La guerre en Syrie s'est maintenant pleinement internationalisée, après son régionalisation attendueLes deux guerres, initialement non liées, se sont transformées en une guerre contre l'un des acteurs de la lutte sur le champ de bataille syrien, l'État islamique, né à l'origine de la tragédie irakienne (alors appelé Al-Qaïda en Irak). Les deux guerres, initialement sans lien, se sont transformées en une guerre contre l'un des acteurs du champ de bataille syrien, l'État islamique, né à l'origine de la tragédie irakienne (alors nommé Al-Qaïda en Irak, Bruce Riedel, Moniteur Al, 14 juillet 2014).

À la mi-juin 2014, le gouvernement irakien a demandé l'aide des États-Unis, qui se sont efforcés de mobiliser la communauté internationale, pour combattre son ennemi après avoir été incapable d'arrêter son avancée (Mushreq Abbas, Moniteur Al, 13 juin 2014). Le 3 janvier 2014, les combattants de ce qui s'appelait alors l'État islamique d'Irak et d'al-Cham (ISIS) ou État islamique d'Irak et du Levant (ISIL) avaient déclaré un État islamique à Falloujah (VOA, 4 janvier 2014). On se souvient que " Al-Cham signifie Bilad al-Cham, c'est-à-dire le Levant (aujourd'hui Syrie, Liban, Jordanie, Palestine, Israël, et potentiellement la province turque du Hatay) ", ce qui indiquait déjà une intention expansionniste (voir Lavoix, Syrie, état des lieux partie 3). À la mi-juin, ils avaient pris de nombreuses grandes villes irakiennes, dont Mossoul (9 juin), Tikrit (11 juin), Tal Afar (15 juin) et des postes frontières avec la Syrie (Chronologie Wikipedia).

Le 29 juin, ISIS a déclaré avoir établi un nouveau califat, avec son chef Abou Bakr al-Baghdadi comme calife Ibrahim, et a changé son nom pour l'État islamique (BBC News, 30 juin 2014 ; Riedel, Ibid.;pour des détails sur le califat, voir Lavoix, scénario 3.1 Guerre en Syrie, mai 2013).

Pourtant, alors que la société internationale des États a progressivement coordonné son effort Obama, État islamique, Commandement central américainpour combattre cette menace, malgré des divergences notamment sur les actions en Syrie, l'État islamique a été transformé en un groupe terroriste, qui ne serait ni islamique ni un État (par exemple le président américain Obama, le président français Hollande, etc.)

Sommes-nous donc confrontés à une situation relativement habituelle lorsqu'une coalition internationale ou un pays combat un groupe terroriste ou à une guerre contre un nouvel État ? Dans ce dernier cas, cet "État" est-il normal, c'est-à-dire correspond-il plus ou moins à l'idéal-type de l'État moderne à inclure - ou non - dans la société internationale des États encore existante ? Ou bien s'agit-il d'un nouveau type de polity qui remet encore plus en question le système international ?

Il est absolument crucial d'essayer de répondre à ces questions car une politique, des stratégies et des actions tactiques appropriées ne peuvent émerger que d'une analyse correcte. En outre, la dynamique des actions et des réactions qui ont lieu pendant la guerre modifiera le cours des événements et changera donc les réponses que nous pouvons donner à nos questions initiales. L'évolution de la situation devra donc être suivie en permanence. Pour faciliter cette tâche, nous avons créé le nouveau Sigles de guerre du califatCe bulletin fait partie de la série de scans quotidiens et d'outils de surveillance fournis par la société d'analyse Red (Team). Vous pouvez vous y abonner (gratuitement) directement ici.

Combattre un groupe terroriste

Les différentes déclarations des acteurs internationaux, des Etats-Unis, à commencer par la déclaration du président Obama le 10 septembre, État islamique, Conseil national de sécurité des États-Unisà la Russie, à la France, à l'ONU et à la Conférence internationale sur la paix et la sécurité en Irak, montrent une volonté commune de qualifier l'État islamique de groupe terroriste et de le combattre en tant que tel. La déclaration du président américain Obama est le meilleur exemple de cette tendance (voir le bas du billet pour d'autres exemples) :

"Mettons deux choses au clair : ISIL n'est pas "islamique". Aucune religion ne tolère le meurtre d'innocents. Et la grande majorité des victimes d'ISIL sont musulmanes. Et l'ISIL n'est certainement pas un État. Anciennement affilié à Al-Qaïda en Irak, il a profité des conflits sectaires et de la guerre civile en Syrie pour gagner des territoires des deux côtés de la frontière irako-syrienne. Elle n'est reconnue par aucun gouvernement, ni par les populations qu'elle soumet. L'ISIL est une organisation terroriste, pure et simple. Et elle n'a d'autre vision que le massacre de tous ceux qui se trouvent sur son chemin." (Déclaration du président [américain] sur l'ISIL, 10 septembre 2014)

La France est même allée plus loin dans la volonté de refuser tout autre statut que celui de terroriste au nouvel ennemi numéro un, en demandant aux médias d'adopter l'acronyme arabe de "Daesh" - potentiellement péjoratif - au lieu de tout autre nom (Wassim Nasr, France 24, 18 septembre 2014 ; lire aussi Pieter vanOstaeyen, Sur l'origine du "nom" DAESH - L'État islamique en Irak et as-Shām", 18 février 2014, pietervanostaeyen).

La Russie, répondant aux frappes menées le 23 septembre 2014 par les États-Unis et les États arabes (Arabie saoudite, Bahreïn, Jordanie, Qatar, Émirats arabes unis) contre l'État islamique en Syrie, également désigné par l'étiquette "groupe terroriste État islamique", a souligné que "la lutte contre le terrorisme au Moyen-Orient et en Afrique du Nord exige une action concertée de l'ensemble de la communauté mondiale sous les auspices des Nations unies. Les tentatives d'atteindre ses propres objectifs géopolitiques en violant la souveraineté des pays de la région ne font qu'alimenter les tensions et déstabiliser davantage la situation" (Ministre russe des affaires étrangères Lavrov,  Itar Tass, 23 septembre 2014).

Cette volonté de voir et de désigner l'État islamique comme un groupe terroriste peut traduire une décision, de la part des acteurs internationaux, de ne pas accorder à l'ennemi une quelconque reconnaissance et donc une légitimité internationale, même de manière négative. Le danger, cependant, est qu'en désignant l'État islamique comme un groupe terroriste, on peut aussi commencer à croire sa propre déclaration. En conséquence, les actions entreprises pourraient ne pas prendre en compte toutes les options possibles ou, pire, devenir inadéquates. Il sera donc très important de surveiller non seulement l'évolution du discours des acteurs internationaux, mais aussi les stratégies et les actions qui y sont liées.

En outre, à la suite de Connolly (Les termes du discours politique(1983) et sa version des "concepts essentiellement contestés" de Gallie (1956) adaptée à la politique, se pourrait-il que la contestation même du nom à donner à l'État islamique indique que quelque chose de plus important encore est en jeu ici ? Dans ce cas, l'étiquette donnée de terroriste pourrait aussi très bien indiquer une incapacité à " penser l'impensable " (Valantin, Guerre, zombies et stratégie, septembre 2014). Pour le savoir, il faut comprendre davantage ce qu'est l'État islamique, notamment pour "évaluer" son caractère étatique.

L'État islamique

Commençons d'abord par préciser ce qu'est un État moderne. Nous comparerons ensuite cet idéal-type à l'État islamique.

L'idéal-type de l'État moderne

Sur le plan national, il n'existe pas de définition simple et universellement acceptée de l'État moderne (cf. bibliographie). Cependant, nous pouvons partir du fait qu'il s'agit d'une forme spécifique de polity (une polity étant une unité politiquement organisée, Merriam Webster), où les autorités politiques, pour assurer au mieux leur mission - qui est de fournir la sécurité à ceux qui sont gouvernés - utilisent d'une part un monopole légitime de la violence, et d'autre part une administration relativement centralisée et efficace, une extraction de revenus ou de ressources, "et d'autres moyens de gestion" (Weber 1919, Moore 1978, Brewer, 1989). En échange, pour la sécurité qu'ils reçoivent, les gouvernés reconnaissent les autorités politiques comme légitimes et contribuent à leur survie (y compris en tant qu'autorités).

Sur le plan international, les choses sont beaucoup plus simples et un État (moderne) est une entité politique, voire un acteur politique crucial, qui possède une personnalité juridique définie selon les lois de l'Union européenne. Convention de Montevideo sur les droits et devoirs des États (1933) : " un État doit posséder une population permanente, un territoire délimité et un gouvernement capable d'exercer un contrôle effectif sur son territoire et de conduire des relations internationales avec les autres États " (art 1). Par conséquent, sur le plan international, un État est caractérisé par sa territorialité, sa souveraineté et son indépendance. Il est également le plus souvent reconnu comme tel par les autres Etats ; cette reconnaissance correspond à la partie internationale de la légitimité. Cependant, selon la Convention de Montevideo, article 3, "l'existence politique de l'Etat est indépendante de la reconnaissance par les autres Etats".

Le "statut d'État national" de l'État islamique

Sur le plan intérieur, l'État islamique, par l'intermédiaire du calife, règne sur la population habitant le territoire qu'il a conquis et cherche à étendre ce règne à "l'ensemble de l'Umma, ou communauté musulmane" (O'Bagy, septembre 2012:17). Selon Reza Pankhurst, politologue et historien spécialiste du Moyen-Orient et des mouvements islamiques, qui s'appuie sur le traité al-Ahkam al-Sultaniyya (les règles de gouvernance) - l'une des principales références classiques de la théorie politique islamique, " les responsabilités du calife comprennent l'application du hudood (punitions explicitement proscrites dans l'islam pour des actes tels que le vol, la rébellion, les actes publics de relations extraconjugales), la collecte et la distribution des impôts conformément aux prescriptions de la charia, ainsi que la protection et l'extension des frontières de l'État islamique." ("Comprendre les appels au califat," 22 août 2011, Revue de politique étrangère).

Ainsi, si l'État islamique suit ses propres règles, comme cela semble être le cas sur le terrain, comme le montrent Y. Carmon, Y. Yehoshua et A. Leone, qui soulignent que, du point de vue de la doctrine, "contrairement à Al-Qaeda, l'IS donne la priorité à la construction de l'État", alors il ressemble beaucoup à un État tel que défini précédemment ("Comprendre Abu Bakr Al-Baghdadi et le phénomène de l'État califat islamique, MEMRI, 14 septembre 2014).

Sur le terrain, par exemple, l'État islamique rassemble et collecte des ressources comme le détaille Mona Alami ("L'État islamique et le coût de la gouvernance“, Sada, 4 septembre 2014), règle et régit la création d'un type d'administration spécifique tel qu'il est progressivement documenté par les récits du terrain ("Comment Raqqa est-elle tombée aux mains de l'État islamique d'Irak et d'ash-Sham ?“, Syria Untoldjanvier 2014)" ; Zaman al-Wasl, "Comment l'État islamique administre-t-il le territoire dans l'est de la Syrie ?“, L'observateur syrien, 24 Sep 2014), et des documents saisis (Ruth Sherlock, "L'intérieur de la direction de l'État islamique : comment le nouveau "califat" est géré", 9 juillet 2014, The Telegraph). La violence, la brutalité et l'horreur de son règne caractérisent sa gouvernance mais ne remettent pas en cause l'existence d'un règne ou d'une gouvernance. L'État islamique a un monopole plus ou moins fort sur les moyens de violence, selon les lieux, comme l'explique Aymenn Jawad Al-Tamimi dans son "Brève note sur les combats à Falloujah et en périphérie" (18 septembre 2014), par le biais de ses 20.000 à 31.500 combattants estimés par la CIA en Irak et en Syrie (Ken Dilanian, Associated Press, 11 septembre 2014).

Nous devrons surveiller en permanence le succès ou l'échec de l'État islamique dans son entreprise de construction d'un État, puis de "maintien de l'État", car aucun État n'est jamais acquis, mais, au contraire, peut toujours se fragiliser ou s'effondrer (par exemple, la Yougoslavie, la Somalie) ou se renforcer (par exemple, la Russie aujourd'hui par rapport aux années 1990).

Le "statut d'État international" de l'État islamique

Sur le plan international, l'État islamique a un territoire. Compte tenu de la topographie de l'Irak et de la Syrie et de la guerre en cours, les cartes montrant des villes et des routes contrôlées sont plus réalistes que celles montrant des étendues de territoires, souvent vides.

État islamique, carte, califat
Villes et villages irakiens et syriens saisis par l'État islamique et ses alliés par The Long War Journal - mis à jour le 24 septembre 2014 - Rouge = État islamique (anciennement ISIS) et groupes alliés, contrôle ou fortement contesté Jaune = affrontements récents Bleu = statut incertain Vert = forces kurdes - (note : la carte ne montre pas les différents acteurs qui combattent l'IS en Syrie) - Cliquez sur la carte pour voir la dernière mise à jour sur Google Maps.

L'Etat islamique règne sur ce territoire, comme on le voit, ainsi que sur une population (relativement) permanente : les habitants qui n'ont pas fui et n'ont pas été tués, ajoutés à ses propres troupes et à ceux qui les rejoignent depuis divers pays. Selon les dernières estimations, 15.000 étrangers dont 2000 occidentaux combattraient en Syrie, un nombre inconnu d'entre eux ayant rejoint l'Etat Islamique (AFP, 12 septembre 2014). Sa domination se fait par le biais d'une forme de gouvernement, comme on le voit, qui maintient un contrôle plutôt efficace sur le territoire, quels que soient les moyens de ce contrôle, de la coercition à la cooptation (Al-Tamimi, Ibid.). Si ce contrôle n'était pas efficace, l'État islamique ne pourrait pas continuer à s'étendre, compte tenu du nombre de groupes qui s'y opposent tant en Syrie qu'en Irak (ex. La guerre en Syrie).

Il semblerait donc que l'État islamique possède de nombreuses caractéristiques d'un État, tant au niveau national qu'international, notamment si l'on se limite à l'article 1 de la convention de Montevideo. Il ne bénéficie pas d'une reconnaissance internationale, car aucun autre État ne le reconnaît en tant que tel, mais, au contraire, il est qualifié de groupe terroriste. Cela ne nie pas son statut d'État, comme on l'a vu, mais peut rendre sa survie fondamentalement problématique.

Pourtant, certains éléments indiquent que l'État islamique pourrait être différent, qu'il pourrait ne pas être moderne d'une part, et qu'il pourrait modifier le système international d'autre part, comme nous allons le voir maintenant.

Pas un groupe terroriste, pas un État moderne, mais un califat.

Sur le plan intérieur, l'État islamique présente une différence majeure évidente par rapport à l'État moderne : l'introduction d'une composante religieuse prépondérante, qui peut remettre en cause la modernité (Conversations avec Anthony Giddens : Making Sense of Modernity 1998 ; Giddens, The Consequences of Modernity, 1990). Par conséquent, et cela mérite une étude et une recherche plus approfondies, la sécurité des gouvernés, si une sécurité spirituelle salafiste spécifique est considérée comme primordiale, pourrait être comprise dans des termes qui seraient totalement étrangers à la perspective laïque dominante actuelle. Cela renforcerait la possibilité que la réalité de l'État islamique soit "impensable" pour les acteurs internationaux.

Par exemple, le président Obama semble incapable de penser qu'une religion puisse "cautionner le meurtre d'innocents". Tout d'abord, cela montre que l'équipe du Président connaît peu les religions de Molochaux druides celtiques (Bruce Lincoln, Mort, Guerre et Sacrifice : Études sur l'idéologie et la pratique, 1991) par Kalipour ne citer que quelques exemples célèbres. Ensuite, elle montre une incapacité à penser en termes de sacrifice de soi et de l'autre pour le bien collectif et pour le bien d'une âme immortelle, comme par exemple Babak Rahimi soutient qu'il existe dans la pensée islamiste contemporaine ("Mourir en martyr : La culture politique de l'autosacrifice chez les islamistes contemporains", 2004). Le caractère hypernarcissique actuel de la société occidentale, illustré par le Facebook des selfies, peut contribuer à rendre d'autres sociétés impensables.

Pourtant, il est d'autant plus nécessaire de commencer à réfléchir à ce que peut impliquer la sécurité dans un califat, car elle concerne également la légitimité de l'État, et donc, en définitive, sa durée. Ces perceptions de la sécurité devront faire l'objet d'un suivi actif.

Sur le plan international, si l'État islamique répond aux critères de l'article 1 de la convention de Montevideo, il ne résulte ni de l'article 3 "l'exercice de ces droits [de l'État] n'a d'autre limite que l'exercice des droits des autres États conformément au droit international", ni de l'article 10 "l'intérêt primordial des États est la conservation de la paix...".

Le territoire de l'État islamique a été conquis jusqu'à présent en Syrie et en Irak, et ses frontières évoluent constamment compte tenu de la guerre en cours. L'objectif du calife est de régner sur tous les musulmans et "d'étendre les frontières de l'État islamique." (Pankhurst, Ibid.), comme l'a exprimé al-Baghdadi lorsqu'il a déclaré :

" Ceux qui peuvent immigrer vers l'État islamique doivent immigrer, car l'immigration vers la maison de l'islam est un devoir... Roulez ô musulmans vers votre État. C'est votre État. La Syrie n'est pas pour les Syriens et l'Irak n'est pas pour les Irakiens. La terre est pour les musulmans, tous les musulmans...." C'est le conseil que je vous donne. Si vous vous y tenez, vous allez conquérir Rome et posséder le monde, si Allah le veut." (transcription de l'enregistrement audio d'al-Baghdadi dans Damien McElory, "Rome sera la prochaine ville à être conquise, selon le chef de l'État islamique".. Le Telegraph, 1er juillet 2014) .

Ainsi, le nouvel "État" créé est intrinsèquement expansionniste, ce qui, en termes de droit international et de la société internationale des États, crée un problème fondamental, puisque les droits des autres États à être sont niés.

Plus fondamentalement encore, il ne semble pas que le califat reconnaisse la société internationale des États, ni qu'il s'intéresse à ses normes, règles et objectifs.

En outre, les actions en retour pour combattre le califat commencent également à menacer la société internationale actuelle et ses normes, comme le montre le secrétaire d'État américain Kerry lorsqu'il déclare :

"Nous avons été très clairs depuis le début, nous ne laisserons pas la géographie ou les frontières nous empêcher de pouvoir agir contre ISIL, et nous ne leur permettrons pas d'avoir un refuge où ils pensent pouvoir avoir un sanctuaire contre la responsabilité. Nous les tiendrons responsables de leurs atrocités grotesques, et nous ne permettrons pas à ces terroristes de trouver un refuge où que ce soit. Telle est la résolution du président Obama." (John Kerry, Remarques lors d'une rencontre avec le président irakien Fuad Masum... Département d'État américain, 23 septembre 2014).

Les acteurs internationaux sont donc confrontés à une énigme complexe.

La situation actuelle qu'il convient de surveiller peut être résumée comme suit : une entité, le califat, qui ressemble à une nouvelle forme d'État, semble être combattue par les acteurs internationaux comme un groupe terroriste, conceptualisé comme tel au mieux pour lui refuser une reconnaissance internationale et un statut qu'il ne recherche pas, parfois d'une manière qui met également en péril le système international actuel.

Si l'on ne prend pas la véritable mesure du défi, dans toute sa dimension et sa réalité, le risque est non seulement de voir une longue guerre, mais aussi de perdre de nombreuses batailles avant de trouver la bonne stratégie et les bonnes actions, tandis que le système international actuel pourrait commencer à s'effondrer, contribuant ainsi à multiplier les dangers et les menaces. Des stratégies de couverture permettant de faire face à ces risques devront être développées en conséquence par tous les autres acteurs, du monde des affaires à la société civile et aux citoyens.

———–

"... Toutes ces mesures sont nécessaires pour combattre avec succès Daech (ISIL) et les groupes terroristes, qui représentent une menace pour tous les Irakiens.
3. Les participants à la conférence ont affirmé que Daech (ISIL) est une menace non seulement pour l'Irak mais aussi pour l'ensemble de la communauté internationale...
4. Tous les participants ont souligné l'urgence de chasser Daech (ISIL) des régions où il s'est établi en Irak.....
5. Les participants à la conférence ont également réaffirmé leur attachement aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la lutte contre le terrorisme et ses sources de recrutement et de financement, en particulier la résolution 2170. Ils veilleront à ce que cette résolution soit correctement appliquée et prendront les mesures nécessaires pour qu'elle ait tous les effets escomptés. Ils sont convaincus qu'une action résolue est nécessaire pour éradiquer Daech (ISIL), en particulier des mesures de prévention de la radicalisation, une coordination entre tous les services de sécurité et un contrôle plus strict des frontières. Ils se sont félicités de la perspective de travailler sur un plan d'action pour lutter contre le financement du terrorisme..." (Conférence internationale sur la paix et la sécurité en IrakParis, le 15 septembre 2014)

"Ce groupe terroriste a non seulement décapité des journalistes et des travailleurs humanitaires, mais a également perpétré des massacres et des atrocités contre des civils. Ce mouvement terroriste s'est attaqué aux plus faibles : les femmes et les enfants. Ce mouvement terroriste s'est également attaqué aux minorités religieuses, qu'il a pourchassées afin d'éliminer un certain nombre de communautés. Ce mouvement terroriste s'est déployé sur tout un territoire, en Irak et en Syrie. Ce mouvement terroriste méprise les frontières et a même l'intention de fonder un État. Telle est la menace : elle est globale, elle nécessite donc une réponse globale." (Iraq - Conférence internationale sur la paix et la sécurité - Discours d'ouverture par François Hollande, Président de la République).

Image en vedette : Le destroyer à missiles guidés USS Arleigh Burke lance un missile de croisièreTomahawk dans le golfe Persique, le 23 septembre 2014, pour mener des frappes contre des cibles de l'État islamique d'Irak et du Levant, ou ISIL. Le destroyer est déployé dans la zone de responsabilité de la 5e flotte des États-Unis pour soutenir les opérations de sécurité maritime et les efforts de coopération en matière de sécurité dans le théâtre. Photo de l'U.S. Navy parPhoto par :  |  VIRIN : 781033-L-UUG23-862.jpg Domaine public.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène LavoixPh. D. Lond (relations internationales), est la présidente-directrice générale de The Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prospective stratégique et l'alerte pour les relations internationales et les questions de sécurité nationale et internationale. Elle s'intéresse actuellement à la guerre en Ukraine, à l'ordre international et à la montée de la Chine, au dépassement des frontières planétaires et aux relations internationales, à la méthodologie de la SF&W, à la radicalisation ainsi qu'aux nouvelles technologies et à la sécurité.

FR