(Direction artistique et conception : Jean-Dominique Lavoix-Carli)

Le 21 mars 2024, trente-deux chefs d'État et de gouvernement et envoyés spéciaux se sont réunis à Bruxelles pour un sommet peu médiatisé, malgré une participation de très haut niveau. Il s'agissait du tout premier sommet sur l'énergie nucléaire, organisé conjointement par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et la Belgique (Site web de l'AIEA).

Pourquoi l'énergie nucléaire revient-elle à l'ordre du jour et pourquoi un tel intérêt ? Qu'ont décidé les dirigeants et lesquels ? Le regain d'intérêt pour l'énergie nucléaire pourrait-il entraîner de nouveaux défis géopolitiques ? Ce sont les questions que cet article explore et auxquelles il répond, en prenant comme exemple, en termes de géopolitique et de sécurité énergétique, le cas de l'accord franco-mongol sur l'uranium de 1,6 milliard d'euros .

L'importance croissante de l'énergie nucléaire

Conserver notre mode de vie tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre signifie utiliser l'énergie nucléaire.

L'énergie est un élément fondamental de la vie. L'énergie est la clé du développement de toutes les activités qui sous-tendent une civilisation. Thomas Homer-Dixon a souligné qu'elle était une ressource maîtresse (The Upside of Down: Catastrophe, Creativity and the Renewal of civilization, Knopf, 2006). L'énergie est en effet présente et indispensable à chaque étape de la chaîne alimentaire - la nourriture étant elle-même de l'énergie - au transport, à l'industrie, au commerce et à la disponibilité des biens, à la défense, etc.

La quantité d'énergie que la vie humaine et ses civilisations utilisent - à l'exclusion de l'alimentation - est mesurée par la consommation finale d'énergie dans le monde. En 2022, cette consommation mondiale d'énergie finale représentait 442,4 EJ (Exajoules), soit une augmentation de 1,7% par rapport à 2019. Afin de répondre à cette demande, le monde a dû fournir globalement 632 EJ en 2022 (Agence internationale de l'énergie (AIE), World Energy Outlook 2023, octobre 2023 ; AIE, Net Zero by 2050 – A Roadmap for the Global Energy Sector, mai 2021). Toujours en 2022, les énergies renouvelables (solaire, éolienne, hydraulique, bioénergie moderne solide, liquide et gazeuse) ne représentaient que 11,7% de l'approvisionnement énergétique, tandis que le pétrole, le gaz et le charbon représentaient ensemble 79,4% de cet approvisionnement.

Dans le même temps, le changement climatique est de plus en plus évident et menace les modes de vie humains. Il est donc absolument nécessaire de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), responsables du changement climatique.

Puisque les gouvernements et les populations souhaitent, dans la mesure du possible, conserver leur modèle de civilisation, et que la façon dont nous produisons l'énergie est une cause majeure des émissions de GES, l'être humain doit repenser la production même de l'énergie.

Face au défi des émissions de GES et aux contraintes civilisationnelles, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a élaboré en 2021 un scénario pour le secteur énergétique mondial qui permettrait d'atteindre le niveau zéro d'émissions nettes (NZE) d'ici à 2050 : Net Zero by 2050 – A Roadmap for the Global Energy Sector. Elle a inclus dans son scénario des efforts visant à modifier les comportements, mais seulement à la marge, et à développer de nouvelles technologies telles que le captage, l'utilisation et le stockage du carbone (CCUS)), cependant, fondamentalement, son scénario consiste à changer notre façon de produire de l'énergie. L'AIE a légèrement révisé les données utilisées lors de la publication du World Energy Outlook 2023, mais la logique et le scénario restent les mêmes.

Dans ce scénario, la demande mondiale d'énergie doit diminuer pour atteindre 406 EJ de consommation finale d'énergie en 2030 et 343 en 2050, avec une augmentation substantielle de la part de l'électricité dans cette demande mondiale (AIE, World Energy Outlook 2023). Cette dernière doit représenter 53% de la demande énergétique mondiale en 2050, alors qu'elle en représentait 20% en 2022 (Ibid.).

En conséquence, le bouquet de l'approvisionnement énergétique doit changer.

Ainsi, non seulement les énergies renouvelables, mais aussi l'énergie nucléaire doivent augmenter, tandis que les autres sources d'énergie doivent diminuer d'ici à 2050. Les énergies renouvelables devront représenter, respectivement pour 2030 et 2050, 29% puis 71% de l'approvisionnement énergétique, et le nucléaire 7,5% puis 12,4% (Ibid.).

Cela signifie inverser totalement la tendance vers la sortie de l'énergie nucléaire, laquelle avait notamment été déclenchée par l'accident de 2011 à la centrale de Fukushima-Daiichi au Japon, après la catastrophe de Tchernobyl en 1986.

En effet, selon le scénario de l'AIE, continuer à utiliser l'énergie nucléaire et augmenter la production d'électricité d'origine nucléaire sont essentiels pour que le scénario NZE puisse être réalisé avec succès. L'agence internationale a estimé qu'un scénario "Low Nuclear and CCUS" rendrait la transition beaucoup plus coûteuse et moins probable (AIE, Net Zero by 2050, p.120). Si la "production mondiale d'énergie nucléaire était inférieure de 60% en 2050 à celle du NZE" - soit environ 24,4 EJ - l'AIE estime le coût supplémentaire des investissements à 2 000 milliards USD et le coût supplémentaire de l'électricité pour les consommateurs entre 2021 et 2050 à 260 milliards USD.

Par conséquent, si nous voulons conserver le même type de civilisation, il faut non seulement conserver l'énergie nucléaire, mais aussi la développer de manière drastique.

Doubler la capacité de production d'énergie nucléaire d'ici à 2050 ?

Si l'on considère le scénario NZE de l'AIE, comment cela se traduit-il en termes de capacité d'énergie nucléaire ?

Au 1er janvier 2021, le monde comptait 442 réacteurs nucléaires commerciaux en fonctionnement et connectés au réseau dans 31 pays, tandis que 52 réacteurs étaient en construction (Agence de l'énergie nucléaire (AEN)/Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Uranium 2022: Resources, Production and Demand - également appelé "Red Book 2022,", p. 99). La capacité nette de production d'énergie en 2021 était de 393 GWe (gigawatt électrique) et nécessitait environ 60.100 tU/an (tonnes d'uranium par an) (Ibid. p. 12). Par conséquent, en 2020, environ 2.523 TWh (térawattheures) ont été produites (Ibid.).

L'AIE, pour sa part, estime cette quantité à 2.698 TWh, ce qui correspond à 29 EJ (AIE, Net Zero by 2050…Annexe A, tables pour les projections du scénario).

Le scénario NZE 2050 de l'AIE prévoit que la production d'électricité nucléaire devrait atteindre 3.777 TWh en 2030, 4.855 TWh en 2040 et 5.497 TWh en 2050 (ibid., p. 198). Il estime que la capacité de production nucléaire nette correspondante devrait être de 515 GWe en 2030, 730 GWe en 2040 et 812 GWe en 2050 (Ibid. p. 198).

Si l'on suit les chiffres du "Red Book 2022,"et les utilisont pour le scénario IEA NZE, la production d'électricité nucléaire devrait atteindre 3.532 TWh en 2030, 4.540 TWh en 2040 et 5.140 TWh en 2050. Toutes choses égales par ailleurs, cela se traduirait par une capacité de production nucléaire nette de 550 GWe en 2030, 707 GWe en 2040 et 800 GWe en 2050.

Dans les deux cas, le scénario NZE 2050 de l'AIE exige un doublement de la capacité d'énergie nucléaire d'ici à 2050.

Les États et l'industrie s'engagent à tripler la capacité de production d'énergie nucléaire d'ici à 2050

Cependant, selon l'AEN, "le scénario moyen 1,5°C du GIEC exige que l'énergie nucléaire atteigne 1,160 GWe (gigawatts électriques) d'ici à 2050 (AEN, Meeting Climate Change Targets: The Role of Nuclear Energy, Éditions de l'OCDE, 2022, Paris, p. 33).

C'est ce chiffre que l'AEN a retenu comme objectif pour la nouvelle capacité d'énergie nucléaire (Ibid.).

Cela signifie qu'il faut presque tripler la capacité nucléaire mondiale actuelle d'ici à 2050, et non pas "seulement" la doubler.

La "Déclaration pour tripler l'énergie nucléaire d'ici à 2050".

L'objectif de tripler la capacité nucléaire actuelle a été soutenu par l' Association nucléaire mondiale/World Nuclear Association (WNA), organisation internationale représentant l'industrie nucléaire mondiale. A cet effet, en septembre 2023, la WNA et l'Emirates Nuclear Energy Corporation, en tant que fondateurs, soutenus par l'AIEA, ont lancé un effort de plaidoyer, le "Net Zero Nuclear", avant la 28e Conférence des Nations Unies sur le changement climatique ou Conférence des Parties de la CCNUCC (COP28), qui :

"appelle à une collaboration sans précédent entre les gouvernements et les leaders de l'industrie pour au moins tripler la capacité nucléaire mondiale afin d'atteindre la neutralité carbone d'ici à 2050".

Site web du NZN

Parmi les principaux partenaires de l'effort de plaidoyer, nous trouvons la China National Nuclear Corporation (CNNC) et l'alliance américano-japonaise GE Hitachi Nuclear Energy.

Finalement, le 2 décembre 2023, lors de la COP28 aux Émirats Arabes Unis, l'objectif de triplement a été officiellement entériné. Le président français Emmanuel Macron et l'envoyé spécial américain John Kerry y ont annoncé la "Déclaration pour tripler l'énergie nucléaire d'ici 2050" (Présidence de la République Française, texte officiel, 2 déc. 2023), signé par 22 pays qui ont ainsi montré leur engagement à faire des efforts pour atteindre cet objectif (Agence de l'énergie nucléaire, "COP28 recognises the critical role of nuclear energy for reducing the effects of climate change", 21 décembre 2023).

Les 22 signataires de la "Déclaration pour tripler l'énergie nucléaire d'ici à 2050" étaient la Bulgarie, le Canada, la République tchèque, la Finlande, la France, le Ghana, la Hongrie, le Japon, la Moldavie, la Mongolie, le Maroc, les Pays-Bas, la Pologne, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie, la Corée du Sud, la Suède, l'Ukraine, les Émirats arabes unis, le Royaume-Uni et les États-Unis (ISHII Noriyuki, "22 Countries Sign Declaration to Triple Global Nuclear Energy Capacity", JAIF News, 2 décembre 2023).

Les 22 signataires de la "Déclaration pour tripler l'énergie nucléaire d'ici à 2050" de 2023.

La Chine et la Russie ne faisaient donc initialement pas partie des signataires, malgré leur rôle croissant dans la production nucléaire. Par exemple, 27 des 31 réacteurs construits depuis 2017 sont de conception russe ou chinoise (IAE, Nuclear Power and Secure Energy Transitions, p.15).

Quelques jours plus tard, le 5 décembre, l'industrie nucléaire a emboîté le pas au chefs d'Etat. "120 entreprises, ayant leur siège dans 25 pays et actives dans plus de 140 nations à travers le monde" ont approuvé l'engagement de l'industrie en faveur du "Net Zero Nuclear" (Communiqués de presse, "Net Zero Nuclear Industry Pledge sets goal for tripling of nuclear energy by 2050", 5 décembre 2023). Au niveau de l'industrie, la Russie, par l'intermédiaire de Rosatom, faisait partie des signataires. Par contre, ni la CNNC, bien qu'ayant soutenu l'initiative, ni la China General Nuclear Power Group (CGN) n'ont signé l'engagement.

Comme l'on pouvait s'y attendre, la géopolitique et l'intérêt national sont également à l'ordre du jour.

Le premier sommet sur l'énergie nucléaire

Pour donner suite à la "Déclaration visant à tripler l'énergie nucléaire d'ici à 2050", et comme promis en décembre 2023, les gouvernements et les agences internationales ont organisé le premier sommet sur l'énergie nucléaire le 21 mars 2024.

Dans la perspective de ce sommet, en le préparant, les membres de l'Alliance nucléaire européenne (Bulgarie, Croatie, Finlande, France, Hongrie, Pays-Bas, Pologne, République tchèque, Roumanie, Slovaquie, Slovénie et Suède), créée le 28 février 2023, ont réaffirmé leur engagement en faveur de l'énergie nucléaire aux côtés des énergies renouvelables (Déclaration de l'Alliance nucléaire de l'UE - Réunion du 4 mars 2024).

Finalement, 33 pays ont participé au sommet sur l'énergie nucléaire, partant des 22 pays initialement impliqués dans la déclaration de décembre 2023, et ont signé la nouvelle "déclaration sur l'énergie nucléaire" (Agence de presse Belga,Déclaration nucléaire adoptée par plus de 30 pays lors du premier sommet sur l'énergie nucléaire", 21 mars 2024 ; 32 pays selon certains comptes, par exemple "Leaders commit to ‘unlock potential’ of nuclear energy at landmark summit“, World Nuclear News, 21 mars 2024) :

"Nous, les dirigeants des pays qui exploitent des centrales nucléaires, ou qui développent ou envisagent l'option de l'énergie nucléaire ... réaffirmons notre ferme engagement en faveur de l'énergie nucléaire en tant qu'élément clé de notre stratégie mondiale visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant des secteurs énergétique et industriel, à garantir la sécurité énergétique, à renforcer la résilience énergétique et à promouvoir le développement durable à long terme et la transition vers une énergie propre....".

Extrait de la déclaration du sommet, "Leaders commit to ‘unlock potential’ of nuclear energy at landmark summit", World Nuclear News, 21 mars 2024

Bien évidemment, l'industrie nucléaire a également approuvé la déclaration (Déclaration de l'industrie pdf).

Nous entrons donc dans une ère totalement nouvelle pour l'énergie nucléaire, notamment comparée aux années de désengagement et de peur.

Vers une géopolitique de l'énergie nucléaire ?

En termes de relations internationales, en 2024, la Chine a rejoint les signataires, mais non la Russie (par exemple, CGTN, President Xi’s special envoy to attend first nuclear energy summit in Brussels; Nuclear energy declaration adopted at Brussels summit).

Il est intéressant de noter que si, en mars 2024, certains pays ont rejoint le nouvel effort nucléaire, d'autres, qui avaient pourtant signé la déclaration initiale, n'étaient pas présents à Bruxelles. Les raisons de leur absence peuvent être multiples, certaines simples et sans composante géopolitique. Mais les faits demeurent, ces pays étaient signataires de la déclaration de 2023 et ne le sont pas de celle de 2024. Nous avons représenté l'évolution de la participation dans la carte ci-dessous :

La Mongolie, notamment, n'a pas rejoint les États membres en 2024, bien qu'elle détienne d'importantes réserves d'uranium, qu'elle ait signé des accords de coopération nucléaire avec, par exemple, l'Inde en 2009 et la France en 2010, et qu'elle envisage de développer l'énergie nucléaire (voir, par exemple, World Nuclear Association, "L'uranium en Mongolie", septembre 2022).

Pourtant, en octobre 2023, suite à la toute première visite d'un président français en Mongolie en mai 2023, alors que le président mongol Ukhnaagiin Khurelsukh était à Paris pour une visite d'État de trois jours, la France et la Mongolie ont signé un accord de 1,6 milliard d'euros, qui devait notamment inclure l'extraction d'uranium par la société française Orano - un des principaux acteurs internationaux de l'industrie nucléaire (Le Monde/AFP, "Emmanuel Macron en visite en Mongolie, une première pour un président français", 21 mai 2023 ; Mailys Pene-Lassus, "Mongolia opens way for uranium mining with $1.7bn French deal“, Nikkei Asia, 13 octobre 2023).

Cet accord s'inscrit dans le cadre des efforts déployés par la France pour diversifier son approvisionnement en uranium, ce qui est fondamental pour la sécurité du pays.

En effet, sachant que 70% de l'électricité française provient de l'énergie nucléaire, que l'approvisionnement de la France en uranium provenait en 2022 de cinq sources principales selon Euratom - Kazhakstan 37,3%, Niger 20,2%, Namibie 15,8%, Australie 13,9% et Ouzbékistan 12,9% - et que les relations françaises avec le Niger sont pour le moins tendues suite au coup d'Etat, même si Orano n'a souligné qu'un retard dans les opérations, l'exploitation reprenant en effet en février 2024, il est essentiel pour la France de diversifier ses approvisionnements en uranium (World Nuclear Association, "L'énergie nucléaire en France", mars 2024 ; Euratom cité dans Assma Maad, "A quel point la France est-elle dépendante de l'uranium nigérien ?“, Le Monde, 3 août 2023 ; Olanrewaju Kola, "Niger severs diplomatic ties with Nigeria, France, US, Togo“, Agence Anadolu, août 2023 ; Laura Kayali, "France closes embassy in Niger“, Politico, 2 janvier 2024 ; "Orano : arrêtée depuis le coup d'Etat, la production d'uranium redémarre timidement au Niger“, La Tribune, 16 février 2024).

Par ailleurs, alors que le coup d'État au Niger avait déjà accru l'insécurité française en matière d'approvisionnement en uranium, le Kazakhstan a prévenu en janvier 2024 qu'il pourrait être amené à réduire ses prévisions de production (Ibid.), ce qui a été confirmé en mars 2024 (Colin Hay, "Global uranium supply in jeopardy as Kazatomprom lowers production forecasts“, Small Caps, 18 mars 2024).

Par conséquent, la diversification de l'approvisionnement en uranium est devenue encore plus importante.

Malheureusement, le 22 février 2024, des informations ont fait surface selon lesquelles l'accord franco-mongol était confronté à des difficultés et pourrait être reporté jusqu'en juin (Bloomberg News, "France’s $1.6 billion uranium deal with Mongolia faces delays“, Mining.com, 22 février 2024).

Sachant que la Russie fournit plus de 80% des produits pétroliers nécessaires à la Mongolie, qu'elle a "dû" "couper les approvisionnements énergétiques de son voisin" en décembre, ce qui a entraîné un rationnement (Ibid.), et compte tenu des relations tendues entre les alliés des États-Unis et la Russie, notamment en raison de la guerre en Ukraine, on peut émettre l'hypothèse que les actions de la Russie ajoutées à la dépendance de la Mongolie à l'égard de cette dernière ont joué un rôle dans le revers subi par l'accord franco-mongol relatif à l'uranium.

L'approvisionnement en uranium de la France est donc menacé et le pays voit l'un de ses efforts de diversification de ses approvisionnements potentiellement remis en cause, au mieux retardé. On ne peut ignorer que l'influence russe a pu jouer un rôle dans ces difficultés. En l'absence de preuves plus solides qui permettraient une affirmation, nous pouvons néanmoins nous demander si ces défis liés à l'approvisionnement en uranium et donc à l'énergie nucléaire n'ont pas joué un rôle dans la nouvelle approche plus sévère à l'égard de la Russie adoptée par la France le 27 février 2024 (e.g. Le Monde & AFP, "Guerre en Ukraine : Macron n'exclut pas l'envoi de troupes occidentales sur le terrain et annonce une coalition de missiles“, Le Monde, 27 février 2024).

Cette étude de cas, bien qu'elle comporte de nombreuses hypothèses, met en évidence le fait que la nouvelle ère de l'énergie nucléaire, inaugurée par les deux déclarations internationales de 2023 et 2024, s'accompagnera également de nouveaux défis et tensions géopolitiques, les États cherchant à réduire leur potentiel d'insécurité.

Les agences internationales, lorsqu'elles étudient et élaborent des recommandations politiques pour le triplement des capacités d'énergie nucléaire, soulignent les différents défis à relever, en mettant l'accent sur "le coût, la performance, la sécurité et la gestion des déchets" (AIE, Nuclear Power and Secure Energy Transitions, 2022 ; NEA, Meeting Climate Change Targets: The Role of Nuclear EnergyÉditions OCDE, 2022, Paris, pp. 39-46). Le sommet sur l'énergie nucléaire de mars 2024 a souligné, entre autres, la complexité du financement des lourds investissements de l'énergie nucléaire (voir, par exemple, Programme- sommet sur l'énergie nucléaire de 2024; Nuclear newswire, "Nuclear Energy Declaration adopted at Brussels summit", 22 mars 2024).

En outre, comme le souligne la brève étude de cas ci-dessus, les défis pourraient également provenir de l'extraction et du traitement de l'uranium, exploration et processus industriel convergeant avec la géopolitique.

Dans les prochains articles, nous nous concentrerons donc sur les défis que le monde est susceptible de rencontrer pour alimenter le nouveau développement de l'énergie nucléaire, à savoir l'extraction et le broyage de l'uranium dans le monde instable de la politique internationale.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est la présidente de The Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prospective stratégique et l'alerte précoce pour les relations internationales et les questions de sécurité nationale et internationale. Elle s'intéresse actuellement notamment à la guerre en Ukraine, à l'ordre international et à la place de la Chine en son sein, au dépassement des frontières planétaires et aux relations internationales, à la méthodologie de la prospective stratégique et de l'alerte précoce, à la radicalisation ainsi qu'aux nouvelles technologies et à leurs impacts sécuritaires.

Rejoindre la conversation

2 commentaires

  1. Cette étude de cas, bien qu'elle comporte de nombreuses hypothèses, met en évidence le fait que la nouvelle ère de l'énergie nucléaire, inaugurée par les deux déclarations internationales de 2023 et 2024, s'accompagnera également de nouveaux défis et tensions géopolitiques, les États cherchant à réduire leur potentiel d'insécurité.
    Excellente analyse d'une question géopolitique complexe. C'est toujours un plaisir de lire son point de vue sur n'importe quel sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR