Le 11 mars, l'OMS a qualifié le COVID-19 de pandémie. La probabilité de voir l'OMS, enfin, accepter le label, augmentait chaque jour. En effet, nous avons assisté à la prolifération de grappes et d'épidémies à l'échelle mondiale, ce qui a entraîné l'émergence de multiples centres épidémiques.

Depuis la première publication de cet article, la pandémie s'est intensifiée. Le 28 mars 2020, nous dépasserons les 600 000 cas confirmés, pour les pays qui testent encore des personnes, et pour les cas qui sont identifiés. Nous atteindrons probablement aussi 30 000 décès dans le monde. Les États-Unis et l'Italie ont dépassé la Chine en termes de nombre de cas. L'Italie et l'Europe ont dépassé la Chine en nombre de décès. 177 pays sont infectés. Comme nous nous y attendions, même si la Chine tente de relancer son économie, elle ne le peut pas, car le reste du monde est confronté au COVID-19.

Début mars 2020, l'épidémie en Chine avait atteint son point culminant. Cependant, le 3 mars, les cas confirmés s'étaient propagés à plus de 80 pays, le 8 mars à 100 pays et le 11 mars à 114 pays (Andrea Shalal, Stephanie Nebehay, "L'OMS met en garde contre la pénurie mondiale de matériel médical pour lutter contre les coronavirus", Reuters, 3 mars 2020 ; Rapport de situation de l'OMS 8 mars 2020, 11 mars 2020).

Le 3 mars, trois pays étaient confrontés à de graves foyers d'épidémie : l'Italie, l'Iran et la Corée du Sud (Ibid., John Hopkins CSSE, Suivi de la propagation de COVID-19 en temps réel. Pendant ce temps, six pays ont également lutté contre des foyers d'épidémie : La France, l'Allemagne, le Japon, Singapour, l'Espagne et les États-Unis (Ibid.). Une semaine plus tard, le 8 mars, la France, l'Allemagne, les États-Unis et l'Espagne semblaient être en bonne voie pour déclarer qu'ils étaient en situation d'épidémie (Mise à jour de l'OMS, ibid.). De nouveaux groupes ont alors touché de nouveaux pays, tels que le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Belgique, etc. (Ibid.). En fait, c'est toute l'Europe qui est maintenant en proie à la pandémie.

D'autre part, l'épidémie a semblé ralentir dans l'un des pays du groupe de la Corée du Sud, qui a également connu un taux de létalité plus faible que les autres pays, probablement en raison de la quantité importante de tests effectués (50/7134 = 0,7%).

Aidez-nous à continuer à offrir un accès libre/des articles gratuits sur le COVID-19
Donation - Analyse des fonds pour la guerre contre COVID-19

L'OMS était réticente à l'idée de déclarer une pandémie. Le 2 mars 2020, elle a réaffirmé son évaluation selon laquelle :

"Ce que nous voyons, ce sont des épidémies dans différentes parties du monde, affectant les pays de différentes manières et nécessitant une réponse adaptée".

Directeur général de l'OMS remarques d'ouverture lors du point de presse sur COVID-19 - 24 février 2020

Ce n'est que le 11 mars que le mot "pandémie" a été accepté :

"L'OMS a évalué cette épidémie 24 heures sur 24 et nous sommes profondément préoccupés tant par les niveaux alarmants de propagation et de gravité que par les niveaux alarmants d'inaction.
Nous avons donc fait l'évaluation que COVID-19 peut être qualifié de pandémie".

Discours d'ouverture du Directeur général de l'OMS lors du point de presse sur COVID-19 - 11 mars 2020

Ce qui nous attend est incertain. Pourtant, nous devons nous y préparer. L'incertitude et les changements à venir sont au centre de cet article et des suivants.

Ici, nous examinons deux caractéristiques majeures du changement. Tout d'abord, nous exposons la différence entre les changements systémiques et collectifs d'une part, et les changements spécifiques et particuliers d'autre part. Nous donnons des exemples spécifiques dans le cas de la COVID-19, à différents niveaux d'analyse. Nous examinons le cas de l'interruption de l'approvisionnement en équipements de protection individuelle et l'impact de l'interruption des voyages au-delà du tourisme. Ensuite, au deuxième niveau d'analyse, nous comparons brièvement les conditions de différents risques potentiels avec les exemples de Monaco et de Singapour.

élaboration de scénarios, scénario, prospective stratégique, cours en ligne, gestion des risques, futur
Embrassez l'incertitude : Anticiper, prévoir et avertir !
Développez et améliorez concrètement, étape par étape, vos capacités d'analyse prévisionnelle pour aborder des questions géopolitiques, de sécurité nationale et mondiale et des questions politiques complexes. Cours en ligne 1 : du processus à la modélisation analytique - Cours en ligne 2 : construction de scénarios

Dans la deuxième partie, nous soulignons que, pour envisager les changements futurs, nous devons d'abord nous défaire d'une croyance implicite et fausse qui suppose qu'un retour au passé suivra l'épidémie de COVID-19.

Dans les prochains articles, nous identifierons les incertitudes critiques, celles qui interdisent un retour au passé. Pour ce faire, nous utiliserons la méthodologie analytique que nous avons créée pour aider les analystes dans la gestion des risques. Cette méthode, "l'analogie des échecs", permet d'identifier non seulement les facteurs et les variables qui influencent une question mais aussi, et de manière critique, leurs relations et leur dynamique (voir notre cours en ligne: Du processus à la création de votre modèle analytique pour la prévision et l'alerte stratégiques, l'alerte précoce, la gestion des risques et l'élaboration de scénarios). Notamment pour les questions complexes telles que les épidémies et les pandémies, il est impossible de continuer uniquement avec de vieux modèles analytiques inadéquats séparant le monde en catégories distinctes telles que l'économie, la santé, le social, le politique, etc.

Les changements systémiques et collectifs encadrent des impacts spécifiques

Le premier point crucial pour comprendre et prévoir les changements est de distinguer et d'articuler les différents niveaux d'analyse.

Niveaux d'analyse

En effet, les changements à venir formeront un cadre générique plus large dans lequel des situations particulières se dérouleront. Nous pouvons utiliser les niveaux d'analyse classiques utilisés dans les sciences sociales. Dans les relations internationales, par exemple, à la suite de Kenneth Waltz, le premier niveau d'analyse est le niveau individuel, le deuxième niveau est le niveau de l'État (ou de la collectivité) et le troisième niveau est celui du système (L'homme, l'État et la guerre : une analyse théorique, 2001 [1959]).

Nous abordons ici la dynamique générale ou collective, c'est-à-dire les deuxième et troisième niveaux d'analyse. Chaque acteur devra ensuite évaluer, par des recherches spécifiques et des rapports commandés, comment les processus situés à ces niveaux, collectif et systémique, ont un impact sur sa situation particulière. En effet, les impacts varieront énormément en fonction des spécificités de chaque acteur.

Un facteur, des impacts différents à différents niveaux

Le cas de l'interruption de la fourniture d'équipements de protection individuelle

Des impacts différents pour des acteurs différents

Si nous prenons l'exemple d'un acteur économique, l'impact des multiples épidémies de COVID-19 dépend de l'activité de cet acteur. Par exemple, l'OMS a mis en garde contre

COVID-19, épidémies, scénario, analyse des risques, prospective stratégique, alerte, anticipation des menaces
Prendre en compte les risques liés aux coronavirus: rapports commandés
Les entreprises cotées en bourse sont invitées à tenir compte des risques liés aux coronavirus dans leurs informations financières (La SEC américaine a demandé 19 février ROYAUME-UNI FRC18 février 20). Toutes les entreprises devraient envisager les futures répercussions probables de l'épidémie de COVID-19 sur leur activité.
Contactez-nous pour les rapports commandés qui vous aident à planifier et à remplir vos obligations. Contactez également Dr Hélène Lavoix directement.

"la perturbation grave et croissante de l'offre mondiale d'équipements de protection individuelle - causée par l'augmentation de la demande, la thésaurisation et l'utilisation abusive".

Discours d'ouverture du Directeur général de l'OMS lors du point de presse sur COVID-19 - 3 mars 2020

Ce facteur aura un impact négatif sur tous les acteurs de la santé dans leur mission, ainsi que sur les personnes cherchant à se protéger du COVID-19. Il aura un impact à la fois sur la contagion et sur la capacité à survivre à la maladie.

D'autre part, ce même facteur aura un impact positif sur les fabricants locaux de ces équipements. Certaines petites entreprises qui ont pu connaître des difficultés à faire face à la concurrence étrangère, par exemple de Chine, trouveront des marchés qui avaient disparu. Leur proximité géographique et le fait qu'elles partagent les mêmes expériences que leurs clients - en fait, elles font partie de la même entité politique - leur donneront désormais un avantage concurrentiel par rapport à l'approvisionnement externalisé. En outre, et jusqu'à un certain point, la loi de l'offre et de la demande les favorisera. Ils pourront donc prospérer aussi longtemps que durera l'épidémie. Cela pourrait suffire pour qu'elles puissent rebondir.

Lorsque les impacts se répercutent à d'autres niveaux

Or, l'accumulation d'impacts particuliers au premier niveau d'analyse aura à son tour des conséquences aux niveaux collectif et systémique.

Par exemple, la redécouverte des avantages de la production locale peut, à plus long terme, modifier le niveau systémique, favorisant et accélérant l'émergence d'une nouvelle phase de production nationale ou locale. En attendant, le paradigme libéral mondialisé sera encore plus affecté. Divers facteurs conditionneront la possibilité, l'ampleur et la rapidité des changements à des niveaux plus élevés.

Le cas de la perturbation des échanges de personnes et des voyages : au-delà du tourisme

De même, l'épidémie de COVID-19 aura un impact défavorable sur les activités impliquant des échanges de personnes et des voyages. Cela est particulièrement évident pour les compagnies aériennes, les bateaux de croisière et le tourisme de longue distance. D'autre part, les entreprises qui parviendront à fournir un service similaire tout en protégeant leurs clients pourront se développer et prospérer. Par exemple, l'épidémie profite déjà à l'activité en ligne.

L'exemple du tourisme et des activités connexes est évident. Cependant, il est important de ne pas s'arrêter là. Nous devrions également mentionner comme dépendant des mêmes facteurs, la coopération scientifique - pourtant cruciale par exemple pour le développement de la science de l'information quantique (voir notre cartographie des acteurs dans Quantum, AI et géopolitique (3) : Cartographier la course à l'informatique quantique et articles suivants), la fameuse diplomatie de la navette développée depuis Kissinger, et la diplomatie de la voie II (par exemple Jeffrey Mapendere, "Track One and a Half Diplomacy et la complémentarité des pistes", COPOJ - Culture of Peace Online Journal, 2(1), 2000, 66-81). Quel sera donc l'impact en cascade sur la diplomatie et la paix. En attendant, les organisations internationales et leur travail sont également touchés. Par exemple, les réunions de printemps 2020 du groupe FMI-Banque mondiale ont été transformées "en un format virtuel" (FMI, "Questions et réponses sur les réunions du printemps 2020", dernière mise à jour : 3 mars 2020). Cela peut avoir d'autres conséquences au niveau systémique, car les acteurs mêmes qui opèrent à ce niveau sont directement touchés.

Différents destins possibles pour différentes politiques : Monaco et Singapour

De même, en passant au deuxième niveau d'analyse, l'épidémie de COVID-19 aura un impact différent sur les différentes politiques.

Des risques potentiels pour Monaco ?

Si l'on prend les cas des villes-États, on peut s'interroger sur la vulnérabilité au COVID-19 de la principauté de Monaco, par exemple. L'évaluation actuelle de l'open source est optimiste, mais elle souligne l'importance de l'épidémie (Amy Cartledge, "Le Prince Albert II répond à la COVID-19 à Monaco“, Tribune de Monaco3 mars 2020). Compte tenu de la démographie de Monaco, de sa dépendance à l'égard des événements sportifs et culturels et des divertissements de luxe, on peut s'interroger sur les éventuelles répercussions économiques si l'épidémie se prolongeait tout au long du mois de mars et au-delà.

En effet, les personnes riches et très riches comptent également les personnes plus âgées et donc plus susceptibles de subir les pires effets de la COVID-19, si elles devaient être infectées. Par exemple et à titre indicatif, si l'on utilise la liste de 2019 de Forbes Les milliardaires du mondeet si l'on regarde les 20 milliardaires les plus riches, on constate qu'ils ont en moyenne 66 ans, allant de 89 à 35 ans. Quatorze d'entre eux ont plus de 60 ans, et seulement quatre ont moins de 50 ans. Ils sont donc plus exposés au risque de souffrir du COVID-19 que les autres. Il est vrai qu'ils se mélangent peut-être moins, mais le font-ils ? Ce n'est qu'une indication, et en ce qui concerne notre exemple monégasque, une analyse détaillée serait nécessaire. Néanmoins, cette indication révèle une possible vulnérabilité spécifique.

En tout état de cause, un pays comme Monaco dépend de rassemblements de luxe, d'événements, de richesse et de sécurité pour les riches mais aussi pour les personnes âgées (par exemple le Gouvernement Princier, "Des mesures pratiques pour que Monaco reste une destination de rêve“). Elle pourrait bien avoir besoin de développer des stratégies nouvelles et spécifiques pour gérer les impacts possibles de la COVID-19 sur ses fondamentaux, selon différents scénarios.

Résilience pour Singapour ?

En revanche, Singapour, toutes choses égales par ailleurs et malgré l'existence d'un foyer d'épidémie, est très probablement plus résistant. En effet, Singapour, sous la direction du chef des fonctionnaires de l'époque, Peter Ho, s'est engagé dans des changements gouvernementaux globaux en 2004 pour surmonter la menace d'événements extérieurs (Peter Ho, "The RAHS Story", dans Edna Tan Hong, Ngoh & Hoo Tiang Boon, ed. Penser l'avenir, l'anticipation stratégique et le RAHSSingapour : NSCC & RSIS, 2008, pp. xi - xix). Parmi ces événements figurait l'épidémie de SRAS (Ibid.).

On pourrait multiplier presque à l'infini les exemples de facteurs créés par l'épidémie de COVID-19 au deuxième et troisième niveau d'analyse ayant des impacts variables au premier et au deuxième niveau, selon les situations spécifiques.

Il est donc crucial d'élaborer un cadre approprié tenant compte des changements collectifs que chaque acteur pourra ensuite appliquer à son cas spécifique.

Pas de retour au passé

Nous avons donc vu des exemples de la manière dont les changements aux deuxième et troisième niveaux d'analyse peuvent avoir un impact sur des acteurs spécifiques divers. Maintenant, si nous voulons être en mesure de comprendre ces changements à venir, nous devons surmonter un obstacle majeur. Nous devons nous permettre de penser différemment. Nous devons surmonter nos camisoles de force cognitives. Nous devons nous assurer que nous envisageons toutes les possibilités. Cela commence par le démantèlement des modèles mentaux qui nous retiennent prisonniers.

Le mythe du retour au passé

Un de ces modèles mentaux actuellement en vigueur est de penser que le monde reviendra à la situation qui prévalait avant le début de l'épidémie de COVID-19.

La plupart des gens, des commentateurs et des acteurs officiels semblent en effet croire que, au pire, quelques jours, quelques semaines ou peut-être quelques mois seront difficiles. Ensuite, on s'attend à ce que tout revienne à la normale. Rapidement, et plus encore une fois le pic de l'épidémie passé, l'objectif est de reprendre "une production et une vie normales" (Zhou Xin, "Coronavirus : Xi Jinping envoie un message sur l'économie chinoise et le retour aux affaires"(12 février 2020).

Cela s'exprime par des mots tels que "reprise", "reprise", "retour à la normale", "retour à la normale", que l'on trouve dans diverses déclarations et titres d'articles (par exemple "L'enquête sur les entreprises et les récupération les perspectives... le reprise des opérations commerciales et de la production" dans "Les entreprises chinoises sont optimistes malgré l'épidémie de COVID-19 : enquête” (Xinhua, 29 février 2020) ; ".La Chine veut revenir à la normale au fur et à mesure que le nombre de cas de coronavirus diminue. Cela pourrait être dangereux"CNN, 28 février 2020 ; Un plus lent retour à la normaleApple s'attend à manquer ses objectifs de revenus à cause du coronavirus chinois“, Fortune18 février 2020).

Si "normal" signifie une situation où l'épidémie de COVID-19 ne se propage pas, alors cette perception peut être juste.

Cependant, si, par "normal", divers acteurs et commentateurs pensent que le monde reviendra à ce qu'il était avant le début de l'épidémie, alors cette hypothèse est fausse.

Peut-on appliquer le modèle des stades d'une épidémie au monde pris dans une épidémie ?

La croyance en un retour au passé peut résulter d'une projection, sur le monde, de la manière dont se déroule une épidémie.

Les étapes d'un modèle d'épidémie

Par exemple, la France applique à l'épidémie de COVID-19 une approche par étapes qu'elle a développée pour l'épidémie de grippe de 2011, comme le montre l'image ci-dessous.

Plan national - Pandémie grippale - 2011 - p 11 - Maintenant appliqué à COVID-19

Là, chaque étape génère un objectif et des actions diverses (Info Coronavirus, questions fréquentes, "Quels sont les trois stades de gestion de l'épidémie de Coronavirus COVID-19 en France ?", gouv.fr ; Plan national - Pandémie grippale - 2011p. 10-11).

L'étape 4 "retour à la situation antérieure" est-elle vraiment possible ?

L'étape 4 correspond, en termes d'actions, à un retour à la "situation antérieure". Cependant, les actions sont liées à la gestion de l'épidémie. Ainsi, si ou lorsque l'épidémie s'arrête, les mesures exceptionnelles prises pour gérer l'épidémie s'arrêtent également. Par conséquent, on peut revenir à la situation antérieure. Par exemple, il n'est pas nécessaire de mobiliser le même personnel médical. Les quarantaines ne sont plus nécessaires.

Pourtant, même dans le domaine médical et épidémiologique, il est probable qu'il n'y aura pas de retour au passé, stricto sensu. En effet, les êtres humains apprennent de leur expérience - espérons-le. Il est donc très probable que les systèmes de santé, tant au niveau national que mondial, s'inspirent des enseignements tirés de la COVID-19. Ainsi, il n'y aura pas de retour au passé.

Un retour impossible au passé : l'épidémie de SRAS et les leçons à en tirer

Maintenant, si nous appliquons le modèle de phase strictement épidémiologique à autre chose, la possibilité d'une phase 4 qui serait un retour à la situation ante est encore moins possible.

Prenons le cas du SRAS comme exemple comparatif. Avec le recul, nous savons que l'épidémie de SRAS a changé les choses pour toujours. Par exemple, comme nous l'avons souligné précédemment, Singapour s'est lancé dans une politique gouvernementale de prospective et de prospective stratégique, également en raison de l'épidémie de SRAS (Peter Ho, Ibid.). Tout en mettant en œuvre cette nouvelle politique, Singapour a changé. En outre, il a également mis en place des actions internationales connexes qui ont eu un impact sur le monde (Hélène Lavoix, Prospective actionnable : Les cas de Singapour et de la Finlande(Rapport commandé par le Département d'État des États-Unis, 2010). En conséquence, le monde entier a changé, même si la plupart des acteurs ne s'en sont pas rendu compte consciemment ou n'en sont pas conscients. Et ce n'est là qu'un exemple de changement. Il suffit cependant de prouver que le monde après l'épidémie de SRAS n'est pas revenu à la situation qui prévalait avant le SRAS.

Nous pouvons également identifier d'autres candidats expliquant la croyance que la vie reprendra comme avant. L'espoir est très probablement un facteur explicatif important. L'intérêt aussi joue certainement un rôle, car ceux qui ont bénéficié du système épidémique pré-COVID-19 voudront que ce système revienne. D'autres biais cognitifs peuvent également être à l'œuvre.

Néanmoins, malgré les espoirs, les projections et autres préjugés, nous ne reviendrons jamais au monde que nous connaissions avant l'épidémie. En d'autres termes, tout va changer.

Il faut donc envisager la nature, la profondeur et la portée des changements possibles. Nous devons désormais identifier les variables clés qui influencent l'existence, l'ampleur, la vitesse et la probabilité de ces changements. C'est ce que nous ferons pour les facteurs génériques clés dans les prochains articles. Ceux qui seront le mieux préparés survivront le mieux.


Image : Cette illustrationLe projet de recherche sur les coronavirus, créé par les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), révèle la morphologie ultrastructurale des coronavirus. Notez les pics qui ornent la surface extérieure du virus, qui donnent l'apparence d'une couronne entourant le virion, lorsqu'on les observe au microscope électronique. Un nouveau coronavirus, appelé coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2), a été identifié comme la cause d'une épidémie de maladie respiratoire détectée pour la première fois à Wuhan, en Chine, en 2019. La maladie causée par ce virus a été nommée maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).


Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR