La nouvelle épidémie de Coronavirus 2019-nCoV est un mystère. En effet, depuis qu'elle est devenue une préoccupation en Chine à la fin de décembre 2019 et au début de janvier 2020 (Calendrier de l'OMS), les différents acteurs et autorités concernés ont envoyé des signaux contradictoires concernant l'épidémie. Cela laisse perplexe, d'autant plus si l'on considère la gravité potentielle de la situation.

    Que se passe-t-il réellement ? La prospective stratégique et l'analyse des risques, c'est-à-dire l'analyse faite spécifiquement pour anticiper et évaluer les dangers et menaces futurs et leurs impacts, sont plus que jamais nécessaires. La prospective stratégique et l'analyse des risques nous aideront à considérer tous les facteurs impliqués tout en étant aussi objectifs et impartiaux que possible.

    Dans ce premier article, nous allons d'abord détailler davantage le mystère et les façons déroutantes dont l'épidémie semble se déclencher. Ensuite, nous vérifierons quelques "vérités" répandues pour avoir une évaluation de base de ce qui se passe, en utilisant des données scientifiques et officielles fiables.

    Dans les prochains articles, nous expliquerons les raisons de la cacophonie que nous entendons. Enfin, nous mettrons en évidence les principales incertitudes dont il faut tenir compte pour évaluer les conséquences de la nouvelle épidémie de coronavirus en tant que menace mondiale, c'est-à-dire en utilisant toutes les connaissances disponibles pour examiner les multiples impacts dans tous les domaines.

    Le mystère COVID-19 (ex 2019-nCoV) ou comment confondre les gens avec des signaux contradictoires

    COVID-19, épidémies, scénario, analyse des risques, prospective stratégique, alerte, anticipation des menaces
    Facteur de risque Coronavirus pour votre activité : rapports commandés
    Le La SEC américaine a demandé les entreprises cotées en bourse à tenir compte des risques liés aux coronavirus dans leurs informations financières (19 février 20). Le site ROYAUME-UNI FRC souligné (18 février) : "Les entreprises devront suivre l'évolution de la situation et s'assurer qu'elles fournissent des informations actualisées et significatives à leurs actionnaires lors de la préparation de leurs rapports de fin d'année". Toutes les entreprises devraient envisager les futurs impacts probables de l'épidémie de COVID-19 sur leur activité.
    Contactez-nous pour les rapports commandés qui vous aident à planifier et à remplir vos obligations. Contactez également Dr Hélène Lavoix directement.

    D'une part, nous recevons des signaux selon lesquels l'épidémie est très grave et constitue une urgence publique mondiale. Par exemple, le 30 janvier 2020, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) déclaré nous avons été confrontés à une urgence de santé publique de portée internationale (PHEIC). La Chine et notamment l'épicentre de l'épidémie, la ville de Wuhan dans la province de Hubei, est proche d'un verrouillage complet et d'une quarantaine. De nombreux pays rapatrient leurs citoyens de Chine et les mettent en quarantaine. Les compagnies internationales opérant en Chine ferment leurs bureaux et les compagnies aériennes arrêtent leurs vols avec la Chine. La liste de ces décisions s'allonge de jour en jour (Reuters, “Les entreprises ressentent l'impact de l'épidémie de coronavirus en Chine"(5 février 2020).

    D'autre part, même si elle a déclaré un PHEIC le 30 janvier, l'OMS "ne recommande aucune restriction de voyage ou de commerce sur la base des informations actuellement disponibles". Certains médias, relayant l'analyse des experts, soulignent la nécessité de ne pas paniquer et que, malgré l'incertitude, le nouveau coronavirus n'est "pas plus dangereux qu'une épidémie de grippe saisonnière" (par exemple, Dan Vergano, "Don't Worry About The Coronavirus. Inquiétez-vous de la grippe". Buzzfeeds, 28 janvier 2020 ; Maciej F. Boni, professeur associé de biologie, Université d'État de Pennsylvanie, "L'épidémie de coronavirus est-elle aussi grave que celle du SRAS ?LiveScience30 janvier 2020).

    élaboration de scénarios, scénario, prospective stratégique, cours en ligne, gestion des risques, futur
    Consultez notre nouveau cours en ligne sur l'élaboration de scénarios pour les risques géopolitiques et l'anticipation des crises

    Les fonctionnaires et les autorités politiques élues, comme le président américain Trump, en dehors de la Chine soulignent également qu'ils contrôlent le virus et que le risque pour leur pays est minime (par exemple, Michael Wayland, "Selon M. Trump, l'épidémie de coronavirus est "sous contrôle" et constitue un "très petit problème" aux États-Unis"(CNBC, 30 janvier 2020).

    Cette vidéo de la BBC du 4 février en est un parfait exemple :

    Le début de la vidéo est ambivalent. Il tente de rassurer et de mettre en perspective l'épidémie, tout en tentant de la minimiser. De plus, elle est faite avec une certaine dose d'ironie et de sarcasme, qui pourrait viser à ridiculiser et donc à faire taire toute autre analyse.

    Ensuite, on change d'angle. Maintenant, au contraire, la vidéo se concentre sur ce médecin chinois qui a bien identifié une grave épidémie... mais qui a été réduit au silence. Ironiquement, ce qui est reproché aux autorités chinoises - nous n'apprendrons qu'à la fin que c'est en fait la police provinciale, et non les autorités centrales qui se sont rendues coupables d'une erreur de jugement - c'est d'avoir fait taire quelqu'un... ce qui est exactement ce que fait la première partie de la vidéo.

    Néanmoins, à la fin de la vidéo, le message général que l'on reçoit est que oui, c'est grave mais seulement en Chine. Et que, de toute façon, tout cela est plus ou moins lié au type de régime chinois. On peut donc supposer que l'on est censé croire qu'en dehors de la Chine, une telle épidémie ne se développerait jamais. Nous ne sommes pas très loin de voir quelque chose qui ressemble à un bouc émissaire pour la Chine. C'est probablement contre-productif, et c'est aussi un biais cognitif bien connu que l'analyse et la compréhension de Mars ("Bias Favorisant la Perception de la Direction Centralisée", Heuer, Psychologie de l'analyse du renseignementp. 131-132 ; Module sur les biais dans notre Cours en ligne sur les risques géopolitiques et l'anticipation des crises : Modèle analytique). En attendant, le message final est que, où que ce soit, en Chine ou ailleurs, tout est pour le mieux, car le courageux médecin chinois devenu dénonciateur est sur le point de guérir.

    Malheureusement, le Dr Li Wenliang est décédé le 7 février 2020. Cela souligne malheureusement encore plus l'absurdité et le danger de tenter de délivrer des messages optimistes face à une épidémie mortelle.

    Face à des signaux aussi variés et souvent contradictoires entre les plateformes et les acteurs, que devons-nous croire ? La situation est-elle dangereuse et devrions-nous adapter notre comportement en conséquence ? Ou un tel changement de comportement pourrait-il être ridicule, voire contre-productif ? La nouvelle épidémie de coronavirus est-elle, en fait, une simple affaire de routine ? Comment pouvons-nous être au mieux préparés à l'avenir si les futurs possibles semblent si incertains ? Ces signaux contradictoires envoyés créent-ils, en eux-mêmes, de l'anxiété ? Favorisent-ils la polarisation alors que chacun essaie de gérer l'anxiété comme il le peut ? Pourquoi, enfin, de tels signaux contradictoires sont-ils envoyés ?

    Il s'agit de survivre ... dans le "brouillard de l'épidémie"

    Fondamentalement, la nouvelle épidémie de coronavirus, comme toute autre épidémie, ne concerne qu'une seule chose : la survie.

    Il s'agit d'une question de survie pour les individus. Quelle est la probabilité que j'attrape la maladie ? Quelle est la probabilité que mes proches attrapent la maladie ? Et surtout, quelle est la probabilité que nous mourions si nous l'attrapons ? En attendant, que faire pour éviter d'être infecté et de mourir ensuite ?

    Et il s'agit de la survie collective. Combien et où peut-on attraper la maladie ? Combien et où sont susceptibles de mourir ? Que peut-on faire contre l'infection et la mort, et par qui ?

    Les questions et réponses collectives sont en fait plus complexes, comme nous le verrons dans l'article suivant. Mais revenons, pour l'instant, à la question fondamentale de la survie.

    Nous utiliserons des données et des mesures fournies par des organismes officiels et reconnus et issues de travaux scientifiques (voir Ressources pour la surveillance de la nouvelle épidémie de Coronavirus COVID 19 (ex 2019-nCoV) et bibliographie ci-dessous).

    Des réponses évolutives et incertaines

    Le premier élément crucial à souligner est que, quels que soient les efforts des scientifiques et des autorités concernées, les connaissances et les mesures relatives aux épidémies sont appelées à changer et à évoluer. En particulier pour les nouveaux virus, tels que le COVID-19, lorsque les premières infections ont lieu, nos connaissances sont proches de zéro. Nous ne savons même pas si nous sommes sur le point d'être confrontés à une épidémie ou non.

    OMS - Nouveau coronavirus (2019-nCoV) - 31 janv. 2020

    Ainsi, les réponses que nous obtenons sont incertaines. Ce n'est que lorsqu'une épidémie est terminée que l'on peut espérer en avoir une compréhension tout à fait claire. Et même une fois qu'elle est terminée, de nouvelles découvertes et une nouvelle compréhension peuvent avoir lieu des jours, des mois, des décennies, voire des siècles après la fin de l'épidémie. Par exemple, il y a encore des débats et de nouvelles découvertes concernant la manière dont la peste noire, l'épidémie de peste qui a dévasté l'Europe au 14e siècle et les épidémies de peste qui ont suivi jusqu'au 19e siècle, se sont propagées (par exemple Katharine R. Deanet al.Les ectoparasites humains et la propagation de la peste en EuropePNAS, Feb 2018 ; Kristi Rosa, "La peste noire pourrait s'être propagée par le biais des puces et des poux humains, et non des rats“, Contagionlive(1), le 19 janvier 2018 ;).

    Quand on est en pleine épidémie, c'est comme si on était en guerre. Nous devons accepter quelque chose qui ressemble au brouillard de la guerre, c'est-à-dire une incertitude fondamentale (Colonel Lonsdale Hale, Le brouillard de la guerre, 1896).

    En effet, si nous considérons une épidémie comme un type idéal, nous pouvons également la considérer comme une sorte de guerre. D'une part, nous avons le virus ou l'agent pathogène qui se propage pour infecter le plus grand nombre possible d'hôtes afin de se reproduire. D'autre part, nous avons des êtres humains qui essaient de se défendre et de vaincre l'agresseur. Les êtres humains développent une compréhension de ce qui se passe grâce aux acteurs scientifiques, essaient de tenir la mort à distance grâce aux acteurs médicaux, tandis que tous les autres acteurs essaient de faire ce qui est le mieux selon la compréhension fournie par la science. Et cela se fait dans le cadre d'une course, car l'échelle et la capacité sont importantes.

    Compte tenu de cette incertitude, comment pouvons-nous répondre à nos questions fondamentales sur la survie ?

    Le nouveau coronavirus est-il mortel ?

    Premiers taux estimatifs de létalité pour le COVID-19 (ex 2019-nCoV)

    Nous pouvons obtenir une réponse estimative à cette question en examinant ce que l'on appelle le taux de létalité. Le taux de létalité est une mesure statistique qui se calcule en prenant le nombre de décès et en le divisant par le nombre de cas confirmés pour une maladie spécifique (Encyclopédie Britannica). En d'autres termes, le taux de létalité nous indique combien de personnes infectées meurent.

    Malheureusement, tant que l'épidémie dure, notre connaissance du taux de mortalité est incertaine. C'est pourquoi le taux de mortalité doit être constamment surveillé afin d'adapter les actions en cas d'évolution.

    Le 2 février 2020 à 18h10 (CET), pour le CoV 2019, le taux de létalité global est de 362/17489 = 2 069% (données La série chronologique de John Hopkins). Le 3 février, il est 427/20701 = 2,1236% et le 4 février 494/24597= 2,01%(ibid.)

    Au 13 février 2020, le taux de létalité est de 1370/60360=2,2697%

    Toutefois, si nous considérons la seule province du Hubei en Chine, d'où l'épidémie est originaire et où elle est jusqu'à présent la plus grave, nous avons comme taux de mortalité pour les 2, 3 et 4 février 2020 350/11177 = 3,1314%, 414/13522 = 3,0617%, 479/16678=2,8720% (données ibid). Il s'agit des taux les plus bas de la province depuis que des décès ont été enregistrés et testés pour le nouveau coronavirus.

    Au 13 février 2020, pour la province du Hubei, le taux de létalité est de 1310/48206=2 7175%.

    18 février 2020 Étude du centre chinois des CDC : taux global de létalité de 2,3%, avec de grandes différences selon l'âge (les plus âgés, les plus à risque), la santé (comorbidité) et l'exposition (travailleurs de la santé) (The Novel Coronavirus Pneumonia Emergency Response Epidemiology Team, "Les caractéristiques épidémiologiques d'une épidémie de 2019 nouvelles maladies à coronavirus (COVID-19)“, …).

    Comparaison des taux de létalité

    Si nous comparons avec d'autres maladies et épidémies, pour avoir une idée de la gravité en termes de mortalité, nous avons le tableau suivant :

    Maladie Si elle n'est pas traitée Avec traitement
    Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) 2012-en cours 34,4%
    Aucun traitement connu
    Coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-Cov) 2002-2003 9,6% (OMS)

    Peste 50-60% (QUI) Afrique 9.2% Amériques 6.2% Moyenne mondiale (45 dernières années) 11,8%
    Fièvre jaune 15% uniquement des soins de soutien - pas de traitement Vaccination disponible
    2019-nCoV1/ entre 2,01% et 2,8720% - 3,0617%
    2/ entre 2,2697% et 2,7175%
    1/ estimations de Global et Hubei, du 2 au 4 février 2020
    2/ estimations de Global et Hubei, 13 février 2020
    les épidémies de grippe saisonnière0,03% à 1 75%Fiche d'information de l'ECDC sur la grippe saisonnière
    Paludisme (falciparum) 0,3% (Autres régions) - 0,45% (Afrique)

    Nous voyons clairement que l'épidémie est bien plus dangereuse que les épidémies de grippe saisonnière, même si elle est effectivement moins mortelle que d'autres coronavirus comme le SRAS ou d'autres maladies comme la fièvre jaune.

    Sur le danger de ne pas prendre l'épidémie au sérieux lorsque l'infection a lieu, car les symptômes sont légers et les cas asymptomatiques

    Vous trouverez une mise à jour sur les cas asymptomatiques dans notre prochain article : L'épidémie de coronavirus COVID-19 ne concerne pas seulement un nouveau virus.

    Bien sûr, les personnes "plus fragiles" sont plus exposées aux risques, mais ce n'est pas un argument, n'est-ce pas ? En outre, le taux de létalité forfaitaire calculé pour les épidémies de grippe saisonnière inclut également les personnes "plus fragiles". Par conséquent, les arguments visant à écarter les risques par rapport aux épidémies de grippe saisonnière sont erronés. Ils pourraient même être dangereux s'ils conduisaient les gens à ne pas prendre l'épidémie au sérieux.

    En effet, l'une des caractéristiques potentiellement dangereuses du nouveau Coronavirus 2019-nCoV, si l'on considère les premiers cas allemands, est que les personnes infectées sont contagieuses alors qu'elles sont à la fois asymptomatiques et symptomatiques, et que les symptômes indiquant une infection peuvent être très légers. Dans la vidéo ci-dessous, le pneumologue Dr. Seheult, utilisant Rothe et al. 2020 "Transmission de l'infection à 2019-nCoV à partir d'un contact asymptomatique en Allemagne“, NEJMexplique très clairement la situation telle qu'elle est comprise au 30 janvier 2020.

    Pour les cas allemands, commence à 5h42, mais la première partie est également très intéressante.

    Le 5 février 2019, le Communauté professionnelle chinoise en ligne de médecins, d'institutions médicales, etc.. a confirmé que "l'infection asymptomatique peut également être une source d'infection". Cependant, les cas asymptomatiques seraient moins infectieux que les cas symptomatiques (ibid).

    Ainsi, minimiser ou même se moquer de l'épidémie, encourager les gens à ne pas se faire dépister, à ne pas demander de conseils médicaux et à ne pas adopter les gestes d'hygiène de base pourrait alors favoriser la propagation de l'infection. En retour, cela augmente directement le nombre de décès. Dans le même temps, cela augmente la charge des installations médicales, ce qui peut à la fois favoriser l'infection et, potentiellement, augmenter indirectement le taux de létalité.

    Cela nous amène à nous interroger sur la contagion.

    Quelle est la contagiosité du virus et combien de personnes pourraient être infectées ?

    En épidémiologie, quelques mesures sont utilisées pour évaluer la propension à la propagation d'un virus et la facilité ou la difficulté à contrôler une épidémie.

    Estimation du nombre de reproduction de base pour 2019-nCoV

    R0 (R-nuit) ou taux de reproduction de base d'une maladie infectieuse est une mesure qui représente "le nombre attendu de cas secondaires produits par un individu infecté typique au début d'une épidémie" (O Diekmann ; J.A.P. Heesterbeek et J.A.J. Metz (1990). "Sur la définition et le calcul du taux de reproduction de base R0 dans les modèles pour les maladies infectieuses dans les populations hétérogènes", Journal of Mathematical Biology, 1990, 28 : 356–382).

    Plus la valeur de R0plus il est difficile de contrôler l'épidémie.

    Le 29 janvier 2020, Qun Li et al. ont estimé que R0=2.2 (“Dynamique de transmission précoce à Wuhan, en Chine, de nouvelles pneumonies infectées par des coronavirus“, New England Journal of Medicine). Cela signifie qu'un individu infecté devrait contaminer 2,2 autres individus.

    Joseph T. Wu et al. dans leur étude publiée le 31 janvier 2020 utilisent un R0=2.68 (Prévision de la propagation nationale et internationale potentielle de l'épidémie de CoV 2019 originaire de Wuhan, en Chine : une étude de modélisation, The Lancet).

    Autres R0 que l'on trouve dans la littérature sont :

    • Read et al. R0= 3,8 (3,6 à 4) - 23 janv. 2020
    • Abbott et al. R0= 2 à 2,7 - 3 février 2020
    • Kucharski et al. R0= 1,6 à 2,9 - cité par Danon et al. 12 février 2020
    • Liu et al. R0= 2,9 (2,3 à 3,7) - 25 janvier 2020

    Les efforts et les actions des acteurs visent à réduire la R0 de sorte qu'il tombe en dessous de 1, ce qui signifie que le virus cesse de se propager (Qun Li et al., Ibid.). Une fois cet objectif atteint, l'épidémie est contenue.

    Comparaison des chiffres de base de la reproduction

    Si l'on compare le nouveau Coronavirus à d'autres maladies contagieuses, on obtient le tableau suivant :

    Maladie Ro Transmission
    Diphtérie  6-7 Salive
    Rougeole  12-18 En vol
    Oreillons  4-7 Gouttelette en suspension dans l'air
    Polio  5-7 Voie fécale-orale
    Rubéole  6-7 Gouttelette en suspension dans l'air
    Variole  5-7 Gouttelette en suspension dans l'air
    Choléra  1,1 à 2,7 (épidémie au Bangladesh et au Zimbabwe) Directe : de personne à personne Indirecte : eau
    2019-nCov2.2 (Qun Li et al.)
    2,68 (Wu et al.)
    (estimations fin janvier 2020)
    Épidémie de SRAS 2002-2003 2-4 (QUI 11/2003) Gouttelettes respiratoires
    Grippe H1N1 (1918) 2-4 Directe : par voie aérienne Indirecte : en touchant une surface infectée et en portant la main à la bouche ou au nez
    EVD 20162,18 médiane (1,24-3,55) Directe : fluides corporels Indirecte : matières contaminées
    Peste (pneumonie - bactéries) 1.3 Gouttelettes infectieuses aéroportées
    MERS 0.7 ECDC (31 janvier 2020)

    Incubation et transmission de la COV 2019

    Entre-temps, nous savons que "la période d'incubation moyenne est estimée à 5,2 jours (95% CI, 4,1 à 7,0), le 95e percentile de la distribution étant de 12,5 jours, ce qui justifie l'utilisation de 14 jours comme définition opérationnelle pour la recherche et la surveillance des contacts" (Mise à jour de l'ECDC31 janvier 2020). Le site Les points forts de l'Association médicale chinoise le 5 février 2020 que "la période d'incubation est généralement de 3 à 7 jours, jusqu'à 14 jours, pendant laquelle la période infectieuse peut exister".

    Cependant, des études ultérieures (9 février 2020) suggèrent que "la période d'incubation médiane était de 3,0 jours (fourchette, 0 à 24,0 jours)" (Zhong et al, Caractéristiques cliniques de la nouvelle infection à coronavirus de 2019 en Chine, doi : https://doi.org/10.1101/2020.02.06.20020974).

    La possibilité de contagion car l'individu est asymptomatique, comme on le voit, favorise également la contamination (voir mise à jour dans L'épidémie de coronavirus COVID-19 ne concerne pas seulement un nouveau virus).

    De nouvelles voies possibles d'infection sont également identifiées, testées, puis confirmées ou non, quotidiennement, et doivent donc être surveillées.

    A partir du 4 février 2020, le virus "peut être transmis par des gouttelettes respiratoires ou par contact. Il existe une possibilité de transmission fécale-orale (voir notamment Site web dédié aux coronavirus). En attendant, il faut également tenir compte de la possibilité de transmission par les surfaces.

    Les mesures d'hygiène spécifiques recommandées par les sites officiels de la plupart des pays doivent donc être respectées, car icipar exemple par le CDC américain.

    Toutes ces réponses ne sont cependant que partielles et potentiellement temporaires. Le virus n'est pas encore suffisamment compris pour donner une réponse simple à une question simple. En outre, il ne semble pas qu'il existe une réponse simple en épidémiologie. En effet, les résultats dépendent du comportement des différents acteurs.

    Première modélisation de l'épidémie

    En ce qui concerne le nombre potentiel de cas, Joseph T Wu et autres (Ibid.) ont publié les estimations d'une première étude de modélisation centrée sur la Chine le 31 janvier 2020. Leurs résultats, reproduits ci-dessous, sont exprimés pour les principales villes de Chine en taux d'incidence journaliers, c'est-à-dire la probabilité de voir un cas confirmé de 2019-nCoV dans une population - ici pour 1000 personnes - en un jour. Diverses hypothèses sont formulées pour envisager diverses mesures de lutte.

    Joseph T Wu et al. Ibid. Figure 4 - Cliquez pour accéder à l'image dans l'article du Lancet

    Pour conclure, nous citerons longuement l'évaluation finale de Wu et al. On peut y lire

    "Les plateformes de vaccins devraient être accélérées pour un déploiement en temps réel en cas de deuxième vague d'infections. Par-dessus tout, pour la protection de la santé en Chine et à l'étranger, en particulier dans les endroits les plus proches des grands ports chinois, des plans de préparation devraient être préparés pour un déploiement à court terme, notamment en sécurisant les chaînes d'approvisionnement en produits pharmaceutiques, en équipements de protection individuelle, en fournitures hospitalières et en ressources humaines nécessaires pour faire face aux conséquences d'une épidémie mondiale de cette ampleur".

    Joseph T Wu et al. Prévision de la propagation nationale et internationale potentielle de l'épidémie de CoV 2019 originaire de Wuhan, en Chine : une étude de modélisation, The LancetLe 31 janvier 2020.

    Nous avons donc maintenant une réponse meilleure et plus honnête à nos questions fondamentales de survie. Oui, la nouvelle épidémie de coronavirus est grave et ne doit pas être sous-estimée. Tous les acteurs, y compris les individus, doivent se comporter en conséquence.

    Cela explique, par exemple, la Centre européen de prévention et de contrôle des maladies 31 janvier évaluation de la menace la prudence et l'évaluation conditionnelle. L'ECDC souligne que les risques sont faibles pour l'UE si la détection et les "pratiques appropriées de prévention et de contrôle des infections (IPC)" sont mises en œuvre. En attendant, il avertit que si l'UE/EEE échoue dans ses pratiques de détection et de CIP, alors le risque de transmission secondaire est élevé.

    Ainsi, l'incertitude est un facteur possible qui crée le mystère des signaux contradictoires. Cette incertitude est inhérente à l'émergence d'un nouveau virus. Cependant, c'est aussi, très probablement, l'incapacité de nos sociétés à gérer pacifiquement cette incertitude qui favorise ces messages contradictoires.

    Un autre facteur majeur déclenchant ces signaux confus, comme nous avons commencé à le souligner, est que la survie individuelle et la survie collective ne sont pas exactement similaires. C'est ce que nous verrons ensuite.

    Références et bibliographie

    Abbott S, Hellewell J, Munday J, Funk S, Funk S. The transmissibility of novel Coronavirus in the early stages of the 2019-20 outbreak in Wuhan : Exploration de l'ampleur et de la durée de l'exposition initiale aux sources ponctuelles à l'aide de l'analyse de scénarios. Wellcome Open Res, 2020 Feb 3.

    Danon, Leon, Ellen Brooks-Pollock, Mick Bailey, Matt J Keeling, "Un modèle spatial de la transmission de CoVID-19 en Angleterre et au Pays de Galles : propagation précoce et période de pointe", medRxiv, 2020.02.12.20022566.

    Dean, Katharine R., Fabienne Krauer, Lars Walløe, Ole Christian Lingjærde, Barbara Bramanti, Nils Chr. Stenseth, Boris V. Schmid, "Les ectoparasites humains et la propagation de la peste en Europe” Proceedings of the National Academy of Sciences, Feb 2018, 115 (6) 1304-1309 ; DOI : 10.1073/pnas.1715640115.

    Diekmann, O. ; J.A.P. Heesterbeek et J.A.J. Metz, "Sur la définition et le calcul du taux de reproduction de base R0 dans les modèles pour les maladies infectieuses dans les populations hétérogènes", Journal of Mathematical Biology, 28, 1990 : 356–382.

    DXY (DXY.cn)Site web dédié aux coronavirus.

    Centre européen de prévention et de contrôle des maladies 31 janvier évaluation de la menace.

    Fiche d'information de l'ECDC sur la grippe saisonnière.

    Hale, Lonsdale, Le brouillard de la guerre, 1896.

    Heuer, "Biais favorisant la perception d'une direction centralisée", Psychologie de l'analyse du renseignement.

    John Hopkins CSSE : Suivi en temps réel de la propagation du CoV 2019 - carte et graphiques.

    Liu T, Hu J, Kang M, Lin L, Zhong H, Xiao J, et al. Transmission dynamics of 2019 novel coronavirus (2019-nCoV). bioRxiv. 2020 Jan 26;2020.01.25.919787.

    Lodish H, Berk A, Zipursky SL, et al. Biologie cellulaire moléculaire. 4ème édition. New York : W. H. Freeman ; 2000. Section 6.3, Virus : Structure, fonction et utilisations.

    Lofgren, E.T. et N.H. Fefferman. 2007. "Le potentiel inexploité des mondes de jeux virtuels pour faire la lumière sur les épidémies du monde réel". The Lancet Infectious Diseases. 7:625-629.

    Nasir, Arshan et al.L'évolution virale : Origines cellulaires primordiales et adaptation tardive au parasitisme.” Éléments génétiques mobiles vol. 2,5 (2012) : 247-252. doi:10.4161/mge.22797.

    Qun Li et al.Dynamique de transmission précoce à Wuhan, en Chine, de nouvelles pneumonies infectées par des coronavirus“, New England Journal of MedicineLe 29 janvier 2020.

    Lire JM, Bridgen JR, Cummings DA, Ho A, Jewell CP. Novel coronavirus 2019-nCoV : estimation précoce des paramètres épidémiologiques et prévisions épidémiques. medRxiv, 2020 ; 2020.01.23.20018549.

    Rothe et al.Transmission de l'infection à 2019-nCoV à partir d'un contact asymptomatique en Allemagne“, NEJMLe 30 janvier 2020.

    Shen, S., Qu, X., Zhang, W. et al. “Infection contre infection : antagonisme des parasites contre les parasites, les virus et les bactéries“. Maladies infectieuses de la pauvretévolume 8, numéro d'article : 49 (2019).

    L'équipe d'épidémiologie d'intervention d'urgence pour les nouveaux coronavirus et les pneumonies. Les caractéristiques épidémiologiques d'une épidémie de 2019 nouvelles maladies à coronavirus (COVID-19) - Chine, 2020 [J]. China CDC Weekly 2020. - 18 février 2020.

    OMS, Document de consensus sur l'épidémiologie des maladies aiguës graves
    le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS)
    , novembre 2003.

    OMS, Résumé des cas probables de SRAS cas avec début de maladie du 1er novembre 2002 au 31 juillet 2003, 21 avril 2004.

    OMS, Mise à jour de MERSLe Conseil de l'Union européenne a adopté le rapport de la Commission européenne sur l'état d'avancement de la mise en œuvre de l'accord de partenariat et de coopération entre l'Union européenne et les pays tiers, en décembre 2019.

    Wu, Joseph T et al. Prévision de la propagation nationale et internationale potentielle de l'épidémie de CoV 2019 originaire de Wuhan, en Chine : une étude de modélisation, The LancetLe 31 janvier 2020.

    Zhong et al, Caractéristiques cliniques de la nouvelle infection à coronavirus de 2019 en Chine, doi : https://doi.org/10.1101/2020.02.06.20020974.


    Image en vedette : Image par Gerd Altmann à partir de Pixabay [Domaine public]


    Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

    Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

    Rejoindre la conversation

    1 commentaire

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    FR