l'ont initialement commandé, selon Mariah Furtek de Le Centre pour le climat et la sécuritéPar exemple, au cours des 20 prochaines années, le changement climatique pourrait profondément perturber, de manière systémique, l'accès des citoyens américains à la nourriture et à l'eau potable.

Dans le même temps, les États-Unis devraient faire face à la migration interne de millions, voire de dizaines de millions, de migrants du littoral, ainsi que de "migrants d'eau" du sud-ouest.

Entre-temps, pendant ces bouleversements intérieurs, l'armée devrait maintenir la domination stratégique des États-Unis dans des endroits profondément modifiés par le changement climatique, comme l'Arctique (Christopher Woody, "L'US Navy se rapproche de la Russie dans des conditions de gel et prévoit de rester sur place.“, Initié aux affairesle 7 novembre 2018, et Jean-Michel Valantin, " Vers une guerre entre les Etats-Unis et la Chine (2) : Tensions militaires dans un Arctique qui se réchauffe“, The Red Team Analysis Society16 septembre 2019).

Pas de remise

S'adapter ou périr

De plus, l'objectif de cette analyse de la situation est de faire les recommandations nécessaires à l'adaptation de l'armée américaine, ainsi que de l'ensemble du département de la défense, à cette nouvelle réalité. D'un point de vue opérationnel, les auteurs recommandent de développer des systèmes décentralisés de captage et de recyclage de l'eau pour les unités opérationnelles. Ils recommandent également une meilleure formation et une meilleure préparation. Celles-ci seraient particulièrement importantes en ce qui concerne l'Arctique. Un autre sujet important serait également le développement d'une culture militaire concernant l'environnement.

Adaptation militaire environnementale et culturelle

Si l'on relie ces trois recommandations, il semble que l'armée américaine pourrait bientôt préparer ses membres, ainsi que ses "sœurs de service", à opérer dans environnements extrêmes. Ces environnements pourraient être dominés, entre autres, par l'aridité ou le froid. Ainsi, le développement d'une culture environnementale vise également à soutenir la sensibilisation des militaires.

Le rapport souligne également l'enjeu stratégique de la concurrence actuelle et future pour l'énergie et les ressources naturelles dans des environnements dangereusement altérés par le changement climatique (J.R McNeil, Peter Engelke, La grande accélération, une histoire environnementale de l'anthropocène depuis 1945Belknap Press, 2016 et Gwynn Dyer, Climate Wars, 2010).

Atténuation du climat et politique climatique (militaire)

La deuxième série de recommandations est assez audacieuse pour l'institution militaire. En effet, le rapport encourage le DoD américain à développer des mesures d'atténuation contre le changement climatique. Ainsi, ces recommandations sont de nature politique.

Ils définissent l'institution militaire américaine comme un acteur majeur dans la lutte mondiale contre le changement climatique. Cette position politique se justifie par le fait que le changement climatique est sur le point de devenir une question politique centrale, aux États-Unis, ainsi qu'au niveau mondial (Clive Hamilton, Terre de défi, Le sort des humains dans l'Anthropocène, 2017).

De la politique climatique civile à la politique climatique militaire ?

Cela suit la piste des dommages, des coûts et des risques qui augmentent rapidement et qui martèlent le monde et les États-Unis. Il se trouve que cette position politique est particulièrement intéressante à noter dans le contexte du scepticisme climatique militant de l'administration Trump.

Cette posture politique se traduit en politique par la décision prise par le président Donald Trump de retirer les États-Unis de l'accord de Paris sur le climat (Rebecca Hersher, "Les États-Unis commencent officiellement à se retirer de l'accord de Paris sur le climat”, NPRle 4 novembre 2019).

Des risques climatiques à une politique renouvelée

Dans ce contexte politique dense, on comprend que les auteurs du rapport laissent entendre que la combinaison des conséquences permanentes et aggravantes du changement climatique sur les plans économique, social, infrastructurel, alimentaire et sanitaire, au niveau national, crée un lien politique.

Ils impliqueraient également que ce lien est sur le point de devenir le centre de la politique intérieure et extérieure des États-Unis. En attendant, le niveau de la menace est si élevé et ses conséquences sont si profondément systémiques que le déni n'apparaît plus comme une option (Jean-Michel Valantin, "Vivons-nous ou mourons-nous sur notre planète en mutation ?“, The Red Team Analysis Societyle 11 février 2019). Au contraire, s'attaquer à la question de l'atténuation serait un moyen efficace pour le DoD de renouveler son acceptabilité sociale et sa légitimité, et donc son influence.

Menace extrême : Le lien entre le climat et le nucléaire

Ce niveau extrême de menace est illustré par la sensibilité du complexe nucléaire civil et militaire aux conséquences de la montée des océans et du réchauffement des rivières. Sachant que cela pourrait créer des situations propices aux accidents nucléaires, le rapport établit un lien entre la situation actuelle et future et la prise de conscience de la guerre froide de la dangerosité radicale des accidents nucléaires - un Tchernobyl. Puis, il utilise ces cas pour alimenter la conscience naissante du danger du changement climatique.

En conséquence, les auteurs du rapport suggèrent que l'armée doit maintenant commencer à préparer ses propres capacités de robustesse et de résilience afin de résister aux effets perturbateurs du changement climatique. Cela signifie qu'il faut intégrer les données climatiques aux cycles de renseignement et de prise de décision dans les milieux militaires et du renseignement, et élever le niveau de cohésion et de préparation.

L'armée contre l'effondrement

Jared Diamond, le biogéographe et auteur de l'étude fondamentale Effondrement a choisi comme sous-titre "Comment les sociétés choisissent d'échouer ou de réussir" (Jared Diamond, Effondrement : Comment les sociétés choisissent d'échouer ou de survivre, 2005).

Ce rapport pourrait être la réponse de l'armée américaine au choix de Jared Diamond. Il développe les voies et moyens par lesquels l'armée pourrait devenir un acteur du "succès" stratégique et existentiel des Etats-Unis face au changement climatique.

Afin de garantir la survie des États-Unis et de leur armée, ce rapport analyse à la fois les dangers du changement climatique et les vulnérabilités de la société et de l'armée américaines. Ainsi, cette recherche s'appuie sur la recommandation fondamentale de Sun Tzu dans L'art de la guerre:

"Si vous connaissez votre ennemi, et si vous vous connaissez vous-même, de 100 batailles, vous ferez 100 victoires".

Si les recommandations de ce document sont entendues et prises en compte, l'objectif stratégique de l'armée américaine en matière d'adaptation au changement climatique pourrait être un facteur majeur de cohésion pour le pays qui sortirait de l'ère de la "longue urgence".

A ce titre, il vise à répondre à la "longue urgence" en étant acteur et facteur d'une "longue réussite".


Image : Département de l'agriculture des États-Unis Senior Airman Crystal Housman/Garde nationale de Californie, 15 décembre 2017, domaine public

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et sécurité de la Société d'analyse (équipe) rouge. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR