À notre époque de rapidité, pour ne pas dire de précipitation, de partage inégal des ressources et de volonté d'obtenir relativement facilement des réponses à des questions complexes, nous sommes confrontés, en matière de prospective stratégique et d'analyse d'alerte (ou d'analyse des risques politiques), à un défi très sérieux. Nous devons choisir une méthodologie qui :

  • permet une analyse "suffisamment bonne" (Fein, 1994), c'est-à-dire une analyse qui permettra de prendre les bonnes décisions ;
  • peut être utilisé relativement rapidement (la prédiction d'une boule de cristal d'une minute restera cependant impossible) ;
  • peut être utilisé relativement facilement, sans effrayer les analystes et les agents ;
  • peut être utilisé, pour la plupart des acteurs, à un coût relativement faible ;
  • garder le contrôle de l'analyste (la plupart du temps, les logiciels et outils opaques sont considérés avec suspicion) ;
  • permet des efforts collectifs et d'équipe ;
  • transmet un minimum de connaissances en sciences politiques et en relations internationales, car parfois - ou souvent - les personnes qui analysent les questions politiques et internationales et les risques qui y sont liés viennent d'horizons divers.

Liens connexes

Vers une méthodologie opérationnelle d'analyse des menaces futures pour la sécurité et du risque politique (1)

Méthodologie d'analyse des menaces futures pour la sécurité (2) : une partie d'échecs

Comment analyser les menaces futures pour la sécurité (3) : Scénarios en tant que système vivant organique

Comment analyser les menaces futures pour la sécurité (4) : Scénarios et guerre

Comment analyser les menaces futures pour la sécurité (5) : Scénarios et crises

En s'appuyant sur les diverses méthodes et outils open source existant dans le domaine (Glenn & Gordon, 2009), quelle méthodologie pouvons-nous choisir ou concevoir qui répondra à ces critères ? Avec cet article et les suivants de la série, we rendra plus opérationnelle la méthodologie de prévision et d'alerte décrite et expliquée précédemment pour construire le modèle, créer des scénarios et développer des indicateurs d'alerte (étapes 2, 3 et 5 d'un méthode d'analyse). En outre, cette approche devrait également être utile à l'analyse classique (c'est-à-dire une analyse qui ne commence pas par rendre le modèle explicite, mais passe directement à l'écrit), car elle peut aider à vérifier ou à développer le modèle implicite utilisé pour l'analyse.

La sécurité des groupes organisés au cœur de l'analyse

Rappelons que le thème général ou méta-question qui nous intéresse est la sécurité des personnes organisées en groupes, découlant du besoin de survie de chaque être individuel.* Plus étroitement, nous nous concentrons sur la nationAnalyse rouge (Team), sécurité nationale, analyse des risques politiques, prospective et alerte stratégique, alerte stratégiqueLa sécurité de l'Europe, en tant que nation, est une forme spécifique de groupe. Cette idée de sécurité des groupes organisés sera au cœur de chacune de nos prévisions stratégiques et de nos analyses d'alerte ou de risque, pour la plupart de nos questions analytiques (voir Analyse stratégique de prospective et d'alerte). Si vous analysez la sécurité de l'eau et une question telle que "Comment les problèmes d'eau (pénuries, mauvaise qualité de l'eau ou inondations) affecteront-ils les intérêts de sécurité nationale des États-Unis au cours des 30 prochaines années", ou la sécurité énergétique et "Comment les problèmes liés à l'énergie affecteront-ils les intérêts de sécurité nationale du pays X (ou les intérêts de la société A) au cours des 20 prochaines années ?"ou la situation politique future au Niger, en Égypte, en Syrie, en Chine, au Japon, en Espagne ou dans tout autre pays au cours des cinq prochaines années et son impact sur votre pays ou sur l'activité et les intérêts de votre organisation (par exemple une ONG) ou de votre entreprise, ou encore le risque de guerre au Moyen-Orient ou en Extrême-Orient au cours des dix prochaines années, le besoin de survie, puis de sécurité des groupes humains organisés, est au cœur de vos investigations.

En fait, si l'eau est un problème en termes de SF&W, si nous l'analysons, c'est parce que nous nous occupons de la survie des êtres humains, et, en ce qui concerne les êtres humains, l'eau est cruciale pour la vie. La même logique est à l'œuvre pour l'énergie, comme le montrent magistralement, par exemple, les Thomas Homer Dixon (2006), ou pour toute autre question méritant d'être analysée que nous identifierions. Si nous venions d'une autre planète où les espèces répondent à des besoins biologiques différents, l'eau et l'énergie pourraient ne pas être pertinentes, et être remplacées par des problèmes différents.

Utiliser le même modèle de dynamique politique fondamentale pour chaque analyse

Ainsi, au cœur de nos analyses, nous devons réfléchir à la dynamique qui sous-tend toute politique. Le but ici n'est pas d'argumenter sur l'universalité d'un modèle, mais de donner des conseils pratiques, fondés autant que possible sur les conclusions et la compréhension des sciences sociales, aux analystes qui doivent fournir des prévisions et des alertes stratégiques ou des analyses de risques pour leurs décideurs et responsables politiques.

L'histoire fondamentale qui, s'appuyant sur Weber, Moore, Elias, Mann, Ertman et d'autres (voir Bibliographie sur la construction de l'État et la gouvernance), semble être vrai sur un large spectre se déroule comme suit:** les individus, habitant un environnement géographique et donc écologique spécifique, vivent en groupe (et plus largement en société) pour améliorer leurs chances de survie et plus généralement pour voir leurs besoins satisfaits. Ce groupe confie aux autorités politiques la mission d'assurer sa sécurité. En échange de l'accomplissement de sa mission, le dirigeant continue à gouverner et reçoit divers avantages tels que le statut et les ressources. Le dirigeant extrait également des ressources de la population, comme moyen de mener à bien ses tâches, et exerce et garde un monopole sur les moyens de violence, qui sont également utilisés pour l'extraction des ressources. Si l'application de la violence est perçue comme juste et en accord avec les croyances historiquement construites pour cette société spécifique, alors elle est considérée comme légitime. De plus, si l'extraction des ressources est également perçue comme juste, toujours en accord avec les croyances historiques du groupe et si le dirigeant assure réellement la sécurité du groupe, alors la règle est perçue comme légitime. La légitimité, à son tour, renforcera le droit du dirigeant à gouverner, son pouvoir et sa capacité à gouverner.

État de l'Union 2Il faut ajouter à cela que d'autres individus ou acteurs puissants vont, la plupart du temps, entrer en concurrence avec d'autres, notamment avec le dirigeant, pour accroître leur propre statut, leurs privilèges et leurs ressources et, en fin de compte, pour la suprématie (voir pour une explication des dynamiques liées aux interactions entre les groupes d'élite et le dirigeant Les chroniques de l'hypertrophie, Préparation de la deuxième étapepartie 2 du poste). En attendant, certains groupes peuvent se former au sein de la société et avoir des demandes concurrentes que le dirigeant doit équilibrer, à moins que des tensions et une escalade ne surviennent et finissent par menacer la sécurité de l'ensemble du groupe et la règle du dirigeant.

Sur ce régime, divers types de pressions, intrinsèques (découlant de l'évolution même du régime) et extrinsèques (provenant de l'extérieur du régime), s'exerceront.

Bien sûr, en réalité, les choses sont plus complexes, mais elles ont tendance à être des variations et des développements construits sur ces dynamiques fondamentales.***

Ainsi, la bonne nouvelle est que, pour la phase analytique au cours de laquelle nous construisons notre modèle, une partie de ce modèle ne devra pas être créée de toutes pièces, mais sera déjà "presque" disponible. Nous pourrons, la plupart du temps, utiliser l'histoire racontée ci-dessus et son graphique correspondant (comme indiqué ci-dessous), en les adaptant à la question ou au problème spécifique que nous analysons, comme nous le verrons, en pratique, avec le suivant.

modèle 1

——-

* Barrington Moore explique brillamment ces dynamiques fondamentales dans les premiers chapitres de Injustice: Social bases of Obedience and Revolt(Londres : Macmillan, 1978).

** Pour un développement détaillé et plus long, voir Hélène Lavoix, "Permettre la sécurité pour le 21e siècle : Renseignement, prospective et alerte stratégiqueRSIS Working Paper No. 207, août 2010, pp.3-6.

*** Un modèle plus explicite, mais réduit (par rapport à la réalité), est utilisé pour les chroniques de l'exagération et pourrait être choisi comme base ici. Cependant, il est déjà assez vaste et tant que nous ne disposerons pas de moyens informatiques pour le manipuler et l'utiliser facilement, il pourrait s'avérer trop complexe pour satisfaire à nos critères initiaux.

——-

L'idée d'Helen Fein d'un "modèle assez bon" "Outils et alarmes" : Usages des modèles pour l'explication et l'anticipation", Journal de l'Ethno-Développement4 (1), p. 31-35, (1994), annexe 2.

Jerome C. Glenn et Theodore J. Gordon, Le Projet du Millénaire : Méthodologie de recherche sur l'avenir, Version 3.0, Ed. 2009.

Thomas Homer-Dixon, Le revers de la médaille : la catastrophe, la créativité et le renouveau de la civilisation (Knopf, 2006).

Image d'en-tête du crédit : Une partie d'échecs entre le Premier ministre Menahem Begin et le conseiller américain pour la sécurité nationale Zbigniew Brzezinski à Camp David, pendant les négociations de paix entre Israël et l'Égypte. Par le service de presse du gouvernement (GPO) http://www.flickr.com/people/69061470@N05 CC-BY-SA-3.0 , via Wikimedia Commons

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation ainsi que les problématiques d'intelligence artificielle et de technologie quantique du point de vue de la sécurité internationale. Elle enseigne au niveau du master à SciencesPo-PSIA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR