De nombreux pays touchés par la pandémie sortent ou sont sur le point de sortir de la période des mesures d'isolement les plus strictes. En effet, ils estiment avoir réussi à contrôler la contagion. En attendant, ils ont évité l'effondrement redouté de leur système de santé, qui aurait pu avoir lieu si les hôpitaux avaient été débordés.

En Europe, un pays se démarque, la Suède. Le récit souvent entendu se déroule comme suit : La Suède semble avoir opté pour une politique de laissez-faire ; elle a recommandé mais jamais imposé ; elle n'a donc guère ou pas de politique de sortie à concevoir et à mettre en œuvre, car il n'y a pas tant de choses à sortir. En attendant, elle s'en sort beaucoup mieux dans sa gestion du COVID-19, notamment en termes économiques, alors que le bilan qu'elle paie en termes de victimes est loin d'être terrible.

Ce récit est-il correct ? Quels sont les faits ? Comment expliquer la différence entre "la Suède et les autres" ? Pouvons-nous déjà tirer des leçons du cas suédois ou est-il vraiment trop tôt dans la pandémie pour le faire ? Cela signifie-t-il que tous les pays qui ont mis en œuvre la distanciation sociale et d'autres mesures ont eu tort de le faire ? Sans tomber dans un jugement noir et blanc caricatural, y a-t-il des leçons que nous pourrions tirer de la manière dont la Suède a géré cette partie de l'épidémie de pandémie ? Est-il reproductible dans le temps et ailleurs ?

Ce sont des questions cruciales pour les décideurs politiques qui préparent la stratégie de sortie du verrouillage et qui doivent assurer la sécurité de leurs citoyens. Cela pourrait leur donner des éléments supplémentaires pour réussir à protéger les citoyens à la fois de la maladie et des difficultés économiques.

Ce sont des questions clés pour les entreprises, les sociétés et les acteurs financiers, car ils vont faire pression sur les autorités politiques pour défendre leurs intérêts et ils doivent également anticiper sur l'avenir de leur activité.

Ce sont des questions cruciales pour les citoyens, qui doivent pouvoir évaluer la manière dont leurs autorités politiques réussissent leur mission de protection des gouvernants.

Cet article traite de la manière dont la Suède a géré, jusqu'à présent, la pandémie COVID-19 et du récit du "modèle suédois". L'objectif est d'évaluer de quelle manière la stratégie suédoise peut être utilisée comme modèle par d'autres, et non de juger la manière dont les autorités suédoises ont géré la COVID-19.

Tout d'abord, l'article se concentre sur les politiques et les mesures prises par la Suède pour faire face à la COVID-19, la raison d'être de ces mesures et leurs acteurs. Ensuite, il examine les impacts actuels de ces mesures, en termes de santé et en termes économiques. Enfin, il s'interroge sur la réalité de l'idée d'un modèle suédois exceptionnel. Elle examine d'abord, à supposer qu'il existe un modèle, sa reproductibilité. Ensuite, elle s'interroge sur l'idée même d'un modèle suédois.

La Suède face au COVID-19

Depuis le début de la COVID-19, la Agence suédoise de la santé publique (Folkhälsomyndigheten) a eu le dessus sur toutes les décisions concernant la réponse suédoise à l'épidémie (Hans Bergstrom, "La triste vérité sur le "modèle suédois“, Syndicat de projet17 avril 2020). Anders Tegnell, épidémiologiste et responsable de la Département de l'analyse et du développement des données de santé publique de l'agence dirige l'effort (Ibid.).

Selon Hans Bergstrom, professeur de sciences politiques à l'université de Göteborg, les convictions fortes et souvent erronées de Tegnell ont ouvert la voie aux stratégies suédoises (Ibid.). Tegnell ne croyait pas que l'épidémie chinoise pouvait se propager. Il pensait alors que la recherche de cas était une mesure suffisante pour contrôler le COVID-19, car il n'y avait aucun signe de transmission communautaire à l'intérieur de la Suède (Ibid.). Bergstrom (Ibid.) soutient que "entre les lignes", Tegnell cherche à obtenir progressivement une immunité de troupeau. Entre-temps, considérant que la COVID-19 était là pour durer, Tegnell pensait qu'il fallait mettre en place des politiques qui pourraient être durables dans le temps, économiquement et psychologiquement (Ibid.).

En effet, Tegnell a interviewé dans Nature,confirme cette vision :

"Ce n'est pas une maladie que l'on peut arrêter ou éradiquer, du moins jusqu'à ce qu'un vaccin efficace soit produit. Nous devons trouver des solutions à long terme qui maintiennent la distribution des infections à un niveau décent. Ce que chaque pays essaie de faire, c'est de séparer les gens, en utilisant les mesures dont nous disposons et les traditions que nous avons pour mettre en œuvre ces mesures. Et c'est pourquoi nous avons fini par faire des choses légèrement différentes.

Marta Paterlini, "Fermer les frontières est ridicule" : l'épidémiologiste à l'origine de la stratégie suédoise controversée contre les coronavirus“, Nature,le 21 avril 2020

Tegnell souligne également qu'aucune des mesures les plus sévères appliquées ailleurs, comme l'isolement, n'est fondée sur des preuves scientifiques, et que les épidémiologistes ont produit des modèles trop pessimistes (Paterlini, Ibid.).

En conséquence, la Suède a conseillé à ses citoyens de pratiquer la distanciation sociale et de travailler à partir de chez eux, mais n'a guère appliqué cette règle. Il est interdit de se tenir dans les bars, mais les restaurants sont ouverts (Informations d'urgence des autorités suédoises, "Interdiction de s'entasser dans les restaurants, cafés et bars“, Bekräftad information om coronaviruset25 mars 2020).

L'interdiction d'entrée s'applique principalement aux citoyens étrangers qui tentent d'entrer en Suède depuis tous les pays, à l'exception de ceux de l'EEE et de la Suisse, du 17 mars 2020 au 15 mai, soit 30 jours (La police suédoise, Les voyages à destination et en provenance de la Suède sont concernés jusqu'au 15 mai 2020).

Le sens exemplaire de la responsabilité sociale et les valeurs uniques de la Suède sont considérés comme ayant permis à cette politique d'être couronnée de succès. La Suède le serait, au fond,

"Une société modèle fondée sur des valeurs de justice sociale et de rationalité humaine, avec un niveau élevé de confiance entre les gens et des autorités dignes de confiance. Ce modèle trouve son origine dans le concept de "Folkhemmet", ou maison du peuple, introduit par les sociaux-démocrates, selon lequel un État providence s'occupe de tous à condition que chacun se conforme à un ordre commun".

Heba Habib, "Grâce à la science et à des valeurs communes, la Suède trace sa propre voie en matière de pandémie", The Christian Science Monitor, 27 avril 2020.

En conséquence, les gens sont censés suivre de manière responsable les suggestions de leur gouvernement, ce qui se traduit par des politiques réussies. Ainsi, début avril, on estimait que 50% de personnes travaillaient à domicile, que l'utilisation des transports publics avait diminué de 50% et que les rues de Stockholm n'étaient plus que 30% aussi fréquentées qu'avant la COVID-19 ("La réaction aberrante de la Suède à COVID-19 et ses résultats jusqu'à présent"(PYMNTS.com 16 avril 2020)

Ainsi, jusqu'au 24 avril 2020, la Suède a eu une politique bien moins contraignante pour contrôler le COVID-19 que ses voisins ou que la plupart du monde, comme le montre le tableau ci-dessous qui énumère les mesures prises par la Suède par rapport à ses voisins nordiques.

SuèdeDanemarkNorvège Finland
Tous les voyages
14 mars - y compris pour la Suède16 mars - tous les non-résidents sont interdits d'entrée en Norvège16 mars
Voyages en dehors de l'EEE17 mars au 15 mai


Quarantaine des régions à haut risque
9 mars27 février - tous seront mis en quarantaine, sauf ceux qui reviennent de Suède et de Finlande16 mars - tous les rapatriés doivent être des résidents ou des citoyens seulement - 14 jours de quarantaine
Rester à la maison pour des fonctions non essentielles
13 mars19 mars (interdiction de séjourner dans les cabines, quarantaine à domicile)16 mars
Rassemblements de personnesRassemblement limité à 500 personnes - 30 mars : rassemblement limité à 50 personnes18 mars - Pas de rassemblement de plus de 10 personnes
16 mars - Pas de rassemblement de plus de 10 personnes
Enseignement secondaire fermé
13 mars12 mars16 mars
Fermeture de l'enseignement primaire
16 mars12 mars16 mars
Détaillants, restaurants, bars, etc. fermés 25 mars - Interdiction de se tenir debout dans les bars. La distance de sécurité est maintenue ailleurs.18 mars12 mars - sauf établissement servant des aliments)16 mars - seule diminution des activités non critiques
Des régions intérieures contaminées verrouillées


27 mars - 15 avril Uusimaa
Mesures prises pour faire face à la pandémie de COVID-19 dans les pays nordiques - Diverses sources officielles, selon les pays

Dans une interview du 21 avril, Tegnell a reconnu que la plupart des décès suédois provenaient de maisons de soins pour personnes âgées et qu'une enquête sur le nombre élevé de décès était nécessaire (Ibid.). Pourtant, selon lui, ce n'est pas la stratégie COVID-19 qui a potentiellement échoué ici, mais le système d'aide sociale (Jenny Anderson, "L'approche très différente de la Suède à l'égard de Covid-19“, Quartz27 avril 2020).

Tegnell ne croit pas non plus beaucoup à la contagion asymptomatique, ou seulement à la marge, et décrie la fermeture des frontières, car la contagion existe maintenant à l'intérieur des frontières européennes (Paterlini, Ibid.). Cependant, il oublie aussi que la Suède est de facto protégé par la fermeture des frontières et par les politiques des autres.

Dans l'ensemble, M. Tegnell est satisfait de la politique qu'il a conçue et de ses résultats.

Cependant, d'autres scientifiques suédois de haut niveau ont contesté cette approche et 22 d'entre eux ont publié un lettre ouverte dans le journal suédois Dagens Nyheter: "Les autorités de santé publique ont échoué - maintenant les politiciens doivent intervenir." Ils y ont mis en évidence un échec dangereux des autorités de santé publique, le nombre de décès ayant dépassé les 1000. Ils ont demandé aux autorités politiques d'intervenir et de changer les politiques.

Le 15 avril 2020, le Parlement suédois a en effet "prolongé son accord sur la procédure parlementaire temporaire pendant l'épidémie de COVID-19 pour qu'elle dure au moins jusqu'au 29 avril 2020" (Bibliothèque du Congrès, Moniteur juridique; Riksdag de Sveriges, 15 avril 2020).

Pourtant, les politiques n'ont pas changé, jusqu'au 24-27 avril 2020.

Impacts... jusqu'à présent

Quels sont les impacts des politiques mises en œuvre par la Suède concernant le COVID-19 ?

Résultats en matière de santé

Un pic ?

Le 24 avril 2020, on comptait 17 567 cas identifiés et 2 152 décès (CSSE John Hopkins : Suivi en temps réel de la propagation du COVID-19 (ex 2019-nCoV)). Les 27 et 28 avril, à 11h30, il y a eu respectivement 18.926 et 19621 cas identifiés et 2.274 et 2.355 décès (Mises à jour officielles des données suédoises), mais les données des 7 derniers jours doivent encore être consolidées (Maddy Savage, "Coronavirus : La Suède a-t-elle raison sur le plan scientifique ?“, BBC News25 avril 2020). Jusqu'à présent, les hôpitaux n'ont pas été débordés : 1 353 personnes pour le 27 avril, 1 388 personnes pour le 28 avril sont en soins intensifs.

En suivant la situation après la publication de l'article, le 4 mai 2020, nous avons 22 721 cas identifiés et 2 274 et 2 769 décès (Mises à jour officielles des données suédoises). Il est intéressant de noter que les chiffres des 24, 27 et 28 avril sont maintenant révisés et donnent respectivement 18.100, 19.400 et 20.100 cas positifs cumulés.

Suède, 28 avril 2020 - Dernières mises à jour sur l'apparition de la maladie à coronavirus (covid-19). 
La page est mise à jour quotidiennement avec le nombre de cas à 14:00

L'Agence suédoise de la santé publique a d'abord suggéré qu'à Stockholm, l'épidémie a atteint son point culminant le 17 avril 2020 (Reuters, "Selon l'agence suédoise de la santé, le virus a atteint son point culminant à Stockholm, mais les restrictions n'ont pas encore été assouplies"(21 avril 2020). Stockholm représente la moitié des cas confirmés en Suède (Ibid.).

Pourtant, au 27 avril 2020, le nombre de cas quotidiens augmente toujours, avec une forte augmentation entre le 21 et le 24 avril, puis des augmentations plus faibles. Si la tendance à la baisse se poursuit, un pic pourrait bien avoir été atteint.

Cependant, comme le montre le nouveau graphique actualisé pour le 4 mai 2020 (suivi après publications), les données révisées montrent une augmentation plutôt qu'une diminution. En outre, le 29 avril est le jour où le nombre de cas positifs est le plus élevé depuis le début de l'épidémie, soit 778 cas, suivi du 24 avril avec 769 cas et du 28 avril avec 750 cas. L'idée d'un pic pour la Suède doit donc être remise en question, et surveillée en tenant compte également des variations des données.

Cas COVID-19 en Suède - 27 avril 2020
Cas COVID-19 en Suède - 28 avril 2020
Cas COVID-19 en Suède - 4 mai 2020 - donnant ainsi des données actualisées pour la période du 26 au 29 avril

Entre-temps, comme le montrent les graphiques ci-dessous, et compte tenu des incertitudes sur les données des sept derniers jours, le nombre de décès signalés a fortement diminué et le nombre de personnes dans les unités de soins intensifs a également baissé.

Nombre de décès dus à la COVID-19 en Suède - 27 avril 2020
COVID-19 ICU en Suède - 27 avril 2020

Avons-nous donc un pic ou non ? La réalité d'un pic n'est pas encore claire et seul le temps nous le dira (données de John Hopkins, voir aussi mises à jour officielles des données suédoises). Néanmoins, comme nous le verrons plus loin, la période du 21 au 24 avril a annulé les attentes antérieures d'un pic.

Comparaisons

Comparée à ses voisins, même en tenant compte de sa population plus importante, la Suède s'en est moins bien sortie, comme le montre le tableau ci-dessous. Les taux suédois sont assez similaires à ceux des Pays-Bas, un autre pays qui avait initialement une politique de laissez-faire.

24 avril 2020SuèdeDanemarkNorvège FinlandePays-Bas
Population10 230 0005 806 0005 368 0005 518 00017 280 000
Cas17 5678 4087 4444 39536 727
%0,17172 %0,14482 %0,13867 %0,07965 %0,21254 %
Taux de mortalité2 1524031991774 304
% / pop0,0210 %0,0069 %0,0037 %0,0032 %0,0249 %
% / affaires12 2502 %4 7931 %2 6733 %4 0273 %11 7189 %
Le COVID-19 dans les pays nordiques - Données du 24 avril 2020 - CSSE John Hopkins : Suivi du COVID-19
Danemark COVID-19 cas quotidiens jusqu'au 27 avril 2020 (CSSE John Hopkins : Suivi du COVID-19)
Norvège COVID-19 cas quotidiens jusqu'au 27 avril 2020 (CSSE John Hopkins : Suivi du COVID-19)

Les trois autres pays nordiques, notamment la Norvège, semblent avoir clairement atteint leur point culminant. Les Pays-Bas ont aussi très probablement atteint leur point culminant.

Finlande COVID-19 cas quotidiens jusqu'au 27 avril 2020 (CSSE John Hopkins : Suivi du COVID-19)
Pays-Bas COVID-19 cas quotidiens jusqu'au 27 avril 2020 (CSSE John Hopkins : Suivi du COVID-19)

Dans le cas de la Suède, et comme nous le verrons plus loin, il y a lieu de craindre que le pic de la Suède ne soit pas si facile à atteindre.

Résultats économiques

Malgré des politiques plutôt laxistes par rapport à la plupart des autres pays, la Suède est également confrontée à des dommages économiques.

En effet, la Suède dépend également des autres pour son commerce et son activité. Ainsi, le 8 avril, le unité de recherche économique de BNP Paribas a estimé que le pays serait durement touché par le ralentissement majeur du commerce mondial, car les exportations représentent 45,6% du PIB suédois.

Cependant, certains indicateurs, tels que les dépenses personnelles et l'augmentation du chômage, étaient également meilleurs en Suède qu'en Norvège (Darren McCaffrey, "Analyse : La Suède a-t-elle raison dans son traitement du COVID-19 ?“, Euronews22 avril 2020).

Néanmoins, le 24 avril 2020, la ministre suédoise des finances a déclaré qu'elle s'attendait à ce que l'économie se contracte de 7%, plus qu'elle ne le pensait initialement, et à ce que le chômage atteigne 11% (Radio Sweden, "Davantage d'inspections de la corona dans les restaurants, une économie qui devrait être plus durement touchée, davantage d'infections dans les maisons de retraite"(24 avril 2020).

Y a-t-il donc vraiment matière à modèle ? La Suède n'a pas fait aussi bien que ses voisins en matière de protection de la santé de ses citoyens. Pourtant, elle n'a pas non plus été moins bien lotie que les Pays-Bas, par exemple, jusqu'à présent. Mais là encore, les Pays-Bas semblent avoir atteint un sommet. Entre-temps, le coût économique pour la Suède est comparable aux prévisions du FMI du 14 avril pour les Pays-Bas, car l'économie néerlandaise devrait se contracter de 7,5% en 2020 (DutchNews.nl, "Le FMI estime que l'économie néerlandaise se contracte de 7,5% cette année, le chômage atteignant 6,5%"14 avril 2020).

À première vue, et compte tenu du fait que nous sommes encore au début de la pandémie, il est difficile d'évaluer si nous avons ou non un modèle suédois. Examinons donc maintenant une réplicabilité potentielle du modèle, puis l'évolution de ces derniers jours.

Un modèle suédois ?

S'il existe un modèle suédois, est-il reproductible ?

Premièrement, outre le rôle que joue le modèle des valeurs culturelles et socio-politiques, la Suède était probablement aussi protégée de niveaux de contagion encore plus élevés par une faible densité de population, comme le montre le graphique comparatif ci-dessous, et malgré des variations selon les régions.

Densité de population (personnes par km2 de surface terrestre) - Italie, Suède, France, Espagne, Danemark - Estimations de la population de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture et de la Banque mondiale.

Deuxièmement, la Suède n'avait pas la même exposition au monde que d'autres nations comme l'Espagne, l'Italie ou la France. En effet, en utilisant Banque mondiale statistiques, en 2018, les principaux partenaires de la Suède étaient, pour les exportations, l'Allemagne, la Norvège, la Finlande, le Danemark et les États-Unis, et pour les importations, l'Allemagne, les Pays-Bas, la Norvège, le Danemark et le Royaume-Uni. En comparaison, les principaux partenaires de la France, pour les exportations, étaient l'Allemagne, les États-Unis, l'Espagne, l'Italie et la Belgique, et pour les importations, ils étaient l'Allemagne, la Chine, l'Italie, la Belgique et l'Espagne. Les principaux partenaires de l'Italie étaient, pour les exportations, l'Allemagne, la France, les États-Unis, l'Espagne et le Royaume-Uni et, pour les importations, l'Allemagne, la France, la Chine, les Pays-Bas et l'Espagne.

Dans l'ensemble, la Suède reçoit beaucoup moins de voyageurs (le tourisme inclut les voyages d'affaires) que les autres pays qui ont été plus rapidement et plus intensément touchés par la COVID-19, comme le montre le graphique ci-dessous pour le tourisme entrant 2018 (Statistiques de l'OMT).

2018 Tourisme entrant pour la Suède avec des comparaisons - (Statistiques de l'OMT)

Ainsi, compte tenu des spécificités de la Suède, s'il existe un modèle, il ne peut être reproduit que dans les pays qui bénéficient des mêmes conditions. En même temps, ces facteurs spécifiques soulignent également qu'au lieu d'un modèle spécifiquement conçu, nous avons ici des circonstances particulières, comme pour chaque pays, ou plus largement unité d'analyse, qui interagissent avec une stratégie spécifique.

Mais existe-t-il vraiment un modèle suédois ?

Maintenant, on peut aussi se demander s'il existe vraiment un modèle suédois, si l'on considère les données relatives à la COVID-19 du 21 au 24 avril 2020.

Vers un changement de politiques ? Pas un modèle différent mais une dynamique différente ?

Le gouvernement suédois a également noté la nouvelle augmentation du nombre de cas observée entre le 21 et le 24 avril (David Nikel, "Le chef de la santé suédoise admet que "ce n'est pas fini" alors que les cas de coronavirus se multiplient“, Forbes24 avril 2020). L'Agence suédoise de la santé publique a reconnu cette augmentation. Comme l'a rapporté Forbes, Tegnell a déclaré

"Il y a eu plus de décès que prévu. Ce n'est certainement pas fini. Nous le constatons surtout dans la petite hausse à Stockholm à nouveau"

David Nikel, "Le chef de la santé suédoise admet que "ce n'est pas fini" alors que les cas de coronavirus se multiplient“, ForbesLe 24 avril 2020.

Les résultats décevants seraient liés au week-end de Pâques.

En conséquence, l'Agence suédoise pour les contingences civiles a averti que les gens ne devaient pas relâcher leurs efforts pour adopter une approche responsable (Ibid.). Dans l'intervalle, le maire de Stockholm a menacé de fermer des restaurants et des bars si les distances de sécurité n'étaient pas respectées (ibid.). Certains d'entre eux ont en effet été fermés par le conseil local de sécurité alimentaire, tandis que les célébrations du printemps ont été annulées (Radio Suède, "Les bars de Stockholm fermés en raison de la foule, les célébrations de printemps annulées, avertissement pour le chômage de longue durée"(27 avril 2020).

Ainsi, confrontées à une augmentation inattendue du nombre de cas, les autorités suédoises doivent recourir aux mêmes politiques que les autres. Elles doivent renforcer les règles de distanciation sociale.

Si de telles hausses se reproduisent, il est donc possible, compte tenu des décisions très récentes, que les autorités doivent poursuivre sur la voie de mesures plus strictes.

Dans ce cas, la Suède ne ferait que suivre la voie des autres pays. Le "modèle" serait en fait plutôt une phase initiale plus longue, jusqu'à ce que des mesures plus strictes deviennent nécessaires.

Si les données s'améliorent et restent bonnes, la Suède pourra alors à nouveau assouplir les mesures. Ainsi, s'il existe un modèle, il peut s'agir d'un modèle qui favorise la flexibilité.

Le calendrier de la préparation

Si les cas de COVID-19 devaient à nouveau augmenter fortement, la Suède risquerait alors de faire face à une pénurie d'unités de soins intensifs (ICU), comme cela s'est produit ailleurs.

Il semble toutefois que la Suède soit bien préparée en termes de capacités des USI. La capacité initiale de l'USI (avant le COVID-19) de la Suède était de 526 lits (Joacim Rocklov, "COVID-19 : demande de soins de santé et mortalité en Suède en réponse aux scénarios d'atténuation et de suppression des produits non pharmaceutiques (NPI)"(voir le document de travail de la Commission sur les droits de l'homme, MedRxiv, 7 avril 2020).

Rocklov a estimé que la capacité de l'USI pourrait être doublée grâce à la préparation, ce qui semble avoir eu lieu (Ibid., Anderson, Ibid.).

Les 26 et 27 avril, le nombre de patients COVID-19 en soins intensifs serait respectivement de 558 et 543, ce qui dépasse le nombre initial de lits disponibles pour toutes les pathologies (Svenska Intensivvårdsregistret). Si la capacité a doublé grâce à la préparation, alors la Suède est probablement en mesure de traiter un nombre important de nouveaux cas.

La préparation en termes de capacités des unités de soins intensifs, en supposant que le doublement de la capacité soit correct, pourrait être considérée comme un élément réussi du modèle suédois, mais elle aurait également pu être réalisée avec moins de décès.

Vers une homogénéisation ?

Or, si les autorités politiques suédoises devaient continuer sur la voie de restrictions plus sévères, parce qu'elles ne parviennent pas à atteindre véritablement un pic, cette évolution pourrait avoir lieu au moment même où d'autres pays assouplissent leur politique.

Les pays sortant de mesures d'isolement sévères craignent alors un retour de l'épidémie et une deuxième vague. Ils accorderont très certainement une très grande attention à la possibilité de cas importés, comme le fait la Chine. Ainsi, la stratégie suédoise de ne pas croire aux contrôles des voyages, ajoutée à un pic incertain, pourrait menacer de se retourner contre eux. Par conséquent, la combinaison de ces facteurs pourrait contraindre la Suède à modifier également sa politique en matière de voyages. Il est d'autant plus probable que la Suède ait contribué à la contagion générale européenne dès le 7 février 2020, comme le montre la fascinante étude espagnole retraçant la phylogénie du virus en Europe (Francisco Díez-Fuertes, et al. "Phylodynamique de la transmission du SRAS-CoV-2 en Espagne", bioRxiv, 20 avril 2020). Il est vrai que le 7 février, la plupart des pays européens se moquaient de ceux qui craignaient une ridicule petite épidémie de grippe. Pourtant, depuis lors, ils semblent avoir appris.

Dans ce cas, l'incertitude de la courbe épidémique pourrait jouer comme un désavantage pour la Suède, ou, à tout le moins, obligerait la Suède à s'homogénéiser. Le grand politologue Fred Halliday a montré les impératifs de l'homogénéisation dans les relations internationales (Repenser les relations internationales, 1994). Des recherches supplémentaires seraient nécessaires ici pour évaluer si le cas de la Suède peut nous donner des indications que cette dynamique vers l'homogénéisation sera à l'œuvre dans les mois et les années à venir, ce qui est crucial pour construire correctement des scénarios.

Dans ce cas, le modèle serait différent de ce qui était prévu initialement. Il montrerait l'importance du calendrier, le danger éventuel d'une courbe épidémique incertaine telle que vue par d'autres et une éventuelle tendance à l'homogénéité.

Essai par pandémie

Si jamais l'évolution de COVID-19 devait mal tourner, et si la Suède devait abandonner son modèle "culturel" tant vanté, c'est le système de croyance même qui sous-tend son organisation sociopolitique qui serait remis en question.

La confiance dans les autorités politiques pourrait être compromise, ce qui nuirait deux fois à la politique suédoise. Premièrement, comme pour tout système politique, la légitimité des autorités politiques diminuerait. Deuxièmement, la confiance dans le système étant si cruciale pour les valeurs suédoises, ces mêmes valeurs pourraient être ébranlées. Pour mesurer la différence, imaginez un système où les valeurs historiques communes construites conduiraient à une méfiance envers les autorités politiques centrales, comme aux États-Unis.

Toutefois, ce "procès par pandémie" ne constitue pas une menace exclusivement pour la Suède. Toutes les administrations publiques doivent y faire face. La manière dont chacune d'entre elles y fera face, la manière dont chacune pourra réinventer son système pour surmonter la menace changera très probablement profondément chaque société et le système international.

Il est probablement trop tôt dans la pandémie pour conclure avec certitude sur le succès des mesures suédoises de lutte contre la pandémie. Toutefois, l'examen du cas suédois nous a permis de mieux comprendre comment les sociétés gèrent la pandémie de COVID-19. Il a également mis en évidence qu'il n'existe pas de modèle suédois qui pourrait être une recette facile à suivre par tous dans notre lutte mondiale contre la COVID-19.

Bibliographie complémentaire

Francisco Díez-Fuertes, María Iglesias Caballero, Sara Monzón, Pilar Jiménez, Sarai Varona, Isabel Cuesta, Ángel Zaballos, Michael M Thomson, Mercedes Jiménez, Javier García Pérez, Francisco Pozo, Mayte Pérez-Olmeda, José Alcamí, Inmaculada Casas, "Phylodynamique de la transmission du SRAS-CoV-2 en Espagne"bioRxiv 2020.04.20.050039 ; doi : https://doi.org/10.1101/2020.04.20.050039

Paul W Franks, "Coronavirus Covid 19 : La Suède pense que nous sous-estimons le nombre de personnes ayant contracté le virus“, Le New Zealand HeraldLe 24 avril 2020.

Image en vedette : Kurious (pixabay.com)

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

Rejoindre la conversation

4 commentaires

  1. Il faut tenir compte du fait que les écoles de Stockholm avaient leur semaine annuelle de vacances au ski 9. Des dizaines de milliers de Stockholmois se sont rendus en Italie et au Tyrol pour skier. Ce n'était pas le cas dans le reste de la Scandinavie ou en Suède. Les autres villes-régions (Malmö et Göteborg) ont eu leurs troisièmes vacances plus tôt. Au lieu de comparer la Suède à la Norvège, vous devriez comparer Oslo à Göteborg. Mêmes infections initiales, modèles différents, résultats simulés jusqu'à présent.

  2. Étant donné que de nombreux pays estiment leur fraction de personnes infectées à plus de 5% de la population (certains beaucoup plus selon le test IgG), ce qui pour le Royaume-Uni, par exemple, signifierait au moins 3,3 millions, essayer de répertorier les cas confirmés et de trouver un pic ne semble pas avoir de fondement dans la réalité. Cela est encore plus vrai pour la Suède, où le pourcentage de la population infectée par le SRAS-Coc-2 est probablement plusieurs fois supérieur à celui de nombreux pays européens, alors que la couverture des tests en Suède est très faible. Le nombre de cas confirmés ne reflète donc que l'ampleur des tests, et rien d'autre. Si vous faites le test en un jour, vous aurez cinq fois plus de cas qu'hier. Les seuls chiffres quotidiens pertinents sont ceux des décès et des patients hospitalisés (à condition que les personnes ne soient pas hospitalisées uniquement pour être isolées, comme c'est le cas dans certains pays avec des personnes présentant des symptômes légers ou même aucun symptôme). Mon deuxième point concernant les "pics" dans d'autres pays est que la baisse assez importante du nombre de décès qui s'ensuit coïncide avec le temps chaud et ensoleillé de deux semaines plus tôt, et n'est pas un signe que la contagion est contenue. À mon avis, il doit y avoir plusieurs autres hausses, pics et baisses dictés par des facteurs biologiques et climatiques, comme pour toute maladie respiratoire virale. Je ne vois pas l'intérêt de parler de "pics" comme mesure de succès ou de quoi que ce soit d'ailleurs.

  3. Dans mon commentaire précédent, je n'ai peut-être pas expliqué pourquoi la répartition des affaires quotidiennes atteint un pic. Imaginez que vous testiez chaque jour des personnes à l'aide d'un test suffisamment spécifique qui reste positif pendant des années après l'infection, et juste pour les besoins de l'argumentation, que vous testiez chaque jour le même nombre de personnes. Vers la fin de la saison respiratoire (ou de la "vague"), le nombre de personnes nouvellement infectées diminue et à la fin, il se situe à un niveau de base assez bas. Cependant, le nombre de cas positifs augmentera toujours car il est constitué de tous les anciens cas et de quelques nouveaux cas. À la fin de la saison, la distribution toujours croissante atteindra un plateau, sa forme étant sigmoïdale.

    Ainsi, même en l'absence de nouveaux cas, les nouveaux cas découverts seront à peu près les mêmes chaque jour et seront au maximum. En réalité, les personnes sont testées avec les tests PCR qui restent positifs seulement 10-28 jours après le début des symptômes (encore moins de jours dans les infections asymptomatiques et légèrement symptomatiques). Par conséquent, comme de plus en plus de personnes testées n'ont plus d'ARN viral détectable et que de moins en moins de personnes nouvellement infectées sont découvertes, la courbe adopte une forme plus dérivée avec le large pic où se trouvait l'inflexion de la première courbe imaginée (elle est large en raison de la convolution avec la fonction d'échelon de la fenêtre temporelle PCR-positive).

    Cette diminution du taux d'augmentation et le plafonnement de la première courbe imaginaire, ou la baisse de la deuxième courbe réelle, ne font que refléter l'arrêt temporaire de la transmission dû au temps chaud et ensoleillé et l'augmentation saisonnière naturelle de l'immunité non spécifique de l'hôte à la fin du printemps. Dans la plupart des pays, la même chaîne d'événements se reproduira à l'infini jusqu'à ce que l'immunité collective, naturelle ou par vaccination, soit atteinte, ou jusqu'à ce que le virus perde sa capacité à infecter efficacement les hôtes humains. Certains scientifiques disent qu'il mute vers les formes les moins pathologiques.

    Si cela est vrai, la Suède pourrait venir à la rescousse d'autres pays. En effet, les mutations en Suède devraient se produire plus rapidement car les reproductions virales sont beaucoup plus nombreuses qu'ailleurs en Europe. Le virus pourrait devenir bénin en Suède au milieu de la prochaine saison. L'ouverture des frontières à la Suède introduirait alors de telles souches bénignes dans d'autres pays, empêchant la troisième vague, ou provoquant des saisons régulières d'une maladie bénigne gérable. La Suède pourrait rendre un grand service à d'autres pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR